Malpaga, et le Moyen-Âge est là !

J’avais découvert le château de Malpaga sur internet, en préparant nos vacances.

En effet, ce château médiéval se situait tout près de notre point de chute, dans la région de Bergame, en Italie

Coup de bol, j’avais vu qu’un événement serait organisé le weekend même de notre visite.

Nous nous y sommes donc rendus en voiture depuis notre hôtel de Stezzano. Cela nous a pris un quart d’heure.

MALPAGA1 (2)

En arrivant à Malpaga le matin, nous avons pu nous garer sans difficulté et gratuitement, puis marcher quelques centaines de mètres pour accéder au château.

Nous avons tout de suite été séduits par l’édifice et par toute la mise en scène. Des tissus avaient été installés, avec des stands en bois, une grande table… On se serait crus revenus au Moyen-Âge !

Malpaga

Sur un stand, des gens vendaient des couronnes de fleurs, que l’on retrouvait ensuite sur les têtes de toutes les gamines !

MALPAGA1 (3)

L’entrée du château

MALPAGA1 (5)

MALPAGA1 (56)

Selon les horaires, il est possible de visiter le château, soit avec un guide en costume, soit avec un audioguide. La visite avec un guide en chair et en os coûte 9 € par adulte. Elle est proposée en italien uniquement.

C’est cette option que nous avons choisie, car une visite commençait juste au moment où nous arrivions.

A savoir, le château peut aussi se visiter en groupe, avec des écoles, ou être privatisé pour des événements particuliers, comme des mariages.

MALPAGA1 (7)

MALPAGA1 (8)

MALPAGA1 (11)

Le Château de Malpaga date du XIIIème siècle. Initialement, il était en fait une rocca, c’est à dire une forteresse, avec pont levi et fossé, qui servait essentiellement à assumer un rôle défensif contre les allemands.

Puis, avec l’arrivée du condottiere Colleoni, il fut agrandi, à compter de 1456. En effet, le militaire choisit cet imposant édifice, comme centre de son domaine, et y fit construire des maisons pour loger ses soldats.

La forteresse initiale était décorée de motifs géométriques, qui furent recouverts par de nouvelles fresques, figuratives cette fois. Mais par endroits, les fresques d’origine sont encore visibles.

MALPAGA1 (31)

Ci-dessus, on visualise bien les différentes fresques ; les anciennes, et les nouvelles, apparues par dessus. Notre guide nous montre des exemples de tenues de l’époque. Les femmes portaient des robes lacées sur le devant. Le lacet permettait d’ajuster le vêtement, en cas de grossesse.

MALPAGA1 (9)
On commence par entrer dans la salle de banquet (photo ci-dessus), richement décorée sous Colleoni. La guide explique rapidement les fresques, nous détaille les principaux protagonistes.

Elle partage avec nous quelques anecdotes intéressantes. Par exemple, j’ai appris que Colleoni interdisait l’utilisation de couverts dans les gros banquets, pour éviter qu’ils soient utilisés comme des armes. Il ne se séparait pas de son épée, même dans son château !

Les emblèmes des Colleoni sont nombreux. Le plus marquant est sans aucun doute cet ensemble de trois paires de couilles… Oui vous avez bien lu, trois paires de testicules, dont l’utilisation sur les blasons est antérieure à la naissance du fameux Condottiere.

MALPAGA1 (17)

Vous pouvez voir l’emblème sus-mentionné sur la photo ci-dessus, à différents endroits : sous la voûte, en plein milieu de la photo, à peine au dessus entre les deux bougies, et à gauche sur le mur.

Pourquoi cet emblème ? Par rapport au nom « Colleoni » proche de « coglioni » ? Pour représenter la vigueur ? La masculinité ? Pourquoi trois ? Certaines mauvaises langues avancent le fait que les mâles Colleoni auraient étés dotés d’une troisième boule. Des siècles après, le mystère reste entier !

MALPAGA1 (18)

MALPAGA1 (20)

MALPAGA1 (21)

Sur la photo juste au dessus, vous pouvez voir les créneaux, le terme technique pour ces créneaux bien spécifiques est « Merlatura ghibellina« . Les créneaux se terminent en queue d’hirondelle, au lieu d’être droits, comme les créneaux guelfi.

Les Guelfi et les Ghibellini étaient les deux factions ennemies du XIIème siècle, jusqu’au XIVème. D’un côté, les Ghibellini étaient en faveur de l’Empereur, tandis que de l’autre, les Guelfi appuyaient la papauté.

Sur la photo un peu plus haut, remarquez qu’il y a des espaces pleins, bien plus larges qu’ailleurs (dans l’angle à droite). En fait, ceci était destiné à faire croire au loin, qu’il s’agissait d’une tour… En gros, c’était une tour en 2D, qui pouvait laisser craindre à l’ennemi, que le château était encore plus difficile à prendre qu’il ne l’était réellement. Futé non ?

MALPAGA1 (27)

 

La visite était réellement passionnante. La guide expliquait les choses très clairement, sans nous perdre dans des détails compliqués. Elle rappelait bien le contexte, les us et coutumes de l’époque. Même si la visite était en italien et que mon homme n’a jamais appris cette langue, il a réussi à suivre sans trop de difficultés.

En plus, il y a de nombreux objets qui ont été ajoutés pour réaliser des petites mises en scènes. Par exemple, un lit d’époque a été reconstitué dans la chambre du condottiere. Il permet de bien se rendre compte de l’aspect que la chambre pouvait avoir au Moyen-Âge.

La guide nous a expliqué que le condottiere dormait dans un minuscule lit. Nous pensions que cela s’expliquait par sa petite taille. Et bien pas du tout ! Colleoni mesurait 1,80 m ! Un géant pour l’époque ! Mais il dormait assis car c’était l’usage de l’époque, et était sensé faciliter la digestion. En prime, cela lui permettait de se lever plus rapidement en cas de danger ! On en revient toujours au contexte de l’époque, extrêmement violent (comme pour l’anecdote des couverts interdits !).

MALPAGA1 (25)

La château a été restauré pour la dernière fois en 2008. Rien n’a été ajouté, comme le veut la législation italienne. Mais les éléments encore visibles ont été remis en état. Et honnêtement, même si par endroit les fresques sont incomplètes, il reste beaucoup d’éléments à admirer, et à déchiffrer !

MALPAGA1 (48)

Dernière petite anecdote : l’eau de pluie était collectée dans un grand réservoir situé dans la cour. On l’utilisait notamment pour remplir un baquet qui servait de baignoire. Tous les membres de la famille se baignaient dans la même eau ; d’abord les hommes, puis les femmes, et enfin les enfants ! Ils utilisaient du savon fabriqué à base d’huile et de cendre.

Avant de quitter le château, nous avons fait un petit tour par l’exposition temporaire, qui présentait les différents symboles, dont les fameuses trois paires de testicules. Puis nous nous sommes baladés à l’extérieur…

MALPAGA1 (83)

MALPAGA1 (79)

MALPAGA1 (71)

Comme tout n’était pas encore installé, nous avons décidé d’aller voir les communes voisines, et de revenir ensuite, pour assister à la fête de Malpaga…

MALPAGA2 (9)

MALPAGA2 (16)

MALPAGA2 (26)

L’après-midi nous avons pu assister à des spectacles de bouffons, écouter des musiciens avec leurs instruments médiévaux, approcher des chouettes, et voir tout un assortiment de produits d’artisanat, comme des bijoux faits à la main en métaux, des objets en cuir, etc…

L’homme serait bien resté pour regarder la joute, mais je me lassais un petit peu de rester debout en plein soleil, donc nous sommes repartis. En tout cas, tout était vraiment impeccablement organisé, et les acteurs qui incarnaient les personnages médiévaux étaient vraiment doués.

A noter, les animations de l’après-midi se déroulaient dans la cour et à l’extérieur du château, et étaient donc accessibles à tous, sans avoir à s’acquitter d’un billet d’entrée.

Malpaga

Malpaga

Malpaga

Cette visite nous a totalement enchantés. Nous avons fait un bond dans le passé. J’avais déjà visité de nombreux châteaux, mais jamais je n’avais été aussi immergée dans la visite. Le fait que la guide (en costume d’époque) nous explique des choses sur la vie quotidienne dans le château, et appuie son récit sur des objets qui reconstituaient les scènes d’époque, a contribué à rendre la visite réellement passionnante.

La fête qui a suivi la visite, a été un chouette bonus…

Nous garderons un excellent souvenir de notre découverte du château de Malpaga.

Si à votre tour vous souhaitez le découvrir, alors je vous laisse le lien vers le site officiel !

Publicités

Dix Minutes par jour – Chiara Gamberale

C’est parce-que l’auteure est italienne, et que je m’intéresse à tout ce qui touche de près ou de loin à l’Italie, que Dix Minutes par Jour a fini dans ma pile de livres à lire. Je l’en ai sorti un jour où j’avais envie de divertissement et de légèreté.

Dans ce livre paru en 2015 pour la version française (chez Michel Lafon), Chiara Gamberale nous présente une jeune femme qui porte le même prénom qu’elle, et vit à Rome. La Chiara du livre est trentenaire, et son mari vient de se faire la malle en Irlande, la laissant toute déboussolée.

L’héroïne ne sait plus trop comment donner du sens à sa vie, et suit sans grande conviction le conseil donné par son psy : consacrer dix minutes par jour à faire quelque chose qu’elle n’a encore jamais fait.

***

large.jpg

Dix Minutes par Jours est un feel-good, qui peut servir de livre de développement personnel, même s’il se lit comme un roman. Entendez par là, que l’on peut tout à fait appliquer le conseil du psy de Chiara, à notre propre cas, et se lancer dans l’expérience des Dix Minutes.

Chiara apprend à faire des pancakes en suivant une recette d’internet. Elle se met au point de croix, décide d’apprendre les bases de conduite… ce sont des choses toutes simples, mais qui lui permettent de sortir de son quotidien, et de mieux se connaître elle-même !

Cela se lit bien. Chiara est une héroïne classique et attachante, un peu femme lambda, à laquelle on s’attache et on s’identifie facilement. Elle est fort bien entourée, ce qui me semble essentiel pour un roman feel-good. Et bien-sûr, ses dix minutes quotidiennes de nouveauté vont lui apporter une foule de positivisme, qui l’aidera à reprendre son destin en main.

Je m’attendais à un roman un peu plus prenant, un peu moins « déjà vu »… Peut-être aurais-je espéré lire des expériences plus fo-folles, ou rencontrer des personnages secondaires qui apportaient un peu plus de relief au récit.

Ce roman m’a plu, mais il lui manque malgré tout un petit quelque chose pour qu’il fasse plus que seulement me plaire !

 

Balade comtoise [Chazoy, Etrabonne et Pagney]

Bonjour à Tous ! Aujourd’hui je vous emmène en balade en Franche-Comté.

J’avais envie de partager avec vous quelques photos de beaux endroits que j’ai pu découvrir en partant en vide-greniers cet été ! Et l’on commence sans plus tarder, par un bref aperçu du château de Chazoy.

Celui-ci abrite un parc et un musée (Musée du Trésor des Séquanes). On peut y découvrir des monnaies de différents pays, dont certaines sont vieilles de plus de 2500 ans,  et participer à différentes activités. Il est possible notamment de chercher de la monnaie, grâce à un détecteur de métaux…

Villages

Le château en lui-même date du XVI ème siècle, tandis que la tour ronde remonte elle, au XIIème siècle !

Villages

Villages

Ensuite nous avons repris la route pour Etrabonne. Là encore, un château nous attendait (enfin, façon de parler bien-sûr). Ses origines remontent au XIIème siècle, mais après un incendie en 1363, le bâtiment féodal a été reconstruit au XVIIème siècle.

Villages

Villages

La tour circulaire était beaucoup plus haute fut un temps, mais elle reste relativement bien conservée malgré tout. Il semblerait que ce château se visite, mais sur rendez-vous uniquement.

Villages

Nous avons ensuite « visité » un troisième et dernier vide-grenier, à Pagney. Puis, nous sommes rentrés !

Villages

Villages

Villages

Voilà, ce fut court, mais j’espère néanmoins que la balade express vous aura plu ! @bientôt !

Les Macarons de Charlou – Vézelay

Après une belle visite guidée de la basilique de Vézelay, à côté d’Avallon, nous avions bien besoin d’un petit remontant. En effet, il commençait à faire sérieusement soif, et l’homme avait même un peu faim. Alors, nous avons convenu de nous arrêter en terrasse pour boire quelque chose.

Nous avons trouvé les Macarons de Charlou, un joli salon de thé à l’intérieur ultra cosy…

Joli salon de thé a #Vézelay : les Macarons de Charlou

A post shared by Ana (@chiarastory) on

A la carte, l’on trouvait des thés Damman, mais également de bons cafés, et des gourmandises : dessert du jour, macarons, meringues… Si le dessert du jour était épuisé à 16 h 00, on nous a proposé à la place un part de flan, mais l’homme a décliné… Tant pis !

Nous avons commandé un thé provençal pour moi et un café noisette pour lui. Comme une nouille que je suis (parfois) je n’ai pas gardé la note, et au moment de rédiger ce billet, j’ai bien-entendu zappé les tarifs précis. Je saurais juste vous dire que le thé coûtait dans les 3 €… Cela vous fait de belles jambes, n’est-ce pas ?

Les boissons ont été préparées derrière un beau comptoir en bois, et nous sont arrivées rapidement. Le thé était servi dans une théière en porcelaine, et préparé à partir d’un sachet Damman. J’ai pu me servir trois bonnes tasses bien chaudes.

Le café était très bon, et l’homme m’a laissé y goûter donc je peux vous le confirmer ! On sentait bien la noisette.

L’ambiance cosy nous a permis de nous détendre. C’était parfait.

A l’occasion, si vous vous laissez tenter par la découverte de Vézelay, je vous recommande de vous offrir ensuite une jolie pause dans ce salon !

 

 

Marche Avec Moi – Catherine Ryan Hyde

Marche avec moi est un roman de Catherine Ryan Hyde, qui paraitra en novembre, chez Amazon Publishing France.

C’est ma Mum qui l’a lu en avant-première, grâce à NetGalley.

 

cover118511-medium.png

 

 

Carly et Jen, sont deux soeurs de 16 et 12 ans, qui vivent avec leur mère et ses amants successifs.

Au décès de celle ci, pour éviter d’être séparées et placées en foyer, elles partent à la recherche de Teddy, un ex amant de leur mère avec qui Carly a toujours gardé contact.

C’est la seule personne de leur entourage susceptible de les accueillir.

En auto-stop mais surtout à pieds, elles se lancent dans un long périple à travers le sud-ouest américain. Prises en train de voler de la nourriture dans une réserve Indienne, elles sont contraintes de travailler pour rembourser leur dette.

Epuisée par leur long périple, Jen révèle à sa sœur que Teddy n’est pas la personne irréprochable qu’elle imagine. Carly va t’elle la croire ou continuer à fuir ?

 

L’auteur

Catherine Ryan Hyde, randonneuse, voyageuse et cavalière passionnée, mais aussi photographe amateur, partage avec le lecteur toutes ses passions. Les descriptions de lieux, de paysages, de personnages sont tellement précises, que l’on visualise quasiment l’histoire comme sur un écran de cinéma.

 

Ce que j’en ai pensé

Ce roman se lit d’une traite. L’histoire nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. On vit la fuite de ces deux sœurs en frissonnant devant les dangers courus. Chacune de leurs rencontres nous fait trembler de peur ou d’exaltation.

On attend tout au long du livre que se produise « LA RENCONTRE » qui les mettra hors de danger et leur permettra de rester ensemble . On visualise également la beauté des paysages , l’immensité de ce sud ouest Américain que l’auteur connait bien et nous transmet .

J’ai adoré : pas de fausse note, pas d’apitoiement, pas d’incohérence ni exagération, tout sonne juste ; c’est tout simplement un livre palpitant.

Les infusions Pagès ? So Fresh!

Il fait chaud. On a soif.

L’eau est le meilleur moyen de se désaltérer, mais parfois on a envie d’un peu de fun, d’un peu de changement. Et moi je préfère boire du thé et des infusions plutôt que de l’eau plate. Cela tombe bien, Pagès la marque qui ne fait que des infusions bio, a sorti une gamme de produits spécialement conçus pour infuser dans l’eau froide.

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ces sachets sont vendus par boîtes de 20, dans un emballage carton particulièrement joli (comme toujours chez Pagès). Et les parfums correspondent totalement à mes goûts, puisque j’adore les agrumes…

*Citron – citron vert : cynorhodon bio, pomme bio, arômes naturels, écorces d’orange bio, chicorée bio, acide citrique, écorces de citron bio 1 %, écorces de citron vert bio 1 %, baies de sureau bio.

*Menthe – citron : menthe douce bio 45 %, arômes naturels, pomme bio, acide citrique, écorces d’orange bio, cynorhodon bio, réglisse bio, écorces de citron bio 1 %.

*Orange sanguine : cynorrhodon bio, hibiscus bio, écorces d’orange bio, pomme bio, réglisse bio, arômes naturels, chicorée bio, acide citrique, écorces d’orange sanguine bio 1 %.

 

***

#Pagès

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Quand j’ai reçu le colis, j’avais envie d’une boisson chaude, oui même en plein mois d’août alors que l’on meurt de chaud. Et alors ? Donc, j’ai préparé une eau à 85°C et j’ai goûté l’infusion menthe-citron… Figurez-vous que c’était fort bon, et rafraîchissant malgré tout, grâce au parfum de menthe bien présent !

Si vous êtes un peu moins rebelle que moi, vous voudrez probablement préparer ces infusions glacées. Dans ce cas, sachez que le mode opératoire est simple. Il suffit de placer un sachet dans l’eau fraîche, et laisser infuser 8 à 10 minutes avant de déguster, en ayant éventuellement ajouté des glaçons.

Le sachet est prévu normalement pour une tasse de 200 ml. Et l’on nous dit d’en utiliser 5 pour un litre de boisson. Sauf que… la boîte contient 20 sachets, donc on arrive vite au bout à ce rythme là.

J’ai pris l’habitude d’utiliser un sachet pour une petite bouteille d’eau, que je peux emporter partout avec moi… en balade, à la salle de sport, en voiture…

Il faut dire que ces infusions ne manquent pas de goût. Au contraire ! Je ne saurais pas bien dire laquelle je préfère… peut-être citron-citron vert, car on sent vraiment bien le citron et que j’ai un gros faible pour cet agrume… mais citron-menthe me plait aussi beaucoup pour le côté rafraîchissant de la menthe. Quant à l’orange sanguine, je la trouve particulièrement douce et gourmande…

Dans tous les cas, il n’est nul besoin d’ajouter du sucre, même pour l’homme qui est pourtant un amateur de sucre dans ses thés !

#teatime #Pagès 💙

A post shared by Ana (@chiarastory) on

J’avais glissé quelques sachets dans ma valise, et j’ai bien fait, car pendant nos vacances italiennes, nous avons eu un temps magnifique. Donc nous buvions beaucoup… les sachets Pagès se sont révélés délicieux dans l’eau pétillante ! Nous croyions boire des sodas, bien qu’il n’y ait aucun sucre ajouté ! Essayez, c’est bluffant !

MODENA (8)

Ici, l’orange sanguine est à Modène !

Terres de Café – BARISTA

J’ai découvert la marque Terres de Café lors de ma dernière commande chez CapsuleCafé. Si l’on se fie au descriptif au dos de la boîte de dosettes, on découvre que la marque sélectionne et torréfie le café à destination du grand public et des professionnels, à qui elle propose aussi bien des capsules que des grains.

En une phrase : « Nous abordons le café comme un produit de haute gastronomie pour un plaisir intense à chaque tasse. »

J’ai opté pour une boîte de dix capsules compatibles Nespresso. Elle valait normalement 3,50 € mais j’ai pu bénéficier d’une minuscule réduction, et ne payer « que » 3,39 €.

#TerresDeCafé #Barista

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Les dosettes sont en plastique, et conditionnées dans une boîte cartonnée, sans sur-emballage individuel. Bon, compostables ce serait mieux, mais déjà l’absence de suremballage me plait bien !

Barista est présenté comme « corsé et généreux ». Il est élaboré à partir de « beaux arabicas » avec une pointe de robusta.

S’il m’a surprise à la première gorgée par son acidité, je l’ai bien vite adopté, pour son caractère bien présent ! Ce café ne manque pas de personnalité. Il présente un bel équilibre entre le côté corsé, et l’acidité, qui s’associe à des notes d’agrumes. Il reste longuement en bouche après avoir bu la dernière gorgée.

Je l’ai trouvé tout à fait délicieux.