Ikéa reproduit des dessins enfantins en peluches !

Hier nous avons décidé sur un coup de tête, de nous rendre à Dijon pour aller chez Ikéa. Nous aimerions en effet changer de table basse. Mais bon, ce n’était qu’une excuse pour justifier la balade, et passer le temps en cette journée pluvieuse !

Malgré le choix que je qualifierais de « gigantesque », avec des tables de toutes formes, dans tous les matériaux possibles et imaginables, nous n’avons pas trouvé notre bonheur. Mais… j’ai néanmoins apprécié la « visite ». Car oui, Ikéa est un magasin qui se visite !

***

image

Deux choses ont retenu mon attention : une boîte lumineuse, que vous voyez à gauche sur la photo ci-dessus. Vendue 35 €, elle permet de ranger ce que vous souhaitez, et de le mettre en valeur grâce à un éclairage intégré. Original non ?!

Ensuite, j’ai découvert des peluches bizaroïdes, qui ont été réalisées à partir de dessins d’enfants.

image

Un concours a été organisé par le géant suédois auprès des moins de douze ans, et dix petits gagnants ont été choisis. Leur oeuvre a ensuite été reproduite en peluche et est désormais vendue dans les magasins Ikéa ! Génial non ? Et attendez, vous ne savez pas tout… Pour chaque peluche vendue, Ikéa reverse 1 € pour l’éducation des enfants, en partenariat avec l’Unicef et Save the Children.

 

image

Je trouve l’idée géniale sur tous les plans. Les peluches sont vraiment marrantes, d’autant plus quand on regarde le dessin d’origine exposé à côté. On imagine la joie des enfants qui ont remporté le concours et vu leur dessin réalisé. Et enfin, on fait une bonne action en achetant le produit.

Ainsi s’achève ce court billet shopping… Mais qu’ai-je acheté me demanderez-vous ? Et bien j’ai réalisé l’exploit de sortir d’un Ikéa les mains presque vides… J’ai seulement craqué pour des herbes aromatiques prêtes à pousser, dans des gobelets en carton ! :-p

Publicités

La lettre de motivation…

Quoi de mieux pour la fête du travail, que de vous proposer un petit billet sur… la recherche d’un emploi justement, et plus particulièrement, la lettre de motivation !

Lorsque l’on recherche un emploi ou un stage, il y a deux documents sur lesquels il est difficile de faire l’impasse, voire impossible ; j’ai nommé le CV, et la lettre de motivation. Dans le premier, on liste ses expériences en rapport avec le poste pour lequel on propose sa candidature (à moins d’être débutant et d’avoir peu de choses à noter dans le CV, on évite généralement d’y porter des informations comme l’obtention du brevet de sécurité routière obtenu à l’âge de 14 ans.) Dans la seconde, on explique pourquoi on correspond au poste proposé, et en quoi on mérite que le recruteur nous convoque pour un entretien.

Le problème, c’est que bien souvent, la motivation principale qui pousse à postuler, c’est le salaire. On doit travailler, et comme les postes vacants ne courent pas les rues, on postule à tout ce qui se rapproche de près ou de loin à nos compétences. Du coup, quoi mettre dans la lettre de motivation ? Surtout lorsque l’annonce en dit assez peu et ne laisse pas vraiment apparaître d’éléments motivants…

La grosse erreur, que nous avons probablement tous commise, est d’utiliser une lettre type… Elle contient de belles tournures, qui expliquent au recruteur que son offre d’emploi vous a vraiment tapé dans l’oeil. Vous l’avez lue et paf, vous avez été eu une sorte de coup de foudre pour le poste qui y était détaillé ! … Soit c’est vrai, et dans ce cas tant mieux car vous saurez dire précisément dans votre lettre pourquoi le poste vous attire… Soit c’est faux, et il faudra se creuser les méninges pour expliquer pourquoi vous postulez (il y a forcément des éléments qui vous laissent penser que vous avez votre chance, sinon vous n’auriez pas choisi cette offre ?).

Beaucoup de candidats pensent qu’il faut flatter, et préciser que l’entreprise dans laquelle on postule est reconnue dans son secteur… Mais quand on s’adresse à une petite PME qui n’est pas connue du tout (cela peut arriver et ce n’est pas forcément une tare), ce type de phrase tombe comme un cheveu sur la soupe… Vous l’aurez compris, vous pouvez jeter votre lettre type, puisqu’il faudra en réalité rédiger une nouvelle lettre pour chaque annonce à laquelle vous répondrez. Vous pouvez garder une trame commune, mais pas question d’envoyer la même lettre à la virgule près, à deux entreprises différentes.

Il n’est pas rare aussi de lire que le secteur d’activité attire particulièrement le candidat. Pour certains secteurs cela peut être effectivement le cas, mais d’autres fois cela frise le ridicule d’écrire que le secteur d’activité nous attire, à moins que cela soit réellement le cas, et que l’on explique pourquoi dans la lettre.

Car oui, la lettre sert à expliquer, à détailler pourquoi le Recruteur devrait vous recevoir, vous personnellement. Inutile de recopier votre CV en brodant autour des diplômes obtenus, et des expériences passées, cela ferait doublon. Mais pourquoi ne pas créer des liens de logique entre les points clefs de l’annonce, et ceux de votre CV ?

Il s’agit d’un poste qui demande d’être très bon en anglais, et vous avez effectué un stage en pays anglophone ? Alors dites-le dans votre lettre. Précisez que vous êtes très à l’aise avec les langues étrangères, que vous lisez des romans en anglais, ou que vous voyagez chez l’habitant ! C’est l’occasion d’appuyer sur vos points forts !

La lettre de motivation peut aussi vous permettre d’argumenter si votre CV ne correspond pas totalement au profil recherché. Vous avez des points faibles, qui pourraient faire que votre CV irait à la poubelle d’emblée ? C’est le moment d’expliquer comment vous comptez compenser… Par exemple, vous ne parlez pas l’allemand alors que l’annonce demande de parler anglais, et allemand… Expliquez que vous avez déjà travaillé avec des interlocuteurs allemand, en anglais, et que cela fonctionnait très bien (si tout cela est vrai, bien-entendu…).

Sur ce, je pourrais encore en écrire beaucoup sur le sujet, mais ce serait trop long… Alors je vais plutôt attendre d’avoir d’autres idées pour rédiger éventuellement un troisième billet par la suite ! En attendant merci pour vos lectures et réactions et… à très bientôt !

 

I think you’re TOXIC – ne pas se laisser envahir par le stress !

Le stress est le mal de notre époque. Qui ne s’est jamais senti stressé, n’a jamais poussé un long soupir, se sentant totalement dépassé par les événements ? C’est un mal très répandu, mais pas forcément une fatalité !

Tout d’abord, quels sont les signes qui indiquent que l’on est stressé ? (liste non-exhaustive !)

*Votre corps est un bon indicateur… mal de ventre, transpiration, cœur qui bat la chamade, rougissements intempestifs… vous êtes probablement victime de pics de stress…

*Vous dormez mal ? Vous rêvez de votre travail, vous réveillez en plein exercice de compta ? Vous n’arrivez pas à trouver le sommeil ? Vous ne pensez qu’à des choses angoissantes, comme ce rapport que vous ne parvenez pas à terminer ?

*Vous perdez l’appétit ?

*Vous vous rongez les ongles, mangez les petites peaux de vos doigts, avez des tressautements,… ?

Voici quelques pistes, qui ne seront probablement pas des solutions en elles-mêmes, mais juste des idées d’amélioration, pour soulager le quotidien !

 

RESPIREZ !

Face à une situation d’angoisse, dites stop, et prenez le temps d’inspirer et d’expirer profondément, en remplissant complètement et vidant complètement les poumons. Focalisez votre attention sur votre respiration. Prenez le temps de ralentir votre rythme cardiaque, et de reprendre le contrôle de la situation…

Cela peut sembler difficile à faire en public, mais c’est faisable, sans bruit, et franchement cela aide bien souvent à stopper la montée de stress. Prenez votre temps de répéter l’exercice plusieurs fois, et vous verrez que cela vous permettra de retrouver votre calme…

 

PARLEZ !

Rien n’est plus désagréable que de côtoyer des personnes qui communiquent leur stress. Le stress se refile, se transmet, comme une mauvaise infection… Si un collègue a tendance à soupirer à longueur de journée, à tapoter des doigts sur son bureau, ou à tenir en permanence des propos négatifs, peut-être faudrait-il envisager de lui en parler calmement, posément, sans l’accuser. Il s’agit juste de lui expliquer de façon diplomatique que son attitude vous met sous tension, et que ce n’est pas plaisant… La situation se corse s’il s’agit d’un supérieur et là malheureusement… je n’ai pas de solution à vous proposer… :-/

Si votre conjoint, vos proches, ont la fâcheuse manie de broyer du noir, et de tout voir de façon négative, leur signaler, toujours gentiment, sans accuser, peut aider à changer les choses… Par exemple j’ai remarqué que mon homme avait l’habitude de commencer le dimanche par un inventaire des choses à faire. Cela ressemblait à « Pfff faut qu’on fasse les courses pis après ménage ! ». Parfois il listait les corvées avant même d’avoir posé le pied hors du lit. J’ai fini par lui signaler gentiment que cet inventaire n’était pas très utile, et surtout qu’il générait un stress assez malvenu en plein week-end. Il l’a plutôt mal pris au départ, mais en expliquant ensuite le pourquoi de ma remarque, il a fini par admettre que ce n’était pas forcément une bonne idée de lister ainsi les corvées qui nous attendaient !

 

ÉCOUTEZ DE LA MUSIQUE !

Cela ne vous arrive jamais de monter le son et de brailler tout seul dans votre voiture ? Fut un temps c’était mon rituel du vendredi 17 h 00. Je le faisais instinctivement pour fêter le week-end.

Mais pourquoi se limiter au vendredi ? Préparez-vous un bon CD de musiques entraînantes, dont vous connaissez les paroles, et chantez !! Quelques suggestions ? Magic System fonctionne plutôt bien… tout comme Eye of the Tiger !

Mais d’autres styles de musique peuvent aider à atteindre l’apaisement. Celle-ci aiderait à se détendre et à voir la vie du bon côté… ce serait prouvé scientifiquement… Alors go !

 

DÉFOULEZ-VOUS !

L’ambiance au bureau ou à la maison est électrique ? Profitez de la pause déjeuner (dans le cas du bureau) pour sortir manger au parc, ou pour aller à la salle de sport si vous en avez la possibilité. C’est aussi possible après le bureau bien-sûr. Au départ on n’a pas très envie, mais une fois lancé, l’activité physique fait le plus grand bien pour se vider la tête, passer à autre chose, et arrêter de ruminer !

Je suis sûre et certaine que vous avez vos astuces également pour faire face au stress. Et si vous m’en faisiez bénéficier ? 

Je conclurai en disant qu’il faut éviter au maximum de tomber dans le piège des excitants, type café ou boissons énergisantes… qui donnent un coup de boost sur le moment, mais finissent par rendre encore plus tendu. Une tasse de thé apporte aussi de la caféine (de la théine précisément) mais en quantité bien moindre. Et il est prouvé que le thé vert aide à lutter contre le stress. Alors… vous savez ce qui vous reste à boire !

 

Bon courage !

Avez-vous déjà fait attention à cette toute petite phrase que l’on entend à mon sens de plus en plus ? « Bon courage ! » lancé en fin de conversation pour remplacer un « bonne journée ! ». J’ai l’impression que le « Bon courage ! » est de plus en plus rependu. Je l’entends au téléphone, quand un client conclut une conversation, à la caisse du supermarché, pour saluer la caissière, même parfois entre proches qui se souhaitent bien du courage pour affronter une nouvelle journée de travail.

A priori c’est plutôt sympa de se souhaiter du courage… A priori seulement. Parce-que si l’on creuse un petit peu, on se rend compte que cela signifie que la personne à qui l’on s’adresse s’apprête à passer un sale moment… et qu’il lui faudra du courage pour surmonter les obstacles ! (Je ne dis pas que c’est faux, mais est-ce forcément utile de le souligner de cette façon ?).

Je trouve que c’est finalement une phrases pessimiste que ce « bon courage ! ». Elle est à classer avec le « comme un lundi » que balance le collègue quand tu le croises à la machine à café de retour de week-end et lui demande comment il va.

Personnellement, quand un interlocuteur me souhaite « bon courage ! » au téléphone, je suis toujours un peu surprise, car parfois je suis dans un très bon jour, et je n’ai aucunement besoin de courage pour terminer ma journée de bureau. Suis-je la seule ??

Alors bon, moi je n’aime pas trop que l’on me souhaite du courage. Je préfère un « bonne journée » enjoué, ou un simple « au revoir » avec un sourire dans la voix. Pas vous ? 😀

Sur ce… je vous souhaite une belle journée !

 

Du sourire dans les e-mails !

Salut lecteur du vendredi ! Aujourd’hui je te propose un petit billet d’humeur, sur lequel j’espère que tu auras quelque chose à ajouter ! 🙂

Tu viens d’arriver au bureau, d’enlever ton manteau, d’allumer ton PC, qui a pris 8 minutes pour installer 372 mises à jour sans te demander ton avis, avant d’ouvrir laborieusement ton logiciel de messagerie. Tu n’as même pas encore pris ton premier café/thé (ça le fait pas trop de courir à la machine à café en arrivant quand-même…). Bref, tu es tout juste prêt à entamer une journée de travail, et là… il arrive. Il s’affiche devant toi : LE PREMIER MAIL de la journée.

Et ce mail… pas de bol, il ne comporte aucune formule de politesse, pas le moindre petit « bonjour », pas de « Monsieur, » de « Madame, », rien que dalle.

Au mieux l’auteur a directement lancé le sujet « vous trouverez ci-joint… blablabla » avant de conclure par du rien, pas de « cordialement » encore moins une « bonne journée ». Au pire, il n’a même pas jugé nécessaire d’inclure un quelconque texte et t’a simplement envoyé un attachement, avec sa signature automatique, et basta. A croire qu’il a paramétré ton adresse mail sur son scanner et qu’il t’envoie les documents directement… Machine to… Human…

Certes nous évoluons dans une société très stressée, et nous manquons tous à un moment donné de temps pour bien faire les choses. Mais quand-même, si l’on pouvait prendre deux précieuses secondes pour réfléchir à un tout petit point, je pense que cela pourrait nous faire à tous le plus grand bien.

Vous avez déjà essayé de chronométrer le temps que cela prenait de saisir un mot comme « bonjour » au clavier ? Non. Pourquoi ? Car c’est impossible de chronométrer un acte pareil, tellement il est rapide !

Et pourtant, un « bonjour », voire mieux un « bonjour [prénom] » c’est la base d’une communication réussie. Ce n’est pas la cerise sur le gâteau, le truc qui vous fera passer pour le mec/la nana trop gentil (ce n’est pas la mode d’être gentil en 2016 car beaucoup confondent gentillesse et faiblesse). C’est juste la politesse de base. On ne devrait pas faire l’impasse dessus… quelque soit notre état de stress.

Car quand le « bonjour » manque, cela ne fait pas plaisir, surtout si ce mail est le premier de la journée, surtout s’il est suivi de dizaine d’autres mails du même style… C’est une accumulation de mails de ce type, d’attitudes de ce style, qui fait que l’on se déshumanise, et que l’on en vient à des burn-out, à des pétages de plomb, à des dépressions en cascades.

Sans aller jusque là, il n’est jamais plaisant de recevoir un message sans aucune marque de politesse. Je pense que l’on s’accordera tous là-dessus, non ?

Alors en ce joli vendredi ensoleillé, je vous suggère à toutes et tous qui travaillez sur PC et envoyez des mails, d’entamer vos messages par un joli « Bonjour [prénom/nom] », et pourquoi pas, si vous appréciez un minimum votre interlocuteur, de les conclure par un « bonne journée ». A 17 h 00 vous pourrez même vous fendre d’un « bon week-end » (si vous quittez le bureau à midi, évitez… cela peut avoir un effet inverse sur le destinataire, s’il a encore tout l’aprem à tenir et que sa journée est compliquée). Vous verrez, cela ne mange pas de pain, et généralement, la sympathie attire la sympathie. La surprise sera bonne quand dans une semaine ou deux, votre interlocuteur prendra les devants et vous souhaitera à son tour… un agréable week-end. :-p On essaie ?

 

Au fait, rien à voir mais puisque j’évoquais les mises à jour de Windows… vous voyez une différence vous quand votre PC fait 372 mises à jour ? Moi jamais…