Un déo made in France

Hi Everyone! Aujourd’hui je vous retrouve pour parler beauté, ou plutôt hygiène… C’est assez rare, mais quand je tombe sur un produit qui m’apporte entière satisfaction, j’aime vous le présenter. Et là, et bien c’est le cas.

N.B. : Cet article n’est nullement sponsorisé. Mon enthousiasme excessif est juste dans ma nature.^^

*

Je prête une attention particulière au choix de mes produits de beauté et d’hygiène. Je souhaite qu’ils soient autant que possible, respectueux de ma santé, et éthiques. Entendez par là que les silicones, sulfates et autres dérivés d’huile de palme ne sont pas les bienvenus dans ma salle de bain, et que je me méfie des marques qui ont potentiellement des pratiques douteuses en matière de tests sur les animaux.

S’il y a bien un produit pour lequel je suis intraitable, c’est le déodorant. Pourquoi ? Car on l’applique sous les bras, dans une zone souvent humide, soumise aux frottements, et voisine de la poitrine. Et alors ? Et bien appliquer des ingrédients dangereux à cet endroit, est tout bonnement non-négociable !

Et pourtant, il faut bien utiliser un déodorant, surtout quand on fait du sport, ce qui est mon cas. Transpirer n’a rien de sale, mais il faut reconnaître ce qui est, parfois cela sent mauvais, et personnellement je ne suis pas pour le fait d’assumer totalement mes odeurs corporelles.^^

Du coup, j’ai testé une foule de déos, dont la plupart m’a abandonnée lâchement… Heureusement, j’ai fini par trouver quelques produits qui sortaient de la masse… notamment celui-ci :

Déodorant naturel Le Sucré – Clémence et Vivien

C’est grâce à une offre spéciale sur le site Azaé Pur, que je me suis lancée. Les frais de port étaient offerts sans minimum d’achat. Sympa, non ?

Chez Clémence et Vivien on a le choix entre 4 déos, tous présentés en petits pots en verre, sous forme de crème :

*le sucré

*le poudré

*l’herbacé

*le fleuri

Le poudré n’était plus en stock le jour de ma commande, donc je me suis rabattue sur le sucré, qui est à base d’ylang-ylang !

Son prix ? 7,90 € les 50 g. OK ce n’est pas donné, mais d’expérience, je sais que les déos crèmes durent plusieurs mois. Et puis mince, la qualité a un prix, qu’il faut parfois savoir payer.

*

Il y a quoi dedans ?

butyrospermum parkii (karité)*, zhea corn starch (amidon de maïs)*, helianthus annuus seed oil (huile de tournesol)*, sodium bicarbonate (bicarbonate de sodium)*, prunus armeniaca kernel oil (huile d’abricot)*, cananga odorata flower (ylang-ylang) oil, salvia sclarea (sauge) oil, cedrus atlantica (cèdre de l’Atlas) oil, tocopherols (vitamine E), benzyl benzoate**, farnesol**, linalool**, limonene**,  géraniol**.

* produit issu de l’Agriculture Biologique

** naturellement présent dans les huiles essentielles

*

Que du naturel… Vous pouvez lire et relire la liste… moi je ne vois rien de synthétique. Attention cependant pour les peaux les plus sensibles, les huiles essentielles ont beau être naturelles, elles peuvent aussi causer des réactions allergiques.

Le seul petit hic, c’est que le pot ne contient que le déo, et aucune spatule n’est fournie pour le prélever et l’appliquer sur la peau. J’ai récupéré la spatule de mon ancien déo, car j’utilisais un autre produit en pot avant celui-ci. Mais sans cela je pense que j’aurais pris une touillette de café, ou un équivalent, car prélever le déo du bout du doigt n’est pas forcément pratique.

Il suffit d’un peu de produit, de la taille d’un petit pois. On étale sur la peau sèche, après la toilette, et hop, on peut immédiatement s’habiller et vaquer à ses occupations !

*

Efficace ?

Il a fait bien bien chaud ces derniers temps chez moi, et malgré tout, je n’ai pas eu à déplorer de lâchage de la part de mon déo. Au contraire, s’il n’empêche pas totalement de transpirer, il régule la sueur (pas d’auréole visible sur les fringues) et empêche totalement la formation de mauvaises odeurs, et ce même après une bonne séance de sport, sans avoir eu à remettre du produit juste avant.

Il sent bon dans le pot, mais une fois sur la peau, je ne le sens plus. J’ai donc proposé à l’homme de le tester, sans craindre de sentir la fleur ! Et il a validé aussi l’efficacité !

Je suis donc ravie, et ne peux que recommander ce produit !

En prime, il est made in France, à côté de la Rochelle. 🙂

Pour l’ajouter à ton panier, tu peux cliquer !

Anny on my nails [Vernis]

Le vernis c’est la vie. D’ailleurs, si on veut, on peut dire que cela rime (presque) et que ce n’est certainement pas un hasard.

Sur ce, oubliez cette intro moisie, et regardez un peu ce joli gris métal de chez Anny ! Je l’ai trouvé en soldes chez Nocibé (-70 %, ça c’est de la promo comme j’aime). Le prix « normal » était de 10,50 € pour un flacon d’une contenance de 15 ml.

Le flacon, parlons-en brièvement, il est carré, super épais, sobre, mastoc.

Mon choix s’est porté sur la référence 353.40 baptisée Come Closer (Viens plus près).

 

Qui c’est cette Anny ?

Anny est une marque allemande, qui en dit peu sur ses origines. J’ai mis un certain temps à trouver l’adresse physique du siège social, dont j’ai déduit la nationalité de la marque.

Elle propose une gamme d’un peu plus de 100 couleurs, qui se renouvelle partiellement de façon très régulière (on annonce de nouvelles teintes toutes les 6 à 8 semaines !) pour coller aux dernières tendances.

Anny indique ne pas effectuer de tests de ses produits sur les animaux, et nous renvoie avec un * à une note qui rappelle que différentes lois ont banni les tests de cosmétiques sur les animaux. A sa connaissance, la marque n’est nullement impliquée dans les test in vivo…

Je n’ai pas pu trouver la composition INCI sur le flacon de mon vernis. J’ai eu autant de succès sur le net. Je serai donc bien incapable de vous dire si l’on trouve des cochonneries dans le flacon… Ma conclusion serait donc la suivante : la marque ne se vante pas particulièrement de proposer des vernis clean. Vous voilà prévenus…

Côté application, le vernis a une texture particulière, qui m’a beaucoup plu. Il a un côté un peu visqueux, un peu jelly, qui le rend super agréable à étaler sur l’ongle. Et surtout, son fini est totalement brillant, même sans top coat.

Une seule couche ne suffit pas pour un rendu opaque et homogène, mais après avoir appliqué la seconde, on obtient de jolis ongles métallisés et brillants.

Côté tenue, on est dans la norme. Tout dépend de l’usage que vous faites de vos dix doigts !

Je ne mettrais pas 10,50 € dans un flacon hors promo, mais en soldes, je trouve que j’ai fait une belle affaire… Et vous, qu’en dites-vous ? Vous aimez la teinte que j’ai choisie ? Vous connaissez déjà la marque Anny ? 🙂

 

Des miss heureuses

Les élections de miss, qu’elles soient nationales ou internationales (mêmes parfois régionales), ont toujours été l’occasion de faire apparaître des scandales plus ou moins retentissants. On se souvient parfois de certains d’entre eux, comme lorsque notre Miss France 2001, Elodie Gossuin avait été « accusée » d’être un homme au concours de Miss Univers, ou encore les nombreuses fois où des miss régionales ont été éliminées du concours Miss France pour avoir pris la pose plus ou moins dévêtues. On se rappelle de Valérie Bègues et du scandale du lait concentré (la miss avait posé pour la marque Pardon, en train de lécher du lait en poudre, entre autres).

Cette année encore, des rumeurs courent autour de la fraîchement élue Miss Univers 2017, qui se trouve être notre Miss France 2016. La belle Iris serait selon certains « observateurs » malveillants… lesbienne. Nul besoin de perdre du temps à méditer sur ces rumeurs, qui quand bien même elles s’avéreraient vraies, ne remettraient nullement en question la légitimité du titre décroché par la reine de beauté.

Les scandales et critiques entourant les élections de miss ont toujours existé et existeront probablement toujours. Mais dernièrement, ils ont pris une nouvelle forme, celle de la critique sur le poids des candidates. En anglais le phénomène porte un nom : body shaming, et englobe tout ce qui consiste à attaquer une personne au sujet de son poids, qu’il soit jugé excessif, ou au contraire, insuffisant. (Traiter une personne de « sac d’os » est tout aussi péjoratif que de l’accuser d’être une « grosse vache »).

*

En réalité ce n’est pas une grosse nouveauté, puisqu’en 1997 déjà, Miss Univers avait été publiquement humiliée par le propriétaire d’alors de ce concours : Donald Trump. Son nom vous dit quelque chose ?

Le milliardaire avait jugé bon de surnommer Alicia Machado « Miss Piggy » (miss cochonne) en référence à son léger embonpoint. Un poil rancunière (qui ne le serait pas à sa place ?), la miss avait ressorti les vieux dossiers pendant la campagne présidentielle…

*

Plus récemment, lors du concours Miss Grand International 2016, c’est Miss Islande qui a claqué la porte, après s’être vu reproché d’avoir grossi depuis son élection. La miss avait pourtant de sérieux atouts, et était loin d’être en surpoids. La photo s’impose…

*

La belle blonde aurait reçu de « précieux » conseils de la part de l’organisation du concours, qu’elle a rapporté à un journal islandais : «Ne mange plus de petit-déjeuner, ne mange qu’une salade au déjeuner et ne boit plus que de l’eau jusqu’au soir de la finale».

On notera au passage que ces conseils sont totalement stupides, puisque quiconque ne mange que de la salade verte (16 kcal les 100 grammes rappelons-le) sans sauce finit fatalement par mourir à un âge prématuré, et que mourir même en étant Miss n’est pas quelque chose de positif.

Ces conseils justement, la jeune femme les a mis au placard, et a répondu à ceux qui les proféraient, par une lettre que vous pourrez voir ci-dessous, publiée sur son compte Instagram.

Elle y explique que puisque les membres de l’organisation du concours la jugent trop grosse, et lui trouve des épaules trop volumineuses, elle décide de quitter la compétition. Le concours ne mérite ni son visage, ni son corps, ni sa personnalité, ni son cœur ! Et toc !

My goodbye letter✉️🖋

A post shared by ARNA YR (@arnayr) on

« J’espère sincèrement que votre organisation ouvrira les yeux, car nous sommes en 2016 et puisque vous êtes responsables d’un concours de beauté international, il serait bon d’être en mesure de voir la beauté internationale ! »

Du coup Arna Jonsdottir est repartie de Las Vegas sans couronne, et sans même avoir concouru. Et c’est Miss Indonésie (très jolie également) qui a remporté la couronne bizarroïde.

Ariska Putri Pertiwi, Miss Grand International 2016 #indonesia #missgrandinternational #missgrandinternational2016

A post shared by Miss Grand International (@missgrandinternational) on

*

Au concours de Miss Univers, c’est Miss Canada, qui a été malmenée à cause de son poids, car la belle avait eu la mauvaise idée de s’empâter un peu depuis son élection.

Sur les réseaux sociaux, des internautes comme vous et moi s’en donnaient à cœur joie… Des détracteurs se sont même « amusés » à retoucher des photos de la candidate, pour la rendre plus grosse et se moquer de son image !

La jolie brune de 23 ans aurait pu se mettre au sport intensif et se nourrir uniquement de céleris qu’elle aurait ensuite vomi au dessus des toilettes. Mais, elle a choisi une autre réaction… qui à mon sens est beaucoup plus sage et saine…

Elle a continué à poster des photos d’elle sur son compte Instagram, accompagnées d’une réponse posée et argumentée…

« I am secure and that’s what makes me beautiful. »

Comprenez, « je suis sûre de moi et c’est ce qui me rend belle. » Et elle a bien raison, car elle est en effet superbe ! D’ailleurs, la candidate a fini dans le top 9 de miss Univers, sur plus de 80 prétendantes… Et toc !

« When you call me lazy, fat, and mediocre, what are you saying to the women of the world? »

Quand vous me traitez de grosse, de fainéante, de fille médiocre, quel message envoyez-vous aux femmes du monde entier ?

La jeune femme a continué en expliquant que pour elle le concours de Miss Univers était une opportunité pour les femmes, d’exprimer la diversité, et d’atteindre un objectif d’accomplissement personnel. Rappelons au passage que le slogan du concours est tout de même « confidently beautiful« … 

Elle a raconté que quelques temps en arrière, lorsqu’elle était très mince, elle n’était pas heureuse. Ce n’était pas sa vraie nature d’être aussi mince, et cela lui demandait beaucoup de privations ; des privations auxquelles elle a mis fin volontairement.

Loin d’être du genre à passer ses journées au fond du canap avec un pot d’un kilo de pâte à tartiner et une petite cuillère, Siera Bearchell est une grande sportive. Cela se voit, à son corps tonique, et musclé, un corps qu’elle a décidé d’accepter, et d’aimer !

 

Sur une autre image, Sierra Barshell raconte qu’on lui a demandé « Mais qu’est-ce qui t’arrive ? Tu as grossi, pourquoi ? Cela te fait perdre des points dans la compétition ! ». La Miss explique qu’elle a effectivement grossi et qu’elle est moins mince que lorsqu’elle avait 16 ou 20 ans. Mais elle est aussi plus confiante. (ci-dessous, une photo de Miss Canada, lorsqu’elle était plus mince).

Sweet 16.

A post shared by Siera Bearchell | Miss Canada (@sierabearchell) on

Pour elle, il est important de s’aimer tel que l’on est, au lieu d’essayer de suivre à tout prix les standards imposés par la société. Elle continue en expliquant que le fait de s’accepter et de s’aimer lui a permis de devenir beaucoup plus heureuse, et que c’est cela qu’elle souhaite défendre en participant au concours.

Belle leçon de confiance en soi, non ?

Alors on pourrait répondre que les concours de miss sont de toute façon fondamentalement misogynes, et qu’ils n’ont pour but que de mettre en concurrence sur des critères physiques. On pourrait dire que la meilleure façon de lutter serait de ne pas participer à ces concours…

Mais finalement, est-ce que ce ne serait pas accepter un état de fait, de ne pas se présenter à des concours de beauté lorsque l’on sort des critères habituels ? Ces concours devraient refléter la beauté dans toute sa diversité, non ? Alors pourquoi ne pas proposer de représenter ces diverses beautés ?

Rester cantonnées aux concours pour femmes « rondes » dès que l’on a l’audace de ne plus rentrer dans un 36 fillette, c’est accepter le message que pour être parfaite, il faut avoir telles mensurations !

Est-ce que les choses ne bougent pas un peu plus quand on remet en cause les diktats, en osant montrer un corps qui ne se conforme pas aux normes imposées ?

Montrer des formes différentes de beauté, et prouver que l’on peut être heureuse sans avoir des abdos saillants, c’est peut-être aussi une façon de faire évoluer les choses ?

Ce qui m’a semblé intéressant dans la réaction de Miss Canada, a été le fait qu’elle ne nie pas avoir grossi, mais explique honnêtement les raisons de la fin de ses restrictions, et les assume pleinement.

Finalement, le bon message serait que l’on peut être belle sans forcément coller aux normes imposées. Il n’y a pas deux options : être un mannequin ou être ronde. Ou plutôt si… il y a deux options, mais elles sont les suivantes : être heureuse ou se rendre malheureuse.

Et à mon sens, il ne devrait plus y en avoir qu’une, la première !

 

 

Et il m’est impossible de conclure ce billet sans ajouter une petite image de notre Miss France, qui finit sur la plus haute marche du podium, et le mérite, car avouez… elle est radieuse !

A vos comms !

Akane – Huile purifiante démaquillante

Il y a plusieurs années que j’avais reçu cette huile démaquillante dans une Birchbox. Mais je ne l’avais pas encore utilisée, la gardant pour un week-end, ou un jour où je devrais voyager léger ! En effet, mon petit flacon ne contenait que 12 ml de produit !

J'adore ! #beauty #Akane

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Au départ, j’ai utilisé ce démaquillant de façon classique, en en versant sur un disque à démaquiller réutilisable (j’utilise les disques des Tendances d’Emma). Le démaquillant pénétrait rapidement dans la lingette et il me fallait en verser des tonnes pour pouvoir me démaquiller. En plus ce n’était pas très gras, et j’avais l’impression de me démaquiller au papier emery…

Puis, j’ai lu les conseils d’utilisation…

En fait, ce produit s’utilise sans coton ! Il faut appliquer l’huile directement sur la peau, et masser du bout des doigts. Ensuite seulement, on dégaine un coton, et on retire l’excès d’huile, et les impuretés avec !

Et là… cela marche nettement mieux !

J’aime beaucoup ce produit, car il est pratique et facile à utiliser (une fois que l’on sait comment procéder). Les démaquillants qui s’utilisent sur un coton ne sont pas économiques quand on prend des lingettes lavables. Il faut généralement plus de produit que sur un disque jetable. Là, vu que le produit s’applique directement sur la peau, sans coton, on en utilise une toute petite dose !

L’huile dissout le mascara, le crayon, le fard à paupière, sans aucun souci. Je l’utilise surtout sur les yeux, mais l’ai testé aussi pour enlever le rouge à lèvres, et l’anti-cerne. Il est très efficace ! Je n’utilise pas de produit waterproof, donc je ne saurais vous dire ce que cela donne sur ce type de maquillage !

Je peaufine ensuite avec mon nettoyant visage habituel, et le tour est joué !

Côté compo, c’est beau et bio :

CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE, HELIANTHUS ANNUUS (SUNFLOWER) SEED OIL*, SUNFLOWER SEED OIL POLYGLYCERYL-6 ESTERS, PARFUM (FRAGRANCE), MALUS DOMESTICA AKANE FRUIT / LEAF EXTRACT*, TOCOPHEROL.

On a des corps gras, de l’huile de tournesol (helianthus annuus), de l’extrait de pomme (malus domestica akane fruit), et de la vitamine E pour éviter le rancissement des huiles.

Ce produit est certifié bio.

En format vente, cette huile existe en deux contenances :

*50 ml : 10,30 €

*150 ml : 19,00 €

Voilà pour les présentations ! Et vous, connaissez-vous les produits Akane ? Quels sont vos chouchous pour vous démaquiller ?

 

Pour l’anniversaire du blog, vous êtes vernies !

Hi everyone!

Aujourd’hui est un jour particulier, puisque nous fêtons la première année du blog. Cela fait un an que j’ai le plaisir de vous raconter des bêtises, et de lire vos commentaires ! Un an de bons moments passés ensemble, ça se fête !

J’ai contacté différentes marques que j’ai pu vous présenter sur ce blog, et certaines m’ont fait l’immense plaisir de répondre positivement à la suggestion de vous gâter !

Aujourd’hui, on joue avec Nailmatic, la marque de vernis 100 % made in France, qui vous propose de remporter un vernis à ongles, à choisir sur leur site : ICI

 

Les conditions sont simples :

*Laissez un commentaire sous ce billet, en m’indiquant que vous participez.

*Dites-moi quelle couleur vous choisissez au cas où le hasard vous désigne comme gagnant(e) de ce concours : toutes les références sont visibles ici, donc indiquez bien le nom du vernis, et pas juste « rouge » ou « bleu » hein. 😉

*Laissez-moi un mail valide, pour pouvoir vous contacter en cas de gain (inutile de noter le mail dans le commentaire, renseignez juste bien le champ e-mail).

Le concours débute à la publication de ce billet, et vous avez jusqu’au 10 février 2017 à minuit pour participer.

Le tirage au sort sera effectué peu de temps après, et le/la gagnant(e) aura jusqu’au 17 février minuit pour répondre au mail l’informant de sa victoire. Au delà, sans réponse de sa part, le lot sera remis en jeu.

***Concours ouvert à la France métropolitaine uniquement (envoi du lot à une adresse de France métro, par Nailmatic directement).***

#vernis #nailmatic #npa

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Enfin, pour avoir plus de chances d’être victorieux/se, voici comment gagner des participations supplémentaires :

Partagez le lien du concours sur les réseaux sociaux : (copiez le lien URL de ce billet)

+1 pour Facebook

+1 pour Twitter

+1 pour Google+

+1 pour Instagram

+2 pour un partage sur votre blog

Pensez à bien partager en public (sinon je ne peux pas vérifier) et à me laisser les liens de partage dans votre commentaire !

Voilà, c’est facile, mais pour gagner, il faut participer. 🙂

GOOOOO !!!

***

C’est LA JOLIE BIBLIOTHEQUE qui remporte ce concours !

J’attends une adresse postale par mail pour pouvoir transmettre à Nailmatic, qui t’enverra ton lot. 🙂

Let me introduce Wycon…

Wycon est une marque de cosmétiques qu’il est difficile de présenter sans la comparer à Kiko. Oui parce-que les points communs sont nombreux, à commencer par le pays d’origine de ces deux marques, l’Italie.

Wycon a été fondée en 2009 avec une idée de base qui vous rappellera normalement l’autre marque transalpine : celle de casser les codes du marché des cosmétiques, en proposant des produits accessibles à toutes, mais néanmoins, de très bonne qualité…

On notera que, rares sont les marques de cosmétiques qui ne se gargarisent pas de proposer des produits top qualitatifs (je ne suis pas sûre du bon emploi du verbe « gargariser » mais cela me plait de le placer là, donc s’il vous plait, faites comme si tout était normal).

Wycon, ce sont des magasins en franchises, qui poussent comme des champignons, en Italie, mais aussi au Portugal, en Grèce et en Bulgarie. A ce jour, il n’y en a pas encore en France. Mais quand la marque débarquera, vous saurez déjà de quoi il s’agit, grâce à Bibi (c’est moi Bibi).

#Wycon crayon Avion @wycon_cosmetics #makeup

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ci-dessus, j’ai utilisé le crayon ref. Avion en fard à paupière… C’est un bleu-gris métallisé.

Bien que la marque ait son siège social à Milan (on voit mal comment il pourrait en être autrement car la capitale lombarde est LA ville de la mode italienne), elle n’y a encore qu’une seule boutique, alors qu’elle en compte quasiment une dizaine à Rome.

Pendant mes vacances dans le nord du pays, je ne l’ai croisée qu’une fois, à Parme. J’ai été surprise par la ressemblance avec Kiko au niveau de l’agencement de la boutique, et du packaging de certains produits. Les flacons de vernis ressemblent à s’y méprendre à des flacons Kiko. Il y a des testeurs partout. Bref, le concept est le même que chez Kiko.

Je ne suis pas la seule à le penser, car Kiko a porté plainte contre Wycon et obtenu gain de cause. Sur quel point précisément ? Sur l’agencement des magasins justement !

@wycon_cosmetics

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Lors d’une nouvelle visite de l’autre côté des Alpes, j’ai trouvé un Wycon à la gare Termini de Rome, et j’ai rapporté de nouveaux produits… un crayon, et deux vernis. Oups !

***

Les présentations étant faites… parlons désormais des produits Wycon !

J’ai acheté un vernis et un crayon pour les yeux lors de ma première visite chez Wycon Parme… Raisonnable, non ? Il faut dire que j’ai un stock considérable de cosmétiques et que je n’ai pas été over-tentée par les produits Wycon. On retrouve des couleurs certes nombreuses, mais relativement classiques. Dans les vernis, la palette est large, mais les effets spéciaux se font rares.

Wycon #vernis

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Par contre, je n’ai pas été déçue de mes petits achats.

Le vernis a une texture plaisante, un pinceau correct, et la tenue est dans la norme. On ne parlera pas de coup de cœur, mais le rapport qualité-prix est bon.

Le crayon lui, m’a nettement plus enchantée. J’ai opté pour la teinte 27-Viola Gotico, un violet très foncé, presque noir, bardé de paillettes violettes… C’est très joli, et je n’ai aucun souci à porter cet eye-liner au quotidien, car le fait que la teinte soit foncée fait que cela reste discret. N’imaginez pas un effet pailleté ultra prononcé…

Viola Gotico @wycon_cosmetics

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Parlons maintenant du prix :

-2,90 € pour un crayon pour les yeux,

-3,50 € pour un vernis (mais ils sont tellement souvent en promo que vous les aurez facilement à 2,90 €),

-4,50 € pour les ombres à paupières, …

Bref, ce sont des prix fort accessibles…

Qu’en dites-vous ? Vous connaissiez déjà Wycon ?

Smart Nail Lacquer – Kiko

Fut un temps, l’offre en vernis chez Kiko se résumait à une gamme classique, complétée par des éditions limitées. Et puis, le succès aidant, la marque a mis sur le marché d’autres gammes. Il y a eu les flacons arrondis, pour les vernis à séchage rapide (qui pour moi, sèchent aussi vites que la gamme d’origine), les Power Pro, et les mini vernis, de la gamme Smart. Le vernis que je vais vous présenter aujourd’hui appartient à cette gamme, et coûte 2,50 € seulement, pour un flacon de 7 ml.

La gamme Smart Nail Lacquer se décline en 48 couleurs. Mais rassurez-vous (je vous sentais un peu stressées) si vous avez déjà une vernithèque pleine de Kiko des autres gammes, la plupart des couleurs sont très similaires. A part quelques teintes à effets qui sortent du lot, on reste dans des vernis « classiques ».

J’ai pour ma part opté pour une teinte indémodable et passe partout, qui porte la référence 13-Ruby Red. C’est un rouge assez foncé, qui tire sur le rose-framboise.

#kiko #smartnaillacquer

A post shared by Ana (@chiarastory) on

En deux couches, il est parfaitement opaque, et offre un résultat homogène et brillant (même sans top coat).

Je trouve ce rouge idéal pour l’hiver. Il s’accorde avec toutes mes tenues, notamment avec mon pull préféré, qui est couleur prune !

C’est une teinte à la fois classique, car rouge, et originale (oui les deux à la fois). On sort du rouge sang habituel, pour aller vers un rouge plus profond, et probablement plus facile à assumer…

Personnellement je le trouve très joli… Et vous, qu’en dites-vous ? Avez-vous craqué pour la gamme des mini-vernis Kiko ?^^