[Lecture] Destruction d’un coeur

Il y a quelques années, j’étais tombée chez Emmaüs sur deux petits recueils de nouvelles particulièrement jolis. Ils étaient proposés avec une couverture épaisse, joliment illustrée de photos en noir et blanc. L’objet livre en lui-même était vraiment attirant, et c’est ce qui a fait que je les ai achetés alors que je ne connaissais pas du tout leur auteur, Stefan Zweig

IMG_1408.JPG

 

J’ai lu et adoré les nouvelles en question, et tout naturellement, j’ai continué à acheter les livres de cet auteur autrichien. Vingt-Quatre Heures de la Vie d’une Femme, La Peur, Un Soupçon Légitime, je n’ai passé à ce jour que de très bons moments avec les nouvelles de Zweig entre les mains. Vraiment, si je devais vous en conseiller un seul pour commencer, je vous dirais de choisir par vous-même car toutes les nouvelles de Zweig sont géniales.

Son style à la fois simple et raffiné m’emporte toujours vers autre chose, et me permet de m’extraire de mon quotidien, bien que les histoires restent finalement assez banales. Zweig c’est une sensibilité, une belle plume, une façon de raconter les choses avec beaucoup de beauté, sans pour autant en faire trop.

Il faut le lire pour comprendre… Alors je vous propose tout de suite un petit extrait, qui n’est autre que le début de Destruction d’un Cœur, que je vous présenterai par la suite…

 

Sans titre

Dans cette nouvelle d’une soixantaine de pages, Stefan Zweig nous présente un vieillard (il va sur ses soixante-six ans, mais pour l’époque_1927_c’était bel et bien un  vieillard, d’autant qu’il est assez mal en point physiquement) qui découvre sa fille sortant de la chambre d’un étranger…

Erna est âgée de dix-neuf ans, et il est impensable pour Salomonsohn, qu’elle puisse avoir une relation avec un homme… D’ailleurs lequel, puisqu’ils sont trois dans cette maison… Il y a le comte Ubaldi, l’officier italien, et le gentleman rider mechlembourgeois… Lequel de ces hommes peut-il balader ses sales mains sur le corps de la petite Erna ?

Le vieillard tombe dans l’obsession et ne peut plus penser à autre chose qu’à sa fille, dans les bras d’un homme. Il est écœuré, révolté aussi puisqu’il est persuadé que sa fille comme sa femme, ne font que profiter de son argent, pour vivre oisivement…

Un style inimitable…

Il est difficile de vous dire pourquoi j’aime tant les nouvelles de Zweig. Parce-que finalement, comme je vous l’ai dit plus haut, cet auteur écrit des nouvelles sur des choses de la vie quotidiennes. Ce sont des récits banals, mais rapportés avec une écriture très fluide. On a plaisir à les lire, et à tourner les pages pour découvrir ce qui va finalement arriver… Le vieillard finira t-il par mettre un coup de gourdin à l’un des trois hommes ? Son pauvre coeur le lâchera t-il ? Ou bien peut-être s’est-il trompé sur toute la ligne, et Erna n’a de relation avec aucun des trois hommes ? On ne sait pas et on meurt d’envie de découvrir ce qu’il en est réellement…

« […]ce qui me fait mal ne fait mal qu’à moi seul… Ce qui m’inquiète n’inquiète que moi seul… on ne me comprend plus et je ne comprends plus les autres… »

« On est bien seul avec soi-même, jamais je ne m’en suis rendu si bien compte. »

 

Et après ?

Après Destruction d’un Cœur, deux autres nouvelles plus courtes se succèdent.

Elles ont en commun avec la première d’évoquer l’amour, et plus précisément, la différence de perception de l’amour selon les âges.

 

Dans La Gouvernante (30 pages environ) il est question de deux fillettes qui écoutent aux portes et surprennent une conversation de leur Gouvernante avec leur cousin Otto… Elles ne comprennent pas bien de quoi il est question, mais leur Gouvernante semble perturbée, et cela les peine énormément… La nouvelle est très courte, donc vous vous en doutez, si j’en dis plus, cela reviendra à en dire trop. En tout cas, Zweig nous prouve ici que ce n’est pas la taille qui compte (j’ai un peu honte, elle était facile !) car cette nouvelle d’à peine 30 pages ne manque pas d’intensité. Il réussit à nous plonger dans l’histoire, en quelques lignes, et à nous toucher en plein cœur…

 

Le Jeu Dangereux (une quinzaine de pages) m’a rappelé Vingt-Quatre Heures de la Vie d’une Femme. On a ici un narrateur et un vieil homme qui coulent des jours paisibles au bord du Lac de Côme. Le vieil homme raconte une histoire singulière… comment il a piégé une jeune fille en lui envoyant des lettres d’amour, qu’il écrivait en se faisant passer pour un autre, et voir l’effet produit sur sa « marionnette ».

Nous avons là encore une belle nouvelle, la plus originale du recueil je dirais, et celle qui m’a peut-être le plus plu même si toutes m’ont vraiment laissé une bonne impression.

 

IMG_1407

Inutile de vous dire que je recommande vivement la lecture de ce recueil. Vous l’aurez compris en lisant ma chronique je pense, ce livre m’a totalement plu… En tout cas, je vous remercie une fois de plus pour vos lectures et réactions, et vous dis à très bientôt pour de nouveaux billets ! 🙂

 

Publicités

12 réflexions sur “[Lecture] Destruction d’un coeur

  1. J’ai eu du mal d’arriver jusqu’ici. Le lien laissé n’est pas bon.
    Zweig est un auteur que je dois encore découvrir. Il y en a tant !
    « Secrets d’histoire » de Stéphane Bern n’est pas un livre très très long, mais je lis une de ses histoires de temps en temps, quand j’y pense, entre deux romans. Voilà pourquoi il me faut aussi longtemps pour arriver au bout.

    J'aime

  2. Boubinette dit :

    Je suis d’accord avec toi ; ce sont des récits « banals » mais avec une écriture époustouflante, tellement limpide ! Je vais aller faire un tour pour trouver des bouquins à pas cher je pense cet après-midi… ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Anonyme dit :

    bonjour à vous je suis en classe de 3eme et je me prépare pour l’histoire des arts pour laquelle j’ai choisi de presenter cette oeuvre de Zweig. Je suis confronté à un probleme car il me faut écrire une sorte de contexte historique afin d’expliquer pourquoi Stefan Zweig a décidé d’écrire cette nouvelle. Si vous dispodez de plus d’information que moi merci de m’en faire part ce serait vraiment sympa.
    bonne journée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s