The Colonist – Gros jeu !

De retour d’Essen, le frère de mon copain nous a proposé de tester The Colonist, un gros gros jeu bien touffu, plein de cartes, de jetons et de bidules en bois (on appelle cela des « meeples« ).

Nous avons commencé par une partie d’initiation, que nous n’avons pas terminée. Nous lui avons consacré environ 3 heures, avec des pauses discussion.

The Colonist

Ci-dessus, un aperçu d’une partie du matériel : en haut à gauche ce sont les ressources (bois, planches, argile, briques…) ; dans le sachet au milieu, quelques bâtiments, et puis en bas les jetons outils, avec au centre, les sous-sous.

***

The Colonist est un GROS jeu qui demande du temps et de la place. Mieux vaut le savoir avant de lancer une partie !

Il est prévu pour 1 à 4 joueurs, âgés de 12 ans minimum (12 ans ok, mais pour des enfants bien habitués aux jeux de ce type car franchement, ce n’est pas un Monopoly !!).

***

Le pitch

Nous incarnons un colon, qui s’est vu confier par l’Empereur, la tâche de fonder une communauté. Il faudra ensuite développer sa colonie, et battre les concurrents !

Le but est d’atteindre le plein emploi.

 

Se situer dans l’espace temps…

The Colonist se joue en 4 ères, de 5 ans chacune, et les années se divisent (non pas en 4 saisons) en 2 saisons.

 

Comment qu’on fait ?

Dans un premier temps, il sera nécessaire de recruter des fermiers, pour les faire travailler. Très rapidement, le stockage manquera pour conserver les ressources, donc il deviendra important de bâtir de nouveaux lieux de stockage et garde-mangers.

Pour qu’une bâtiment remplisse son rôle, il doit être activé. C’est à dire qu’il faut placer un gus dessus (fermier, citoyen, marchand).

Parallèlement, chacun devra développer des bâtiments où il pourra faire travailler ses fermiers. Un fermier, c’est bien, mais un citoyen c’est encore mieux. Et le summum, c’est le marchand. Vous vous en doutez, quand c’est mieux c’est plus cher, donc il faudra nourrir et habiller les personnages, plus ou moins selon leur rang social…

The Colonist

Et en pratique ?

En pratique nous avons un plateau central composé de tuiles. Il y a une configuration de départ, indiquée dans le livret de règles, et de nouvelles tuiles apparaissent au fur et à mesure du jeu, pour élargir les possibilités d’actions. L’apparition des tuiles ajoute au côté aléatoire, et à la rejouabilité. On sait qu’à un moment donné on pourra produire tel ou tel truc, mais on ne sait pas quand précisément…

On positionne notre pion sur l’une des tuiles, pour effectuer l’action qui y figure. Chaque joueur a 3 actions par tour de jeu, qu’il effectue les unes à la suite des autres.

On se déplace de tuile en tuile, avec une exception pour les tuiles de marché. Aller de n’importe quelle tuile vers une tuile marché ne coûte qu’un point de déplacement.

Il est en revanche interdit de revenir sur la tuile de départ (exemple, je pars d’une tuile A, je vais en B, C, et ne peux pas finir mon tour sur la tuile A).

Pour utiliser une tuile déjà occupée par un autre joueur, je dois payer un coût indiqué sur la carte de marché. Ce coût change à chaque tour.

The Colonist

Mais z’encore ?

Je peux par exemple me rendre sur une tuile de ressources, pour obtenir des bois, que je vais stocker dans mes entrepôts. Je peux aussi me rendre à la « joinery » pour scier mon bois et en faire des planches. Je peux me rendre sur une tuile pour piocher une carte, et ensuite aller sur la tuile de développement qui me permettra de jouer cette carte. Je peux aussi construire des bâtiments, si je possède les ressources et outils nécessaires…

Les actions sont très nombreuses, très variées, et pour élargir encore les possibilités, il y a des Ambassades, et des niveaux dans ces Ambassades, que nous pouvons valider pour jouir de petits avantages… On peut dans un premier temps, jouer sans les ambassades, pour simplifier la partie. Mais par la suite, cela me semble quand-même fort intéressant de les intégrer, d’autant plus qu’il y a plusieurs cartes d’ambassades, donc qu’elles changent de partie en partie… et modifient considérablement le jeu !

Les ressources sont de différents types, et se transforment (le bois devient planches ; l’argile devient brique etc).

On a donc des cycles de production, et de nouveaux produits qui apparaissent au fil du jeu, et modifient la partie petit à petit…

 

En résumé ?

Ce jeu offre énormément d’options à chaque joueur. Les actions sont diverses et variées, et l’on peut opter pour des stratégies très différentes à chaque partie. OK ce n’est pas un jeu pour débutant, et il faudra jouer plusieurs fois pour connaître les différentes tuiles et cartes, mais quand on aime ce genre de jeu bien complexe, on ne peut qu’aimer The Colonist, car il est bien fichu, et étonnamment rapide à prendre en main. En effet, la mécanique n’a rien de compliqué. L’interactivité n’est pas énorme, mais on finit rapidement par se gêner sur le plateau central, ce qui pimente bien la partie !

 

Comptez environ 3 h 30 – 4 h 00 pour une partie complète à 4 joueurs. Honnêtement il n’y a pas de quoi être rebuté, car l’on s’amuse dès la première partie !

Publicités

Une réflexion sur “The Colonist – Gros jeu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s