Est-ce que Maxence embrasse bien ?

Bonjour et bienvenue sur ce nouveau billet ! Bien que je n’ai été confinée que deux semaines, avant de reprendre le travail, j’ai beaucoup lu ces derniers temps. Cela me détendait bien plus que de regarder la télé ! Et puis j’ai gagné du temps en faisant mes courses au drive et mon sport chez moi. Tout ce temps économisé, je l’ai placé dans la lecture !

Parmi mes lectures confinées, il y a eu ce roman de Christelle Da Cruz, paru chez Harlequin.

cover191073-medium

Caroline est une jeune trentenaire, qui vient de se faire larguer après neuve ans de relation. Elle tombe des nues, mais est bien décidée à rebondir, entourée de ses meilleurs amis.

En fouillant les cartons, pour ressortir de quoi équiper son nouvel appartement de célibataire, elle tombe sur son ancien journal intime d’adolescente. Elle y découvre les questions qu’elle se posait à elle-même, lorsqu’elle avait quinze ans : Es-tu heureuse ? Est-ce que Love Actually est aussi bien que tu l’espérais ? Est-ce que Maxence embrasse bien ?

La jeune femme se décide à répondre enfin à ces questions !

***

Les lectures de la catégorie romance, en général je ne m’y attarde pas trop, car je trouve que c’est souvent gnangnan… mais là, le résumé m’a donné envie.

Sauf que… du début à la fin, j’ai trouvé que l’auteure enchaînait les déjà-vus. La bande de potes qui communique quinze fois par jour par SMS – MMS – coups de fil, et passe un temps fou à se saouler dans les bars, on connait. Ils ont bien chacun quelques petites contrariétés dans leurs boulots respectifs, mais tout est bien vite oublié autour de quelques mojitos.

C’est tellement lu et relu, et pas la vraie vie (avouez que vous non-plus vous ne voyez pas vos super potes tous les soirs, et qu’ils ne rappliquent pas forcément dès que vous envoyez un SMS pour les avertir d’une baisse de moral !).

Il y a un peu de Bridget Jones, un peu de Sex and the City, une dose de Friends, mais le tout sent trop le déjà-vu, et le téléphoné d’avance… Dommage !

 

Recette de riz safrané

Il y a une recette que l’homme confiné fait régulièrement et qui me plait bien. Je vous propose donc de la partager aujourd’hui. C’est celle du riz safrané.

Pour la réaliser, il vous faudra :

-du riz (à la base du riz blanc, mais nous l’avons déclinée avec du riz rond complet)

-une pincée de safran (3 ou 4 pistils)

-1 œuf

-1 oignon

-une poignée de fèves (en option)

-un peu de beurre (ou de l’huile si vous ne consommez pas de beurre)

-du sel

-du poivre

View this post on Instagram

Ce midi ce sera riz (riz rond complet).

A post shared by Ana (@chiarastory) on

PREPARER L’EAU SAFRANEE 2 heures avant de lancer le trempage du riz.

Faire bouillir de l’eau et ajouter les pistils dans l’eau bouillante (dans un bocal)

Ajouter une pincée de sel

 

PREPARER LE RIZ

Première étape : laver le riz, jusqu’à ce que l’eau de lavage soit toute claire.

Retirer l’eau

Ensuite, le laisser tremper quelques heures (2-3 heures) dans l’eau safranée revenue à température ambiante.

 

CUISINER LE RIZ

Le faire cuir au cuiseur à riz.

Ajouter une noix de beurre, directement dans le cuiseur. Mélanger.

Ajouter poivre (et sel si besoin).

Dans une poêle, faire suer l’oignon découpé en petits dés.

Ajouter les fèves (nous prenons celles de chez Thiriet).

Ajouter le riz dans la poêle et le faire cuire selon vos goûts (possibilité de le griller légèrement).

Casser un œuf par dessus, et mélanger.

Se régaler !

L’Iguane de Mona

L’Iguane de Mona est un roman de Michael Uras, qui nous fait découvrir le personnage de Paul, quarante ans, qui ne sait pas trop ce qu’il fait là. Paul aime sa femme Kate, son fils Milan même s’il reconnait que s’il était lui-même un môme, il ne le supporterait pas ; et son chien baveux Pomme. A l’inverse, il déteste son prétentieux de patron, son voisin cycliste et donneur de leçons, et son dentiste qui a eu la sale idée de s’échapper sur l’île de Mona alors que Paul affronte une atroce rage de dents.

51X9ViNB+KL

Ce roman m’a tout de suite captivée. La plume de l’auteur est agile, et glisse de petit détail amusant en petit détail amusant. Le sourire n’a pas le temps de s’effacer, qu’un nouveau sourire prend sa place.

C’est l’histoire d’une routine, mais ponctuée de petits détails, qui prennent de l’importance, et font que l’on ne s’ennuie pas. La mélancolie et l’humour se font écho, un peu comme dans la vraie vie, ou rien n’est jamais ni tout rose ni tout noir.

Je ne me suis pas spécialement attachée au personnage principal. Je pense que ce n’était pas vraiment le but. Mais j’ai aimé suivre son quotidien un peu loufoque. Et j’ai bien dit « un peu » loufoque car sous la petite couche de bizarrerie, finalement Paul est comme nous. Il a ses petites contrariétés, des gens qui l’agacent, ces trucs qu’il laisse de côté et finissent par empirer, empirer…

Le titre ne décrit pas forcément le contenu du livre. Il n’y a pas de Mona dans ce roman. L’iguane de Mona est juste l’animal le plus paresseux au monde, et vit sur l’île de Mona.

Pour le reste, je vous laisse découvrir par vous-mêmes…