Pas la penne d’être Vg pour les adorer !

Ouh la la j’ai fait fort sur le titre tout en jeu de mot ! Ne partez pas, je vous promets que la suite de l’article sera plus sérieuse (mais pas trop non-plus) !

Aujourd’hui je vous parle de pâtes aux lentilles que j’ai achetées chez Carrefour, dans la gamme Veggie.

 

Prix

2,29 € la boîte, ce n’est pas super cher à première vue. Mais en empoignant le paquet, je me suis tout de suite dit « Mais, elle est minuscule cette boîte ! » Et oui, 250 grammes contre 500 grammes en général, pour l’équivalent en pâtes classiques… Pour se rendre mieux compte, un paquet de 500 grammes de Penne Barilla coûte 0,79 € chez Carrefour. En version bio, 1,56 €… Donc finalement, ces penne de lentilles sont relativement coûteuses, oui. Je pense que c’est bien vu de faire des paquets de 250 grammes, car s’il avait fallu mettre 4,60 € pour un paquet de 500 grammes, je ne l’aurais jamais fait ! C’est psychologique…

A moins d’avoir vécu sur Mars les 3-4 dernières années, vous n’avez pas pu ne pas remarquer que le végétarisme était super à la mode en ce moment. Toutes les marques s’y mettent et sortent des aliments végétariens, de Herta à Aoste, en passant par le Gaulois, Bonduelle, et même Mac Donalds qui a lancé son veggie burger tout dernièrement. Les marques de distributeurs ont également voulu leur part du gâteau veggie, à l’image de Carrefour, qui propose entre autres, des pâtes à base de légumineuses. A ce jour, on a le choix entre :

*les macaroni de pois chiches,

*les penne de lentilles corail,

*les fusilli de pois cassés.

Pourquoi une gamme veggie ?

Ba oui parce-que si on réfléchit deux secondes, les pâtes classiques ne sont composées que de farine de blé dur et d’eau, et sont donc végétariennes…

Oui mais… dans les légumineuses il y a bien plus de protéines que dans le blé, surtout le blé raffiné… donc les végétariens ont intérêt à intégrer ces féculents à leur alimentation… Futé, non ?

Ces pâtes sont composées de farine de lentille corail, et c’est tout.

Elles apportent apportent 335 kcalories aux 100 grammes (on parle ici de 100 grammes de pâtes avant cuisson), quand des penne de blé en apportent environ 360 pour la même quantité. C’est sensiblement la même chose. Mais, elles sont moins riches en glucides (52 grammes contre 71) et plus riches en protéines (25 grammes contre seulement 12 dans les pâtes classiques). Et ça, c’est bien. Elles sont également riches en fibres, qui rassasient et facilitent le transit… (6 grammes contre 3 dans les pâtes de blé classiques).

Va #penne

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Alors je ferai court ; ces pâtes sont pratiques à préparer (comme les pâtes classiques, on fait bouillir l’eau, on laisse cuire, et on égoutte), et m’ont beaucoup plu pour leur goût. Elles sentent la lentille corail, donc si vous aimez ça, et bien vous aimerez ces pâtes. En revanche, elles n’ont nullement la texture des pâtes de blé. Quel scoop !

Lorsque l’on cherche à les piquer à la fourchette, elles ont tendance à se casser. Et puis elles sont beaucoup plus farineuses en bouche.

Pas de mystère, on ne peut pas faire des pâtes de blé sans blé. Bah oui. Cela vous étonne ?

Donc, j’aime ces pâtes de lentilles, mais je les cuisine en sachant que ce ne sont pas des pâtes de blé. C’est à dire que j’adapte mes recettes, et ne calque pas une recette de pâtes classique.

Bien-sûr, on peut servir ces pâtes avec une simple sauce tomate, du pesto, ou encore du fromage. Mais je trouve plus fun d’inventer d’autres recettes… Par exemple j’ai trouvé délicieux de faire sauter quelques légumes (haricots verts, petits pois, oignons) au wok, avant de les servir avec mes penne, et d’ajouter un peu d’huile de coco pour le côté exotique. C’était délicieux, et je pense tenter une prochaine fois avec une sauce curry…

Et vous, vous avez déjà testés les pâtes sans blé ? Quelles sont vos favorites ?

 

Publicités

Les Semeurs de Bonheur

Encore une fois, c’est ma Mum qui prend le clavier, pour vous présenter Les Semeurs de bonheur, paru chez Librinova.
book-2183
« J’ai aimé, sans plus ; un peu simpliste à mon goût, c’est facile à lire, 
vite lu, on passe un bon moment mais si le livre était plus long,  on 
s’ennuierait vite parce-que tout se passe trop bien. Cela se passe 
rarement comme ça dans la vraie vie.
 
Un livre à lire quand on ne veut pas se prendre la tête mais juste lire 
pour lire et passer un bon moment ; c’est déjà très bien en soi. »

Les semeurs de bonheudCécile Pardi, de quoi cela parle ?

Perrine Delafoye, 50 ans, comptable, se retrouve au chômage.
Malgré ses recherches actives et les encouragements sans faille de son époux, elle cède petit à petit au découragement, traînant pendant des heures sa déprime et ses déceptions devant son ordinateur .
Mais une rencontre avec Fanette, petite chienne apparemment abandonnée va changer le cours de sa vie. Puisqu’elle a du temps libre, Perrine décide de le passer à faire du bien autour d’elle. C’est décidé, elle rendra les gens heureux par de menues actions et le plaisir qui en résultera la rendra heureuse en retour.
Elle invente donc les MMB, les missions de bonheur bilatéral.
Fanette l’accompagnera dans ses missions.
*
Pas de grande littérature, l’histoire est simple, pleine de fraicheur et de bons  sentiments.
Perrine, c’est peut être madame tout le monde, celle par qui de nombreux thèmes vont être abordés : les relations humaines, le chômage à la cinquantaine, la solitude, mais aussi l’entraide, la débrouille, la résilience.
Le personnage est sympathique, le ton est léger, le style poétique et apporte au lecteur un message d’espoir dans une situation qui pourrait virer au cauchemar «dans la vraie vie ».
Notons que Perrine a beaucoup de chance (un peu trop peut-être ) : un mari compréhensif, patient et aidant, et sa vie est jalonnée de rencontres avec de belles personnes qui vont l’aider et la soutenir dans sa quête du bonheur pour les autres à tout prix.
Un livre sympa, sans plus.

Winter Garden Bergamo

L’hôtel Winter Garden de Bergamo est un 4 étoiles italien doté d’un espace wellness.

C’était l’étape la plus luxueuse de notre séjour estival. L’homme l’avait choisie pour le spa justement. Nous avions payé 75 € pour une nuit en chambre double avec un accès wellness et le petit-dèj.

Je vous l’ai déjà dit, mais pour ceux qui lisent en diagonale (hannn !!) et pour les lecteurs occasionnels, je suis sympa, je me répète :

En Italie aux alentours du 15 août, les villes éloignées de la mer sont délaissées au profit des stations balnéaires. On peut profiter de très beaux hôtels, à des prix vraiment beaucoup plus bas que le reste de l’année…

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Cet hôtel est proche de l’aéroport Orio al Serio, et donc il vise plutôt une clientèle d’affaires, massivement en congés en août !

Le parking sous-terrain est énorme, bien agencé avec des places isolées pour les inquiets qui fuient les coups de portières. Il est gratuit.

Le lobby est immense, et on y trouve un petit salon où l’on peut s’installer pour lire la presse du jour. Il y a aussi des ordinateurs avec accès internet, et bien-sûr le desk.

L’accueil est multilingue, efficace mais un poil trop formel à mon goût. Il s’agit d’un hôtel business donc cela n’a rien de surprenant, même si en août il est clair que la clientèle est essentiellement constituée de touristes comme nous qui profitent des prix cassés.

Lors de notre arrivée il ne restait qu’une chambre pour personne à mobilité réduite de prête. On nous a proposé cette chambre en nous précisant qu’elle différait des autres par sa douche ouverte uniquement. Comme nous étions pressés de profiter du spa, nous avons accepté cette chambre au lieu de patienter pour en avoir une autre.

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Bon. En fait, à refaire nous aurions dû patienter. Car la douche ouverte était une vraie plaie. Nous avions beau faire attention, à chaque douche nous inondions toute la salle de bain. Le matin j’ai même eu un geste malheureux qui a envoyé voler le rouleau de papier toilette dans l’eau de la douche ! Grmfff !

À part cela, la salle de bain était vaste et bien aménagée…

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

La chambre était très grande et au sol le parquet stratifié sombre me plaisait bien.

Nous avons mis nos affaires dans le minibar, au frais.

Rien à redire sur la propreté, ni sur la qualité de la chambre. La literie était impeccable, propre, confortable, avec un énorme lit et deux oreillers par personne.

Nous avions des petites lumières de chaque côté du lit, et chacun un interrupteur pour éteindre et allumer la lumière sans sortir de sous la couette. Le pied !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Après avoir enfilé nos tenues de sport, nous nous sommes mis en quête du wellness center… Et il était assez bien caché je dois dire.

Car cet hôtel ne dispose pas d’un ascenseur, mais de deux… euh non trois… Mmm je ne sais plus. En fait, c’est comme dans le métro, pour aller à certains endroits, il faut prendre un ascenseur, puis en changer. Vous avez des correspondances d’ascenseur !

Ne riez pas, mais la première fois après avoir monté un étage, redescendu deux étages, parcouru de long en large plusieurs couloirs… nous nous sommes résolus à demander de l’aide à un membre du personnel. C’est là que nous avons compris qu’il y avait plusieurs ascenseurs !

Une fois le wellness center trouvé, impossible de localiser la salle de sport… qui était en fait dans le spa. Enfin, plus précisément, une même porte permet d’accéder au spa, et à la salle de fitness !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Une dame très souriante nous a accueillis et nous a escortés jusqu’à la salle de sport. Elle est petite et pas super attirante (la salle, pas la dame). En effet, les murs sont blancs et à part une grosse horloge, il n’y a rien de spécial à regarder.

On trouve des appareils Technogym d’assez bonne qualité, mais pas de la toute dernière génération avec télé intégrée. Non, si vous voulez vous divertir pendant votre footing sur tapis, il faudra amener un smartphone ou un lecteur de musique !

Malgré tout, un tapis de course, un vélo et un elliptique sont à disposition, ainsi qu’un tapis en mousse, une machine multi-usage pour la musculation, et un balon de gym. C’est mieux que rien ! Mais on pourrait s’attendre à une salle un peu mieux agencée vu le niveau de standing de l’hôtel.

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Le spa est beaucoup plus satisfaisant… Imaginez un peu… après avoir fait un détour par les vestiaires pour nous mettre en maillot de bain, nous avons découvert une superbe petite piscine entourée de transats… Le bassin est petit certes, et prévu clairement pour la détente, plus que pour la natation. Mais cela tombait bien, c’est ce que nous cherchions !

Une fois que nous avons bien pataugé et profité de la douche massante, nous sommes sortis pour tester la ice fall, une douche installée en face d’une chute de glaçons ! C’était la première fois que nous voyions cela… un bouton permettait de faire tomber de la glace pillée dans un réceptacle. Ensuite nous prenions la glace pour nous frotter le corps ! Revigorant !

Il y avait aussi une douche sensorielle, un hammam et un sauna ! Là je peux vous dire que nous en avons largement profité et sommes ressortis totalement détendus !

Et comme si cela ne suffisait pas, on trouvait dans le spa, entre le sauna et le hammam, une petite table avec à disposition, des fruits secs, des pommes et de la tisane !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Sortons du spa, et repartons vers notre chambre… Une petite bibliothèque est à disposition, avec quelques ouvrages à feuilleter sur place. Ce n’est pas du book crossing, car les livres ne sont pas à emporter. Mais cela reste sympathique.

Enfin, notre tarif incluait le petit-dèj buffet…

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

C’est un sublime buffet continental, probablement l’un des plus beaux que nous ayons testé à ce jour… avec : soissons chaudes (cafés, lait, thés), boissons froides (jus de toutes sortes), charcuterie, yaourt, œufs durs, œufs brouillés, fruits frais (pastèque, melon,…), fruits au sirop, pruneaux, noix (cajous notamment), miels, confitures, pâte à tartiner, viennoiseries, pains, …

Seul petit hic, l’accueil était un peu froid, avec des serveurs à l’air guindé pas souriants du tout…

Mais cela ne nous a nullement coupé l’appétit ! Et une fois repus, nous avons fait un petit tour sur les toits, pour profiter du joli soleil bergamasque !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Jolie terrasse, accessible depuis la salle de petit-dèj

Notre séjour d’une nuit à l’hôtel Winter Garden nous a beaucoup plu. Le gros plus de l’hôtel est son spa, vraiment agréable. Attention cependant, l’accès n’est pas totalement libre. Avec notre nuit en chambre classique, nous n’avions qu’un seul accès par exemple pour la durée totale du séjour.

L’hôtel est vraiment bien pensé, avec des chambres aussi jolies que fonctionnelle. Et de là, on peut visiter la ville de Bergame, mais aussi faire du shopping au centre commercial Orio Center (l’un des plus grands d’Europe), ou encore voler vers d’autres horizons !

Pour plus d’infos, c’est par ici !

Aspirapolvere di Stelle – Stefania Bertola

J’ai trouvé ce roman en italien sur une étagère de book crossing, dans un hôtel de Bologne. Le résumé au dos était tentant, et donc je me suis plongée dans la lecture…

*

Nous sommes dans une ville du nord de l’Italie, qui n’est jamais clairement nommée mais ressemble à mon sens grandement à Turin.

Ginevra, Arianna et Penelope travaillent ensemble dans leur propre petite entreprise de services à la personne, Le Fate Veloci (c’est un jeu de mot qui peut vouloir dire Fées Rapides et/ou Faites vite !). Ginevra est une belle blonde, veuve et passionnée de jardinage. Arianna, mariée et maman d’un jeune garçon à l’imagination débordante, s’occupe de cuisine. Quant à Penny, délicieusement naïve et spontanée, elle prend en charge les tâches de nettoyage.

Ce jour là, les fées  du logis reçoivent un appel original. Un mystérieux inconnu leur fixe un rendez-vous pour une mission bien particulière.

Il s’agira de s’occuper de la maison d’un auteur très connu, qui viendra loger quelques semaines avec sa Maîtresse du moment…

*

Ce roman de 300 pages se lit facilement, et permet de passer un bon petit moment de détente. Il ne sort pas des sentiers battus, et sera rapidement oublié. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas le lire du tout !

Les personnages sont plutôt sympathiques, surtout celui de Penny, toujours très premier degré, candide et donc amusant à souhait.

L’intrigue entre Ginevra-Arianna et l’auteur m’a un peu lassée. On peut comprendre que le succès de cet auteur le rende irrésistible auprès de la gent féminine, mais cet aspect du roman n’a pas un énorme intérêt. Arianna m’a rapidement agacée dans son rôle de femme qui rêve d’adultère, pour fuir son quotidien de maman peu épanouissant.

Le roman se lit facilement, et ne manque pas de rebondissements grâce aux nombreux personnages secondaires, qui apportent des intrigues parallèles, et relancent le récit de façon régulière.

Je dirais que c’est une bonne lecture, amusante et légère !

 

Quand les Jardins de Gaïa ramènent leur fraise…

Parmi les derniers thés que m’a envoyé ma e-copine Karine, un a particulièrement retenu mon attention. Il s’agit du thé Vert « Thé et Humanisme » des Jardins de Gaïa. C’est un thé vert biologique, aromatisé à la fraise et au basilic.

Joli ce #thé non ?

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Comme vous pouvez le voir, ce thé est joli, car il contient des pétales roses, qui apportent une touche colorée du plus bel effet… Des pétales roses ? Oui, et pourtant, ce sont des pétales de bleuet !

Thé vert*, arôme naturel de fraise* 7,5%, huile essentielle de citron*, basilic* 8%, pétales de bleuet*. 

Ce thé est à préparer avec une eau à 70-75°C environ. Plus chaud, on risque de ne pas bien profiter de ses arômes, et ce serait dommage. Car ceux-ci sont bien présents, surtout celui de fraise, absolument gourmand, sans arrière goût écœurant.

Autant le thé à la fraise de chez Kusmi me laisse de marbre, autant ce thé me ravit les papilles. En effet, la fraise est bien là, et il n’est nul besoin de se concentrer pour la reconnaître. Mais elle n’est pas pour autant trop présente. Ce thé peut donc se boire au goûter, mais aussi le matin au lever, ou après le repas. Il est équilibré, et parfait tout au long de la journée.

Je n’ai pas repéré le basilic. Pour moi, la fraise prend toute la place. Mais je ne m’en plains pas, car cette boisson est absolument délicieuse !

Comptez 9,50 € pour 100 grammes. Et pour plus d’infos, c’est par ici ! 

Best Western Modena District

 

MODENA BW Modena District (18)

Cet été encore, nous avons passé nos vacances d’été en Italie. J’écris « encore » car cela fait plusieurs années de suite que nous choisissons ce beau pays pour nos congés. Mais d’une année sur l’autre, nous ne retournons pas forcément dans les mêmes villes.

Cette fois, nous avons séjourné deux nuit à proximité de Modène.

Modène

L’hôtel Best Western Modena District est un établissement 4 étoiles, situé à Campogalliano, juste à côté de Modène.

En plein mois d’août en Italie, il est relativement facile de trouver des hébergements 4 étoiles à 50-60 € la nuit, pourvu que l’on reste dans les terres. En effet, les beaux hôtels appréciés des voyageurs d’affaires sont désertés à cette période, et baissent considérablement leurs tarifs !

*

 

Cet hôtel dispose d’un grand parking gratuit et le stationnement n’est de toute façon pas du tout problématique puisqu’il est implanté dans une zone industrielle où les places sont nombreuses.

Nous avions trouvé cet établissement sur internet, et réservé en direct pour bénéficier du meilleur tarif possible, en prépayant environ un mois avant notre arrivée.
2 nuits en chambre standard, lit king size, tarif Economy, non-annulable : 119,00 €
Taxe de séjour comprise, sans petit-dèj.

 

Accueil

En arrivant à l’hôtel vers midi, nous avons été accueillis immédiatement, et l’on nous a remis les clefs d’une chambre matrimoniale (c’est ainsi que l’on désigne une chambre avec grand lit en Italie) située au rez de chaussée. La Réceptionniste était professionnelle et polie, mais elle ne nous a pas spécialement détaillé les services proposés par l’hôtel.

 

Nous avons apprécié les couloirs, joliment agencés, avec des matériaux qualitatifs, un beau parquet stratifié, des murs chocolats et une déco sur le thème de l’automobile.

Dans le lobby, se trouve un petit espace avec des tables basses et fauteuils, où l’on peut s’installer pour feuilleter la presse du jour ou quelques magazines mis à disposition.

 

 

 

MODENA BW Modena District (20)

 

 

La chambre

La chambre est très belle également, vaste, avec de gros rideaux opaques, une petite table, réellement pratique pour manger, un grand bureau, un minibar.

Nous découvrirons par la suite que le minibar ne fonctionne pas… Il se coupe sans raison et lorsque nous l’ouvrons, il y a de l’eau qui a coulé sur nos produits. Mais trop tard pour aller le signaler car nous y avons déjà mis nos courses et que nous sommes en petite tenue prêts à nous coucher !

Le lit est un king size, tout blanc, propre et confortable, entourés de deux lampes de chevet.

La salle de bain est très spacieuse. Outre un WC et un bidet, elle inclut une baignoire bien pratique, avec une paroi qui permet de se doucher sans rien inonder.

Bien sûr il y a moult produits d’accueil, des serviettes de toutes les tailles.

Dans la chambre, les rangements ne manquent pas : penderie, placards, meuble à bagages, tables de chevet… et en prime, on trouve une petite bouilloire ô combien pratique quand on déjeune dans la chambre !! Des sachets de thé, camomille et café soluble sont fournis.

Nous avions un petit carton à poser sur les oreillers pour demander que le lit soit refait sans changer les draps. J’ai trouvé cela vraiment bien pour l’environnement. Quand on pense au volume de linge qu’un hôtel peut laver chaque jour, c’est effrayant !

MODENA BW Modena District (3)

 

 

MODENA BW Modena District (7)

MODENA BW Modena District (6)

MODENA BW Modena District (4)

*

Si les locaux sont top, il y a quand-même à redire sur cet hotel… En effet, dans notre chambre nous entendions énormément de bruits

Il faut dire que nous avions la chambre collée à la salle de resto (la 22 précisément). La musique de la salle de resto nous parvenait très nettement, ainsi que des bruits d’eau (la baignoire au dessus de nous ?!).

On entendait aussi des déplacements de meubles. Par rapport aux autres hôtels que nous avions occupés précédemment, le contraste était flagrant.

Le matin des deux jours, nous avons été réveillés malgré les boules quies par un enfant (le même ?!) qui faisait un gros caprice en salle de petit-dèj.

Nous n’avons pas compris pourquoi l’on nous avait attribué une chambre du rez de chaussée, bruyante par sa proximité avec le resto alors qu’en plein mois d’août l’établissement était quasi vide !

Là encore nous aurions pu nous plaindre. Mais il faut replacer les choses dans leur contexte. Nous étions en vadrouille toute la journée, arrivions à l’hôtel à 21 heures, affamés et en sueur. Nous n’avions qu’une hâte : manger (et nous doucher, mettre de la crème sur nos piqûres de moustiques, des pansements aux pieds etc). L’idée de devoir perdre du temps à remballer les affaires pour changer de chambre était peu tentante !!

 

Modena Laghetti Cunei (3)

A bicyclette…

Autre point qui nous a un peu déçu, l’hôtel prête des vélos, classiques et à assistance électrique.

L’homme voulait tester les seconds. La receptionniste nous a remis un trousseau de clefs en nous disant « Tout est là. Testez ! »… Nous avons donc essayé une dizaine de clefs… J’ai trouvé celle de mon vélo et mon homme a réussi à utiliser le sien sans clef.

Mais nos deux vélos clignotaient comme s’ils étaient faibles en batterie. Quand nous avons demandé si c’était normal, la dame nous a dit que « normalement » ils étaient rechargés chaque soir… Mais qu’il valait mieux prendre les autres vélos en cas de doute.

Comme elle n’avait pas les clefs pour sécuriser les vélos électriques, nous avons de toute façon laissé tombé et pris d’autres vélos… Là il y avait des cadenas mais pas de clefs donc nous sommes partis sans… Pas topissime car cela nous a empêché de laisser les vélos sans surveillance.

Nous sommes allés aux petits lacs, à 6 km de l’hôtel. La balade était plaisante, et les lacs sont agréables. Même si la baignade est interdite, on peut se détendre dans l’herbe, faire le tour en vélo, etc… Vraiment, je conseille !

 

Modena Laghetti Cunei (2)

Modena Laghetti Cunei (42)

*

Tout près de l’hôtel, il y a un Spar accessible à pied, ainsi qu’un Conforama. Un poil plus loin, pour les clients véhiculés, on peut trouver différents centres commerciaux (la Rotinda et GrandEmila).

Tout cela est fort pratique pour faire quelques emplettes.

*

L’hôtel possède deux « Salles » de sport. Je mets des guillemets car il y a un espace fitness avec des appareils installés dehors, qui permettent de s’entraîner au poids de corps.

La salle intérieure est au second étage. Nous n’avons pas pu y accéder car un monsieur posait du carrelage devant lors de notre arrivée. Les jours suivants nous étions en balade et n’avons pas eu l’occasion d’y retourner. A priori la salle n’était pas accessible, mais je ne saurais l’affirmer à 100 %.

*

Le second jour, nous étions affamés après notre balade à Modène, et nous sommes donc offert le petit-dèj, à 4 € par personne. Là, rien à redire, vraiment pour 4 €, le rapport qualité-prix est exceptionnellement bon !

C’est un beau grand buffet de petit-dèj. Le café et le cappucino sont servis à table. Pour les thés,  ce sont des sachets Twinning posés sur une table avec un thermos d’eau chaude. Il y a aussi des infusions.

Côté solide, on trouve bien sûr des viennoiseries, des pâtisseries (muffins choco, tartes, gâteaux…). Le muffin choco a bien plu à l’homme qui m’a dit que cela semblait être du fait maison.

L’homme a aussi fait honneur à la charcuterie. Nous avons apprécié les œufs brouillés, qui étaient tous simples, sans lardons (merci !!), les fruits frais (melon, ananas, pommes, abricots, raisins), les fruits au sirop (prunes, poires, pêches,…). Il y avait du muesli au chocolat, des corn flakes au choco également, des noix, des biscuits sans gluten, des confitures classiques et allégées, du miel liquide, des petits pains faits maison (pain blanc, pain intégral), des pains de mie classique et intégral faits maison aussi, des fromages, du beurre, du Philadelphia, du vinaigre balsamique (pas de 15 ans d’âge), des mini  portions de Parmesan…

Pour finir, on trouvait des jus de fruits en pichets (ACE_autrement dit « multifruits »,ananas, orange sanguine).

*

Last but not least…

L’hôtel a un accord avec le Best Western Plus Modena Resort, qui se trouve à 15 mn en voiture. Il offre l’utilisation gratuite de la piscine de ce second hôtel.

Nous avions vu cela sur le site internet. Mais l’info ne nous a pas été donnée à l’hôtel et quand nous avons demandé les horaires de la navette (annoncée sur le site), la réceptionniste nous a expliqué d’un air embarrassé, qu’elle ne fonctionnait pas en août. Nous avons donc pris notre voiture.
Le Modena Resort est un gros hôtel avec une piscine entourée d’herbe et de transats. Il y a énormément de monde, notamment car ils distribuent des bons aux clients de certains magasins, qui viennent ainsi profiter de la piscine. Mais cela reste assez abordable. Nous avons pu utiliser un transat et l’homme a nagé un peu.

Nous avons trouvé que l’endroit était un peu trop blindé de monde pour vraiment se détendre. Mais malgré tout, l’accord entre les deux hôtels est pratique. Je pense que cela peut être super appréciable pour les familles avec enfants !

 

MODENA piscine (8)

 

*

Revenons une dernière fois au Modena District (notre hôtel). Nous avions une télé dans la chambre, avec de nombreuses chaines. Nous n’avons pas réussi à mettre Euronews, alors nous nous sommes contentés des chaines d’info en italien, que je traduisais pour mon copain.

Au check out, nous avons signalé que les bruits de la salle de resto nous avaient gênés. La réceptionniste nous a dit qu’elle était « very sorry ». Nous n’avons pas insisté, mais cela nous semblait utile de le mentionner car nous avons réellement été déçus par cette attribution de chambre. Cela n’a pas totalement ruiné notre séjour, mais nous nous serions peut-être mieux reposés au camping !

En conclusion, je ne pense pas que nous reviendrons dans cet hôtel. Sa position est pratique pour visiter Modène et les chambres sont réellement belles et bien pensées.

Mais le service dont nous avons bénéficié n’était pas celui que nous attendions d’un quatre étoiles. Les services sont trop peu mis en valeur (pas de navette pour la piscine, salle de sport inaccessible, bruits, matériel qui ne fonctionne pas). Cela peut sembler dérisoire, mais mis bout à bout, tous les petits inconvénients listés plus haut nous ont laissé un souvenir plutôt négatif.

Y’a pas que la pasta et la pizza dans la vie… Y’a la farinata aussi !

Quand on parle de bouffe italienne, les gens pensent systématiquement PIZZA et PASTA. Certes la pizza est italienne, et même si elle est originaire de Naples, on peut aujourd’hui la savourer même dans le nord, entière ou à la tranche.

La pasta est bien présente aussi, sous une infinité de formes, et cuisinée selon une multitude de recettes. Mais ce n’est pas pour autant que la gastronomie italienne se résume à ces deux plats !

Ci-dessus, la Farinata de la Coop, dégustée à Ferrare !

*

Du côté de Ferrare, en Emilie-Romagne, on cuisine traditionnellement la farinata, une galettes salée, réalisée à base de farine de pois chiches. Oui, car en Italie le pois chiche est une légumineuse assez appréciée, beaucoup plus consommée qu’en France, où il ne trouve sa place que dans le couscous. Arrêtez-moi si je me trompe !

Assez parlé, on passe à la recette !

Ci-dessus : Première tentative de farinata…

Pour réaliser une farinata de taille conséquente (disons pour deux plats standards, ou la plaque du four en entier) il vous faudra :

*trois verres de farine de pois chiches

*4 verres d’eau (je fais chauffer l’eau pour que la pâte soit plus facile à mélanger)

*1/4 de verre d’huile d’olive

*une pincée de sel

Et c’est tout !

A Ferrare, nous trouvions des farinate plus ou moins huileuses, plus ou moins salées. A vous d’ajuster la recette selon vos goûts finalement !

J’ai ajouté un peu de basilic dans ma recette, mais chacun fait comme il le souhaite !

Prévoyez un moule de type tôle à tarte ou prenez la plaque du four recouverte de papier cuisson, et idéalement préparez la pâte de façon à la laisser reposer 24 heures avant cuisson. Si vous n’avez pas le temps, tant pis, mais personnellement je trouve que plus la pâte a le temps de reposer, meilleur c’est !

Dans un premier temps, on verse la farine dans un saladier, avant de former un petit puis central dans lequel on dépose l’huile d’olive. Puis on remue en incorporant l’eau petit à petit. On n’oublie pas la pincée de sel. Et on recouvre d’un linge pour laisser reposer.

C’est aussi rapide et simple que cela !

Ensuite, on passe à la cuisson. Le four préchauffé à 240°C, on verse la pâte dans un moule, ou sur une plaque recouverte de papier cuisson, et hop c’est parti pour 20 à 25 minutes !

Pour ma part, j’utilise directement la plaque du four, pour obtenir une farinata géante et toute fine. C’est l’idéal pour nourrir un max de personnes, ou pour avoir de quoi se régaler plusieurs fois ! Car la farinata se conserve sans aucun problème, pendant 3 à 4 jours, au frigo dans un récipient fermé ou un aluminium !

#farinata #italianfood #Ferrara #miam #food

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est healthy ? Oui, plus que la farine de blé raffinée, car la farine de pois chiches même si elle est un poil plus calorique, vous apportera en moyenne 22 grammes de protéines aux 100 grammes, et 55 grammes de glucides (contre respectivement 20 grammes de protéines et quasiment 80 grammes de glucides dans la farine de blé). L’huile d’olive est bien présente, mais sans excès, et puis le bon gras c’est la vie ! :-p

Je vous ai tentés ? Je l’espère ! Si vous testez n’oubliez pas de me le dire, et encore mieux, de partager vos photos ! 🙂