[HS] Un week-end en amoureux, à Chassieu

image

C’est un plaisir que nous nous offrons rarement, et qui fait pourtant le plus grand bien… un petit week-end en amoureux ! On hésite à dépenser pour une chambre d’hôtel et à prendre la voiture pour s’éloigner de quelques centaines de kilomètres, alors que vraiment cela permet de se couper du quotidien et de recharger les batteries !

Pour bien finir l’année 2015 nous l’avons fait ! Nous avons réservé une chambre dans un Best Western Plus, équipé d’un spa ! Et franchement, je n’ai qu’une envie : remettre cela !

***

Je connaissais cet hôtel de nom, car dans mon métier, je suis amenée à réserver des chambres d’hôtel quasi quotidiennement pour mes collègues. Et l’hôtel de Chassieu est un établissement où l’un de mes collègues se rend souvent quand il doit dormir en région lyonnaise. J’avais déjà remarqué que selon les périodes, les tarifs étaient parfois très corrects, surtout pour un hôtel proposant un spa…

Et en effet, aux alentours de Noël, on pouvait réserver une chambre double avec accès illimité à l’espace bien-être, à partir de 109 €. Cela incluait le petit-déjeuner buffet à volonté.

Nous avons payé en réalité une dizaine d’euros de plus, car mon copain a souhaité que nous prenions une offre annulable et modifiable, au cas où la neige s’inviterait avec nous…

hôtel de chassieu

***

L’hôtel Best Western Plus de Chassieu se trouve en périphérie de Lyon. L’adresse exacte est la suivante :

82 Route de Lyon, 69680 Chassieu

Il dispose d’un parking de taille correcte, où nous avons pu trouver une place très facilement. Le stationnement est gratuit pour les clients de l’hôtel.

L’établissement propose 4 types de chambres : Confort, Premium, Executive et Suite. Nous avions opté pour la Premium, car elle incluait l’accès illimité au spa, alors qu’en catégorie Confort, cela se limitait à 2 heures.

Notre chambre était vraiment bien équipée. L’espace autour du grand lit n’était pas bien vaste, mais nous avions une salle de bain avec WC séparé, une grande vasque, garnie de produits de courtoisie, abondance de linges et de peignoirs, et une baignoire. Il y avait également des espaces et penderies pour ranger nos bagages et nos vêtements, un minibar (payant, sauf pour l’eau plate), un service pour le thé et les infusions, et une grande télé à écran plat.

Le wifi était gratuit et a fonctionné parfaitement pendant tout notre séjour.

La literie était de qualité, et le sol moquetté amortissait bien les bruits de pas du couloir. J’ai personnellement très bien dormi, mais mon homme m’a dit avoir entendu un voisin dormir, et des bruits de chaises à l’étage supérieur… rien de bien dramatique, mais ce n’était pas 100 % silencieux. Quel hôtel l’est ?

IMG_9083

L’espace forme se compose d’une jolie piscine, d’un bain à remous, d’une cabine de sauna, d’un hammam, d’une petite salle de fitness que je vous décrirai plus loin, et d’une… tisanerie Dammann. Oui, vous avez bien lu. Il y a carrément une petite pièce dédiée à la dégustation du thé, avec un magnifique samovar et des tasses mises à disposition des clients. L’accès est inclus dans le tarif de la chambre, et nous en avons évidemment bien profité, d’autant que l’infusion épicée proposée au moment de notre visite était délicieuse.

IMG_9144

Et là vous comprenez enfin pourquoi je vous parle d’un hôtel sur un blog qui a priori, n’a pas vocation à évoquer les voyages ! Et oui, cet hôtel en particulier, a tout pour ravir les amateurs de thés !

Parlons maintenant de la salle de fitness, que j’ai utilisée car outre le thé, j’aime également la gym ! J’ai pu faire un peu d’elliptique en regardant la télé sur un grand écran plat. J’aurais pu aussi courir sur tapis de course en surveillant mon homme qui barbotait dans la piscine, ou soulever quelques poids. J’aurais pu utiliser le ballon de fitness, faire du vélo, ou du rameur… La salle est bien équipée, et agréable. On y trouve des serviettes et de l’eau en petites bouteilles.

IMG_9089

 

Concluons la présentation de cet hôtel par un point essentiel : le Petit-Déjeuner, et je l’écris avec des majuscules, car c’est mon repas préféré. Pour moi il est essentiel d’avoir du choix et de la quantité pour bien commencer la journée. Et cela tombe bien, car dans cet hôtel j’ai pu m’offrir un petit-dèj de championne !

Notre réservation incluait un petit-déjeuner sous forme de buffet. A noter, l’hôtel propose aussi une formule express, et un petit-dèj en chambre, avec possibilité de détailler ce que l’on souhaite manger et boire directement via l’application Best Western ! On n’arrête pas le progrès !
Le buffet est ultra varié… il est ouvert de 6 h 30 à 10 h 00.
Sont proposés : des pains (blanc, complet, aux céréales, au raisin), du pain complet, le pied !! mini viennoiseries (croissants, pains aux raisins,…), confitures, sirop d’agave, sirop d’érable, crème de marron, fromages, charcuterie (blanc de poulet, rosette, jambon blanc, jambon fumé, …), bacon chaud, œufs brouillés, machine pour cuire des œufs coque/mollet etc, fruits au sirop (kiwi, pamplemousse, ananas, orange), kumquats, fruits frais (pommes, bananes, kiwis, clémentines), jus de fruits, thés sachets (Lipton), cafés, muesli très sucré, corn flakes, noix, abricots secs, pruneaux, figues, galettes de riz, beurre, cake sans gluten à la chataigne, pain d’épices sans gluten, craker sans gluten, compotes de fruits… J’oubliais, il y avait aussi des carottes râpées et des rondelles de tomate !

IMG_9138

***

 

Et que lisais-je pendant mon séjour dans cet hôtel ?

 

J’avais emporté Charivari de Nancy Mitford, un roman offert par un ami. Je vous en parlerai dans un billet dédié !

 

 

***

Sur ce, je vous ai à peu près tout dit. J’espère que ce billet légèrement hors-sujet vous aura intéressés. N’hésitez pas à le dire, que la réponse soit OUI ou NON. Cela me permettra de vous proposer des contenus intéressants par la suite ! 😀 @bientôt !!

[Livres] Les livres qui m’ont le moins emballée…

De toute ma vie de lectrice, de nombreux livres m’ont marquée. Je m’efforce ici de vous les présenter et de vous donner envie de les lire à votre tour. Je ne vais donc pas vous refaire une liste. Par contre, je ne vous ai pas vraiment parlé de livres qui ne m’ont pas du tout emballée… et pourtant, cela peut être intéressant non ?

Alors c’est parti !

 

La Vie Sexuelle de Catherine M. – Catherine MILLET

C’est un livre que j’avais acheté il y a bien une dizaine d’années, pensant qu’il s’agirait d’un roman de chick-litt. Je l’avais commandé en anglais, car je cherchais une lecture facile d’accès, qui me permettrait de lire sans avoir recours à un dictionnaire. En réalité, ce livre parle de sexe, mais nous décrit des pratiques assez extrêmes. Ce sont des partouzes géantes, que l’auteure détaille avec minutie, et qui m’ont bien vite dégoûtées. J’assume, sans dire que ce livre m’a choquée, je n’ai vu aucun intérêt à poursuivre ma lecture au delà des trente premières pages, et je l’ai vite remisé…

 

Nouvelles sous Ecstasy – Frédéric BEIGBEDER

J’aime habituellement beaucoup Frédéric Beigbeder, même si son personnage a de quoi agacer. Mais Nouvelles sous Ecstasy m’a laissée de marbre. Je n’ai pas réussi à trouver un intérêt à ce livre, et bien qu’il soit très fin, je n’ai pas tourné plus d’une vingtaine de pages avant de le ranger à côté de la Vie Sexuelle de Catherine M. !

Afterburn Aftershock – Sylvia DAY

Je n’avais jamais entendu parler de Sylvia Day. C’est dans une boîte d’échange de livres installée sur mon lieu de vacances que j’ai trouvé Afterburn Aftershock. La paire d’escarpins dorés sur la couverture m’a laissé imaginer qu’il s’agirait d’un bouquin de chick-litt (eh oui encore une fois) alors je l’ai pris. Il faut dire aussi que c’était le seul livre en italien dans la petite boîte, et que tout le reste était en allemand, une langue que je ne maîtrise pas. En fait c’est un livre érotique, dans la lignée des 50 Nuances de Grey… Et je n’ai pas accroché. L’auteure a la fâcheuse manie de répéter toujours la même chose. L’héroïne par exemple a la chair de poule dès que son amant pose la main sur elle, et elle se met sur la pointe des pieds dès qu’il l’embrasse pour bien sentir son gros attirail. Cela devient plus risible qu’excitant. Les seuls passages qui m’ont mis l’eau à la bouche étaient ceux (nombreux) où la jeune femme mange dans le resto italien de ses parents, et nous parle de pasta.

IMG_1116

***

Ce sont ici les trois livres pour lesquels j’ai le moins accroché. Mais je pense qu’il y en a d’autres que j’oublie. Ceci dit je suis globalement bon public, et il est rare que j’abandonne un livre en cours. La preuve, j’ai tenu à terminer Afterburn Aftershock… et pourtant je peux vous dire qu’il était épais !

Il y a un quatrième livre qui me vient à l’esprit, mais qui reste un peu au dessus des trois précédents. Je vais quand-même vous en parler…

***

Passeport à l’Irannienne – Nahal Tajadod

Je m’attendais à un livre rigolo, qui me ferait voyager et m’apprendrait des choses sur l’Iran. Je ne sais pas pourquoi mais ce pays m’intrigue et j’ai lu plusieurs ouvrages à son sujet (Les Pintades à Téhéran de Delphine Minoui, les mémoires de Farah Pahlavi, et d’autres dont les titres m’échappent). Et bien là, j’ai été déçue. L’auteure nous décrit ses aventures pour faire renouveler son visa. Cela pourrait être très amusant, mais au lieu de cela, c’est répétitif, et plus stressant qu’autre chose. Je n’ai pas réussi à accrocher à la narratrice, qui m’est restée plutôt antipathique. Je n’ai pas appris grand chose, à part sur le tarof, cette coutume qui veut que l’on refuse de se faire payer pour un service, et que la personne en face insiste plusieurs fois, avant que l’on puisse finalement accepter. Et encore, une ou deux scènes autour de cette pratique aurait pu suffire, mais cela revient trois fois, quatre fois, probablement même plus… J’ai quand-même terminé ma lecture mais j’ai été bien soulagée ensuite de changer de livre !

***

 

Et enfin, ma toute dernière déception a été Change of Heart de Jodi Picoult.

C’est un roman que j’ai trouvé sur un vide-grenier. Il y avait une jeune femme qui vendait quelques romans en anglais, et  c’est assez rare pour que j’ai eu envie de lui en acheter, bien que je ne connaisse pas les auteurs. Ce livre me semblait pas mal. Sur la couverture on peut lire « Votre fille a besoin d’un nouveau cœur. Le seul cœur disponible provient d’un meurtrier. QUE FERIEZ-VOUS ? ».

Le problème c’est que ce livre est selon moi incroyablement long à se lancer… On a d’abord une protagoniste qui n’a pas de chance. Son premier mari est mort dans un accident de la route. Elle a trouvé un nouvel homme, et vit avec lui, la fille issue de son premier mariage, et bientôt, leur deuxième petite fille… Mais son nouvel époux et sa première fille se font sauvagement assassiner. Ajoutez à cela que l’enfant qu’elle portait à l’époque se révèle malade du cœur, et doit des années après, recevoir une greffe. Cela fait pas mal de choses à supporter pour une seule femme, mais admettons.

IMG_1114L’assassin du second mari et de la petite fille, Shay Bourne se trouve en prison, où il attend d’être exécuté. Et il formule le vœux de donner son cœur à la petite fille.

Cela pause plusieurs soucis, tout d’abord éthiques, mais aussi pratiques, puisqu’en cas d’exécution par injection létale, le cœur ne sera pas en état d’être greffé…

Ajoutez à cela que des phénomènes étranges se produisent… Des oisillons ressuscitent. Des malades qui ont été au contact de Shay Bourne vont soudain beaucoup mieux… Tout cela est troublant…

Tout au long des quatre-cent pages nous suivons les démarches de différentes personnes pour rendre la greffe possible. On alterne les narrateurs, mais sans jamais se perdre puisqu’il y a un changement de chapitre à chaque changement de narrateur.

Il y a d’un côté l’avocate de Shay Bourne, une jeune femme qui vit seule avec son lapin, et a des soucis avec son poids et sa mère. Elle est assez attachante et amusante. Elle apporte un petit côté « Bridget Jones » au roman. De l’autre, on a un Pasteur, qui se trouve avoir été l’un des jurés au procès qui a condamné Shay Bourne a mort (cela fait plus de dix ans).

Ce livre aurait pu totalement me botter, mais en fait pendant les 3/4 de ma lecture j’ai regretté que l’on traîne en longueur. Ce n’est qu’à la toute fin du roman que j’ai été surprise par des retournements de situation dignes de ce nom, et que j’ai apprécié que l’on me fasse m’interroger sur la peine de mort. Avant cela, on nous ressasse les mêmes choses, une fois, deux fois, trois fois. C’est très long à se mettre en place. Dommage car ce roman avait un véritable potentiel. Mais pour moi, c’est un peu raté…

 

***

Voilà pour ma liste de livres pas vraiment « recommandables ». Les avez-vous déjà lus ?

Et vous, quels livres vous ont laissé une mauvaise impression, un mauvais souvenir ?

Avez-vous du mal à abandonner une lecture en cours ? Êtes-vous comme moi, à essayer au maximum de terminer tous les livres que vous entamez ?

@bientôt et au plaisir de vous lire !

 

[Livre] Sors de ce Corps William! – David SAFIER

On parle beaucoup de Feel Good Books en ce moment, c’est à dire de livres qui donnent la banane. Il y a les Legardinier qui se classent haut la main dans cette catégorie, les livres de Romain Puertolas (je n’en ai encore lu aucun !), les Jonas Jonasson (je n’avais pas spécialement accroché au Vieux qui ne Voulait pas Fêter son Anniversaire, mais cela avait été un sacré succès tout de même donc je me dis que c’est moi qui ai dû passer à côté de quelque chose !). Et puis il y a les Safier… La liste est loin d’être terminée, mais je ne peux pas vous pondre une énumération de quinze pages. Cela vous ferait fuir je pense…

David Safier, j’ai découvert un peu par hasard, et en retard sur le reste du monde, grâce à son Maudit Karma. Je l’avais acheté car j’avais craqué sur la couverture aux éditions Piment, qui montrait un gros toutou installé dans un lit, avec sur sa tête, un petit chat blanc, avec sur sa tête (au chat), un cochon d’Inde, avec sur sa tête (au cochon d’Inde), une fourmis.

Ce bouquin m’avait extraite du monde et emportée dans ses pages pendant une journée entière (il faut dire qu’il est relativement épais). Je l’avais plus que dévoré. Je l’avais bu. Je l’avais assimilé. Je m’en étais imbibée ! Non je n’en fais pas trop !!

 

image

Bref, j’avais absolument adoré ce roman, et il avait totalement joué son rôle de Feel Good Book, au point que j’avais ensuite entreprit de me mettre à la recherche de tous les autres livres de l’auteur. J’en voulais encore !

Jésus M’Aime m’avait un peu moins séduite, mais j’avais tout de même passé un bon moment à en tourner les pages. J’avais retrouvé avec plaisir l’univers un peu farfelu de Safier, qui nous dépeint des personnages gaffeurs, confrontés à des situations irréelles. Dans ce livre, il nous présentait Marie, une jeune femme qui abandonnait son fiancé au pied de l’autel, et tombait amoureuse d’un intrigant charpentier palestinien…

Cela m’avait confortée dans mon idée de continuer à lire les bouquins de l’auteur allemand.

Le troisième romans de Safier que j’ai donc eu entre les mains, a été Sors de ce Corps William ! Et… j’ai passé d’excellents moments à ricaner comme une idiote avec ce roman franchement désopilant. Oui, c’est un excellent roman. Je le maintiens ! Certes nous ne sommes pas en présence d’une perle de la littérature, mais nous avons là un roman qui fait sourire, et même rire, et une histoire qui se tient de bout en bout. Que demander de plus ?

L’histoire est assez classique pour un Safier. C’est celle d’une jeune femme qui rencontre une sorte de magicien, qui la fait se réveiller dans le corps de… William Shakespeare. On retrouve donc les thèmes qui sont chers à l’auteur allemand, à savoir la distinction entre le corps et l’esprit pour commencer…

Et c’est très plaisant.

Cela se lit bien. Il y a de bons passages que l’on a envie de garder en mémoire tant ils sonnent juste. C’est amusant notamment de découvrir le regarde que porte Shakespeare sur notre société, lorsqu’il la découvre pour la première fois. Il dit notamment ne pas comprendre pourquoi tout le monde tire la tronche alors que l’on a réussi à vivre aussi vieux. A son époque les gens étaient anxieux à cause des épidémies, et de la forte mortalité. S’ils avaient pu vivre aussi vieux que nous, ils auraient probablement été plus souriants que nous le sommes !

On a un mal fou à reposer le livre pour reprendre une autre activité. On en oublierait presque de dormir, de manger, d’aller faire pipi. Bon, OK, là j’abuse légèrement… !

[Thé] Aéréo de Teatower

Nouveau billet, nouveau thé à vous présenter ! Il s’agit d’Aereo de Teatower, que j’ai reçu en cadeau de la part d’une amie. Elle m’a envoyé un échantillon avec lequel j’ai pu me préparer quelques tasses…

Maintenant que cet échantillon est terminé, je peux vous parler de ce thé aromatisé…

Que contient-il ?

A la base, il y a du thé vert, mais aussi de l’argousier, de l’ananas, de l’abricot, de la myrte, et de l’aloe vera.

Original non ?

IMG_0227

 

Ce thé est vendu 5,40 € les 100 grammes en sachet vrac. Vous pouvez aussi profiter d’une commande chez Teatower pour acheter un échantillon à 70 centimes, qui vous permettra de le goûter avant de l’acheter éventuellement en plus grande quantité.

Si vous préférez les infusettes, alors Teatower a aussi pensé à vous et vous propose un lot de vingt pour 4,80 €.

Mais… m’a t-il plu ?

Personnellement, je suis restée assez mitigée face à ce thé. Non pas que je ne l’ai pas apprécié, mais je n’ai pas reconnu les ingrédients annoncés. Je m’attendais à quelque chose de gourmand et d’exotique, et je n’ai pas eu ce que j’étais venue chercher…

J’ai surtout perçu un goût de thé vert boisé, un peu comme lorsque l’on machonne un crayon de papier et que le bois laisse un petit goût en bouche (j’aime beaucoup cela, pas vous ?). Mais j’aurais été bien incapable de reconnaître l’ananas ou l’abricot par exemple. Et c’est fort dommage car j’adore les thés fruités et je me faisais une joie d’en déguster un…

Quant à l’argousier… je le confesse, je n’ai aucune idée du goût que cela devrait avoir. Oups ! Ceci dit, je ne détecte pas vraiment de goût nouveau qui pourrait venir de l’argousier…

thé aereo Teatower

 

Dans tous les cas, ce thé ne m’a ni surprise, ni charmée. Il se boit, sans problème, et reste sympathique en bouche. Mais il ne me marquera pas, et ceci explique que je ne compte pas me l’offrir. Ce n’est pas un ratage complet, mais c’est un thé qui m’a moins plu que d’autres. Cela peut arriver !

 

Teatower Aereo

Alors, j’ai toujours un peu de peine à dire qu’un thé m’a moyennement plu, surtout lorsqu’il s’agit d’un cadeau, mais bon, je ne vais pas vous mentir, ni passer cela sous silence, si ?

Et vous, connaissez-vous Aéro ? Vous a t-il plu ?

Retour à l’Age de Pierre pour un [Jeu]

Tous les ans, mon club de jeu organise sa soirée portes ouvertes. C’est l’occasion d’inviter nos amis, collègues, famille, à venir s’essayer aux jeux de société. On ressort alors ceux que l’on préfère (de jeux, pas de proches !!) et ceux qui sont les plus faciles à expliquer à des joueurs novices.

Cette année j’en ai profité pour jouer à un jeu que je connais bien, pour avoir déja fait au moins une dizaine de parties : l’Âge de Pierre, sorti en 2008 chez Filosofia.

Je n’y avais pas joué depuis longtemps et j’avais oublié à quel point il était bien ficelé.

Cela m’a alors donné envie de vous en parler, bien qu’il ne soit pas nouveau !

L’Âge de Pierre se joue de 2 à 4 personnes et est accessible même aux joueurs novices car il est relativement simple, logique, et que les explications ne durent pas des lustres !

Tout d’abord voici le plateau de jeu. Chaque joueur reçoit aussi un petit plateau individuel, sur lequel il viendra placer ses ressources.

image

Sur le plateau central, on place les ressources : l’or, l’argile, la pierre, le bois, la nourriture. On trouve aussi la ferme où il faudra se rendre pour améliorer son agriculture, la hutte pour se reproduire, et la fabrique aux outils, où nous pourrons récupérer des outils qui servirons à nous rendre plus efficaces lorsque nous irons collecter les ressources.


IMG_0763

L’Âge de Pierre est un jeu de ressources dans lequel chaque joueur se retrouve chef d’une tribu initialement composée de cinq membres. Il faudra accumuler des matières premières (bois, argile, pierre, or) pour remplir des contrats, acheter des cartes, et ne pas oublier de nourrir sa tribu !

Je ne vais pas tout vous détailler car d’autres l’ont fait avant moi, et fort bien. Si vous cherchez un tutoriel sur le net, vous le trouverez aisément. Inutile que je me lance dans des explications laborieuses !

Je vous dirai juste que ce jeu est logique, donc les règles sont rapides à assimiler et on peut s’amuser dès la première partie, sans problème ! Le but est de remplir des contrats, en livrant des marchandises, et d’acheter des cartes pour marquer des points de victoire, et… arriver premier !

image

A chaque tour, les joueurs positionnent leurs membres de tribu sur différents endroits du plateau central, pour qu’ils aillent par exemple couper du bois, chercher de l’or, se reproduire, améliorer leur agriculture (cela permet de gagner des points de nourriture permanents, pour dépenser moins en nourriture à chaque tour) etc…

Puis on lance les dés pour savoir combien chacun récolte. Par exemple, l’or est très compliqué à gagner. On lance un dé par membre de la tribu qui essaie d’en trouver, et on divise le résultat total par 6. On ramasse le nombre de lingots correspondant et les place dans la réserve personnelle.

Pour pouvoir « modifier » le tirage des dés, et y ajouter des sortes de points bonus, on peut acheter des outils. Un outil équivaut à un point de lancer de dé. Si j’obtiens par exemple 11 pour un lancer sur l’or, et que j’ai des outils, je peux en utiliser un pour remplacer mon douzième point, et ramasser 2 lingots au lieu d’un seul. Vous me suivez ?

Le système des dés est intéressant, car il ajoute une bonne petite dose de hasard…

IMG_0786

Ce jeu est devenu pour moi un véritable classique. J’ai toujours grand plaisir à y jouer, et cela donne lieu à de bons moments ponctués de rire, car cela reste un jeu léger, avec une bonne interactivité entre les joueurs. Il arrive que l’on veuille la même carte, ou qu’un joueur pique la dernière place disponible à la carrière, modifiant ainsi tous les plans d’un concurrent…

Ce n’est pas un jeu qui demande énormément de concentration, mais il fait tout de même réfléchir, tout en restant vraiment divertissant.

Enfin, pour l’époque et le principe d’accumuler des ressources, il me rappelle de loin le jeu de PC Age of Empire, qui a bercé mon enfance et mon adolescence, et m’a valu des dizaines de querelles avec mon frangin (et oui, un seul PC à l’époque) et c’est aussi un petit plus !!

IMG_0785

Ci-contre vous pouvez voir deux exemples de contrats à remplir. Le premier, à gauche, demande que l’on défausse 5 biens de trois types différents (ex : 3 or, 1 pierre, 1 argile) et l’on gagne le nombre de points de victoire correspondant – l’or vaut 6, 5 pour l’argent, etc…).
Le second demande de livrer 2 bois, 1 or, pour marquer 12 points de victoire.

Les auteurs de ce jeu sont Bernd Brunnhofer et Michael Tummelhofer. Il est (brillament) illustré par Michael Menzel.

IMG_0776

Et vous, quels sont les jeux dont vous ne vous lassez pas ?

Aimez-vous les jeux de ressources ?

Racontez-moi un peu vos dernières découvertes ludiques ! 🙂

[Lecture] Sisters – Rosamund Lupton

En matière de littérature, je touche un peu à tout, et n’hésite pas très longtemps avant d’acheter un livre « pour essayer », même s’il ne ressemble pas à ce que je lis habituellement.

Du coup, il n’est pas rare que je suive les recommandations d’Amazon, et achète d’occasion un roman d’un auteur inconnu, car la couverture et le résumé ont éveillé ma curiosité.

C’est ce qui est arrivé avec A Toi ma Soeur de Rosamund Lupton. (Je l’ai lu en anglais, mais il existe bien-entendu en version française).

Sister Rosamund Lupton

 

Ce roman m’a donc été conseillé par Amazon, et on peut dire que le site ne s’est pas trompé, car j’ai totalement dévoré ce livre. Je l’ai gobé, mangé tout cru, sans mastiquer, sans respirer. C’était violent !

En effet, je suis rapidement entrée dans l’histoire de cette jeune femme dont la sœur a disparu, et qui refuse d’admettre la thèse officielle du suicide. Certes, la jeune femme souffrait de dépression et en creusant, sa sœur découvre qu’elle lui avait caché qu’elle venait de perdre son bébé. Mais cela ne veut pas dire qu’elle a mis fin à ses jours pour autant…

J’ai enquêté avec elle. J’ai soupçonné tout le monde, et relevé le moindre détail, pour mettre au point des théories, qui se sont effondrées les unes après les autres. J’ai frissonné, j’ai flippé toute seule sous ma couette, j’ai eu froid, et je me suis sentie en danger.

Bref, j’ai vraiment vécu l’histoire, et cela m’a fait du bien. Cela fait toujours du bien de s’évader dans un bon bouquin, non ? J’ai beaucoup aimé l’histoire, qui se tient bien du début à la fin. J’ai aussi apprécié le style très accessible de Rosamund Lupton.

Alors si vous voulez vous faire du bien à votre tour, avec un thriller à la hauteur, je vous conseille de vous offrir A Toi ma Soeur de Rosamund Lupton. Et je vous donne rendez-vous prochainement pour parler de l’un de ses autres romans, qui patiente gentiment dans ma pile de lecture. 🙂

[Lecture] Mes auteurs fétiches

Aujourd’hui je vous propose un petit billet lecture qui ne portera pas sur un livre en particulier, mais sur un sujet plus global. Je vais vous parler de mes auteurs favoris. Ce sera l’occasion de faire un peu les présentations, pour les lecteurs qui ne me connaissent pas, ou en tout cas ne connaissent pas encore mes goûts. Et vous pourrez aussi me laisser des commentaires pour me dire si nous avons des coups de cœur en commun ou pas du tout ! Et oui car vous commentez peu et moi je trouve cela dommage car j’adore interagir avec vous !

 

livres

Alors pour commencer, mon auteur préféré d’entre tous est clairement et incontestablement Didier Van Cauwelaert, que j’ai découvert il y a une dizaine d’années, grâce à mon père qui m’a offert son roman Corps Étranger. Ce bouquin, je l’ai dévoré comme rarement j’avais encore dévoré un roman (et pourtant j’ai toujours beaucoup lu). Je l’ai d’ailleurs racheté cette année, et l’ai relu avec grand plaisir, chose que je fais très très très rarement. De toute ma vie il doit y avoir 3 ou 4 livres seulement que j’ai lu plusieurs fois (La Dame à la Licorne de Tracy Chevalier, et l’autobiographie de Sophia Loren pour tout vous dire !).

J’adore Cauwelaert, et j’apprécie qu’il écrive des choses très différentes les unes des autres. Il a en effet sorti aussi bien des romans sur des histoires d’amour, comme Le Principe de Pauline, Cheyenne ou encore Poison d’Amour ; que des livres enquêtes, à l’image de Cloner le Christ ou l’Apparition. Il écrit aussi des pièces de théâtre, des essais, et des adaptations pour la télé.

Mon coup de cœur absolu serait son roman La Vie Interdite, dans lequel nous suivons un homme qui est décédé, et qui continue à voir ses proches de là où il se trouve, incapable d’entrer en contact avec eux… C’est un roman qui m’a beaucoup touchée, et que je vous recommanderais chaudement. D’ailleurs, le thème de la mort, et du contact que l’on peut avoir avec les personnes décédées intéresse particulièrement Cauwelaert. On le retrouve dans d’autres livres, et dans Karine après la Vie, dont il est le co-auteur avec Maryvonne et Yvon Dray, les parents d’une jeune femme qui aurait communiqué depuis l’au-delà…

Le Journal Intime d’un Arbre mérite aussi que l’on s’intéresse à lui. Dans ce roman, Cauwelaert donne la parole à un arbre fruitier, vieux de plusieurs siècles. Et croyez-moi, il a beaucoup de choses à dire, et d’histoires à conter, sur les humains qui l’ont côtoyé… L’idée du narrateur végétal peut sembler peu attirante, et pourtant… on oublierait presque que Tristan est un arbre…

J’ai également adoré le livre enquête Cloner le Christ, qui évoque le Saint Suair et les linges de la Passion en général. Le thème ne m’intéressait pas outre mesure avant de lire ce livre. Je l’ai lu parce-que j’avais confiance en l’auteur, et j’ai appris énormément de choses…

Je pense que je vous reparlerai de certains livres de cet auteur dans de prochains billets, car je n’ai pas encore lu toute son oeuvre…

***

IMG_0696

J’aime aussi beaucoup Tatiana de Rosnay, pour son écriture absolument limpide et prenante, et la sensibilité qui se dégage de ses romans. On ne présente plus son plus grand succès Elle s’appelait Sarah, qui est un chef d’oeuvre absolu. Il a été adapté au cinéma, et je n’ai pas encore vu le film, mais cela ne saurait tarder… Je l’ai lu en anglais, la langue dans laquelle Tatiana de Rosnay l’a écrit.

Boomerang a été adapté également sur grand écran. Le livre m’a bien plu, mais ce n’est pas l’un de mes préféré. J’ai plus accroché sur Moka, l’histoire d’une mère dont le garçon se fait renverser par un chauffard qui prend la suite. Ce roman m’a tenue en haleine tout le long d’un grand voyage en train. Je ne pouvais tout simplement pas le refermer ! J’ai trouvé ce livre d’une grande justesse.

D’autres livres de cette auteure m’ont captivée, à l’image de l’Appartement Témoin ou de Spirale…

***

Dans un autre style, Tracy Chevalier est une référence pour moi. J’ai lu un peu par hasard La Dame à la Licorne, car ce livre m’a été offert pour l’achat de deux autres romans ! Cela ne m’inspirait pas spécialement et pourtant j’ai été totalement séduite, au point comme je vous l’ai dit plus haut, de le lire deux fois, une première fois en français, et une seconde en anglais. Dans ce court roman, l’auteure imagine une histoire autour d’une tapisserie qui existe réellement et représente une femme entourée de superbes animaux mythologiques. C’est une histoire vraiment à part, qui nous fait changer d’époque, et permet de se déconnecter totalement de la réalité !

Egalement chez cette auteure, la Jeune Fille à la Perle est un bon roman, adapté au cinéma avec Scarlett Johanson dans le rôle principal. Le roman m’a moins emballée que La Dame à la Licorne, mais il reste à mon sens réussi. Cependant je vous conseillerais plutôt la lecture de la Vierge en Bleu ou de la Chute des Anges, qui sont plus profonds. Le seul reproche que je ferais à Tracy Chevalier ? Ne pas écrire plus… A ce jour je me retiens de lire ses derniers romans, car j’ai peur de les terminer trop rapidement et de devoir attendre qu’elle en publie d’autres !

IMG_0697.JPG

 

***

Dans ma bibliothèque, une belle place est également accordée aux thrillers, et notamment à ceux de Linwood Barclay

C’est vraiment mon auteur préféré pour les livres à suspens, et je n’ai encore jamais été déçue avec lui, au contraire. Généralement ses livres me tiennent en haleine jusqu’aux toutes dernières pages, et ils sont moins gore que ceux d’Harlan Coben par exemple.

J’ai lu notamment Les Voisins d’A Côté, et A Tap on the Window (visiblement il n’a pas encore été traduit en français), et ils sont excellents.

 

***

 

Yasmina Khadra, dans un tout autre style, est pour moi une référence. J’ai lu sa trilogie L’Attentat, les Hirondelles de Kaboul et les Sirènes de Bagdad. Je vous la conseille, car ces trois romans sont superbement écrits et peuvent permettre de comprendre les mécanismes qui mènent certains individus à commettre le pire… En effet, ces livres ont en commun d’évoquer un triste sujet d’actualité : le terrorisme.

On ressent vraiment chez Khadra, un amour de la langue française. Il utilise les bons mots, sans donner l’impression de vouloir nous épater avec des termes peu employés, qui seraient là juste pour faire « littérature ». C’est beau à lire, sans être indigeste pour autant, loin de là.

IMG_0700

Je vous recommande également son dernier roman, La Dernière Nuit du Rais, qui retrace les derniers instants de la vie de Khadafi. J’ai eu la chance de pouvoir assister à une conférence de Yasmina Khadra et de faire dédicacer mon exemplaire du roman, dans un salon du livre. C’est une rencontre que je n’oublierai pas !

Enfin, j’ai également adoré Ce Que le Jour doit à la Nuit, roman d’amour publié en 2008 ; amour entre des êtres, mais aussi et surtout, pour un pays, l’Algérie.

 

***

J’aime aussi Arto Paasilinna, auteur finlandais qui publie des romans déjantés, avec des personnages toujours hauts en couleurs. J’aime Stefan Zweig, pour ses histoires courtes mais si belles à lire. J’aime Tahar Ben Jelloun, David Safier pour la bouffée de bonne humeur qu’il ne manque jamais d’apporter ; Eric-Emmanuel Schmitt, surtout pour son excellent La Part de l’Autre ; Katherine Pancol, même si elle m’a déçue avec Encore une Danse. Mais si je vous ponds un billet de trois pages, je vais vous endormir, alors je fais court, et nous aurons l’occasion d’en reparler plus en détail dans d’autres posts ! 😉

 

A vous maintenant de me dire quels sont vos auteurs favoris, et les livres qui vous ont le plus marqués ! J’ai hâte de vous lire.

 

 

 

 

 

 

 

 

[Jeu] Colt Express

COltExpress

Aujourd’hui je vous propose de changer un petit peu de sujet et de laisser les thés et les livres de côté, pour découvrir un jeu de société.

En effet, je fais partie d’un club de jeux de société, et me rends donc tous les quinze jours dans une salle, pour jouer avec une bande d’amis. C’est l’occasion pour moi de m’amuser avec des classiques comme Citadelle, L’Âge de Pierre ou encore Agricola (non pas le Monopoly ni le Scrabble !), ou de découvrir des nouveautés.

Cette quinzaine, nous n’étions que cinq au club, et globalement tout le monde était un peu sur les rotules. La perspective d’écouter de longues explications et de nous lancer dans un jeu qui durerait des heures n’enchantait pour ainsi dire personne. Alors quand le Président au club nous a présenté Colt Express, en disant que c’était « un petit jeu sympa » cela a fait tilt !

Allons-y pour ce jeu de train, dont une partie moyenne devrait durer environ quarante minutes !

 

Les infos de base

*Pour les joueurs à partir de 10 ans : en effet, il est totalement accessible aux enfants, même s’il demandera probablement un petit temps d’adaptation pour les plus jeunes. Dans notre cas, nous n’étions que des adultes, et je pense qu’un enfant aurait eu du mal à gagner la partie face à nous, car la mécanique de jeu demande quand-même un peu de réflexion… Ceci dit, pas besoin de gagner pour s’amuser !

*Se joue de 2 à 6 personnes.
*Prix entre 25 et 30 €, un prix assez correct je trouve, pour un jeu de ce style… Ce n’est pas un jeu très très complexe et il y a assez peu de matériel, donc un prix plus élevé serait difficilement justifiable à mon sens.

L’histoire

Nous sommes à la fin du XIX siècle, dans l’Ouest américain, et nous incarnons chacun un bandit de grand chemin, spécialisé dans l’attaque de trains !

perso

 

Un train en 3D

Un train justement, il y en a un en 3D à construire dans la boîte, à partir de carton. Et on le place au centre de la table. C’est dans ce train que l’on viendra positionner nos figurines respectives, et qu’on l’on mènera nos actions !

Vous vous en doutez, le fait d’avoir un « plateau » de jeu en forme de train ajoute un bon petit côté ludique !

Et on fait quoi ?

Colt Express se joue chacun pour sa peau. Ce n’est pas du tout du tout un jeu collaboratif, au contraire ! Nous avons pour objectif de collecter le plus d’argent possible, et de devenir le bandit le plus riche de l’Ouest ! Tout cela n’est pas évident, car les autres joueurs ne manqueront pas de dégainer leurs colts, ou plus simplement leurs poings… Enfin, comme si cela ne suffisait pas, le shérif veille aussi…

IMG_0049
***

Ce jeu est original, en ce sens que les joueurs planifient leurs actions pour un tour de jeu, et que l’on réalise ensuite ces mêmes actions, en les déroulant comme un « story board ». C’est à dire ?

Nous pouvons déplacer notre personnage dans les wagons, ou sur le toit du train, donner des coups de poing, tirer avec notre colt, collecter un trésor, ou déplacer le shérif pour faire pincer les « copains » !

Nous choisissons parmi les actions que nous avons sur les cartes de notre main, et nous posons la carte sur une pile commune. Ensuite, le premier joueur déroule les actions (dans l’ordre de leur programmation) et annonce « Belle monte sur les wagons » par exemple, et nous réalisons les actions.

 

Et ça se complique…

Forcément, le fait d’avoir programmé et de ne pas pouvoir modifier le court de l’histoire, fait que l’on a parfois des actions qui tombent dans le vide. Par exemple, si j’avais prévu de donner un coup de poing, mais qu’à l’instant où mon action se déroule, les autres occupants ont déserté le wagon, et que je suis seul, et bien cela ne produit aucun effet…
C’est ici que les joueurs les plus jeunes auront peut-être quelques difficultés, car le fait de programmer les actions vient complexifier la chose. Mais qu’ils se rassurent, j’ai moi-même eu un peu de mal à voir où j’allais, et cela ne m’a pas empêchée de passer un bon moment. Je ne joue pas pour la gagne !
Petite complication également, on ne joue pas avec toutes ses cartes. Au début de chaque tour de jeu, nous sommes amenés à ne garder en main qu’un certain nombre de cartes, et à en défausser d’autres, que nous récupérerons au prochain tour. Il se peut donc que pour un tour nous n’ayons pas l’action qui permet de ramasser un trésor par exemple, ou pas l’action coup de feu… En prime, le deck de carte se retrouve pollué par une carte de balle, à chaque fois qu’un joueur nous tire dessus et nous atteint… On récupère la carte balle, et on l’ajoute à notre main… Grrr !
A noter que parfois, on peut programmer une action de façon secrète. Par exemple, le story board nous indique de jouer l’action côté caché de la carte, ou alors si l’on possède le personnage qui a cette capacité spéciale de jouer sa première action face cachée…
Car en effet, pour rendre le tout encore plus intéressant, chaque joueur est doté d’une capacité spéciale. Et bien-entendu, on ne choisit pas son personnage en début de partie… ce serait trop facile !

***

A préciser, ce jeu est joli et je le trouve bien conçu car les cartes sont facilement lisibles. Je n’ai pas eu besoin de me référer à la notice en cours de partie pour me rappeler à quoi correspondaient les pictogrammes. Les illustrations sont sympathiques. C’est plaisant.

Je n’ai pas eu à proprement parler le coup de cœur pour Colt Express, mais j’ai passé un bon moment avec ce jeu. J’ai aimé la prise en main rapide, qui fait que l’on ne passe pas 107 ans à expliquer les règles et à poser des questions.

J’ai apprécié le système de programmation des actions, et la convivialité que cela impliquait. J’ai beaucoup apprécié également les illustrations et l’ambiance générale du jeu. Maintenant, je pense qu’il pourrait être intéressant de refaire quelques parties en essayant de suivre de plus près les actions des uns et des autres, car lors de la première partie j’avais du mal à me rappeler de qui avait programmé quoi ! Même mes propres actions, parfois je ne me souvenais pas bien dans quel ordre je les avais prévues !!
Je ne pense pas que ce soit un jeu auquel on peut jouer éternellement sans se lasser. Mais pour son prix tout à fait abordable, il me semble qu’il offre quand-même de belles heures d’amusement en perspective. Alors oui je le recommanderais, aussi bien pour des ados que pour des adultes, car franchement, c’est un bon petit jeu !