J’ai testé (et adopté) le henné

Après des années et des années passées à me colorer et décolorer les cheveux, j’ai eu envie de revenir au naturel. Mon châtain moyen n’avait rien de sublime. Mais il n’était pas non-plus laid. Sauf que, c’est justement quand j’ai décidé de l’assumer, et même de l’aimer, qu’il a commencé à ficher le camp, avec l’apparition de… horreur, stupeur, malheur… cheveux blancs ! Mais chut, c’est un secret ! (Si vous répétez quoi que ce soit, je serai obligée de vous faire disparaître, et cela me contrarierait).

Je peux vous dire que cela fiche un sacré coup au moral, quand à l’âge de 27 ans, vous croisez un premier cheveu très très clair… Vous l’analysez à vous en faire mal aux yeux, en vous demandant « mais il est blond ou blanc ?? »… Et puis, quand quelques jours plus tard vous en trouvez un deuxième… puis un troisième… le doute n’est plus vraiment possible.

Il y a des femmes qui assument très bien leurs cheveux blancs. Je n’en suis pas.

Alors j’ai immédiatement repris les colorations, chimiques d’abord, avant de me décider pour une solution plus naturelle, et plus respectueuse de ma chevelure (et aussi largement plus économique) : le henné !

Qu’est-ce que le henné pour commencer ?

View this post on Instagram

#chocolat ? Non #henné ! 😋

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le henné est une poudre issue d’une plante, ou plutôt de ses feuilles, que l’on a séché. La plante en question s’appelle Lawsonia inermis. Depuis des millénaires, on utilise le henné pour teindre naturellement les cheveux mais aussi la peau. Vous avez probablement déjà vu les tatouages des temporaires réalisés à partir du henné, notamment sur les mains et avant-bras ?

On a pas mal parlé du henné noir, qui était à la mode fut un temps pour les tatouages réalisés notamment sur certaines foires. Celui-ci est issu d’une plante différente, et son usage est déconseillé en raison d’un fort risque d’allergies.

Enfin, parlons du henné neutre, qui n’est pas réellement un henné, puisque lui aussi provient d’une plante bien spécifique.

*

Se valent-ils tous ?

Clairement : NON.

Si vous souhaitez utiliser le henné pour vos cheveux, veillez à le choisir pur, et à éviter les poudres qui contiennent des additifs plus ou moins recommandables. Parfois on trouve des hennés mélangés avec d’autres ingrédients naturels, qui permettent de nuancer la couleur. Mais on peut aussi trouver du gros n’importe quoi, qui peut abîmer vos cheveux et ne pas être très sain… Une seule solution, chercher la liste des ingrédients, et la lire, tout simplement !

***

 

Comment procéder ?

Préparer le henné est très facile et rapide. Il suffit de verser la poudre dans un bol, et d’ajouter de l’eau tiède, tout en remuant jusqu’à obtenir une pâte. Évitez les accessoires métalliques (pour le bol, la cuillère, et retirez vos bijoux).

Petite astuce : si vous préparez votre mélange 30 minutes à une heure avant de procéder à l’application, vous permettrez aux pigments de se développer, et obtiendrez une couleur plus intense !

Protégez bien vos vêtements, et l’endroit où vous allez appliquer votre henné, car cela tâche ! Donc prévoyez les gants, à moins d’aimer avoir les mains oranges pendant une bonne semaine !!

Ensuite, il suffit de répartir la pâte sur la chevelure, comme vous le feriez avec une coloration chimique. Procédez mèche par mèche, pour bien imprégner toute la chevelure. Et déposez des couches épaisses. Puis, une fois que tous les cheveux sont recouverts, enroulez votre tête dans un film plastique… Oh oui, vous êtes absolument sublime !

Inconvénient numéro 1 du henné : le temps de pause est long.

Selon le résultat souhaité, il va falloir patienter… En général, on conseille d’attendre entre 30 minutes et 2 heures. De mon côté, je laisse 2 heures complètes, car je mélange mon henné auburn avec d’autres poudres (du brou de noix notamment) pour le rendre plus brun que rouge. Et j’obtiens un joli rouge profond, absolument pas orange.

Mais l’idéal si vous débutez, est de faire déjà un essai avec un temps de pause de 30 minutes à une heure, quitte à recommencer par la suite pour accentuer l’effet.

*

Inconvénient numéro 2 du henné : cela pue.

Tout le monde ne sera pas forcément d’accord, mais moi je trouve que pendant la semaine qui suit l’application, tant que l’on n’a pas lavé les cheveux deux ou trois fois, cela sent fort. Mais bon, les colorations chimiques ne sentent pas non-plus la rose !

 

*

Dernières recommandations… évitez le henné sur des cheveux déjà colorés chimiquement. Si votre dernière coloration a moins de deux mois, vous risqueriez d’obtenir une couleur peu uniforme, voire des reflets verdâtres.

Idem si vos cheveux sont permanentés ou très abîmés. Sur cheveux vraiment très abîmés, le henné ne prendra pas uniformément. A vous les racines oranges et les longueurs naturelles ! A moins de raffoler du tie dye, oubliez !

Et enfin, même si je l’ai déjà écrit plus haut, protégez tout ce qui pourrait entrer en contact avec la mixture, car cela tâche diaboliquement !

*

Le henné, j’ai mis longtemps à l’adopter, car j’avais peur qu’il me donne une chevelure orange comme une carotte. J’avais pleins d’a priori, et pas forcément l’envie de rester 3 heures avec la tête emballée dans du cellophane. Et puis finalement, j’ai testé et le résultat m’a fait oublier les quelques contraintes…

Pourquoi ? Parce-que cette coloration naturelle m’a permis de retrouver une chevelure en pleine santé, brillante, souple, douce. La fibre capillaire étant gainée, on gagne en volume, ce qui est intéressant quand on a les cheveux fins, comme moi !

Ensuite, j’aime m’amuser à mélanger du henné avec d’autres poudres naturelles, pour varier les teintes et changer les nuances selon mes envies du moment. Et puis dernier point, le henné est bien plus économique que les colorations chimiques… ce n’est pas négligeable !

Le henné n’est pas super contraignant. Je peux l’appliquer toutes les 3-4 semaines si je souhaite être toujours nickel ; ne le laisser que trente minutes si je suis pressée, juste pour raviver les reflets. Je peux varier les teintes de façon subtiles, changer selon mes envies…

Et vous, avez-vous déjà testé ? Quel est votre avis sur le henné ? Dites-moi tout en commentaires !

 

 

 

Publicités

Histoires plastiques – It’s fantastic!

C’est grâce à la plateforme Netgalley, que j’ai découvert le livre Histoires Plastiques, paru chez Stock. Il s’agit d’un ouvrage de la Chirurgienne Isabelle Sarfati, très largement inspirée de son propre vécu.

Le Dr Isabelle SARFATI est Chirurgienne Plasticienne. Elle est spécialisée dans la chirurgie des seins et la médecine esthétique du visage.

9782234084360-001-T.jpeg

Le titre correspond totalement au contenu du livre, puisque dans les 252 pages que compte l’édition papier, Isabelle Sarfati nous narre des anecdotes tour à tour amusantes, surprenantes, parfois même touchantes, qui lui sont arrivées soit en tant que Chirurgienne, soit en tant que consommatrice de chirurgie esthétique.

Aucune langue de bois de sa part, bien au contraire. Elle raconte son quotidien dans un langage simple et décomplexé, qui permet de s’immerger rapidement dans l’univers d’une Chirurgienne esthétique.

On découvre comment un homme a voulu se faire ajouter deux testicules, pour en avoir plus à tâter et se donner de l’assurance lors de parties de poker. On fait la connaissance de patients parfois totalement déjantés qui ont plus leur place dans le bureau d’un psychiatre que d’un chirurgien plastique, et d’autres beaucoup plus touchants.

Dans ce livre, il est question de complexes, de traumatismes, de caprices, de ratages, mais aussi de reconstructions après des accidents de la vie ou des maladies.

J’ai trouvé ce livre divertissant. Je l’ai lu très rapidement, car il était vraiment prenant, et qu’il m’a à la fois amusée et instruite. Le ton employé par l’auteure est plutôt sympathique, et même si elle utilise parfois du jargon médical, ce n’est jamais gênant pour la bonne compréhension.

Du coup, je suis ravie d’avoir lu ce livre, et le recommande à tous les curieux que le sujet intrigue !

Coup de foudre – Manucurist

Il y avait fort longtemps que je ne vous avais pas parlé de solvants et cela me manquait un peu. Il faut dire que le vernis pour moi, c’est un petit plaisir auquel je succombe régulièrement et sans faire preuve d’une résistance bien grande. Rien (ou presque) ne me fait plus plaisir que d’acheter ou de recevoir un nouveau flacon, et de m’en tartiner les extrémités.

Et justement, j’ai eu la chance de gagner un concours Instragram et de recevoir trois flacons de la marque Manucurist, réunis dans un charmant coffret cartonné intitulé Basics M… Le coffret est super élégant, et fleure bon la qualité. A 36,00 € vous me direz « il peut le bougre ! ».

Manucurist est une marque française, qui propose des produits formulés et fabriqués en France.

A l’intérieur du coffret, on trouve une BASE, un flacon de vernis ROUGE n°3 CINABRE, et un top coat FINITION TOTALE.

*

Cinabre késakouakess ? Je n’avais jamais croisé ce terme, et ai donc fureté sur le net pour en savoir plus. Ainsi j’ai appris que cela désignait un rouge orangé, extrait d’une pierre du même nom. Toxique, le pigment n’est plus utilisé, mais on peut l’admirer dans certaines fresques romaines, notamment à Pompéi. Et voilà comment vous aurez (probablement) appris quelque chose en lisant un billet sur un vernis à ongles. Merci qui ?

*

Bon, revenons à nos cuticules et voyons ce que valent les produits Manucurist !

Manucuritst nous promet des produits « éco-responsables, garantis sans ingrédients toxiques comme le formaldéhyde, le camphre, le toluène ou le DBP ».

Ils sont fabriqués en France. Je l’ai déjà écrit.

 

Qu’en est-il des compositions ?

Ces vernis ne sont pas des vernis à l’eau. Ils restent formulés à base de solvants. Mais il faut savoir ce que l’on veut. En effet, les vernis à l’eau, quasiment inodores, ont bien des avantages, mais surtout un inconvénient majeur à mon sens… il leur faut des heures de consolidation avant de pouvoir rencontrer un liquide. Sinon, ils se font la malle.

Les vernis Manucurist sont 7-Free (et on dit « seven free » et pas « sept fri » hein) : sans FORMALDÉHYDE, sans TOLUÈNE, sans DBP, ni CAMPHRE, ni XYLÈNE, ni FORMALDÉHYDE RÉSINE et enfin, sans COLOPHANE. Ce sont des ingrédients mauvais pour les voies respiratoires, ou plus globalement, pour notre santé !

Ils sentent très peu. Je ne me rue pas sur la fenêtre pour aérer après avoir fait ma manucure. C’est appréciable.

View this post on Instagram

Je ne m'en lasse pas… #vernis @manucurist

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Honnêtement, j’ai été bluffée par les vernis Manucurist. Bon, il ne faut pas zapper que le flacon vaut 12 €, et qu’avec sa base et son top coat, on en a pour 36 €, donc on est en droit d’attendre un bon résultat. Heureusement, celui-ci est au rendez-vous.

L’application est facile, avec des pinceaux corrects (moi mon dada c’est la langue de chat, et ici on a un pinceau tout droit… ça me va.), et une texture pratique à étaler sans faire de traces. Au moment de poser le top coat, et bien que j’ai fait cela le lendemain de la pose du vernis coloré, le pinceau récupère des pigments rouges… mais cela n’abîme en rien la manucure. On se retrouve juste avec un pinceau de top coat rougi.

Le vernis rouge seul, sans top coat, est déjà fort joli, brillant, opaque et homogène. Avec le top coat, il devient laqué. Et surtout il acquière une résistance (presque) à toutes épreuves.

Je suis totalement séduite et ravie d’avoir ces produits dans ma vernithèque… et devrais vous en reparler prochainement…

Et vous, vous avez déjà testé (et adopté) Manucurist ? 🙂

Un déo made in France

Hi Everyone! Aujourd’hui je vous retrouve pour parler beauté, ou plutôt hygiène… C’est assez rare, mais quand je tombe sur un produit qui m’apporte entière satisfaction, j’aime vous le présenter. Et là, et bien c’est le cas.

N.B. : Cet article n’est nullement sponsorisé. Mon enthousiasme excessif est juste dans ma nature.^^

*

Je prête une attention particulière au choix de mes produits de beauté et d’hygiène. Je souhaite qu’ils soient autant que possible, respectueux de ma santé, et éthiques. Entendez par là que les silicones, sulfates et autres dérivés d’huile de palme ne sont pas les bienvenus dans ma salle de bain, et que je me méfie des marques qui ont potentiellement des pratiques douteuses en matière de tests sur les animaux.

S’il y a bien un produit pour lequel je suis intraitable, c’est le déodorant. Pourquoi ? Car on l’applique sous les bras, dans une zone souvent humide, soumise aux frottements, et voisine de la poitrine. Et alors ? Et bien appliquer des ingrédients dangereux à cet endroit, est tout bonnement non-négociable !

Et pourtant, il faut bien utiliser un déodorant, surtout quand on fait du sport, ce qui est mon cas. Transpirer n’a rien de sale, mais il faut reconnaître ce qui est, parfois cela sent mauvais, et personnellement je ne suis pas pour le fait d’assumer totalement mes odeurs corporelles.^^

Du coup, j’ai testé une foule de déos, dont la plupart m’a abandonnée lâchement… Heureusement, j’ai fini par trouver quelques produits qui sortaient de la masse… notamment celui-ci :

Déodorant naturel Le Sucré – Clémence et Vivien

C’est grâce à une offre spéciale sur le site Azaé Pur, que je me suis lancée. Les frais de port étaient offerts sans minimum d’achat. Sympa, non ?

Chez Clémence et Vivien on a le choix entre 4 déos, tous présentés en petits pots en verre, sous forme de crème :

*le sucré

*le poudré

*l’herbacé

*le fleuri

Le poudré n’était plus en stock le jour de ma commande, donc je me suis rabattue sur le sucré, qui est à base d’ylang-ylang !

Son prix ? 7,90 € les 50 g. OK ce n’est pas donné, mais d’expérience, je sais que les déos crèmes durent plusieurs mois. Et puis mince, la qualité a un prix, qu’il faut parfois savoir payer.

*

Il y a quoi dedans ?

butyrospermum parkii (karité)*, zhea corn starch (amidon de maïs)*, helianthus annuus seed oil (huile de tournesol)*, sodium bicarbonate (bicarbonate de sodium)*, prunus armeniaca kernel oil (huile d’abricot)*, cananga odorata flower (ylang-ylang) oil, salvia sclarea (sauge) oil, cedrus atlantica (cèdre de l’Atlas) oil, tocopherols (vitamine E), benzyl benzoate**, farnesol**, linalool**, limonene**,  géraniol**.

* produit issu de l’Agriculture Biologique

** naturellement présent dans les huiles essentielles

*

Que du naturel… Vous pouvez lire et relire la liste… moi je ne vois rien de synthétique. Attention cependant pour les peaux les plus sensibles, les huiles essentielles ont beau être naturelles, elles peuvent aussi causer des réactions allergiques.

Le seul petit hic, c’est que le pot ne contient que le déo, et aucune spatule n’est fournie pour le prélever et l’appliquer sur la peau. J’ai récupéré la spatule de mon ancien déo, car j’utilisais un autre produit en pot avant celui-ci. Mais sans cela je pense que j’aurais pris une touillette de café, ou un équivalent, car prélever le déo du bout du doigt n’est pas forcément pratique.

Il suffit d’un peu de produit, de la taille d’un petit pois. On étale sur la peau sèche, après la toilette, et hop, on peut immédiatement s’habiller et vaquer à ses occupations !

*

Efficace ?

Il a fait bien bien chaud ces derniers temps chez moi, et malgré tout, je n’ai pas eu à déplorer de lâchage de la part de mon déo. Au contraire, s’il n’empêche pas totalement de transpirer, il régule la sueur (pas d’auréole visible sur les fringues) et empêche totalement la formation de mauvaises odeurs, et ce même après une bonne séance de sport, sans avoir eu à remettre du produit juste avant.

Il sent bon dans le pot, mais une fois sur la peau, je ne le sens plus. J’ai donc proposé à l’homme de le tester, sans craindre de sentir la fleur ! Et il a validé aussi l’efficacité !

Je suis donc ravie, et ne peux que recommander ce produit !

En prime, il est made in France, à côté de la Rochelle. 🙂

Pour l’ajouter à ton panier, tu peux cliquer !

Anny on my nails [Vernis]

Le vernis c’est la vie. D’ailleurs, si on veut, on peut dire que cela rime (presque) et que ce n’est certainement pas un hasard.

Sur ce, oubliez cette intro moisie, et regardez un peu ce joli gris métal de chez Anny ! Je l’ai trouvé en soldes chez Nocibé (-70 %, ça c’est de la promo comme j’aime). Le prix « normal » était de 10,50 € pour un flacon d’une contenance de 15 ml.

Le flacon, parlons-en brièvement, il est carré, super épais, sobre, mastoc.

Mon choix s’est porté sur la référence 353.40 baptisée Come Closer (Viens plus près).

 

Qui c’est cette Anny ?

Anny est une marque allemande, qui en dit peu sur ses origines. J’ai mis un certain temps à trouver l’adresse physique du siège social, dont j’ai déduit la nationalité de la marque.

Elle propose une gamme d’un peu plus de 100 couleurs, qui se renouvelle partiellement de façon très régulière (on annonce de nouvelles teintes toutes les 6 à 8 semaines !) pour coller aux dernières tendances.

Anny indique ne pas effectuer de tests de ses produits sur les animaux, et nous renvoie avec un * à une note qui rappelle que différentes lois ont banni les tests de cosmétiques sur les animaux. A sa connaissance, la marque n’est nullement impliquée dans les test in vivo…

Je n’ai pas pu trouver la composition INCI sur le flacon de mon vernis. J’ai eu autant de succès sur le net. Je serai donc bien incapable de vous dire si l’on trouve des cochonneries dans le flacon… Ma conclusion serait donc la suivante : la marque ne se vante pas particulièrement de proposer des vernis clean. Vous voilà prévenus…

Côté application, le vernis a une texture particulière, qui m’a beaucoup plu. Il a un côté un peu visqueux, un peu jelly, qui le rend super agréable à étaler sur l’ongle. Et surtout, son fini est totalement brillant, même sans top coat.

Une seule couche ne suffit pas pour un rendu opaque et homogène, mais après avoir appliqué la seconde, on obtient de jolis ongles métallisés et brillants.

Côté tenue, on est dans la norme. Tout dépend de l’usage que vous faites de vos dix doigts !

Je ne mettrais pas 10,50 € dans un flacon hors promo, mais en soldes, je trouve que j’ai fait une belle affaire… Et vous, qu’en dites-vous ? Vous aimez la teinte que j’ai choisie ? Vous connaissez déjà la marque Anny ? 🙂

 

A la recherche du film Idéal ?

Beigbeder est un auteur que l’on adore ou qui agace. Parfois, il peut même arriver qu’on adore qu’il nous agace. Personnellement, même si certains de ses bouquins m’ont totalement barbée (Nouvelles sous Ecstasy notamment, qui a fini par prendre la poussière sur ma table de nuit), je l’adore. Parce-que je garde d’excellents souvenirs de nuits de sommeil « sacrifiées » à lire ses romans comme Windows on the World, Un Roman Français ou encore, le très connu 99 Francs.

Alors quand Au Secours, Pardon ! que l’on présente souvent comme la suite de 99 Francs, a été porté à l’écran, sous le titre L’idéal, je me suis frottée les mains… J’allais à coup sûr passer un excellent moment…

 

ob_d55118_affiche-vernis-web.png

Dans L’Idéal, nous retrouvons Octave Parango, ancien marketeur déjà rencontré dans 99 Francs (c’est le perso principal), reconverti dans le model scouting, c’est à dire la recherche de mannequins. Octave travaille à Moscou, où il déniche les futurs top de demain…

Sa vie n’a pas l’air déplaisante, puisqu’il la passe à prendre des douches avec des russes à peine majeures, et à voyager en jet privé en buvant du Champagne.

Et puis tout bascule, le jour où il est contacté par L’Idéal, un gros gros groupe qui a fait fortune dans les cosmétiques.

L’Idéal fait face à un scandale médiatique à base de sextape et de croix gammée, et a besoin d’aide d’extrême urgence. C’est là qu’Octave intervient… Il a une semaine pour trouver la nouvelle perle, qui prêtera son visage à la marque.

***

Réussi ?

Le film commence sur les chapeaux de roue, et j’ai été immédiatement prise dans l’histoire.

Le ton ultra grinçant, ultra cynique est le même que dans 99 Francs. On nous prouve une fois de plus que les grosses marques se payent notre tronche et nous rendent aigris pour mieux nous vendre du rêve.

Tout est factice, superficiel, et on nous assomme nuit et à jour, avec des images de filles hors-normes, que nous ne pourrons jamais égaler.

L’Idéal nous répète à longueur de journée que nous sommes vieux, laids et gros, pour mieux nous vendre des crèmes anti-rides/anti-capitons. On le savait, mais Octave nous le redit, et n’y met pas les formes.

L’univers impitoyable des multinationales a déjà été maintes et maintes fois dénoncé. L’anorexie des mannequins à peine pubères est un thème déjà largement abordé. Mais traité par Beigbeder, à travers le personnage d’Octave Parango, cela a un goût de bien particulier, totalement inimitable.

Et soudain, c’est le drame !

Seul hic… au bout d’un moment, le ton change et le film s’essouffle. On bascule dans une histoire un peu niaise, extrêmement simplifiée, qui peine à convaincre…

Durant la première partie, j’ai souri, et même ri en entendant les remarques de la Directrice ridiculement autoritaire campée par Audrey Fleurot. On a une sorte de Diable s’Habille en Prada, version Frenchie. Elle s’est construit une image de dame de fer, et tout le monde la craint alors qu’elle est d’un ridicule sans nom.

Beigbeder nous sert là un film très sex, drogue et… top models. Gaspard Proust est tip top en Octave Parango, et fait (presque) oublier Dujardin ! :-p Mais la fin n’est pas à la hauteur… et c’est cette impression que l’on garde en mémoire et qui me fait écrire que ce film n’est pas un succès total… dommage !

Je ne saurais trop vous dire s’il faut voir L’Idéal… A la rigueur regardez-le pour le début qui en vaut la peine, et enchaînez sur 99 Francs, pour ne pas rester avec une mauvaise impression !

Pour l’anniversaire du blog, vous êtes vernies !

Hi everyone!

Aujourd’hui est un jour particulier, puisque nous fêtons la première année du blog. Cela fait un an que j’ai le plaisir de vous raconter des bêtises, et de lire vos commentaires ! Un an de bons moments passés ensemble, ça se fête !

J’ai contacté différentes marques que j’ai pu vous présenter sur ce blog, et certaines m’ont fait l’immense plaisir de répondre positivement à la suggestion de vous gâter !

Aujourd’hui, on joue avec Nailmatic, la marque de vernis 100 % made in France, qui vous propose de remporter un vernis à ongles, à choisir sur leur site : ICI

 

Les conditions sont simples :

*Laissez un commentaire sous ce billet, en m’indiquant que vous participez.

*Dites-moi quelle couleur vous choisissez au cas où le hasard vous désigne comme gagnant(e) de ce concours : toutes les références sont visibles ici, donc indiquez bien le nom du vernis, et pas juste « rouge » ou « bleu » hein. 😉

*Laissez-moi un mail valide, pour pouvoir vous contacter en cas de gain (inutile de noter le mail dans le commentaire, renseignez juste bien le champ e-mail).

Le concours débute à la publication de ce billet, et vous avez jusqu’au 10 février 2017 à minuit pour participer.

Le tirage au sort sera effectué peu de temps après, et le/la gagnant(e) aura jusqu’au 17 février minuit pour répondre au mail l’informant de sa victoire. Au delà, sans réponse de sa part, le lot sera remis en jeu.

***Concours ouvert à la France métropolitaine uniquement (envoi du lot à une adresse de France métro, par Nailmatic directement).***

View this post on Instagram

#vernis #nailmatic #npa

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Enfin, pour avoir plus de chances d’être victorieux/se, voici comment gagner des participations supplémentaires :

Partagez le lien du concours sur les réseaux sociaux : (copiez le lien URL de ce billet)

+1 pour Facebook

+1 pour Twitter

+1 pour Google+

+1 pour Instagram

+2 pour un partage sur votre blog

Pensez à bien partager en public (sinon je ne peux pas vérifier) et à me laisser les liens de partage dans votre commentaire !

Voilà, c’est facile, mais pour gagner, il faut participer. 🙂

GOOOOO !!!

***

C’est LA JOLIE BIBLIOTHEQUE qui remporte ce concours !

J’attends une adresse postale par mail pour pouvoir transmettre à Nailmatic, qui t’enverra ton lot. 🙂