A la vie à la mort, Mary Higgins Clark

Surnommée la Reine du Suspens, Mary Higgins Clark est une écrivaine américaine, spécialisée dans les romans policier et romans à suspens. Née en 1927, elle est décédée en 2020. Je n’avais encore lu aucun de ses livres, donc quand Netgalley a proposé un audiobook, je me suis dit que c’était l’occasion ! Il s’agissait de A la Vie à la Mort, lu par Marcha Van Boven.

Nous sommes en été, et Laurie célèbre productrice d’une émission intitulée Suspicion, s’apprête à épouser Alex. La jeune femme et la famille du futur époux se réunissent dans les Hamptons, pour célébrer l’anniversaire d’Alex, juste avant le mariage. Tout va pour le mieux, jusqu’à ce que le neveu du futur marié, le petit Johny, disparaisse.

Le petit garçon était à la plage avec sa baby-sitter. Il semble s’être volatilisé…

Les recherches sont très rapidement lancées, ne permettent pas de retrouver Johnny.

Laurie, familière des enquêtes de police à travers son émission sur les affaires non-résolues, et fille d’un célèbre policier new-yorkais, va naturellement faire jouer ses relations, et s’impliquer dans la recherche du petit garçon.

Au départ, j’ai essayé d’écouter le livre en vacant à mes occupations, comme je le fais généralement quand j’écoute un audiobook. Mais après quelques chapitres, j’ai réalisé que j’avais déjà perdu le fil. Il y avait pas mal de personnages et les liens entre eux m’apparaissaient déjà flous. Je suis donc revenue en arrière, et j’ai repassé les premiers chapitres.

J’ai eu du mal à accrocher aux différentes voix de la narratrice, notamment à celle qu’elle prenait pour le personnage de Laurie. Elle lui donnait une intonation qui me la rendait très peu sympathique… Cela m’agaçait dès que Laurie s’exprimait…

Ensuite, je me suis perdue dans les différentes histoires. J’ai regretté qu’il y ait autant de personnages. Je n’arrivais tout simplement pas à suivre. Peut-être cela aurait-il été différent avec un livre écrit ? J’aurais pu facilement rechercher en arrière, qui était qui et qui faisait quoi. Là j’étais larguée.

Donc tant pis… je suis allée au bout de l’écoute, mais j’avoue ne pas avoir été prise par l’histoire…