Once Upon a time in Hollywood

Dès que j’ai vu la bande-annonce pour ce nouveau film de Tarantino, j’ai eu envie de le voir. Leonardo Di Caprio et Brad Pitt qui se donnent la réplique, dans le Hollywood de 1969, c’était tentant.

Ce film dure 2 h 45 mais je ne les ai pas vues passer. De là à dire que cela a filé comme un film d’1 h 30 non, mais je ne me suis pas non-plus ennuyée.

Il n’y a pas véritablement d’intrigue. Il s’agit plutôt d’un film qui nous plonge dans une ambiance, à travers des histoires qui se croisent, comme souvent chez Tarantino. Les décors, les costumes, tout est réuni pour nous faire changer d’époque. Et quelle époque ! Celle des grosses Cadillac, des mini jupes, et des pantalons patt d’eph.

Leonardo Di Caprio campe un célèbre acteur de télévision Rick Dalton, qui se trouve sur la piste descendante, et le vit mal. Il est proche de son cascadeur, la force tranquille Cliff Both. Les deux personnages principaux sont attachants chacun à leur manière. Ils ont beau graviter dans un univers un peu impitoyable, ils gardent leurs valeurs, et leur amitié est belle à voir.

Tout en suivant le quotidien de Cliff et de Rick, on croise aussi Roman Polanski et sa jeune épouse enceinte, la lumineuse Sharon Tate. Ils sont les voisins de Rick, qui rêve de pouvoir les rencontrer et peut-être relancer ainsi sa carrière.

Le cinéphile confirmé reconnaîtra d’autres personnages, stars de l’époque. Nous avons seulement reconnu Bruce Lee, qui se fait pas mal ridiculiser par Cliff le cascadeur… D’ailleurs la fille de l’acteur a déjà réagi et demandé des excuses à Tarantino.
Petite note en passant : le regretté Luke Perry fait une apparition très courte mais appréciable.

Ce neuvième film de Tarantino ne plaira pas à tout le monde. A moi il a globalement plu, mais je suis quand-même ressortie de la salle de ciné assez mitigée. Oui j’avais passé un bon moment, mais je trouvais qu’il manquait quelque chose…

Les vingt dernières minutes sont énormes, du vrai Tarantino comme on l’aime. On ressort donc du cinéma avec une impression positive. Mais pour le reste, j’aurais aimé plus de répliques qui piquent, et plus de bagarre qui tâche.

J’ai eu l’impression que le film était long à se lancer, car j’attendais une intrigue, un fil conducteur, qui n’est jamais venu. Une fois que j’ai eu compris cela, j’ai savouré le film pour ce qu’il était, pour l’ambiance et les images. La bande son est comme toujours avec Tarantino, très soignée.

Avec le recul, je pense qu’il me faudra un second visionnage, pour vraiment apprécier ce Once Upon a Time in Hollywood. Je pense aussi lire des articles pour découvrir les clins d’œils qui constellent ce film, et qui me sont pour la plupart passés à 15 km au dessus de la tête, faute d’une culture cinématographique suffisante.

Le Métro de Brescia

La ville de Brescia est assez peu connue des français. Pourtant elle est la seconde ville de Lombardie en terme de population, derrière Milan. Capitale de la province du même nom (il y a 12 provinces en Lombardie), elle est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle se trouve à proximité du lac de Garde, plus grand lac italien (et non, ce n’est pas le lac Majeur !), entre Bergame et Vérone.

Je vous l’accorde, Bergame est peut-être plus jolie à visiter, avec sa ville haute truffée d’églises et son château. Mais Brescia n’en reste pas moins agréable !

Aujourd’hui, je vous parle de son métro !

Brescia compte environ 196 000 habitants, et le nombre d’automobilistes est proportionnel. Depuis le début des années 2000, la nécessité de mettre en place un réseau de métro s’est fait ressentir.

Plusieurs fois retardée, la mise en service a finalement eu lieu en mars 2013. C’est donc tout récent, et cela se sent.

Le métro de Brescia s’étend sur 13,7 km, et est entièrement automatique. Il dessert 17 stations, toutes identiques, à la déco épurée et minimaliste. Traversant Brescia du nord au sud, il passe par le centre ville.

Cela m’a surpris que toutes les stations soient identiques. À un moment donné, nous nous sommes trompés de trajet et avons repris le métro dans le sens inverse, pour revenir sur nos pas. J’étais toute perdue de retrouver une station similaire à celle que je venais de quitter !

Les stations sont impressionnantes, car tout à été fait pour les rendre le plus agréable possible. Point de tourniquets pour accéder au métro. Il y a des machines pour composer, comme dans les gares, et l’accès se fait librement, sans barrières ni portiques. Je n’ai pas fait trop attention aux autres voyageurs, pour vous dire s’ils validaient bien leurs tickets, et je n’ai pas vu de contrôleurs. Mais personnellement j’ai bien pris mon ticket journée !

La lumière naturelle éclaire les stations, et les matériaux choisis pour l’aménagement sont qualitatifs : pierre naturelle, métal, verre…

J’ai été bluffée par la propreté de ce métro, par l’absence de saletés et de tags. Et j’ai trouvé les prix vraiment valables ! 1.40 € le ticket classique (valable non pas 60 mais 90 minutes), et seulement 3 € le ticket 24 h ! Il existe aussi un ticket hebdo, vendu au prix de 12 €.

A noter, le ticket 24 h n’est pas journalier. Il permet de voyager pendant 24 h consécutives. Si vous l’achetez le lundi à 15 h 00, il sera valable jusqu’au mardi à 14 h 59 ! Intéressant, non ?

Le métro de Brescia ne dessert pas l’aéroport, mais il permet de rallier la gare (stazione FS), ce qui est fort intéressant.

J’ai voulu vous en parler, car ce métro est vraiment pratique, économique et agréable (oui oui carrément !). N’hésitez pas à l’emprunter si vous séjournez là-bas !

Horaires

Fai piano quando torni

« Fais doucement quand tu rentres » ainsi pourrait se traduire le titre de ce roman italien. C’est un roman de Silvia Truzzi, paru en 2018.

Un titre intrigant, pour un livre tout en douceur et délicatesse.

Je préfère vous le dire de suite, pour lire ce roman à l’heure actuelle, il faut comprendre l’italien. Car il n’a pas encore été traduit. Alors j’ai hésité à faire un article dessus, car mon blog est en français, et que peu de mes lecteurs doivent parler italien. Mais j’ai tellement aimé ce livre, que j’avais envie d’en parler malgré tout.

truzzi.jpg

 

***

Nous suivons la narratrice Margherita, qui est à l’hôpital au début du récit. Nous ignorons pourquoi elle est là précisément, mais découvrons peu à peu qu’elle a eu un accident de voiture.

Au fur et à mesure des pages, ce sont ses blessures psychiques qui se découvrent, bien plus présentes que les blessures physiques.

Margherita est trentenaire, et ne s’est jamais remise du décès de son père. Elle souffre encore énormément de sa rupture avec Francesco. 

Pour dire les choses clairement, elle n’a plus vraiment goût à la vie.

La personne la plus présente dans le quotidien de la trentenaire, est sa mère.

Et puis, les choses vont changer peu à peu, avec l’arrivée d’Anna, une vieille dame excentrique, voisine de chambre d’hôpital. Anna est haute en couleur, (surtout le rose,) et bien déterminée à ne pas rester à sa place.

Si au départ, Marghi snobe Anna, progressivement elle va se laisser apprivoiser… Toutes deux vont former un improbable binôme, pour le meilleur et juste le meilleur !

***

J’ai bien aimé cette lecture, pour la rencontre entre deux femmes, deux cœurs brisés qui ont eu des réactions totalement opposées, mais finissent par faire route commune.

Anna est née très pauvre, et a travaillé comme domestique lorsqu’elle était toute jeune, pour pouvoir survivre quand ses parents n’avaient plus les moyens de la nourrir. A l’inverse, Marghi n’a jamais manqué de rien (du moins sur le plan matériel).

Anna a rencontré son grand amour mais n’a pas pu faire sa vie avec lui, à cause des codes de l’époque. Marghi elle, a vécu avec Francesco, jusqu’à ce que celui-ci lui annonce qu’il ne l’aimait plus. Les deux femmes n’ont jamais pu se résigner. Nicola et Francesco occupent leurs pensées.

Ce livre aurait pu manquer de crédibilité, et tomber la tête la première dans le cliché. Mais c’était sans compter sur la délicatesse de l’écriture de Silvia Truzzi. L’auteure nous présente ses personnages avec tact et patience, sans longueurs. Je me suis vite attachée aussi bien à Margherita qu’à Anna. J’ai cru à leur amitié, et compris que celle-ci les aiderait à résoudre des problèmes qu’elles ne parvenaient pas à surmonter individuellement.

Ce roman se lit très facilement, et est rempli d’optimisme. Pour cela je ne peux que vivement vous en conseiller sa lecture !

Fake friends

Ahhh les faux amis… on a tous un jour ou l’autre été déçu. Mais là n’est pas le thème de cet article. Je m’apprête à vous parler des faux amis en linguistique. Ce sont ces mots qui ressemblent à d’autres, mais n’ont généralement rien à voir.

C’est bien connu, l’italien c’est simple. Tu ajoutes des O et des A à la fin des mots, et agites les mains en parlant. (Vous n’imaginez pas le nombre de fois où j’ai entendu ça, et combien j’ai dû prendre sur moi pour ne pas afficher un air blasé.). Donc voila, tous les mots sont identiques au français avec un A ou un O au bout… ou presque.

En italien comme dans les autres langues (j’imagine) on trouve des pièges. Tenez, prenez le duomo, comme celui fort connu que l’on peut admirer à Milan. Ce n’est pas un dôme, comme beaucoup de personnes non-italianophones l’imaginent. C’est… une cathédrale. Le dôme, c’est la cupola.

Plus trompeur encore, le verbe sentire, qui de l’autre côté des Alpes, signifie « entendre » et non « sentir » qui se dit… en fait oui on peut aussi dire sentirsi pour le fait de se sentir ceci ou cela, ou sentire pour le fait de prêter attention à une odeur. Mais globalement, si on vous ordonne « senti! » il s’agira plutôt d’écouter que de humer l’air. Bon à savoir car vous auriez l’air fin à renifler frénétisuement !

Dans le même genre fermare signifie… arrêter. Fermer se dit chiudere.

Un vestito n’est pas un vêtement, mais une robe. La robe de mariée par exemple, se dit vestito di sposa.

La panna n’est pas une panne. Comme dans le mot composé panna cotta, il s’agit de crème. La panne se dit guasto, rien à voir donc. La panna cotta n’est pas une panne de côte. C’est un dessert.

En Italie, si vous mangez à la cantina, c’est que vous êtes vraissemblablement retenu en otage par un déséquilibré. La cantina est une cave. La cantoche se dit mensa.

En Italie, les confetti se mangent et on les offre pour les baptêmes et mariages. Ce sont… des dragées. Ce mot s’utilise aussi pour désigner un chewing gum en forme de dragée

Je pourrais vous en lister encore quelques-uns… mais toutes les bonnes choses ont une fin. N’hésitez pas à commenter, pour m’indiquer si ce type de petit article vous intéresse !

Ciao 😁

Ma vie de Pingouin – Katarina Mazetti

Katarina Mazetti a rencontré le succès en France, avec son roman Le Mec de la Tombe d’à Côté. Je l’avais beaucoup aimé, pour le côté touchant de l’histoire, et la plume agile de son auteure. C’est donc tout naturellement que j’ai choisi de lire ses autres romans lorsque l’occasion s’est présentée.

Ma Vie de Pingouin est paru en 2015 aux éditions Gaïa.

Ma-vie-de-pingouin

Envie d’une petite croisière ? Oubliez la Méditerranée, le farniente en bikini et les visites en short. C’est pour l’Antarctique qu’embarque notre jolie brochette de touriste ! Parmi eux, Alba une septuagénaire indépendante, qui s’amuse de l’observation de ses semblables ; une jeune femme optimiste qui rit tout le temps, un homme déprimé, un drôle de couple dont la femme semble franchement nymphomane, et bien d’autres encore…

La croisière s’amuse, nous aussi, et peu à peu nous découvrons les secrets des uns et des autres, ce qui se cache derrière des apparences bien souvent trompeuses.

Ce roman m’a plu, car les personnages sont attachants chacun à leur façon. On alterne les narrateurs au fil des chapitres, et globalement toutes les histoires m’intéressaient autant. Il n’y avait pas un personnage que je trouvais barbant comparé aux autres.

Ce n’a pas été un coup de cœur, car je ne suis pas identifiée à un personnage en particulier, mais malgré tout ce livre m’a bien plu. Je vous recommanderais donc volontiers sa lecture !

L’enfer est pavé de bonnes intentions

 

J’ai remporté mon exemplaire de ce livre grâce à un concours Twitter. J’étais ravie de recevoir un joli livre à la couverture jaune pétante.

Dans L’Enfer est pavé de Bonnes Intentions, nous retrouvons Emily, l’ancienne Assistante de Miranda Priesley, du Diable s’Habille en Prada. Emily est devenue spécialiste des relations publiques, et gère notamment l’image de célébrités.
Elle est régulièrement appelée à la rescousse quand une star fait une grosse boulette, à l’image de ce chanteur qui a jugé de bon goût de s’afficher avec un déguisement de nazi.
Dernièrement, Emily est un peu contrariée, car elle a perdu des dossiers, au profit d’une concurrente plus jeune, coqueluche des réseaux sociaux. Mais notre business woman aux dents longues est loin d’avoir dit son dernier mot…
Ce bouquin est très facile à lire, et la seule petite difficulté qui pourrait s’opposer au lecteur distrait, reste le nombre de personnages. Mais bon, honnêtement ce n’est pas insurmontable ! Il y a la fameuse Emily, sa copine Miriam la copine de la copine, Karolina. Autour des trois femmes, gravitent maris et connaissances, dans un univers à la Desperate Housewives, où pas un brin d’herbe ne dépasse.
J’ai adoré le ton grinçant d’Emily. Ce personnage est une typique pouf, que l’on adore détester. Carriériste, ultra sapée, et méga snob, elle n’en reste pas moins attachante.
L’action se déroule majoritairement en banlieue, où Miriam a élu domicile, après avoir renoncé à sa carrière d’avocate à New-York. Tout n’est qu’apparences et fric. Mais on gratte le vernis avec délice, pour découvrir toutes les petites surprises cachées derrière…
Ce bouquin n’est pas un prix Goncourt. Il ne restera probablement pas dans votre mémoire. Mais quel délice de le retrouver pendant ma pause du midi, ou le soir après une journée intense au bureau, pour se relaxer les neurones ! C’est rigolo, léger mais pas dépourvu de rebondissements. Bref, une bonne comédie bien réussie !

Le gelato à l’italienne

Non, la glace à l’italienne n’est pas cette crème glacée invariablement proposée en version vanille-fraise, qui sort d’une machine, en formant une spirale. Cette glace plus molle que la moyenne vient en réalité des Etats-Unis, et est assez peu proposée en Italie.

Le vrai gelato, c’est une préparation artisanale, présentée dans des bacs, dont elle ressort allègrement. On voit bien qu’il n’a jamais été possible de contenir tout cela sous un couvercle !

Souvent, on la sert à la spatule, généreusement et rarement, très rarement sous forme de boule ! Sa texture plus aérée que les glaces françaises, rendrait cela compliqué. Les glaces italiennes sont préparées à base de crème fouettée, de lait, de sucre et de jaunes d’œufs. A ces ingrédients de base, s’ajoutent les fruits, ou les autres parfums.

On est loin de la première glace importée en Europe par les italiens, faite de fruits mélangés à… de la neige ! Un sorbet, plus qu’une crème glacée. On raconte que Néron en savourait déjà en 64 ! Pour trouver de la neige à Rome il fallait se lever tôt, ou en faire venir depuis les Alpes. C’est la seconde option qui fonctionnait le mieux. Imaginez donc bien que la consommation de ces glaces était réservée à quelques très très rares privilégiés !

gelato.jpg

Revenons à 2019 et à nos gelati, qui coûtent trois fois rien en Italie. Comptez 2.50 € en moyenne pour une petite coupe. Vous pouvez mettre un peu plus dans les lieux vraiment touristiques, mais vraiment « un peu » pas le double ! Cela ne serait pas justifié.

Les bonnes glaces fondent vite. C’est pourquoi la coppetta (la coupelle) est plus indiquée que les cornets, à mon sens. Mais si tu préfères le cornet, ne te gênes pas ! Avec la mode du healthy, on en trouve de plus en plus facilement pour tous les goûts, vegan et sans gluten.

Les parfums de glace se déclinent à l’infini, de la traditionnelle vanille, à la pastèque, en passant par l’indémodable citron, la pistache, et sans oublier les sorbets de légumes (et oui oui c’est bon). Il y a aussi les plus gourmands, chocolat, Nutella, Oreo, Straciatella (lait entier, crème fraîche et éclats de chocolat).

Les italiens sont fans de gelato, et savourent leur crème glacée en déambulant dans les rues et ruelles, lors de la passeggiata (la balade) qu’ils ont eux-mêmes inventée quelques siècles en arrière !