Bridget revient, et elle n’est pas seule !

Il y a des trucs comme ça, que l’on ne raterait pour rien au monde. La question ne se pause même pas, tant il est clair et net que l’on sera au rendez-vous ! Ce fut le cas pour le troisième opus de Bridget Jones, sorti 15 ans après le premier  (Le Journal de Bridget Jones, 2001).

A la base, Bridget Jones est un personnage de roman, apparu en 1996. A l’époque j’avais 9 ans, donc non je n’ai pas lu le livre de suite. Mais je me souviens avoir lu les romans et vu les films, et plutôt deux fois qu’une ! Nous avions même regardé des extraits en cours d’anglais ! C’est dire si Bridget avait fait le buzz à l’époque !

Il faut dire que c’est un peu son personnage qui a popularisé la chick litt, et permis d’ouvrir la voie à toutes les autres célibataires de romans que l’on croise désormais à tous les coins de librairies !

***

Bridget est gourmande, désespérément romantique, accro au Chardonnay pour noyer ses chagrins de cœur. Bridget est gaffeuse, fragile, et on adore suivre ses aventures car elle nous rappelle quelqu’un que l’on connait bien… Nous !

Il y a forcément des points dans la vie de notre anglaise adorée, qui nous rappellent notre propre petite existence. Nous n’avons pas forcément toute un patron qui ressemble à Hugh Grant, ou une mère super sûre d’elle qui nous écrase, mais on a peut-être du mal à assumer nos petits kilos de trop, au point d’acheter une culotte gainante ?

Bref. On aime Bridget, on l’aime fort, et son retour pour un troisième film des années après le second (2004) pouvait nous faire un peu peur… Notre super copine British serait-elle toujours aussi attachante ?

Et bien pour moi la réponse est YES indeed!

585711

Bridget a vieilli (nous aussi hein), minci, mais elle reste LA Bridget, la seule et unique ! Cette fois-ci, plus de Daniel (son patron, Hugh Grant donc… L’acteur n’a pas été convaincu par le scénario…) mais Mark, est lui fidèle au rendez-vous (Colin Firth) et un deuxième beau mec va venir s’ajouter au casting, pour former le classique triangle amoureux qui a toujours été au cœur des intrigues avec Bribri… Et ce mec, qui sera-ce ? Patrick Dempsey, himself ! On ne se moque pas de nous…

Bridget est donc séparée de Mark Darcy, et consacre sa vie à son job et à ses amis. On ne la voit plus ni fumer ni picoler. Elle grignote tout juste un petit cupcake pour son anniversaire… Bridget quarantenaire a l’air épanoui, mais malgré tout, quand elle recroise Mark, il s’avère que les sentiments sont toujours là… Sauf que, ce serait bien trop simple de réduire l’histoire à Mark et seulement Mark, quand il peut y avoir aussi Jack, le bel américain rencontré dans un festival de musique…

Bridget découvre qu’elle est enceinte… mais… de qui ?

Voilà, une histoire assez simple en somme, mais traitée à la sauce Bridget, et c’est cela qui fait toute la différence…

On n’enchaîne pas les mensonges et quiproquos comme on le ferait dans une comédie classique. Au contraire, Bridget joue rapidement cartes sur table, et annonce aux deux potentiels papas, qu’elle ignore qui est le vrai géniteur…

***

Conquise ?

Oui. J’ai passé un excellent moment avec Bridget ! Elle a changé, physiquement et pas que. Mais le contraire aurait été un peu étrange non ?

L’évolution est crédible, et m’a plu.

L’histoire est plaisante, et le dénouement m’a ravie.

Ce film est plein de bonheur, de douceur, et fait l’effet d’un bon verre de vin blanc, que l’on aurait bu avec notre copine Bridget, en chaussettes épaisses, devant la télé.