Piacenza, une visite… plaisante [Italie]

Piacenza (Plaisance en version française) est une ville d’Emilie-Romagne, située à la frontière entre l’Emilie-Romagne et la Lombardie. Plus proche de Milan que de Bologne, la ville profite largement de l’influence de la capitale économique. D’ailleurs, c’est en rédigeant ce billet que je me suis aperçu que Piacenza était en Emilie-Romagne, et pas en Lombardie, comme je l’avais longtemps cru !

Nous sommes arrivés un mardi du mois d’août 2016, aux alentours de midi. Après une pause revigorante chez Naturone (billet spécifique à (re)découvrir en cliquant sur le lien), nous nous sommes lancés à la découverte de la ville.

Piacenza.png

Un peu d’Histoire…

Il faut savoir que Piacenza a longtemps été unie à sa voisine Parme, avec qui elle formait le duché de Parme et Plaisance, dominé par la famille Farnese, à compter du XVIème siècle.

On surnomme Piacenza la « primogenita« , la première née, autrement dit l’aînée, puisque cette ville fut la toute première à demander son annexion au royaume de Sardaigne, dans le cadre de l’unification italienne.

***

Un peu de gastronomie…

Continuons dans les généralités, car mine de rien, il y en a quelques-unes à énoncer, pour bien cibler Piacenza !

Piacenza est une province marquée par la production laitière. C’est dans la région que l’on produit le Grana Padano, fromage à pâte pressée cuite, cousin du Parmesan.

Le Grana diffère du Parmesan, non pas par sa technique de réalisation, mais par sa zone de production, bien plus étendue. D’autre part, les vaches qui produisent le lait pour sa fabrication ont une alimentation moins encadrée (les vaches laitières dont le lait sert pour le Parmesan ne peuvent manger que de l’herbe et du foin).

 

***

IMG_6698

Revenons maintenant à la ville elle-même…

Si les alentours du centre ville n’ont pas un grand intérêt, (et nous avons vraiment pu nous en rendre compte puisqu’une déviation nous a contraints à en faire plusieurs fois le tour !) le centre lui, est tout à fait plaisant, sans aucun jeu de mot. On s’y balade avec plaisir à pied, et je pense que nous aurions pu le faire également en vélo, surtout en août car la circulation était assez réduite.

Piacenza #Italia

Comme nous avions un hôtel avec parking à Piacenza même, nous avons laissé la voiture et pris un bus (« pullman » en italien) pour rejoindre le centre ville. Le ticket 1 h coûte 1,20 €.

Piacenza #Italia

Nous avons découvert le Palais Farnese, énormissime édifice dont la construction a débuté au XVIème siècle. Commandé par la duchesse de Parme, Marguerite d’Autriche, il a dû être repensé en cours de construction, pour faire face à un manque de fonds et reste encore aujourd’hui, inachevé. Malgré tout, ce palais est impressionnant par ses dimensions.

Le but de ce palais, était d’accueillir la famille Farnese, tout en symbolisant son pouvoir. Et je crois qu’il n’y a pas de doute là-dessus, le palais en impose totalement !

Il se visite, puisqu’il abrite différents musées, et nous aurions bien aimé le faire mais malheureusement en période estivale, il est fermé à compter de 13 h 00, et nous sommes arrivés à 14 h 00… Tant pis. Nous avons dû nous contenter d’un petit passage par sa cour.

Piacenza #Italia

Palazzo Farnese (1)

Cinéma de plein air - Pavia

Piacenza possède un joli centre ville, riche de nombreuses églises. Mais avant de nous adonner à notre passion, la visite de bâtiments religieux, nous avons fait un passage par la place qui nous semblait la plus représentative de la ville, celle que tous les sites, tous les guides qui parlent de Piacenza, utilisent pour illustrer leurs propos…

La Piazza dei Cavalli, doit son nom à deux statues équestres de Francesco Mochi (1580-1654) datant de 1626 et de 1622-1625.

Depuis la place, on peut admirer le Palazzo Gotico, que les habitants abrègent « Gotico » tout simplement. Sa construction remonte à 1281, et fut retardée par une grande épidémie de peste. De grandes arcades brisées (typiques du style gothique) forment sa base, en marbre rose vénitien et pierre blanche, tandis que l’étage supérieur contraste, puisqu’il est construit en briques.

Tout comme le palais Farnese, le Gotico n’est pas terminé. Les plans d’origine prévoyaient un bâtiment à base carré, plus vaste. De nos jours, ce bel édifice accueille des expos.

Piacenza

#Piacenza #Italia

Piacenza

Ci-dessus, la piazza dei Cavalli, le Gotico (vu du dessous, et de l’angle de la place).

*

La Piazza Duomo ne m’a pas totalement séduite car elle est assez ouverte, trop à mon goût et que l’on trouve peu de bars. Non, ma passion n’est pas de courir les bars, mais je trouve les places bien plus agréables quand elles sont bordés de terrasses ! Forcément, elles s’en retrouvent bien plus animées.

Cette place m’a semblé assez peu vivante comparée à d’autres places italiennes, qui sont clairement les centres de vie de ces villes.

Elle reste néanmoins jolie, avec un centre en gazon, et son Duomo, forcément !

Piacenza #Italia

IMG_6599

IMG_6602

IMG_6603

Ici, ce sont plutôt des gelaterie (glaciers) même si nous avons trouvé un petit café tout simple à l’accueil sympathique (toujours Piazza del Duomo). Malgré la chaleur j’ai pu boire un thé chaud (English Breakfast en sachet) alors que dans certains bars italiens c’est impossible.

Nos boissons sont arrivées avec deux mini tartines de fromage (?) / beurre (?) / huile (?) aux herbes. Nous n’avons pas su reconnaître la nature de cette tartinade mais c’était sympa ! En plus les prix étaient corrects : 1,50 € le thé et 2,50 € le Lemon soda.

Infusion en cours...

À noter, au Principessa, c’est le nom du café, on servait aussi des glaces aux légumes. Elles ont débarqué en Italie en 2015, et sont assez faciles à trouver en supermarché ou dans les cafés. Ce sont des glaces vegan, à la carotte et au citron, à la courge, ou encore à la tomate et fraise. Par contre il n’y a pas de miracle, elles contiennent sucre, sirop de glucose et huile de coco ! Nous n’avons pas testé.

*

Piacenza #Italia

Côté shopping…

Piacenza possède une petite rue commerçante, la rue du XX Settembre que vous trouverez près de la Piazza dei Cavali. OVS, Tally Weil, H&M… en août ce sont les soldes alors nous y avons fait un saut ! Chez OVS le rayon cosmétiques est énorme et il y a un corner Essence… Mais chut, cela reste entre nous.

Faut-il vous préciser que vous trouverez aussi un Kiko ?

*

Revenons-en à des aspects plus culturels…

 

La Basilica Catedrale Santa Maria Assunta (1122) abrite le cercueil de Giovanni Battista Scalabrini, un évêque canonisé. C’est le Duomo (la cathédrale) de la ville de Piacenza.

IMG_6600

Sur le campanile, levons les yeux et découvrons la cage dans laquelle les brigands du moyen-âge étaient enfermés ! So médiéval !

Le campanile justement, dont la construction est postérieure à celle du Duomo (le duomo a été commencé vers 1122 et le campanile en 1333), est surmonté d’un ange de cuivre doré. Son petit surnom est Angil dal Dom (ange du duomo). 

Piacenza - le campanile

La façade de la cathédrale romane, présente la particularité d’être de deux couleurs. En bas, elle est en marbre rose, et au dessus, en grès.

Trois portails permettent d’entrer dans l’édifice. Ils sont surmontés par une superbe rosace.

L’intérieur quant à lui, est décoré dans un style baroque.

IMG_6598

IMG_6642

Nous avons été surpris par l’espace dans la cathédrale. L’impression est renforcée par le fait qu’elle n’est pas remplie de bancs. On avance déjà sur une bonne longueur avant de trouver les premiers bancs. Et du coup, on se rend bien compte de la distance parcourue !

Duomo Piacenza

Duomo Piacenza

Duomo Piacenza

Piacenza - Duomo

La cathédrale possède également une impressionnante crypte riche de pas moins de 108 colonnes !

Piacenza - Duomo

Comme souvent dans les cryptes des cathédrales, on trouve des reliques, et notamment celles de Sainte Justine, martyre chrétienne.

Piacenza - Duomo

Piacenza - Duomo

*

Si vous n’en avez pas marre des églises, signalons la Chiesa di Santa Maria della Pace (XVIème s.) et la Salla dei Teatrini qui est une ancienne église.

La Basilica San Antonino (ci-dessous) est en travaux à l’intérieur, mais elle mérite malgré tout une visite.

Piacenza - San Antonino #Emilia-Romagna

À proximité, il y a le théâtre.

*

IMG_6646

IMG_6679

IMG_6687

Pour tout visiter en détails et découvrir les musées, une journée ne suffira clairement pas. Mais en une bonne demi-journée nous avons pu voir pas mal de choses et repartir sans nous sentir frustrés ! Piacenza nous a bien plu et nous sommes ravis de la découverte.

IMG_6696

La visite virtuelle vous a t-elle plu ? Je l’espère vivement. N’hésitez pas à réagir en commentaires ! A presto ! 🙂

Publicités

Va Piano – Lyon Confluence

Grâce à un jeu concours organisé par Va Piano sur les réseaux sociaux, j’avais remporté un bon pour un repas complet dans l’un de leur resto au choix, valable pour non pas deux, mais quatre personnes ! Super cadeau, n’est-ce pas ?

Nous avons donc organisé une petite virée lyonnaise afin d’en profiter…

View this post on Instagram

On s'est régalé ! #italianfood #pasta #pizza @vapiano_fr

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le resto de Lyon se trouve dans le centre commercial de la Confluence.

*

C’est meilleur quand on prend son temps…

 » Chi va piano va sano e va lontano  » dit le célèbre proverbe italien. Autrement dit, qui prend son temps va loin, et sans problèmes… ou encore autrement dit « Qui veut voyager loin ménage sa monture ».

C’est toute la philosophie des restaurants Va Piano qui se trouve résumée dans ces quelques mots. Chez Va Piano, on mange bien, et pour cela on prend son temps. Certes, le premier restaurant a ouvert à Hambourg, et la chaîne n’est donc pas italienne comme son nom pourrait le laisser penser. Mais cela n’empêche que chez Va Piano, on mange italien, et même « à l’italienne ». Manger à l’italienne, ce n’est pas juste apprécier une pizza ou une assiette de pasta. C’est aussi et surtout, prendre le temps de partager un bon moment avec ses proches et savourer des ingrédients souvent simples, et qualitatifs le tout installés autour de grandes tables en chêne.

D’ailleurs ici, les tables sont immenses, pour que l’on puisse venir en famille, ou s’installer à côté d’autres personnes et éventuellement échanger quelques mots.

Chez Va Piano on commence par se présenter à un comptoir d’accueil, où l’on reçoit chacun un badge magnétique, qui permettra de suivre les commandes et de régler l’addition en fin de repas.

Ensuite, on choisir de se diriger vers le comptoir qui nous attire le plus, selon l’envie :

Pasta ? pizza ? risotto ?

Il y en a pour tous les goûts. Des pictogrammes aident à identifier rapidement les plats végétariens et/ou sans lactose/gluten. C’est pratique !

Lyon

J’ai opté pour des pâtes à la sauce tomate… le summum de la nourriture simple & délicieuse, n’est-ce pas ? J’ai choisi mes pâtes ; des campanelle fraîches, faites sur place. D’ailleurs, vous pouvez regarder les cuistos qui préparent les pâtes derrière des baies vitrées, tout comme vous pouvez suivre la fabrication des pâtes à pizza !

J’aurais bien aimé manger des pâtes complètes, mais lors de notre visite il n’y en avait plus, donc je me suis rabattue sur des pâtes blanches.

Le cuisto a lancé la cuisson de mes pâtes et a préparé la sauce sous mes yeux. Originalité chez Va Piano, on peut demander à ajouter ou retirer des ingrédients, sans aucun souci. C’est même tout le concept du resto. Je n’ai pas modifié ma recette, et ai donc goûté la sauce à base de tomates cerises et d’oignon. C’était délicieux.

La cuisson des pâtes étaient parfaite également, al dente. Et croyez-moi, en matière de pâtes je suis plutôt exigeante. :-p

Nous avons visité le resto mi-janvier, juste avant que les plats de fêtes ne soient retirés de la carte. Du coup, certains ont craqué pour les recettes en édition limitée… Ici vous pouvez voir la pasta Langoustine (Chair de homard et julienne de chou vert déglacée au prosecco et jus de yuzu, bisque de homard, pomme granny smith et citron vert)… originale, non ?

Mon voisin a opté pour un plat de lasagne, joliment présenté, et selon ses dires aussi délicieux que joli… Il n’en a pas laissé une seule petite trace dans le plat !

Côté pizze, Va Piano les prépare avec une pâte fine, faite maison comme je vous l’ai écrit plus haut. Malgré tout, il a fallu aider notre amie à la terminer, car elle était assez consistante !

Nous avions un dessert inclut par personne, et j’ai opté pour le thé gourmand, avec un thé noir aux épices et au cacao qui m’a beaucoup plu… Le thé gourmand est accompagné d’un biscuit à l’amande, et d’un dessert au choix, petit format (une panna cotta, un tiramisù…).

Je n’ai pas mangé mes desserts, mais croyez-moi, ceux-ci n’ont pas été perdus, loin de là !

Le gâteau Death by Chocolate a l’air tout petit comme cela… et pourtant, il porte bien son nom (Mort par le chocolat !!) selon la gourmande qui l’a mangé !

La tarte au citron a également fait un heureux, tout comme le tiramisù !

View this post on Instagram

#Tiramisù #VaPianoLyon #dessert #italianFood @vapiano_fr

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Nous avons fait assiettes nettes et sommes repartis ravis après cette pause aussi agréable que revigorante.

Côté tarifs, on mange pour environ 14-15 € le plat, et 6 € de dessert. C’est donc abordable, pour de la nourriture simple et goûteuse, servie dans un environnement soigné.

Lyon

Assiette nette !

Si vous voulez plus d’infos, c’est par ici : VA PIANO

Okja

Okja est un film tout récent, puisqu’il date de 2017. C’est une oeuvre sud-coréenne/américaine d’un peu moins de 2 heures. Ne la cherchez pas au cinéma, car il s’agit d’une exclusivité Netflix, que vous ne pourrez voir légalement qu’en vous abonnant à la plateforme !

téléchargement

C’est l’histoire de vingt-six super cochons, qui sont élevés chacun dans un coin de planète différent, de façon indépendante, afin d’étudier les différents développements des spécimens. Au bout d’une période de dix ans, la multinationale propriétaire des-dits cochons, élira le plus beau cochon. 

Parmi les cochons, il y a Okja, élevée en Corée par le grand-père de Mija. Okja et Mira ont noué une véritable relation d’amitié, et passent leur journées ensemble, à profiter de la nature et à se câliner.

Mais… le monde est cruel, et Lucy Mirando, à la tête de la Mirando corporation l’est aussi. Elle se moque pas mal du lien qui unit Okja et la petite Mija ! Aussi fait-elle rapatrier Okja à New-York dans le but de promouvoir les super cochons, et leur viande…

*

A l’heure où même Aoste se met à sortir une gamme veggie, les scénaristes d’Okja vont à l’envers du courant, en imaginant un futur où les scientifiques miseraient sur des animaux génétiquement modifiés, pour produire des saucisses pour le plus grand nombre. Pourquoi pas ?

Le scénario est intéressant, est plutôt bien servi par un casting soigné (on retrouve la reine blanche de Narnia, Tilda Swinton dans le rôle de Lucy Mirando, mais aussi Lily Collins de To the Bones). Les effets spéciaux sont de qualité et bien dosés. Je n’ai eu aucun mal à croire à l’existence de ce cochon géant, aux allures de Falco de l’Histoire Sans Fin.

Okja est un film original, à cochon (à cheval) sur différents genres : Fantastique, Aventure, SF… peut-être même un peu Drame.

039567.jpg

J’ai souvent lu sur les réseaux sociaux, que ce film donnait envie de devenir végétarien. Je trouvais cela étrange… et je trouve cela encore plus étrange après avoir visionné le film.

Parce-que finalement, ce n’est qu’une histoire de petite fille qui s’attache à un animal destiné à la boucherie. Okja aurait pu être une vache, un vieux cheval, ou même un cochon standard… Je veux dire, on peut tout aussi bien devenir végétarien après avoir regardé Babe à ce compte là… Non ?

Bref, un film réussi, à voir si vous en avez l’occasion. Vous m’en direz des nouvelles !

Pavia [Italie]

Bonjour tout le monde. Aujourd’hui je vous propose une petite virée de l’autre côté des Alpes, à la découverte de la ville lombarde de PAVIE.

Andiamo?

*

Pavia est une jolie ville avec de nombreux bâtiments religieux et une université parmi les anciennes d’Italie.

Nous avons trouvé à nous garer gratuitement le long du fleuve, près du Château. C’était inespéré selon le Routard et pourtant nous sommes tombés sur un parking presque vide ! Le château étant fermé le lundi, et notre visite se déroulant un lundi, cela peut expliquer notre « chance » !

Pavia - Castello

Pavia - Italia

Pavia - Italia

Nous avons donc visité l’extérieur du château des Visconti, admiré ses hauts murs de brique rouge, datant de 1360.

Le panneau explicatif à l’entrée nous a appris que le domaine des Visconti s’étendait alors sur une dizaine de kilomètres, en une grand réserve de chasse qui rejoignait la Chartreuse de Pavie ! (Chartreuse que nous n’avons pas visitée faute de temps. Il parait selon le Routard que la visite est obligatoirement guidée, par un Moine, et dure 1 heure. Elle est en italien, ce qui m’aurait bien plu mais aurait pu être longuet pour mon homme !).

***

Université - Pavia #Italia

L’université de Pavie est énorme également et abrite de grandes tours. Comme le guide du Routard boudait dans la voiture et qu’aucun panneau ne nous renseignait, nous n’avons pas su à quoi servaient ces fameuses tours.

C’est par la suite, en visitant Bologne qui elle aussi conserve plusieurs tours similaires, carrées en brique rouge, sans décoration particulière, que nous avons appris l’histoire de ces construction. En fait, il semblerait que ces tours n’avaient pas vraiment de vocation défensive, mais servaient plutôt à symboliser la puissance des familles qui les faisaient ériger…

Désormais à Pavie, il reste cinq tours : trois sur la piazza Leonardo da Vinci, et deux via Luigi Porta. Elles datent des XI-XIIème siècles.

Université - Pavia #Italia

Pavia

***

Pavia #Italia

Il faisait très chaud le jour de notre visite, et les rues étaient plutôt désertes, mais nous avons continué la balade malgré tout, motivés par l’envie de découvrir cette ville majestueuse !

San Francesco (3) Pavia

L’église San Francesco (XIIIème siècle) nous a séduits avec ses murs en pierre brute et son plafond de bois. Au départ elle semble vide et simple, avec son style romano-gothique. Mais les chapelles latérales ajoutées par les riches familles de Pavie, un peu plus tard, apportent une foule de peintures et statues. Lorsque l’on approche de l’autel, on remarque aussi que le plafond est décoré…

San Francesco (4) Pavia

Pavia - San Francesco

San Francesco (9)

Pavia - San Francesco

Pavia - San Francesco

Pavia - San Francesco

Nos pas nous ont portés à la basilique San Michele, dont la façade avec ses sculptures usées fait très ancienne. En réalité elle ne date « que » des XI-XIIème siècles (!!).

San Michele (1) Pavia

L’intérieur abrite de nombreux tableaux, des morceaux de fresques, une Madona del Rosario avec son baldaquin (voir à droite sur la photo ci-dessous). Il y a aussi une petite crypte.

San Michele (3)

Le Crucifix de Teodote en argent et dorures sur bois semble très moderne. Mais un petit panneau indique qu’il date du Xème siècle !

San Michele (9)

San Michele (6)

***

Le Duomo reste le bâtiment religieux majeur. Le contraste est saisissant entre l’extérieur en briques rouges et l’intérieur très clair et lumineux. On a une impression d’immensité vraiment saisissante ! La Cathédrale a été construite à partir de 1488 et la coupole date elle, de 1885.

Duomo Pavia (4)

Pavia - Italia - Duomo

Pavia - Italia - Duomo

Duomo Pavia (1)

***

Le resto rapide végétarien que j’avais repéré était fermé pour congés (Mai Pagura_ »jamais peur » en dialecte local). Nous avons croisé d’autres restos offrant des plats VG mais la plupart étaient fermés soit pour congés soit car nous étions lundi. Le lundi c’est moisi (?). Nous avons donc fait un saut de puce au centre commercial Minerva et acheté de la salade de quinoa au rayon traiteur ! 3,50 € le repas pour deux, qui dit mieux ?! À noter, il y a du choix même pour les végé-chiants : quinoa, couscous vegetarien, taboulé, pains individuels vendus au pois, focaccie et pizze…

Viale Cesare Battisti 42 – 27100 Pavia (PV)

À noter également, le parking couvert (et donc frais) est gratuit pendant 1 h 30. Pensez à faire valider le ticket en caisse !

En repartant nous sommes « tombés » sur le pont couvert et avons pu y poser nos baskets et faire quelques clichés avec le Duomo en arrière plan, avant de repartir pour Vigevano !

Pavia - Pont Couvert

Pavia - Pont Couvert

Orange Bleue – La Route des Comptoirs

Dernièrement, j’ai acheté un petit thé vert aromatisé, pour ensoleiller mon petit-déjeuner (et toute la journée en fin de compte). J’ai choisi L’Orange Bleue de la Routes des Comptoirs, car c’était celui qui m’attirait le plus dans le rayon du magasin Biocoop.

Et puis il faut dire aussi qu’avec la Route des Comptoirs, je n’ai à ce jour jamais été déçue !

Le sachet de 100 grammes de thé bio vendu en vrac m’a coûté 6,30 €, une somme dans la moyenne pour du thé bio. Il faut voir qu’avec 100 grammes vous avez de quoi préparer un nombre considérable de tasses/théières. Il faudrait que je compte un jour, pour voir…

*

View this post on Instagram

Thé vert Orange Bleue de la Route des Comptoirs #teatime #thé

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ce thé s’appelle Orange Bleue, car il est à base… d’orange oui oui, et de pétales de bleuets.

Voilà pour la composition complète et détaillée (les * indiquent les ingrédients issus de l’agriculture bio) :

Thé vert CHUN MEE*, écorces d’orange*, huile essentielle d’orange*, pétales de bleuets*. 

Ce thé est facile à préparer, en ce sens que vous pouvez le laisser infuser plus de 5 minutes sans qu’il ne prenne un goût de gazon fraîchement coupé. Le tout est de ne pas l’ébouillanter, mais c’est valable pour tous les thés, surtout verts. Avec une eau à 80-85°C, vous obtiendrez un délicieux thé aux arômes réconfortants d’orange, parfait à consommer tout au long de la journée.

View this post on Instagram

#teatime

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Je suis ravie de mon achat, et vous conseille ce thé, si vous aimez les arômes d’orange, adoucis par la pointe fleurie du bleuet. C’est délicieusement acidulé, mais plus gourmand qu’acide. Et ce thé entrerait presque dans la catégorie des thés gourmands d’ailleurs, tant il est rond en bouche…

Alors, vendu ?

RTT – Kad Merad et Mélanie Doutey

RTT est une comédie française sortie en 2009, disponible sur Netflix. Comme j’adore Mélanie Doutey, et qu’elle figure au générique de ce film d’une heure et demie, j’ai voulu le visionner. Mon homme a accepté sans trop d’hésitation, car il aime bien Kad Merad…

L’histoire est sympathique, puisqu’il s’agit d’une jolie voleuse, qui subtilise une toile et entreprend de la livrer au commanditaire, à Miami. Pour passer le tableau lors des contrôles de l’aéroport, elle se sert d’Arthur, un pauvre type pas bien méchant qui vient de se faire larguer… Arthur se rend aussi à Miami, pour tenter de convaincre son ex de ne pas épouser son nouveau mec. Mais ses projets pourraient bien se retrouver « légèrement » chamboulés…

 

19182875.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

RTT est un film humoristique, qui a voulu toucher un peu à tous les genres, vacillant tantôt vers la romance, tantôt vers l’action. Grâce au casting, il évite de couler à pic, mais passe malgré tout assez près du naufrage à plusieurs reprises…

Le scénario est poussif, et on évolue sans finesse d’une situation à une autre. Difficile d’adhérer, même avec toute la bonne volonté du monde.

Il y a quelques situations amusantes, quelques scènes assez mignonnes. Mais l’ensemble reste quand-même assez plat. Cela manque de vrais bons rebondissements, et quand le scénario n’est pas à la hauteur, il est toujours difficile de redresser la barre… même quand on s’appelle Kad Merad !

En bref, ce film se regarde. Ce n’est pas un navet absolu. Mais si vous avez le choix avec d’autres films, peut-être serait-il plus judicieux de ne pas opter pour celui-ci !

 

 

Les lumières de Paris

Bonjour à Tous. Qu’avez-vous fait pour le réveillon de fin d’année ? Avez-vous enflammé le dancefloor, picolé avec des amis, larvé dans les bras de votre moitié ? Pour ma part, j’étais chez une amie à Paris, et j’ai pu admirer les lumières de la capitale à l’occasion d’une petite balade.

Fêtes 2017

Nous n’étions pas les seuls ce 31 décembre, à essayer de nous approcher des vitrines des galeries Lafayette, mais cela restait faisable, pour peu que l’on soit un minimum patient. Et franchement, cela valait la peine de l’être, car les animations étaient féeriques !

Fêtes 2017

D’ailleurs c’est bien simple, ce sont les adultes qui se sont le plus régalés, alors que les enfants n’ont pas spécialement regardé les décorations en fin de compte ! :-p

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Devant cette vitrine, je me suis amusée à lire les étiquettes, et à tendre l’oreille, pour entendre les passants s’exclamer « 990 € la paire de chaussures ! ». La féerie des fêtes, je vous le disais !

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Le panda roux était à l’honneur, tout comme les canards en plastique…

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Certains décorateurs se sont fait un trip « pigeons« . Cela laissaient une partie des visiteurs un peu perplexes, mais après tout, pourquoi pas. Le pigeon est clairement un symbole de Paris !

Fêtes 2017

Nous ne pouvions pas visiter Paris sans passer vers la tour Eiffel. C’est un point incontournable de la capitale. Alors nous l’avons saluée, sous la pluie, dans la foule…

Fêtes 2017

Fêtes 2017

Fêtes 2017

J’espère que la visite vous aura plu. 😀