Le vinaigre balsamique – Tout est dans la nuance…

Oui nous avons visité et adoré Modène (je vous en parlerai en détails). Mais nous n’y avons pas goûté une seule goûte de vinaigre balsamique. Pourquoi ?

Il faut savoir que le vinaigre balsamique n’est en réalité pas un vinaigre. Le vinaigre est normalement obtenu par la fermentation de l’alcool du vin. Tandis que le vinaigre balsamique provient de la cuisson du moût du raisin (le jus de raisin avant fermentation).

Le vrai vinaigre de Modène est produit dans une région bien précise, en Emilie-Romagne, à partir de cépages spécifiques. Et il est ensuite mis en fermentation dans des tonneaux en bois, d’essences et de contenances différentes (le bois de cerisier donne du fruité, le chêne apporte des notes vanillées, etc…).

Pour obtenir un vrai vinaigre balsamique de Modène, il faut au moins 12 années de fermentation. Certains vinaigres restent en tonneaux parfois jusqu’à 100 ans !

On a véritablement affaire à un produit très précieux et vous imaginez bien que votre vinaigre payé 3 € en surpermarché n’a pas vieilli pendant 100 ans… ni même pendant 12 ans d’ailleurs…

Lorsque nous avons mangé à Modène, dans un bon petit fast food vegan, on nous a déposé du vinaigre balsamique sur la table… Pas besoin de vérifier l’étiquette. Si la bouteille est mise à disposition, c’est que nous n’avons pas affaire à du vrai ! (Et puis bon, on parle de fast food !)

L’explication ? Il n’y a pas de protection de l’appellation « vinaigre balsamique »… et les vinaigres bon marché sont en réalité des vinaigres de vin, qui ont été colorés avec un colorant caramel (le même que dans les sodas en général)… Tsoin tsoin tsoin… vous êtes déçus ? Je le conçois…

On peut se consoler avec des vinaigres balsamiques qui ont vieilli quelques années (3 à 5 ans environ), et seront meilleurs que les faux vinaigres (l’indication « moût de raisin » doit précéder celle de « vinaigre » dans la liste des ingrédients) ou craquer son slip et s’offrir du vinaigre « traditionnel », en mettant le prix… Quelques goûtes suffisent pour ensoleiller un plat…

Je vous laisse, et vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures italiennes ! 🙂

 

 

Parme ne nous a pas pris pour des jambons ! [Italie]

Pardon.

Pour le titre.

Mais c’était trop tentant…

« Et vous cette année vous repartez en Italie ? »

C’est la phrase que nous entendons souvent dans la bouche de nos amis quand revient la période bénie des vacances. Et invariablement, nous y répondons « oui ». Oui, on part à nouveau dans le nord de l’Italie, mais… cette année on innove. Nous avions prévu un petit circuit d’une dizaine de jour, entre Biella et Bologne, avec un crochet par… PARME ! Car oui, nous avons beau nous rendre en Italie chaque année, nous n’avons encore pas fait le tour de la botte, loin de là !

***

1 (121).JPG

Quelques généralités…

Parme se trouve en Emilie-Romagne, région située au nord de la Toscane, dont la capitale est Bologne.

Je ne savais pas grand chose de Parme avant de m’y rendre, mais j’étais bien décidée à en apprendre des tonnes sur la ville et sur les parmesans (ah ah oui, fallait que je la place celle-ci, puisque c’est ainsi que l’on appelle les habitants !).

Parme est donc la ville du fameux fromage, et du jambon de Parme évidemment. Cela peut sembler logique, inutile à préciser, mais si cela me fait plaisir de le faire, je ne vois pas pourquoi je m’en priverais !

Il existe des circuits gourmands, pour découvrir la ville à travers ses spécialités culinaires. Mais nous avons fait le choix de nous attarder plutôt sur les monuments, même si nous n’avons pas manqué de nous faire plaisir également à table (ce sera l’objet d’un billet spécifique).

Parme, c’est aussi le berceau de Barilla, où Pietro Barilla ouvrit une fabrique de pain et de pâtes en 1877 (non, l’usine Barilla ne se visite plus, bouh). Maintenant on peut uniquement « visiter » l’Academia, qui est une sorte de centre de formation, axée sur la gastronomie.

Parme, ville de gastronomie donc, mais pas que ! La ville est coupée en deux par le fleuve du Parma, affluent du Pô. Elle abrite de nombreux monuments, qu’il nous était impossible de voir dans leur intégralité durant notre court séjour…

Mais ce n’est pas bien grave, car cela fera une excuse pour revenir !

À Parme, comme partout en Italie, il y a un dialecte local : le pramzàn. C’est ça qui est formidable avec l’Italie, cette mosaïque linguistique et culturelle qui n’arrête pas de surprendre la française que je suis !

IMG_6827

 

***

Nous sommes arrivés en train (depuis Fidenza) et avons entrepris de visiter la ville avec notre guide du Routard et quelques infos glanées sur le net (Wikipédia et le site officiel de la ville).

Il s’est avéré que le billet d’entrée cumulatif a 8 € qui permettait de visiter plusieurs monuments et musées n’existait plus. Donc nous avons changé nos maigres plans !

Au musée !

Pour 4 € chacun nous avons parcouru la pinacothèque. Bien que nous ne soyons pas de gros amateurs de peintures et musées, nous avons beaucoup apprécié !

1 (119).JPG

À l’entrée, des brochures gratuites en anglais ou italien sont à disposition. Il nous faudra arriver à la septième salle pour nous apercevoir que derrière les panneaux fixes en italien, se trouvent des fiches en anglais, français et espagnol !

1 (120).JPG
Les œuvres vont des XIVème et XVème  siècles jusqu’à 1900, et témoignent de la richesse artistique de la ville.

Les photos seront plus intéressantes que mes commentaires de néophyte. Retenez juste que de très grands peintres ont vécu à Parme et formé des élèves parfois très doués. On peut donc voir leurs œuvres dans ce musée, mais aussi dans les églises de la ville… Ce qui nous amène au second point : la découverte de la Piazza Ducale et du Duomo.

Musée Parma (43).JPG

***

La Cathédrale

La place n’est pas une place carrée bordée de terrasses. Mais elle est néanmoins très fréquentée. Nous sommes surpris de trouver beaucoup de touristes et notamment des français. Ce n’est ni Paris ni Milan mais ils sont plus nombreux que dans nos autres étapes !

Juste à la sortie (ou à l’entrée, question de point de vue) de la Cathédrale, il y a une boutique de souvenirs, avec des cartes postales à 1 €. Cela vient me conforter dans l’idée que la ville est particulièrement prisée des touristes. Mais nous verrons des villes bien plus fréquentées en août, notamment Vérone…

Le Duomo est splendide. L’intérieur est peint sur chaque centimètre carré. La coupole est d’une beauté à couper le souffle. Il a fallu 4 ans au peintre le Corrège pour la réaliser.

L’assomption de la Vierge y est représentée en trompe l’œil. En soit la peinture est déjà impressionnante de réalisme, mais quand on imagine la prouesse technique qui a été réalisée pour la produire sur un support en hauteur, et courbe, on n’a plus de mot…

***

1 (123)

OK cela peut sembler très chargé comme cela en photos, mais en vrai, imaginez un peu comme l’on se sent tout petit au milieu de cet immense bâtiment ! On pourrait se balader pendant des heures, en observant tous les petits détails des peintures qui ornent les murs…

Duomo PARMA (22).JPG

Une fresque de Benedetto Antelami datant de 1178 représente la déposition du Christ.

Duomo PARMA (34).JPG

J’ignore combien de temps nous avons passé dans cette splendide Cathédrale… mais nous avons adoré cette visite ! [L’entrée est gratuite. Je le précise car ce n’est pas toujours le cas selon les villes…]

***

D’ailleurs, sitôt sortis, nous avons remis cela avec l’église San Giovanni Evangelista, juste à côté. Beaucoup moins prisée des touristes, cette église datant de 1490-1519 (construite sur un ancien édifice du Xème siècle.) est également plus sombre. Les peintures ont souffert du temps, mais restent fort impressionnantes. Là encore, on peut admirer une coupole peinte par le Corrège.

Chiesa San Giovanni Evangelista (3).JPG

Chiesa San Giovanni Evangelista (9).JPG

La coupole de San Giovanni Evangelista

Vous En voulez encore ? Pas de souci, Santa Maria della Steccata est aussi une belle église, avec là encore une coupole ! Comme dans le Duomo (aussi appelé Santa Maria Assunta) la coupole représente l’Assomption de la Vierge. Elle est l’oeuvre de Bernardino Gatti.

Dans la crypte, la dernière chemise de Louis XVI (Luigi Seidici) est conservée… celle qu’il avait lors de son exécution donc. Mais l’accès se fait sur demande auprès de la sacristie et nous n’avons pas osé demander.

Santa Maria della Steccata (3).JPG

Santa Maria della Steccata (1).JPG

Toutes ces églises, cela donne soif… Nous avons donc pris un petit remontant au Bar Panificio 10, piazza della Steccata.

Ce fut un espresso pour Monsieur et un thé pour moi (d’office, un thé noir bio en sachet, servi comme souvent en Italie avec une rondelle de citron). Ce que je retiendrai de ce bar, c’est l’emplacement étrange des WC… au sous-sol, accessibles via un monte-charge. Pour s’y rendre, il faut garder le doigt appuyer sur le bouton et attendre d’arriver en bas pour relâcher. Cela a un côté étrange et un brin inquiétant.

***

Purée, on s’attendait à ce que ce soit beau Parme, mais à ce point quand-même pas ! J’aurais bien aimé visiter le Baptistère, mais il aurait fallu revenir une deuxième journée… ah ba tiens, voilà une belle excuse pour repasser par ici une prochaine fois !

Ce bâtiment octogonal est situé juste à côté de la Cathédrale, construit entre 1196 et 1216 il est richement décoré, avec des peintures à couper le souffle (oui encore). 

Palazzo Pilotta (1)

J’aurais pu vous parler aussi du Palazzo della Pilotta (photo ci-dessus)… Nous ne l’avons pas visité, mais nous sommes passés plusieurs fois à proximité, car il se situe au centre de la ville, et qu’il a des dimensions qui ne permettent pas vraiment de le louper !

Il tire son nom du jeu de la « Pelote » (Pelota en italien) car les soldats pratiquaient ce jeu dans la cour, à l’époque… Construit entre 1580 et 1611, il a connu plusieurs évolutions, destructions, reconstructions, et abrite désormais divers musées.

 

IMG_6926.JPG

J’aurais pu vous parler du Starb… ah ba non c’est pas un Starbuck !

IMG_6950.JPG

Bref, j’aurais pu vous pondre un article de 5 000 mots sur Parme, mais vous n’auriez pas tout lu, restons honnêtes. Alors je reviendrai dans un prochain billet, pour vous parler de Parme ou d’autres découvertes italiennes. Promis !

***

Et sinon les vaches qui font le parmesan ?

Et oui, vous vous doutez bien qu’on ne les trouve pas à Parme même, mais par contre vous ignorez peut-être qu’on ne les trouve pas non-plus autour de la ville… C’est ce qui surprend finalement, car on s’attend à voir des pâtures partout, avec des vaches qui broutent joyeusement, et en réalité on ne voit que des champs de céréales et de légumes… Les vaches sont dans des bâtiments…

***

A bientôt et merci par avance pour vos réactions ! 🙂

 

 

Le Cercle Littéraire des Amateurs d’épluchures de patates

Il y a des livres, dont on entend énormément parler, et toujours en bien… J’ai deux types de réactions face à ces romans. Soit je me jette dessus et les lis en même temps que le reste du monde, soit au contraire, je traîne, traîne, et finis par les lire des années après, en ayant peur de ne pas partager l’engouement qu’ils ont pu susciter…

Avec Le Cercle Littéraire des Amateurs d’épluchures de patates, ma réaction fut la seconde. Je viens seulement de refermer ce roman, qui date déjà de 2008 !

Je l’ai lu en anglais, sous son titre original :

The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society

IMG_7639

Il s’agit d’un roman historique épistolaire, qui s’articule autour de Juliet Ashton, auteure en manque d’inspiration… L’action se situe en 1946, juste après la fin de la guerre.

Juliet reçoit un jour la lettre d’un inconnu, originaire de Guernsey, Dawsey Adams. Il a lu un livre ayant appartenu à Juliet, et souhaite correspondre avec elle.

Nous lisons les échanges de lettres entre Dawsey et Juliet, mais aussi entre Juliet et son éditeur, Sidney Stark, et Juliet et son amie Sophie (qui est aussi la sœur de Sidney).

Petit à petit, d’autres personnages apparaissent, toujours par le biais de leurs courriers échangés avec Juliet.

***

Nous découvrons l’existence d’une « société secrète » maquillée en club de lecture, et destinée à tromper les allemands qui occupaient alors Guernsey. Les différents membres écrivent à Juliet, et dévoilent des souvenirs de l’occupation, tous plus intéressants les uns que les autres. On se prend à s’attacher à ces personnages, et à vouloir mieux les connaître…

Ce roman est à la fois touchant et drôle, jamais larmoyant. Il nous offre une sublime galerie de portraits, avec des personnages qui ont tous leur intérêt…

***

Je dois dire que le fait de le lire en anglais m’a un peu bloquée au début, car j’ai eu du mal à retenir précisément qui était qui, et le fait d’avoir traîné dans ma lecture (j’ai assez peu lu pendant mes vacances et ai passé 3 semaines sur ce roman !!) m’a empêchée de me plonger dans l’histoire autant que je l’aurais voulu. Du coup, je suis passée un peu à côté de certaines choses, et le regrette.

Mais j’ai malgré tout beaucoup aimé ce livre, et ne suis donc pas surprise du succès qu’il a pu rencontrer !

Je vous conseille de le lire à votre tour, si ce n’est pas déjà fait !

Darya bio, l’infusion bienfaisante de George Cannon

J’ai dégusté dernièrement une infusion en sachet de chez George Cannon. Il s’agissait de Darya bio, un mélange de plantes, particulièrement sélectionnées pour leurs vertus digestives.

Dans ce sachet on trouve du romarin, du fenouil, de l’aubier de tilleul, de l’angélique, du thym, du basilic, du pissenlit, du gingembre, de la mélisse, et de la lavande !

image

J’ai été curieuse et ai découpé le sachet pour admirer le contenu… et en effet, il y a du monde là-dedans ! On trouve de vraies plantes, et même des petits morceaux de bois (l’aubier de tilleul !). On est loin des infusions aux arômes synthétiques !

Ce mélange ne manque pas de goût, et change des infusions classiques (verveine / tilleul / etc). C’est très plaisant, et en plus le sachet peut sans problème servir pour préparer deux tasses.

image

J’ai été séduite, et recommande donc Darya Bio, pour une pause détente, après le repas !

Plus d’infos par ici : http://www.alunithe.com/sachet-the-george-cannon-infusion-darya-bio.html

Thaï Wok – Besançon (vegan friendly)

Manger végétarien au restaurant peut parfois sembler compliqué, surtout quand on ne vit pas dans une grande ville. Pourtant, je trouve que ces dernières années, c’est devenu de plus en plus facile, même chez moi, à Besançon.

je ne consomme ni viande, ni poisson, ni lait, mais cela reste possible d’aller au resto, et de varier !

Par exemple, il y a un fast food situé rue Claude Pouillet, en plein centre-ville, qui propose des plats thaï, dont certains sont végétariens, et d’autres carrément vegétaliens.

Il s’agit de Thaï Wok.

image

 

De l’extérieur, l’endroit ne paye pas de mine et l’on peut facilement passer devant sans le remarquer. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pendant plusieurs années.

Mais si l’on pousse la porte de ce petit resto, on est immédiatement accueillis par la Cuisinière, toujours très souriante.

On nous remet la carte, sur laquelle les photos des plats font toutes plus envie les unes que les autres… il y a le classique mais néanmoins délicieux Pad Thaï (plat de nouilles accompagnées de cacahuètes, pousses de soja, haricots verts…), des riz frits, des soupes au lait de coco…

***

Le choix est vaste et on peut « customiser » son plat en ajoutant du tofu ou de la viande (pour les omnivores) en payant un supplément de 1 € (2 € pour les crevettes).

Voici un petit aperçu de ce que vous pourrez manger chez Thaï Wok. Les tarifs sont donnés à titre indicatifs, et peuvent bien-entendu évoluer.

*Entrée poulet satay ou salade thai : 4,50 €

*Pad Thaï œuf et tofu 9 €

*Preaw Wan : légumes sautés à la sauce aigre-douce et riz blanc 7,50 €

*Khaow Pad : riz sauté sauce soja, légumes et œuf : 7 €

*Khaw pad Kang keaw wan : riz sauté, curry vert, légumes 6 €

-supplément tofu ou poulet 1 € / crevettes ou calamar 2 €

***

image

Les soupes sont vendues 10 € et sont accompagnées de riz blanc ou de nouilles de riz. Aucune n’est végétarienne, mais j’imagine qu’il est possible de demander de remplacer le poulet par du tofu, ou de retirer la viande tout simplement, puisque tout est cuisiné à la demande…

Je n’ai pas relevé les desserts ni leurs prix, mais je peux vous dire qu’il y avait pas mal de choix pour un restaurant asiatique, avec notamment de la glace (mon amie a pris coco-ananas), du riz gluant, etc… Pour ma part j’ai opté pour une infusion thaï toute bleue, qui m’a coûté 2 €.

Les plats sont préparés à la demande comme je vous le disais, donc il arrive qu’il y ait un peu d’attente, surtout le soir, mais globalement c’est rapide, et en prime le sourire arrive en même temps que les plats. C’est vraiment super appréciable, d’où le fait que je le souligne deux fois !

Les plats sont simples, mais c’est bien connu, ce sont les choses les plus simples qui sont les meilleures. Et là encore le proverbe ne ment pas ! J’ai pu goûter à peu près tous les plats végétariens de la carte, et me suis régalée à chaque fois. Les portions sont généreuses, et vous ne ressortirez jamais de ce resto avec la faim ! (D’autant qu’il est possible de prendre entrée, plat et même dessert).

Ici on sert aussi du thé, notamment du matcha japonais et des infusions thaï très sympas.

Bref, c’est une belle petite adresse à connaître si vous souhaitez manger rapidement, sainement, et veganement à Besançon ! La cuisinière est aux petits soins, et ne manque jamais de demander si tout se passe bien.

Vous devez trouver que je m’enthousiasme bien facilement pour un simple resto de wok. Mais franchement, les restos de ce type qui proposent des plats faits maison, et sont capables de renseigner le client sur ce que contient l’assiette et même la sauce, c’est rare… Combien de fois ai-je dû poireauter pour avoir la confirmation que la sauce contenait de l’huître !

Plus d’infos par ici !

Quelques idées DVD…

Aujourd’hui je vous propose une multi-chronique, pour vous parler des derniers films que j’ai vus. En effet, j’ai pris un peu de retard, et vous confesse que l’idée de devoir rédiger une chronique par film ne m’emballe pas énormément, vilaine blogueuse en carton que je suis. :-p

Pour commencer, j’aimerais vous parler de Barbecue, comédie française sympathique, qui regroupe des comédiens tous aussi sympathiques. J’avais une petite appréhension avant d’appuyer sur PLAY car au casting de Barbecue, on trouve notamment Florence Foresti et Franck Dubosc, que j’ai tendance à trouver parfois agaçants. Mais finalement j’ai passé un bon moment devant ce film, qui met en scène une bande de potes.

Antoine, campé par Lambert Wilson, a cinquante ans, et il vient de réchapper à un infarctus. Pour lui qui a toujours fait attention à vivre sainement, c’est un coup dur. Il décide donc de changer ses habitudes… ce qui ne sera pas sans effet sur ses proches…

Certes, ce film ne sort pas vraiment des sentiers battus, et nous rappellera moult autres comédies qui mettent en scène des bandes de potes. Mais qu’importe, cela reste un petit film léger et charmant.

barbecue.jpg

Ensuite, j’ai visionné Voisins du Troisième Type avec Ben Stiller. Là encore, je n’étais pas totalement convaincue, car parfois cet acteur peut être franchement excessif. Mais l’homme insistait, et comme je ne peux pas lui imposer de regarder uniquement mes films, j’ai cédé… Grand bien m’en a fait !

Il s’agit d’une histoire un peu loufoque, qui commence par l’horrible assassinat d’un agent de surveillance d’une société… Son ancien Manager se met en tête de retrouver le coupable, et de fonder une milice de quartier, pour assurer la sécurité de tous… sauf que, la milice n’attire que des gens qui ont tous un grain, et que le tueur s’avère être… un alien !

Je ne suis pas toujours preneuse pour un film d’aliens, mais ici finalement, l’accent n’est pas mis sur le côté alien. On rit plutôt grâce à la milice des bras cassés, qui enchaîne les gags à la noix. Et pour autant ce n’est pas trop lourd. Cela reste assez subtile, pour une comédie, et on sourit du début à la fin, sans voir le temps passer…

20211367

Agréable surprise également pour Just Married no Sex, avec la délicieuse Brittany Murphy. Le titre laissait présager un film un peu lourdingue, mais finalement on nous sert ici une jolie petite comédie romantique. Le pitch ? Un jeune couple, mignon, amoureux, qui se dit oui pour la vie et part en lune de miel… Sauf que la catastrophe commence… Rien ne se passe comme prévu et les deux tourtereaux rentrent fins remontés l’un contre l’autre. Le film a l’originalité de commencer par la fin, et tout l’intérêt va être de découvrir ce qui a poussé nos deux protagonistes à se prendre la tête à ce point… Les personnages sont attachants, et les gags passent bien…

Le petit plus, c’est que la lune de miel se passe en Europe et qu’il y a des clichés à la noix sur notre culture (pas d’exemple, vous aurez la surprise intacte si vous souhaitez visionner ce film !).

Cette comédie romantique nous a plu, autant à mon homme qu’à moi-même !

35284.jpg

Voilà pour mes nouveautés, qui ne sont pas des films tous récents ! Peut-être vous aurai-je donné envie d’en visionner un ou deux (ou trois). N’hésitez pas à me le dire en commentaire ! 🙂

Secret Tibétain – George Cannon

Bonjour à tous et bienvenue dans ma tasse, pour découvrir un thé de la marque George Cannon ! Il s’agit de Secret Tibétain, mélange de thés noirs de Chine et de Ceylan, de thé vert au jasmin, aromatisé vanille, cannelle, pétales de lavande et bergamote !

Le sachet mousseline biodégradable est pratique, car il se dépose tel quel dans la tasse, sans que l’on ait à utiliser ni filtre ni petite cuillère. Pour les journées intenses au boulot, c’est toujours appréciable.

On nous conseille de chauffer l’eau ) 90°C et de laisser infuser 5 minutes.

J’ai été surprise par le parfum de ce thé dès sa sortie du sachet. Il embaume le thé noir et la bergamote, avec une pointe fleurie en fond, que je suis convaincue de connaître… mais oui, c’est le jasmin !

Comme je ne suis pas une grande amatrice de thés noirs, j’ai laissé infuser environ 3 minutes, pour obtenir une boisson légère. Et je ne l’ai pas regretté, car ainsi mon thé était rond en bouche, pas du tout amer…

image

Secret tibétain est un bon earl grey (mélange de thé noir et de bergamote) fleuri et subtile. Je n’ai pas reconnu la cannelle, mais j’ai bien retrouvé le jasmin que j’aime tant, et qui apporte une note originale à ce mélange, idéal à mon sens pour le petit-déjeuner, ou pour une pause dans l’après-midi !

image

Je vous laisse et vous dis à très bientôt pour d’autres chroniques théïnées ! 😀