L’accident de l’A35 – Graeme Macrae Burnet

J’ai choisi ce livre dans le catalogue Netgalley, car je suis friande de bons thrillers plein de suspens et pas trop sanglants.

41DQfFyJOiL._SX195_
Ici, tout débute par une macabre découverte, celle d’un homme qui s’est crashé sur l’autoroute. L’individu semble être mort sur le coup. Son véhicule est visiblement le seul impliqué. Mais quelque chose ne colle pas trop, et comme la veuve est plutôt jolie (et qu’elle semble peu affectée par la mort de son époux)… Gorsky va mener l’enquête.

Ne vous attendez pas à un thriller à l’américaine. Nous sommes à Saint-Louis, et l’enquête ne nous mènera pas en dehors des frontières alsaciennes ! L’histoire est assez simple, mais l’auteur sait planter le décors, et créer une ambiance particulière en distillant quelques infos croustillantes sur chacun de ses personnages.

Il y a Gorsky, le flic alcoolique dont la femme a quitté la maison. Il y a la charmante veuve de la victime, et son fils ado un peu spécial… Tout ce gentil monde évolue dans un décor des plus banals, entre petites rues alsaciennes et bars de quartier…

Finalement, tout le monde semble enfermé dans des existences sans grand intérêt, Gorsky le premier. Aucun personnage n’attire vraiment la sympathie, mais j’ai eu envie de savoir malgré tout, de connaître le pourquoi de cet accident. Et j’ai beaucoup apprécié le dénouement, qui s’il n’est pas dingue, m’a tout de même surprise !

Strasbourg, côté Jardin…

J’adore visiter les parcs urbains… ces enclaves de verdure au milieu des villes sont généralement très agréables, surtout au printemps, quand les arbres sont en fleurs et que les parterres se couvrent de couleurs chatoyantes ! Cela tombe bien, notre visite de Strasbourg remonte au mois de juin…

#Strasbourg

La ville de Strasbourg dispose d’un magnifique parc, appelé L’Orangerie. Sur 26 hectares de terrain, l’on peut goûter les plaisirs d’une balade bucolique, et même visiter un petit zoo.

#Strasbourg

Lors de notre visite, le 11 juin 2017 précisément, la roseraie n’était pas au meilleur de sa forme. Il faisait très chaud, et les fleurs avaient bien du mal à rester fraîches, un peu comme nous en fin de compte.

Mais cela ne nous a pas empêché de passer plusieurs dizaines de minutes à les admirer, et à lire leurs noms sur les petites affiches disposées au pied de chaque rosier.

#Strasbourg

Par exemple, connaissiez-vous le rosier Betty Boop ci-dessus ?

Strasbourg

Strasbourg

En visitant cette roseraie le lendemain de mon anniversaire, je n’ai pu faire autrement que me rappeler le poème de ce goujat de Pierre de Ronsard, A Cassandre. Goujat ? Oui je crois que le mot est bon, puisque derrière de jolis mots de vieux français, le poète compare une femme à une fleur, et l’invite à profiter de sa beauté, avant que l’âge ne la fasse faner… On a connu plus gentleman, non ?

Strasbourg

Strasbourg

Les fleurs sont les stars des jardins publiques, mais elles se partagent la vedette avec d’autres végétaux, bien plus imposants : les arbres ! Et à l’Orangerie, on en trouve pas mal, à commencer par ce joli tulipier…

Strasbourg

Cet arbre s’appelle ainsi car lorsqu’il fleurit (à partir d’une dizaine d’années), il se pare de grosses fleurs jaune pâle, qui ressemblent beaucoup à des tulipes.

Strasbourg

Strasbourg

Strasbourg

Nous étions en Alsace, donc nous aurions du nous attendre à voir des cigognes… pourtant, nous fument surpris d’en entendre claquer du bec ! Nous ne savions pas que ces grands oiseaux produisaient ce bruit ! On croirait entendre deux morceaux de bois qui s’entrechoquent.

Strasbourg

Strasbourg

Strasbourg

Je conclurai cet article par quelques mots sur le zoo. Nous n’avons pas fait le tour de tous les enclos, car ils étaient globalement très petits, et nous n’aimons pas particulièrement observer les animaux en captivité. Bien-sûr, il est toujours fascinant de voir des individus que l’on ne croiserait jamais autrement dans notre région. Mais il y a à mon sens un côté égoïste à vouloir observer des chimpanzés en France. Enfin, loin de moi l’idée de lancer un débat sur ce thème…

Strasbourg

Je vous remercie pour vos lectures et vous dis à tout de suite en commentaires !

Visite du Château du Haut Koenigsbourg

C’est au XIIème siècle, que remonte la construction du château du Haut-Koenigsbourg, superbe forteresse médiévale que l’on peut visiter soit librement soit avec un guide, tout au long de l’année !

Bien que nous aimions nous balader à notre rythme, et fuyons généralement les visites organisées, pour le coup, nous avions opté pour une visite guidée, histoire d’apprendre quelques détails intéressants autour de ce château !

Château du Haut Koenigsbourg

Pour les informations pratiques et tarifs, je vous renvoie vers le site officiel. Et pour la visite virtuelle, je vous propose de me suivre…

***

L’on trouve la mention du château fort dès 1147. Il appartenait alors à la famille Hohenstaufen et avait un rôle défensif.  C’est lors de la guerre de Trente Ans que la forteresse subit les assauts suédois, et finit incendiée en 1633.

Le Château tel que nous pouvons l’admirer aujourd’hui, a donc été restauré. En effet, après sa destruction, l’édifice était totalement abandonné, et réduit à l’état de ruine.

C’est grâce à Guillaume II de Hohenzollern, à qui la ville de Sélestat offrit la-dite ruine en 1899, qu’il pu retrouver sa superbe. Passionné par le Château, il confia sa restauration à Bobo Ebhardt, Architecte et spécialiste de la fortification médiévale.

***

 https://www.flickr.com/photos/63296507@N04/35459837535/in/album-72157684938838595/

Il est impressionnant de découvrir le Château au loin, comme dressé sur un éperon rocheux, à près de 800 mètres de haut. Même si nous y accédons en voiture, il faut grimper quelques centaines de mètres à pieds pour arriver à l’entrée, et l’on comprend vite l’intérêt d’un tel choix d’implantation, quand on arrive légèrement essoufflés. Et pourtant, nous sommes en débardeur et ne portons pas une lourde cote de mailles et des armes !

Château du Haut Koenigsbourg

Forcément, une fois arrivés tout en haut, l’on profite d’une très belle vue sur les environs !

Château du Haut Koenigsbourg

Château du Haut Koenigsbourg

Une fois la porte passée, sans s’être pris la herse sur la tête, nous avons patienté quelques instant dans la cour et fait un petit passage par la boutique de souvenirs.

Puis, nous avons retrouvé notre guide dans le cellier, où étaient entreposées autrefois les réserves de nourriture.

Château du Haut Koenigsbourg

Là, on nous a montré les plans du château et retracé l’évolution de son architecture, avant de continuer sur la visite des différentes pièces…

De nous-mêmes, nous n’aurions pas vu certains détails pourtant forts intéressants. Le guide nous a notamment rappelé un point tout bête ; le fait que la plupart des gens de l’époque étaient illettrés, et qu’il était nécessaire de trouver d’autres moyens que le texte pour leur passer des messages. Ainsi, cette sculpture de chevalier ligoté était une sorte de « pictogramme » médiéval, signifiant que l’accès était interdit aux chevaliers, sous peine d’emprisonnement !

Château du Haut Koenigsbourg

Mais bon, puisqu’il n’y avait aucun chevalier dans notre groupe, nous avons pu franchir la porte sans crainte, et poursuivre la visite…

Château du Haut Koenigsbourg

Château du Haut Koenigsbourg

Tenez, sans guide aurions-nous seulement prêté attention à ces trappes installées dans la cuisine ? Probablement pas. Et pourtant, nous avons appris qu’il s’agissait d’un ancêtre de frigo, permettant de stocker les provisions au frais !

IMG_4459

IMG_4460

Quittons les cuisines pour nous rendre à l’étage !

La salle du kaiser a été aménagée pendant la restauration du château, bien après le Moyen-Âge donc, et témoigne des hautes ambitions qu’avait le-dit kaiser à l’époque ! Initialement, dans le château d’origine, aucune pièce de ce type n’existait.

D’ailleurs, la pièce aménagée lors de la restauration du château, présente une belle hauteur sous plafond (Stéphane Plazza lâche ce clavier !), qui n’est pas d’origine. L’étage supérieur présent dans le château médiéval a tout bonnement été supprimé !

IMG_4461

IMG_4466

On aime ou pas, personnellement je trouve le style « légèrement chargé » mais dans tous les cas, difficile de ne pas être au moins un tout petit peu soufflé par la décoration de la pièce !

Le kaiser a même fait représenter son petit chien chéri dans une peinture du plafond !

Tous les meubles et élements exposés dans le château ne sont pas forcément d’origine. Il y a beaucoup d’objets qui proviennent d’ailleurs, mais sont tous datés du Moyen-Âge, et auraient donc pu être utilisés dans le château !

IMG_4485

Ici, vous pouvez admirer le détail d’un poêle en faïence…

J’ai beaucoup aimé voir des meubles très anciens, en bois massif.

IMG_4470

IMG_4478

Du mobilier d’époque pré-Ikéa finalement…

IMG_4483

IMG_4484

La salle d’armes a bien plu à certains, notamment aux petits et grands garçons. Moi, je vous avouerai que ce n’est pas ce qui m’a le plus marquée. Alors vous ne m’en voudrez pas trop de passer assez rapidement sur ce point…

La visite s’est terminée sans guide. Nous nous sommes quittés à l’extérieur, et avons continué la visite librement…

IMG_4503

IMG_4505

Le jour de notre visite, il était possible de survoler virtuellement le château grâce à des casques reliés à des caméra-drones. Mais l’attente était trop longue (plus d’une heure) et nous devions reprendre la route… donc tant pis, nous n’en avons pas profité. Mais c’est dommage, car cela nous aurait vraiment fait envie, d’autant que ce petit supplément de visite était proposé gratuitement !

IMG_4519

Notre visite nous a beaucoup plu, et nous sommes repartis la tête remplie de belles images. C’est pourquoi nous vous conseillons de visiter ce château à votre tour ! Mais peut-être l’avez-vous déjà fait ?

Visite de Strasbourg… by night !

Je vous avais déjà présenté la cathédrale de Strasbourg, lors d’une précédente virée alsacienne. Je ne vous parlerai donc pas de ce joyau de l’art gothique dans ce nouveau billet, et me contenterai de vous proposer quelques photos… Oui parce-que bon, vous parler de Strasbourg sans vous montrer la cathédrale, est tout bonnement impensable !

Strasbourg

Strasbourg

Strasbourg

A côté de la cathédrale, des sculptures récentes, représentant notamment une gargouille qui sort de terre en admirant l’édifice, ont attiré notre attention. J’ai trouvé la sculpture vraiment originale, et apprécié le fait qu’elle s’intègre dans l’espace en servant de banc… Elle est tout à fait à sa place au milieu des strasbourgeois et des touristes, qui dégustent une glace en regardant la cathédrale, flânent ou se bécotent sous les tilleuls…

Strasbourg

Strasbourg

Dommage que certains se sentent obligés d’ajouter leur trace sur des œuvres aussi jolies… mais bon, peut-on encore s’étonner ?

Strasbourg

A proximité de la cathédrale, la place Kleber est remarquable pour ses fontaines à jets, dans laquelle nous avons pu voir des enfants batifoler.

La place soit son nom au général strasbourgeois Jean-Baptiste Kléber, qui joua un rôle important lors des guerres de la Révolution française. On trouve sa statue au centre de la place, avec ses cendres conservées dans un caveau.

Strasbourg

Strasbourg

Au gré de notre balade, nous avons également aperçu le temple protestant, temple Neuf.

Et puis, nous avons rencontré l’église Saint Maurice, place Arnold, tout près d’un resto vegan dont je vous parlais dernièrement : VELICIOUS.

Avec son style néo gothique et son clocher très pointu, on la reconnait de loin (l’église, pas le resto vegan). Le soir, les enfants étaient nombreux à faire du vélo ou jouer au ballon sur la place, très agréable avec ses tilleuls qui apportent une ombre probablement bienvenue aux heures les plus chaudes !

Strasbourg

Strasbourg

Strasbourg

Nous ne nous sommes pas approchés de Saint Paul, que nous n’avons vue que de loin, depuis notre arrêt de tram.

Strasbourg

Strasbourg

Dans un tout autre genre, un peu de street art…

Strasbourg

L’intérêt de cette photo ne réside pas dans le logo jaune, mais bien dans la façade joliment peinte. Vous l’aviez deviné !

Strasbourg

Et voilà pour notre tour nocturne… Ce fut bref, mais il y aura une suite, diurne et bucolique ! A bientôt !