La Masnà – chronique guest

Une fois n’est pas coutume, c’est ma Mum qui prend le clavier et vous propose son avis sur un roman sorti dernièrement chez Les Escales.

En quelques mots, dans son mail avec la chronique détaillée elle m’écrit :

J’ai eu un peu de mal à m’y retrouver dans les personnages, mais bon après
quelques efforts, on y parvient ; livre bien écrit, histoire intéressante et
petit exercice final pour entretenir les neurones.

la-masna-888435-264-432

Résumé

La Masnà, ou l’enfant, la petiote, raconte l’histoire de trois femmes Italiennes de trois générations successives ;

Emma Bonelli, issue d’une famille très modeste de paysans, épouse en 1935 Génio De Francesi ; Francesi « traduisez Français » parce-que des années plus tôt, deux frères sont partis travailler de l’autre côté de la frontière.

Un héritage familial allié aux gains des deux frères a permis aux Francesi d’acquérir une portion de maison qu’ils agrandiront au fil des décennies. Le fils Génio, dit le boiteux à cause d’une infirmité de naissance et Emma vivront côte à côte sans amour ; le mariage est un arrangement entre les deux familles.

La Masnà, pauvre mais travailleuse, copie de Cendrillon – la beauté en moins – et le fils de famille handicapé et savetier, s’unissent et cohabiteront avec le père Francesi et la belle mère.

Le père cheminot, est un personnage brutal, dédaigneux vis à vis de son fils qu’il considère comme un raté, et incestueux avec sa bru. Il décide de tout et c’est un homme de petite vertu qui mène la vie dure à chacun.

Emma travaille sans relâche, coud, cuisine, astique, jardine, travaille dans les champs. Elle mettra au monde un fils, Mario puis 9 ans plus tard, au grand désespoir de toute la famille, une fille, Luciana.

Luciana, grandit sans effusions aux côtés d’une mère qui n’exprime jamais ses émotions ; seul son frère, Mario a droit à l’attention maternelle. Avec le décès du beau-père puis de la belle-mère, c’est Mario qui devient le nouvel homme de la famille, prend les décisions, lui que sa mère Emma écoute sans broncher, parce-que «Mario a dit».

Je me suis permis de tronquer le résumé fait par ma Mum, car il détaillait toute l’histoire et risquait à mon sens d’entamer le suspens. Même si cette saga familiale n’est pas à proprement parler un roman à suspens, j’imagine qu’il est plus intéressant de la découvrir sans savoir ce qui va se passer à l’avance…

-Mais Mum, moi qui n’ai pas lu ce roman, je ne comprends pas bien… C’est qui la Masnà au final ?

-Et bien les différents personnages féminins sont la gamine, la masnà, chacune à tout de rôle !

La masnà, c’est la soumission de femmes devant des hommes ayant tout pouvoir sur elles : pères, frères, maris, beau-pères, mais plus encore c’est l’absence de place et de reconnaissance faite aux femmes dans la société italienne, presque l’absence d’existence ; des vies entières de labeur et de soumission, à une époque toute proche de la nôtre.

J’ai bien aimé ce livre ; on a un peu de mal à s’y retrouver dans les nombreux personnages et les changements d’époque mais globalement, l’histoire accroche, on veut connaître la suite. Les allusions aux deux guerres et aux crimes nazis-fascistes en 1944 donnent à ce roman toute sa crédibilité même si les personnages sont bien entendus inventés de toute pièce…

 

Publicités

4 réflexions sur “La Masnà – chronique guest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s