[Lecture] Un roman déstabilisant…

En ce #VendrediLecture je ne peux pas vous parler d’autre chose que de livre, n’est-ce pas ? Et puis vous savez, ce n’est jamais un gros effort pour moi de parler lecture, surtout quand il s’agit de présenter un livre que j’ai apprécié !

Alors je vais vous présenter un roman que j’ai lu dernièrement et qui sort un peu du lot… Disons que c’est un livre qui m’a un peu bousculée, et que j’ai bien aimé cela…

Sur un vide-grenier, j’avais trouvé deux livres qui m’attiraient bien, et la personne proposait de me faire un prix si j’en prenais un troisième… Hummm… rien ne m’attirait, et finalement elle m’a montré Corpus Christine, qui avait pris la pluie et était tout tordu (je parle du livre) en me disant qu’elle l’avait bien aimé… Bon, je n’aime pas trop avoir des livres en mauvais état, mais pour le petit prix, et avec les recommandations de la vendeuse, j’ai craqué…

Au départ, je ne connaissais pas du tout l’auteur et ai été surprise de découvrir que derrière le prénom de Max, se cachait en fait une jeune femme. Mais je reviendrai sur sa biographie par la suite.

Ma plus grosse surprise a été l’histoire en elle-même…

***

Une histoire qui sort des sentiers battus…

Au départ, le narrateur nous raconte son quotidien, en nous précisant qu’il passe ses journées à ramper au sol pour essayer de survivre, de trouver de quoi se nourrir, de se laver dans le bidet, le tout en évitant de LA croiser… LA ? Christine, sa femme…

Je me suis franchement demandé ce que c’était que cette histoire d’homme qui vit au ras du sol, pèse quelques dizaines de kilos, et fait ses besoins dans une boîte… Car en effet, on ne nous dit pas clairement ce qui se passe, et c’est à nous d’essayer de deviner, en nous appuyant sur les éléments que le narrateur donne petit à petit.

C’était franchement angoissant, et je ne m’attendais pas à cela. Mais pour autant, j’ai été totalement tenue en haleine par ce roman. J’ai eu du mal à le refermer, car je voulais comprendre ce qui se passait !

J’ai raconté l’histoire à mon homme, en lui disant « pourtant la couverture avait l’air plutôt marrante ! ». Et il m’a répondu « euh tu déconnes ? ». Pour lui il était clair et net que ce livre parlerait d’homme battu… Et en fait tout bien considéré, il avait raison. En regardant l’illustration avec un minimum d’attention, on voyait bien un minuscule bonhomme, avec au premier plan, des mollets dodus, qui n’avaient rien de bien sympathiques…

 

J’ai aimé ?

Passée la surprise d’être tombée sur un livre qui n’était pas ouvertement comique, je dois dire que j’ai été happée par l’histoire. Qu’était-il arrivé à ce malheureux pour qu’il en soit réduit à cette existence misérable ?

Il évoquait parfois en pointillés un jour qui avait tout changé, mais sans jamais entrer dans les détails. On comprenait qu’il avait vécu des jours heureux avec Christine, notamment quand il se remémorait leur rencontre et le début de leur relation. Qu’est-ce qui avait bien pu faire tout basculer ?

Je lisais, pressée de découvrir quels horribles secrets pouvaient bien se cacher et expliquer la situation ignoble dans laquelle se trouvait le narrateur…

Il faut bien voir que malgré le thème franchement peu amusant aux premiers abords, ce livre est tout sauf déprimant. L’homme vit captif, réduit à l’état d’animal. Il ne pense qu’à trouver la nourriture nécessaire pour survivre. Malgré tout, il ne semble pas psychologiquement brisé. Il garde la force nécessaire pour interpeller le lecteur, et même parfois l’insulter, lui reprochant d’être confortablement installé, les fesses calées dans un fauteuil douillet, tandis que lui vit dans une salle crasseuse.

Il est tour à tour lucide, cynique, violent… Rien que de très logique vu sa situation…
Petit à petit, tout se brouille et je me suis demandée si le narrateur avait bien toute sa tête, s’il nous disait toute la vérité… Et si, les apparences étaient trompeuses ? Je ne savais plus, et j’ai donc eu encore plus envie d’avancer dans ma lecture pour découvrir le fin mot de l’histoire… Ah ça, le livre n’a pas traîné 107 ans sur ma table de nuit, vous pouvez me croire !

La conclusion est venue, et elle m’a convaincue. J’ai refermé ce livre à regret, en me disant que vraiment, c’était un bouquin qui sortait clairement du lot, et ne ressemblait à rien d’autre que j’aurais pu lire précédemment !

 

L’auteur

Max Monnehay est une jeune auteure française, née en 1980. Elle a suivi des études au cours Florent, puis au Method Acting Center, avant de publier son premier roman… Corpus Christine. Ce roman a remporté le Prix du premier roman en 2006, année de sa parution.

La critique a qualifié Corpus Christine de « Nothombien » en référence au style de l’auteure belge. Cela ne m’a pas forcément sauté aux yeux durant ma lecture, mais après coup, je dirais pourquoi pas…

Max Monnehay a ensuite écrit Géographie de la bêtise (2012), et Comment j’ai mis un coup de boule à JoeyStarr (2013). Je pense que je lirai ces romans par la suite…

 

***

 

Maintenant que vous savez un peu plus à quoi vous en tenir avec ce roman, aurez-vous envie de le lire à votre tour ? Peut-être est-ce déjà fait ? N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, même hors-sujet ! Cela fait toujours plaisir de vous lire. 🙂

 

12 réflexions sur “[Lecture] Un roman déstabilisant…

  1. Pas sûr que je me lance dans cette lecture “dérangeante”. Je suis une angoissée de la vie en général et j’aime que ma lecture reste légère pour que ce soit un réel moment de détente. C’est peut-être égoïste mais non, je ne le lirai probablement pas.
    Cela dit, ton avis est très intéressant et j’étais captivée à lire tes lignes =)

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s