Végétarisme et néologismes

Depuis quelques mois, quelques années même, le végétarisme revient en force, et s’impose comme une mode, alors qu’il y a une décennie encore, il apparaissait comme un choix marginal. Je ne dis pas que le mode de vie végétarien est totalement entré dans les mœurs et qu’il est facile de manger végétarien n’importe où, mais globalement, l’image de ce régime alimentaire a évoluée, et plutôt favorablement.

Le végétarien n’est plus systématiquement vu comme un individu carencé qui se prive de la bonne viande pour d’obscures raisons éthiques. Il peut désormais être quelqu’un de totalement « normal », citadin parmi les autres, qui ne s’habille pas avec une tunique en toile de jute. Les recettes végétariennes et même végétaliennes (sans aucun produit d’origine animale, ni viande, ni poisson, ni lait, ni œufs)  envahissent la toile, et on n’hésite plus à associer les idées de végétarisme et de gourmandise…

Du coup, qui dit « mode » dit « foules » et qui dit « foules » dit « évolutions ». Si certains adoptent le régime végétarien classique, qui consiste à exclure de son alimentation, de façon durable, toute chaire animale (viande ET poissons… et fruits de mer oui oui), d’autres font de « petites » adaptations.

On voit apparaître les fléxitariens, qui sont en fait des végétariens ponctuels. Ils ont décidé de réduire leur impact écologique, et/ou d’œuvrer pour leur bien-être en réduisant leur consommation de viande. Finalement ils ont fait un bon choix, un choix raisonnable. Le seul couac je dirais, c’est qu’il n’était pas bien nécessaire d’inventer un terme pour définir ce qui finalement est juste un comportement responsable et « normal ».

Certaines marques ont senti le vent tourner et ont décidé de cibler ces nouveaux comportements alimentaires, en leur proposant des produits spécialement dédiés à leur simplifier la vie. Céréal par exemple (Céréal Bio vous connaissez ? Et bien désormais il y a Céréal tout court, sans le bio) propose une gamme de produits sans viande ni poisson, qui s’utilise comme de la viande (faux steaks, émincées végétales…). Cela évite de tout révolutionner et de devoir préparer des repas équilibrés sans utiliser de viande…

J’ai goûté et ces produits sont bons. Là où je n’adhère pas totalement, c’est sur le fait que ces produits prennent un peu la place d’autres produits comme les légumineuses, les céréales, que l’on pourrait préparer soi-même rapidement et simplement, pour s’offrir une belle source de protéines végétales. En faisant la promotion de substituts aux produits carnés, on donne l’idée que la viande est essentielle et que s’en passer, même ponctuellement est un casse-tête. Alors que bon, les alternatives végétales sont partout si on veut bien se donner la peine de se renseigner !

D’autres régimes se développent, comme les pesco-végétariens, ou piscitariens. Les adeptes de ce régime se définissent comme des végétariens qui mangent du poisson. Leurs motivations sont multiples. Généralement il s’agit de se simplifier la vie, et ils envisagent cela comme une étape avant de sauter le pas du végétarisme. Là encore je dis « pourquoi pas ? » mais je tique sur le terme, puisqu’il me semble erroné d’inclure ce régime alimentaire dans les régimes végétariens. A ce moment là, pourquoi ne pas se dire « bufflo-végétarien » ou  « ovo-vegan » ? 🙂 Il serait tout aussi simple de dire « je ne mange pas de viande » plutôt que de se définir comme « piscitarien ». En prime, ayant moi-même eu une période de transition vers le végétarisme, pendant laquelle je mangeais du poisson, je peux vous dire que je mangeais énormément de poisson… A chaque fois que j’étais invitée, on me servait du poisson, comme si c’était la seule source protéinée qui me soit « permise ». Au final je mangeais probablement dix fois plus de poisson qu’un omnivore !! Pas vraiment végétarien comme régime avec le recul…

Et puis les problématiques d’un mangeur de poisson ne sont pas les mêmes que celles d’un végétarien, qui doit trouver des protéines ailleurs que dans la chaire animale, et qui doit aussi batailler lorsqu’il mange en dehors de chez lui… Et oui, mine de rien, demander un plat de poisson au restaurant est généralement chose aisée. Par contre, trouver une option sans viande ni poisson est parfois plus ardu !

Enfin voilà, je ne vais pas vous sortir une tartine de trente-cinq pages sur le végétarisme, mais je voulais simplement parler des évolutions de ce mode de vie, et des comportements s’en rapprochant. Encore une fois, je n’ai rien contre les gens qui choisissent de réduire leur consommation de viande, ou qui continuent à consommer du poisson. Ce sont les termes qui s’y rattachent et créent possiblement la confusion qui coincent un peu… 

Et vous, qu’en dites-vous ? 🙂

 

Je vous laisse avec cette triste nouvelle et vous suggère que nous planchions sur la mise au point d’un néologisme qui permettrait de désigner les gens qui mangent de la viande, à l’exception de la viande de bœuf : http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/24/un-cas-de-vache-folle-confirme-en-france_4889016_3234.html

Publicités

14 réflexions sur “Végétarisme et néologismes

  1. Selon la définition de « flexitarien », c’est ce que je suis 🙂 lol ! et pourtant, je me considère comme « normale » (même si la normalité est un concept ambiguë, on va dire plutôt traditionnelle!) : je consomme de la viande, mais Bio et local, idem pour les légumes… il y a juste pour les oranges, le chocolat et le thé que je craque, mais du tout écologique… après, nous en avions déjà discuté, mais je trouve que certains végétariens sont limites: certes ils ne mangent pas de viande, mais des légumes hors saisons toute l’année : en France, pas de tomates, de concombres ou de ratatouille en hiver ! c’est presque scandaleux écologiquement ! enfin bon, après, la liberté de chacun est précieuse 🙂 bisou bisou

    J'aime

    • Je dirais que les flexitariens devraient normalement constituer le gros de la population française. Ce n’est pas recommandé de manger de la viande/poisson à tous les repas. Les gens oublient qu’il y a des protéines dans autre chose que dans les produits d’origine animale, et c’est aussi pour ça qu’il y a tant de problèmes de cholestérol et de surpoids. Les lentilles, les haricots rouges, les pois chiches, c’est très riche en protéines aussi, mais trop peu consommé… 🙂

      Aimé par 1 personne

      • je déteste les lentilles 😦 brrr… même si la France produit un peu de pois chiches, ce n’est pas un aliment traditionnel, donc je pense que c’est normal qu’il soit peu consommé 🙂 je pense que je n’en mange même pas 2fois par an … le cholestérol est du aux graisses saturées, la viande maigre n’en contient pas. une alimentation variée est importante, en mixant viande/légumes/céréales c’est le top ! les gens feraient mieux de limiter le beurre, l’huile et les sucreries 🙂
        après, pour le poisson, je fais attention à ce que j’achète, mais je suis moins carré sur le sujet que la viande 🙂

        J'aime

      • La viande maigre certes, mais ce n’est pas ce qui coûte le moins cher. J’ai l’impression que les gens consomment pas mal de charcut’ et autres viandes pas toujours très qualitatives… autour de moi en tout cas…^^

        Aimé par 1 personne

      • Après, honnêtement, je m’intéresse assez peu à ce que mangent les autres. Je m’occupe de mon assiette et de celle de mon homme, puisque « cuisiner c’est aimer » comme dit le slogan de la marque Marie (un comble non ?). :-p

        J'aime

  2. Pour moi végétarien c’est quelqu’un qui mange pas de chaires animales et tout et tout et donc flexitarien (ou je sais plus le le nom) et pescovégétarien sont des termes qui ne veulent rien dire puisque ils vont à l’encontre du sens même du mot végétarien. On n’est végétarien que si on l’est. On ne l’est pas si on mange quelque chose d’origine animale.
    Une personne qui mange de la viande mais très peu, de façon occasionnelle et raisonnée (et réfléchie) n’es pas végétarienne pour autant mais tend à l’être par sa réflexion quant à la place de la viande dans son alimentation.
    En gros, on ne peut pas être végétarien qu’à 80%. Ca reviendrait à dire, je sais pas mais qu’on est pour l’environnement tout en continuant de bruler des forets et en tuant les écosystèmes.

    Après pour ceux qui réfléchissent malgré tout à la place de leur viande dans l’alimentation, c’est super surtout quand c’est raisonné et qu’ils s’y tiennent. Mais je ne pense pas qu’il faille y mettre un terme là dessus, puisqu’il s’agit de personnes qui réfléchissent et qui se rapproche du végétarisme sans y être en plein dedans.

    Bon, c’est pas très francais mais j pense que c’est compréhensible haha en tout cas l’article est vraiment sympa 😀

    J'aime

  3. Boubinette dit :

    Ton article est très intéressant !! Je pense que tu as raison.. c’est un peu embétant de devoir mettre des « noms », des « étiquettes » sur « tout », tout simplement, car il n’y a pas qu’une seule façon de vivre.. loin de là !! // Pour ma part, depuis gamine, je « raisonne » mon alimentation. Cela m’est venu de moi-même, personne ne m’a jamais forcée, et d’ailleurs, je ne me force aucunement en refusant par exemple, de manger de l’agneau, du veau, du lapin.. etc. C’est juste ma façon de vivre ma vie. J’essaie de ne pas me mettre de « barrières » qui me rendraient plus malheureuse qu’heureuse, et de me laisser porter par la façon dont j’ai envie de vivre ma vie. (En gros, pour ma part, je mange de la viande, mais « certaines » uniquement, et de façon raisonnée ! déjà, si tout le monde réduisait naturellement sa consommation, il y aurait bien moins de problèmes; enfin c’est un sujet très complexe !!! je pense que tu seras d’accord sur ce point hihi^^). C’est vrai que les mentalités évoluent, et les propositions commerciales également, ce qui n’est pas plus mal. On a moins l’impression d’être un extraterrestre quand on ne veut pas manger de viande et de poisson quand même; si on compare avec il y a quelques années encore ^^. Bisous !

    J'aime

    • C’est essentiel de se comporter en accord avec ses principes, et de ne pas se frustrer. Si te passer de viande te rend malheureuse, et que cela ne s’impose pas comme un choix logique, aucune raison d’aller contre. Je partage ma vie (mon frigo, mes poêles, mes repas) avec un omnivore convaincu, qui mange de la viande tous les jours ou presque. Ce n’est pas moi qui vais critiquer.^^ Chacun son assiette, chacun ses choix. 🙂

      J'aime

  4. Je pense faire parti de la catégorie flexitairien, je consomme moins de viande pour des raisons écologiques mais aussi pour des raisons économiques( peu de moyens).
    Et je pense aussi que manger plus de légumes et plus varié est aussi une bonne chose.
    Après je me méfie toujours des modes quelles qu’elles soient.
    Bisous à toi!
    https://lachambreroseetnoire.wordpress.com/2016/03/21/brigitte-bardot-et-son-look-dans-don-juan-73/

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s