Bergamo, on y retourne ?

Mon premier billet sur Bergame était un poil long… Donc j’avais conclu en vous donnant rendez-vous ultérieurement, pour visiter la Basilique et la Cathédrale… Voici l’heure d’entamer la suite de la visite…

La Cathédrale se trouve, en toute logique Piazza del Duomo, dans la ville haute. Elle est dédiée à Saint Alexandre, le saint patron de la ville.

Bergamo

Comme souvent, elle fut érigée sur les bases d’un édifice pré-existant. Celui-ci était initialement dédié à Saint Vincent. Mais il ne reste plus beaucoup de traces de l’édifice antérieur. En tout cas, sûrement pas la façade, bâtie dans un style classique, en pierre blanche.

La façade est précédée d’un pronaos, c’est à dire une avancée, qui protège l’entrée de l’église.

Bergamo

Bergamo

Le jour de notre visite, il y avait un mariage dans la cathédrale. Mais comme la cérémonie se déroulait dans une petite chapelle latérale, nous avons pu entrer dans la cathédrale, et visiter le reste.

Cathédrale de Bergamo

Les curieux regardent la cérémonie du mariage… :-p

Cathédrale de Bergamo

Les amateurs de décoration chargée et de peinture y passerons probablement un certain temps… Nous, je dois avouer que ce n’est pas ce que l’on préfère. Sans dire que l’intérieur de l’édifice nous a laissé de marbre (elle est bien bonne celle-là !) je vous dirai que nous avons plus apprécié celui de la basilique voisine… et pourtant là-aussi il y avait de la déco à gogo !

*

La Basilique est située entre la Cathédrale et la chapelle Colleoni. Lorsque je dis « entre » il faut l’entendre au sens le plus littéral du terme. La basilique est quasiment encastrée entre ces deux autres bâtiments.

En 1100, la ville de Bergame fit face à une terrible épidémie de peste. Les bergamasques demandèrent de l’aide à la Madonne, et promirent de lui dédier une église, si elle les protégeait de la peste… En 1137, chose promise, chose due : la construction débuta.

Bergamo

Vous voyez ici tout à droite, le baptistère ; au centre la chapelle Colleoni, et à gauche, l’entrée de la basilique.

Des Leoni rossi (lions rouge) en marbre gardent l’entrée.

Bergamo

Bergamo

Une fois à l’intérieur, vous pourrez admirer des peintures, des stucs, des sculptures, des tapisseries. C’est beau à s’en dévisser le cou, ou à foncer dans d’autres visiteurs, tant on a du mal à regarder devant soi !

Bergamo

Bergamo

Bergamo

Je dois dire que même si l’on s’y connait peu en art religieux, et que l’on pense ne pas spécialement apprécier cela, il y a de quoi être surpris par la grandeur de cette basilique, et par la finesse des décorations. Je doute qu’il soit possible de rester impassible…

Dans tous les cas, si vous avez l’occasion de visiter Bergame, il vous sera difficile de faire l’impasse sur le trio : Cathédrale, Basilique et Chapelle Colleoni, toutes trois situées dans la ville haute, sur la même place ; et toutes trois visitables gratuitement !

Pagazzano et son château

Sur Wikipédia, si l’on recherche Pagazzano, on tombe sur un article des plus succinct, qui nous apprend que « Pagazzano est une commune italienne de la province de Bergame dans la région Lombardie en Italie. » Rien de plus.

Pourtant, il y a à Pagazzano, un superbissime château dont la version actuelle daterait du début du XIVème siècle. Ce château est toujours en très bon état, et mérite que l’on passe lui rendre visite !

Bergame - les châteaux (#Malpaga #Pagazzano et la petite ville de #Treviglio) #Italia

Peut-être qu’avant de me lancer dans le vif du sujet, il serait bon que je vous plante un peu le décor. Pagazzano se trouve entre Crema, Monza, Bergame et Brescia, quatre belles villes que je vous conseille de visiter à l’occasion. Sincèrement, elles méritent toutes que l’on s’y intéresse.

Entre Bergame et Pagazzano, il y a 30 kilomètres, et nous en avons profité pour faire un petit trajet dans les parages, et visiter également Treviglio.

Le château, puisque c’est de lui que je vous parlerai aujourd’hui, est en briques, et a une forme carrée, assez typique des bâtiments défensifs des Visconti, à qui il appartenait.

Il est toujours entouré de son fossé rempli d’eau, chose rare qui ajoute indéniablement du charme !

Notre visite a eu lieu en plein mois d’août, aux heures les plus chaudes du début d’aprem. Autant vous dire que les rues étaient désertes. Les seuls courageux (inconscients) qui affrontaient la chaleur en même temps que nous, étaient les pêcheurs, installés autour du fossé du château !

Bergame - les châteaux (#Malpaga #Pagazzano et la petite ville de #Treviglio) #Italia

L’édifice se visite, et l’entrée ne coûte que 3 €. Mais il n’est ouvert que par période, certains dimanche. Donc en août et en semaine, nous avons dû nous contenter de l’admirer de l’extérieur.

Le château de Pagazzano appartient à la commune depuis 1999.

A l’intérieur, il y a des musées, notamment un consacré à la vie des paysans.

Bergame - les châteaux (#Malpaga #Pagazzano et la petite ville de #Treviglio) #Italia

Cet article aura été bref, mais je pense qu’il aurait été dommage de ne pas partager avec vous ces photos, et cette belle adresse à visiter, si vous avez la chance de passer dans les parages !

N’oubliez pas Bergamo !

Bergame est une ville lombarde, voisine de Milan. Souvent, elle est laissée de côté par les touristes, qui préfèrent visiter Milan justement, capitale régionale et capitale économique de l’Italie.

Bergame

Je ne saurais honnêtement répondre à la question « Vaut-il mieux visiter Milan ou Bergame ? » tant ces villes sont différentes l’une de l’autre.

Milan mérite la visite car c’est une ville fascinante, avec une Cathédrale à couper le souffle, de nombreuses boutiques, une foule de musées. Mais zapper Bergame serait une erreur, car sa ville haute est absolument sublime; il faut s’intéresser à sa gastronomie bien à elle, flâner dans son son jardin botanique, et emprunter son funiculaire…

Bref, Milan ou Bergame ? Les deux mon capitaine ! Et aujourd’hui je vais vous présenter Bergame.

Bergamo

Détail de la gare de Stezzano

Se loger à Bergame même coûtait un peu trop cher à notre goût, alors nous avons choisi un hôtel à Stezzano, et pris le train pour nous rendre à Bergame. Cela ne demande même pas 10 minutes, et le billet est à moins de 3 € par personne. Autant dire que comparé à la voiture, qu’il aurait fallu garer dans un parking payant, le choix du train est avantageux.

Bergamo

A gauche, vous pouvez voir le teatro Donizetti, dans la ville basse.

 

On a coutume de lire dans les guides, que tout l’intérêt de Bergame se trouve dans sa ville haute, coin historique où se concentrent la plupart des monuments. Mais la visite ne saurait être complète à mon sens, sans un petit passage par la ville basse. Pourquoi ? Tout simplement car c’est ici que vivent la plupart des bergamasques ; la vraie ville en quelque sorte !

Certes elle est moins pittoresque que la ville haute, mais de là à la trouver laide, je ne suis pas d’accord du tout ! Les terrasses sont agréables, et on peut profiter des boutiques, qu’il s’agissent des chaines que l’on retrouvent un peu partout, ou des petites enseignes.

Soit dit en passant… Saviez-vous que c’est de Bergame qu’est originaire la marque Kiko ?

 

Bergamo

On sortant de la gare, si vous choisissez le train vous-aussi, vous emprunterez probablement la Viale Giovanni XXIII, qui vous fera passer à côté de la Parrocchia Santa Maria Immacolata delle Grazie. Elle est relativement récente (XIXème siècle) comme en témoigne son style néo-classique.

Avant sa construction, une église plus ancienne occupait l’emplacement, mais a été démolie au moment de percer la viale, qui menait à la gare.

Les œuvres abritées par l’église d’origine ont été déplacées dans plusieurs autres bâtiments religieux.

Bergamo

Sur la photo ci-dessus, l’on peut voir l’église sur la droite, encadrée par la porta Nuova. Réalisée en 1837 pour le retour à Bergame de Ferdinand I d’Autriche, cette porte au style néoclassique marque aujourd’hui le véritable cœur de la ville basse.

Tout à gauche, la torre dei Caduti a été construite à partir de 1922. Elle mesure 45 mètres de haut, et rend hommage aux morts de la première guerre mondiale.

Sortez un peu de l’axe qui mène de la gare au funiculaire, écartez-vous de la Porta Nuova, et enfilez-vous dans les rues de Bergame… Vous pourriez bien être surpris par ce que vous allez découvrir !

Bergamo

On a trouvé où se cachaient les bergamasques !

Bergamo

Détail de la façade de la Banca d’Italia, viale Roma, 1

Bergamo

Bergamo, ville basse

Nous avions prévu de trouver un petit resto en bas, puis de monter jusqu’à la ville haute à pieds. Mais en plein mois d’août, dénicher un resto ouvert, qui proposait des plats végétariens qui plus est, en pleine terre de la charcuterie, s’est avéré compliqué.

Contrada dei Tre Passi, au numéro 1, le resto Veg Eat m’avait répondu être ouvert, mais nous nous étions mal compris, car en réalité il était fermé tous les samedi du mois d’août. Pas de bol.

Donc nous avons traîné, traîné, traîné, sans regarder nos montres, trop occupés que nous étions à prendre des dizaines de photos, et quand nous avons commencé à avoir franchement faim, nous avons modifié nos plans, pris de le funiculaire et rejoint la citta alta !

Bergamo

Bergamo

Le funiculaire est bien pratique, et pittoresque ! Seul point à garder à l’esprit, les billets ne peuvent pas s’acheter à la carte bancaire. Donc prévoyez un peu de monnaie…

A Bergamo il n’y a pas un, mais deux funiculaires :

• Celui qui relie la ville basse à la ville haute,

• Celui qui relie la ville haute au Colle di San Vigilio –> tout en haut, il y a un château…

C’est le premier que nous avons pris, et le billet valable 75 minutes coûte 1,30 € (soit 2,60 € pour un aller-retour). Il existe aussi un billet valable 24 heures pour le funiculaire, et le bus, à 3,50 €.

Bergamo

Dès que l’on sort du funiculaire, on arrive sur une petite place, où se trouvent essentiellement des restos, avec notamment un polenta take-away. La polenta, ce plat à base de semoule de maïs, est la spécialité de Bergame. Mon arrière-grand mère bergamasque nous en servait à chaque fois que nous lui rendions visite, accompagnée de petits oiseaux comme le veut la tradition, ou parfois de viande de sanglier.

Autant dire que pour moi, la polenta a gardé le goût de l’enfance, et n’en est que meilleure !

Aujourd’hui, les petits oiseaux sont protégés, et si vous trouvez de la polenta e osei, il s’agira en fait d’un dessert, qui aura une forme de dôme jaune, surmonté de petits oiseaux en massepain.

Vous pourrez toutefois déguster une polenta salée, à base de maïs, avec du fromage ou de la charcuterie par exemple. De nombreux restos en proposent. Attention toutefois à éviter les lieux trop touristiques. N’oubliez pas qu’à la base, il s’agit de farine de maïs, donc cela ne devrait pas vous revenir à 20 € !

Bergamo

Se balader dans les ruelles de la vieille ville est absolument charmant.

L’office de tourisme est facile à trouver. Dans la ville basse, il est à quelques pas de la gare (et propose un réseau de wifi gratuit sans mot de passe), tandis qu’en haut, il est implanté au rez de chaussée de la tour Gombito. Donc il suffit de lever le nez, et hop vous saurez vers où marcher !

Bergamo

La Torre del Gombito tient son nom du latin « compitum », qui a évolué, est passé par le dialecte bergamasque, pour devenir « gombito« . Mais on ignore exactement le pourquoi de ce nom. D’un côté, cela pourrait signifier « carrefour » car la tour se trouve à l’intersection des deux axes principaux des voies romaines… ou alors, cela viendrait de « compter » puisque  l’on numérotait les rues de la ville à partir de cette tour.

Dans tous les cas, ce que l’on sait, c’est que la Torre del Gombito a été construite au XIIIème siècle, et servait à encadrer les conflits entre les différentes factions présentes dans la ville médiévale.

Aujourd’hui, elle culmine à 51,60 mètres, mais elle a été rabotée au XIXème siècle pour des raisons de sécurité… Avant cela, elle atteignait les 64 mètres ! A sa base, un local commercial abrite désormais l’office touristique. Mais il n’était pas prévu dans la tour originelle. Son installation ne date « que » du XVème siècle.

*

La piazza Vecchia constitue le cœur de la ville haute. Vous y reconnaîtrez facilement la fontaine de Contarini, donnée par le doge de Venise, Alvise Contarini, en 1780, à la ville de Bergame.

Bergamo

Bergamo

Bergamo

Vous ne pourrez pas manquer la tour Civique (Torre Civica), imposant beffroi du XIIème siècle doté d’une horloge du XVème siècle.  Elle servait autrefois à annoncer la fermeture des portes de la ville. On l’appelle aussi Campanone (ou Campanù dialecte local). La tour civique est un poil plus haute que la tour Gombito (52 mètres), et se visite. On peut y grimper à pieds ou par l’ascenseur, pour jouir d’une vue imprenable sur la piazza Vecchia et la piazza del Duomo.

*

Bergamo

Avançons en direction de la tour civique… nous arrivons piazza del Duomo…

Bergame alta est vraiment très concentrée, et il n’est nul besoin de marcher des heures pour passer d’une beauté à une autre.

Bergamo

Le baptistère octogonale est implanté sur la droite. Il date de 1340, et se trouvait initialement dans l’église Santa Maria Maggiore. A la fin du XIXème siècle, il fut déplacé hors de l’église, afin de pouvoir accueillir les non-baptisés, sans les faire pénétrer dans l’édifice sacré.

Bergamo

Bergamo

Un peu plus à gauche, la chapelle Colleoni trône majestueuse, avec sa façade de marbre rose et blanc. C’est à mon sens la plus belle pièce architecturale à voir à Bergame. On dirait un véritable bijou…

Il est interdit de prendre des photos de l’intérieur, mais la visite est gratuite, et nous n’avons jamais eu à patienter pour en profiter. C’est un concentré d’art et de finesse…

Le Condottiere Colleoni était en effet un très grand chef militaire, qui servit surtout la république de Venise. Mort au château de Malpaga, il fut enterré à Bergame, sa ville de naissance à laquelle il était très attaché.

Il y en a des choses, en si peu de place… et ce n’est pas fini ! Juste à côté de la chapelle Colleoni, on trouve la basilique Santa Maria Maggiore, dans laquelle se trouvait initialement le baptistère. Et encore à gauche, on termine par la cathédrale.

Mais… je vous parlerai de tout cela dans un prochain billet…

A presto !

 

 

 

 

 

 

 

Winter Garden Bergamo

L’hôtel Winter Garden de Bergamo est un 4 étoiles italien doté d’un espace wellness.

C’était l’étape la plus luxueuse de notre séjour estival. L’homme l’avait choisie pour le spa justement. Nous avions payé 75 € pour une nuit en chambre double avec un accès wellness et le petit-dèj.

Je vous l’ai déjà dit, mais pour ceux qui lisent en diagonale (hannn !!) et pour les lecteurs occasionnels, je suis sympa, je me répète :

En Italie aux alentours du 15 août, les villes éloignées de la mer sont délaissées au profit des stations balnéaires. On peut profiter de très beaux hôtels, à des prix vraiment beaucoup plus bas que le reste de l’année…

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Cet hôtel est proche de l’aéroport Orio al Serio, et donc il vise plutôt une clientèle d’affaires, massivement en congés en août !

Le parking sous-terrain est énorme, bien agencé avec des places isolées pour les inquiets qui fuient les coups de portières. Il est gratuit.

Le lobby est immense, et on y trouve un petit salon où l’on peut s’installer pour lire la presse du jour. Il y a aussi des ordinateurs avec accès internet, et bien-sûr le desk.

L’accueil est multilingue, efficace mais un poil trop formel à mon goût. Il s’agit d’un hôtel business donc cela n’a rien de surprenant, même si en août il est clair que la clientèle est essentiellement constituée de touristes comme nous qui profitent des prix cassés.

Lors de notre arrivée il ne restait qu’une chambre pour personne à mobilité réduite de prête. On nous a proposé cette chambre en nous précisant qu’elle différait des autres par sa douche ouverte uniquement. Comme nous étions pressés de profiter du spa, nous avons accepté cette chambre au lieu de patienter pour en avoir une autre.

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Bon. En fait, à refaire nous aurions dû patienter. Car la douche ouverte était une vraie plaie. Nous avions beau faire attention, à chaque douche nous inondions toute la salle de bain. Le matin j’ai même eu un geste malheureux qui a envoyé voler le rouleau de papier toilette dans l’eau de la douche ! Grmfff !

À part cela, la salle de bain était vaste et bien aménagée…

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

La chambre était très grande et au sol le parquet stratifié sombre me plaisait bien.

Nous avons mis nos affaires dans le minibar, au frais.

Rien à redire sur la propreté, ni sur la qualité de la chambre. La literie était impeccable, propre, confortable, avec un énorme lit et deux oreillers par personne.

Nous avions des petites lumières de chaque côté du lit, et chacun un interrupteur pour éteindre et allumer la lumière sans sortir de sous la couette. Le pied !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Après avoir enfilé nos tenues de sport, nous nous sommes mis en quête du wellness center… Et il était assez bien caché je dois dire.

Car cet hôtel ne dispose pas d’un ascenseur, mais de deux… euh non trois… Mmm je ne sais plus. En fait, c’est comme dans le métro, pour aller à certains endroits, il faut prendre un ascenseur, puis en changer. Vous avez des correspondances d’ascenseur !

Ne riez pas, mais la première fois après avoir monté un étage, redescendu deux étages, parcouru de long en large plusieurs couloirs… nous nous sommes résolus à demander de l’aide à un membre du personnel. C’est là que nous avons compris qu’il y avait plusieurs ascenseurs !

Une fois le wellness center trouvé, impossible de localiser la salle de sport… qui était en fait dans le spa. Enfin, plus précisément, une même porte permet d’accéder au spa, et à la salle de fitness !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Une dame très souriante nous a accueillis et nous a escortés jusqu’à la salle de sport. Elle est petite et pas super attirante (la salle, pas la dame). En effet, les murs sont blancs et à part une grosse horloge, il n’y a rien de spécial à regarder.

On trouve des appareils Technogym d’assez bonne qualité, mais pas de la toute dernière génération avec télé intégrée. Non, si vous voulez vous divertir pendant votre footing sur tapis, il faudra amener un smartphone ou un lecteur de musique !

Malgré tout, un tapis de course, un vélo et un elliptique sont à disposition, ainsi qu’un tapis en mousse, une machine multi-usage pour la musculation, et un balon de gym. C’est mieux que rien ! Mais on pourrait s’attendre à une salle un peu mieux agencée vu le niveau de standing de l’hôtel.

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Le spa est beaucoup plus satisfaisant… Imaginez un peu… après avoir fait un détour par les vestiaires pour nous mettre en maillot de bain, nous avons découvert une superbe petite piscine entourée de transats… Le bassin est petit certes, et prévu clairement pour la détente, plus que pour la natation. Mais cela tombait bien, c’est ce que nous cherchions !

Une fois que nous avons bien pataugé et profité de la douche massante, nous sommes sortis pour tester la ice fall, une douche installée en face d’une chute de glaçons ! C’était la première fois que nous voyions cela… un bouton permettait de faire tomber de la glace pillée dans un réceptacle. Ensuite nous prenions la glace pour nous frotter le corps ! Revigorant !

Il y avait aussi une douche sensorielle, un hammam et un sauna ! Là je peux vous dire que nous en avons largement profité et sommes ressortis totalement détendus !

Et comme si cela ne suffisait pas, on trouvait dans le spa, entre le sauna et le hammam, une petite table avec à disposition, des fruits secs, des pommes et de la tisane !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Sortons du spa, et repartons vers notre chambre… Une petite bibliothèque est à disposition, avec quelques ouvrages à feuilleter sur place. Ce n’est pas du book crossing, car les livres ne sont pas à emporter. Mais cela reste sympathique.

Enfin, notre tarif incluait le petit-dèj buffet…

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

C’est un sublime buffet continental, probablement l’un des plus beaux que nous ayons testé à ce jour… avec : soissons chaudes (cafés, lait, thés), boissons froides (jus de toutes sortes), charcuterie, yaourt, œufs durs, œufs brouillés, fruits frais (pastèque, melon,…), fruits au sirop, pruneaux, noix (cajous notamment), miels, confitures, pâte à tartiner, viennoiseries, pains, …

Seul petit hic, l’accueil était un peu froid, avec des serveurs à l’air guindé pas souriants du tout…

Mais cela ne nous a nullement coupé l’appétit ! Et une fois repus, nous avons fait un petit tour sur les toits, pour profiter du joli soleil bergamasque !

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Winter C'Garden Hotel #Grassobio

Jolie terrasse, accessible depuis la salle de petit-dèj

Notre séjour d’une nuit à l’hôtel Winter Garden nous a beaucoup plu. Le gros plus de l’hôtel est son spa, vraiment agréable. Attention cependant, l’accès n’est pas totalement libre. Avec notre nuit en chambre classique, nous n’avions qu’un seul accès par exemple pour la durée totale du séjour.

L’hôtel est vraiment bien pensé, avec des chambres aussi jolies que fonctionnelle. Et de là, on peut visiter la ville de Bergame, mais aussi faire du shopping au centre commercial Orio Center (l’un des plus grands d’Europe), ou encore voler vers d’autres horizons !

Pour plus d’infos, c’est par ici !

Ghisalba

C’est parce-que nous voulions profiter des animations autour du château de Malpaga, et que nous avions du temps à tuer en attendant qu’elles débutent, que nous avons pris la voiture pour explorer les alentours. Je vous resitue rapidement les choses, nous nous trouvons en Italie du Nord, et plus précisément en Lombardie, à proximité de Bergame.

Nous étions donc en train de sillonner les petites routes, quand nous avons vu un gros dôme au loin. Et comme nous sommes incroyablement curieux, et bien nous avons décidé d’aller le voir de plus près…

Ghisalba - La Rotonda

Bergame - les châteaux (#Malpaga #Pagazzano et la petite ville de #Treviglio) #Italia

Quelle surprise, dans un patelin paumé au milieu de nohere, de tomber sur une gigantesque église aux airs de temple grec ! Imaginez un peu, le Panthéon, dans un bled de Haute-Saône ! Vous avez l’idée ?

Nous arrivons dans ce village, au beau milieu d’une chaude journée d’août. Il n’y a pas âme qui vive, et l’on entend à peine quelques éclats de voix qui émanent d’une sorte de bar-pizzeria. Tous les autres habitants sont probablement en train de siester. Et puis il y a nous, deux touristes, plantés devant la Rotonda.

L’église de Ghisalba est juchée sur une sorte de promontoire. Pour atteindre l’entrée, il faut monter quelques marches d’un très large escalier.

Ghisalba - La Rotonda

Ghisalba - La Rotonda

Depuis le seuil, au milieu des énormes colonnes immaculée, on peut regarder le sol, en galets noir et blanc…

Ghisalba - La Rotonda

Ghisalba - La Rotonda

La Rotonda fut réalisée par un architecte réputé, il Cagnola (1762-1833), à qui l’on doit également l’arc de triomphe de Milan.

Le campanile qui se dresse à côté, est en réalité une ancienne tour défensive.

L’église a la particularité d’être toute ronde, d’où son appellation : La Rotonda. A priori, l’intérieur mérite largement la visite, mais pas de bol, lors de notre passage les portes étaient fermées… Une prochaine fois, qui sait ?

Ghisalba - La Rotonda

Ghisalba - La Rotonda

Nous avons pic-niqué sur de chouettes bancs, juste en face de la Rotonda…

Bergame, l’église Sant’Agata

Oui. Je vous ai déjà parlé de Bergame.

Mais je n’avais pas évoqué l’église Sant’Agata. Lorsque l’on chemine le long de la via Colleoni, dans la ville haute, on finit par croiser une petite impasse, appelée Sant’Agata. C’est ici que se trouve l’église du même nom.

La façade ne m’a pas laissé une énorme impression. Elle est assez simple, tellement que je n’ai même pas pensé à la photographier. En revanche, l’intérieur de l’église marque beaucoup plus les esprits.

L’église date du XIIXème siècle, et fut construite sous l’occupation napoléonienne.

Elle comporte une nef, entourée de cinq chapelles, de chaque côté. La plus importante de ces chapelles, est dédiée à Santa Maria del Carmine. On peut y admirer un autel baroque, réalisé par l’architecte Filippo Juvarra.

 

Cette église est un véritable bijou, qu’il serait dommage de ne pas admirer. En effet, les peintures sont dues aux plus grands peintres bergamasques de l’époque. Et l’on n’a beau ne pas être forcément un mordu d’art (je ne suis pas une mordue d’art), on est malgré tout forcément un peu touché…

Je vous conseille donc de passer par la chiesa Sant’Agata, ne serait-ce qu’en coup de vent, si vous visitez la ville haute de Bergame…

 

 

 

Le jardin botanique et la rocca de Bergame

Nous étions déjà venus deux fois à Bergame, et lorsque j’avais suggéré à l’homme d’y retourner une troisième fois, il était assez peu convaincu. Pour lui, c’était petit et nous en avions fait le tour. Mais j’avais insisté (oui, parfois je suis lourdingue), et nous avions finalement programmé une petite journée dans la ville lombarde.

Il s’est avéré que certes, nous avions visité les points les plus connus, mais qu’il restait néanmoins pas mal d’endroits où nous n’avions jamais traîné nos baskets… à commencer par le jardin botanique !

Après avoir admiré la piazza Vecchia et fait le tour des incontournables : la basilique, la cathédrale, le baptistère, nous nous sommes dirigés vers le parc en question. Il faisait chaud, nous avions soif, et besoin d’un petit coup de pied aux fesses !

Comme le veut le dicton, « chi va piano, va sano… e lontano » donc nous avons décidé de nous ménager, en nous offrant un bon café glacé !

Bergamo

Bergamo

Bergamo

En Italie, on parle de shakerato, car c’est en fait un espresso passé au shaker, avec abondance de glaçons. Dans ce café, il nous a été servi avec une pointe de cacao sur le dessus. Délicieux !

*

Correctement requinqués, nous sommes repartis, le plan à la main, à la recherche du jardin… d’abord dans le mauvais sens…

Bergamo

Vous auriez préféré une 500, un peu plus typique ? Désolée… 😉

Puis finalement, nous avons trouvé l’entrée !

Bergamo

Le jardin botanique est accessible gratuitement, dans la partie haute de la ville. On y arrive à pieds, en suivant la Scaletta di Colle Aperto.

Les horaires d’ouverture varient selon les périodes de l’année. Vous pourrez les consulter ici, sur le site officiel.

Bergamo

Jolie vue sur la ville basse, un peu avant d’arriver au jardin.

Bergamo

Bergamo

Vue sur la ville haute, depuis le jardin.

Depuis le jardin, on jouit d’une vue tout à fait plaisante sur Bergame, et notamment sur ses tours (Gomito et la torre civica). L’endroit est parfait pour avoir un chouette point de vue sur la skyline de Bèrghem (c’est le nom de la ville en Bergamasque).

Oh que j’aime cette ville ! Vraiment, j’ai visité nombre de belles villes en Italie, mais Bergame garde une place toute particulière dans mon cœur. Je dois le dire !

*

Le climat est bien différent de notre climat franc-comtois. Et du coup, nous avons été surpris de découvrir certaines plantes. Par exemple, nous n’avions encore jamais vu un ananas. Enfin, si mais juste le fruit, pas la plante… Car non, les ananas ne poussent pas dans un arbre, mais au sol, sur des plantes aux feuilles pointues !

Bergamo

Ce soir là nous nous sommes couchés moins bêtes…

Bergamo

Là je ne saurais pas vous dire précisément ce que c’est, mais c’était joli…

Bergamo

La serre des cactus nous a particulièrement plu, mais nous avons abrégé notre visite car nous nous faisions dévorer par les moustiques…

Bergamo

Bergamo

C’est probablement pendant que je m’appliquais à prendre ces photos, que des monstres suceurs de sang s’en sont pris à mes jambes, et m’ont filé les patates que j’ai gardé pendant toutes mes vacances… Si j’avais su !!!

Si vous l’ignorez et prévoyez un voyage en Italie, je pense qu’il est utile que je vous le dise… les moustiques tigres ont débarqués là-bas depuis quelques années, même dans le nord. Nous avons été moins massacrés cette années que les années précédentes, mais massacrés quand-même… Je n’ai aucun conseil à vous donner, si ce n’est d’éviter les endroits infestés. Autrement dit, si vous croisez un moustique tigre, fuyez ! Ils sont clairement plus forts que nous, et ni la citronnelle, ni les lotions répulsives, ni même les incantations ne peuvent rien contre eux.

Bergamo

Bergamo

 

Nous sommes repartis, un peu déçus de ne pouvoir poursuivre notre visite, et avons pris le chemin de la rocca.

 

Bergamo

Il y a à Bergame, un château, et une rocca. Il ne faut pas confondre les deux…

La secondea est située sur la colline Sant’Eufemia. Elle fut réalisée entre 1331 et 1336, et subit par la suite de nombreuses modifications.

Les créneaux affichent une « merlatura ghibellina« , c’est à dire qu’ils sont en « queue de pie » et pas droits. Au XIIème siècles, différentes factions s’affrontaient sur le territoire de l’actuelle Italie. D’un côté, les Ghibellini soutenaient l’Empereur, tandis que de l’autre, les Guelfi étaient en faveur du pape.

 

Bergamo

Bergamo

Bergamo

Bergamo

Les enfants apprécieront de pouvoir approcher un vrai char, et des canons, exposés dans le parc.

Cela me fait penser à vous signaler que Bergame possède aussi un très beau musée d’Histoire naturelle, qui a la particularité de se visiter gratuitement. Nous y sommes allés il y a quelques années, et en gardons un excellent souvenir.

Bergamo

Bergamo

Bergamo

Nous avons vu une grenade, enfin même plusieurs !

Bergamo

Bergamo

De là haut, la ville haute était encore plus belle… elle aurait presque mérité que nous attendions le coucher de soleil pour faire des photos dignes de cartes postales !

Bergamo

Bergamo

Mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin, et notre visite à Bergame était incontestablement une bonne chose ! Donc nous sommes repartis, avec la ferme idée de revenir une quatrième fois, et peut-être même une cinquième !

Bergamo

Malpaga, et le Moyen-Âge est là !

J’avais découvert le château de Malpaga sur internet, en préparant nos vacances.

En effet, ce château médiéval se situait tout près de notre point de chute, dans la région de Bergame, en Italie

Coup de bol, j’avais vu qu’un événement serait organisé le weekend même de notre visite.

Nous nous y sommes donc rendus en voiture depuis notre hôtel de Stezzano. Cela nous a pris un quart d’heure.

MALPAGA1 (2)

En arrivant à Malpaga le matin, nous avons pu nous garer sans difficulté et gratuitement, puis marcher quelques centaines de mètres pour accéder au château.

Nous avons tout de suite été séduits par l’édifice et par toute la mise en scène. Des tissus avaient été installés, avec des stands en bois, une grande table… On se serait crus revenus au Moyen-Âge !

Malpaga

Sur un stand, des gens vendaient des couronnes de fleurs, que l’on retrouvait ensuite sur les têtes de toutes les gamines !

MALPAGA1 (3)

L’entrée du château

MALPAGA1 (5)

MALPAGA1 (56)

Selon les horaires, il est possible de visiter le château, soit avec un guide en costume, soit avec un audioguide. La visite avec un guide en chair et en os coûte 9 € par adulte. Elle est proposée en italien uniquement.

C’est cette option que nous avons choisie, car une visite commençait juste au moment où nous arrivions.

A savoir, le château peut aussi se visiter en groupe, avec des écoles, ou être privatisé pour des événements particuliers, comme des mariages.

MALPAGA1 (7)

MALPAGA1 (8)

MALPAGA1 (11)

Le Château de Malpaga date du XIIIème siècle. Initialement, il était en fait une rocca, c’est à dire une forteresse, avec pont levi et fossé, qui servait essentiellement à assumer un rôle défensif contre les allemands.

Puis, avec l’arrivée du condottiere Colleoni, il fut agrandi, à compter de 1456. En effet, le militaire choisit cet imposant édifice, comme centre de son domaine, et y fit construire des maisons pour loger ses soldats.

La forteresse initiale était décorée de motifs géométriques, qui furent recouverts par de nouvelles fresques, figuratives cette fois. Mais par endroits, les fresques d’origine sont encore visibles.

MALPAGA1 (31)

Ci-dessus, on visualise bien les différentes fresques ; les anciennes, et les nouvelles, apparues par dessus. Notre guide nous montre des exemples de tenues de l’époque. Les femmes portaient des robes lacées sur le devant. Le lacet permettait d’ajuster le vêtement, en cas de grossesse.

MALPAGA1 (9)
On commence par entrer dans la salle de banquet (photo ci-dessus), richement décorée sous Colleoni. La guide explique rapidement les fresques, nous détaille les principaux protagonistes.

Elle partage avec nous quelques anecdotes intéressantes. Par exemple, j’ai appris que Colleoni interdisait l’utilisation de couverts dans les gros banquets, pour éviter qu’ils soient utilisés comme des armes. Il ne se séparait pas de son épée, même dans son château !

Les emblèmes des Colleoni sont nombreux. Le plus marquant est sans aucun doute cet ensemble de trois paires de couilles… Oui vous avez bien lu, trois paires de testicules, dont l’utilisation sur les blasons est antérieure à la naissance du fameux Condottiere.

MALPAGA1 (17)

Vous pouvez voir l’emblème sus-mentionné sur la photo ci-dessus, à différents endroits : sous la voûte, en plein milieu de la photo, à peine au dessus entre les deux bougies, et à gauche sur le mur.

Pourquoi cet emblème ? Par rapport au nom « Colleoni » proche de « coglioni » ? Pour représenter la vigueur ? La masculinité ? Pourquoi trois ? Certaines mauvaises langues avancent le fait que les mâles Colleoni auraient étés dotés d’une troisième boule. Des siècles après, le mystère reste entier !

MALPAGA1 (18)

MALPAGA1 (20)

MALPAGA1 (21)

Sur la photo juste au dessus, vous pouvez voir les créneaux, le terme technique pour ces créneaux bien spécifiques est « Merlatura ghibellina« . Les créneaux se terminent en queue d’hirondelle, au lieu d’être droits, comme les créneaux guelfi.

Les Guelfi et les Ghibellini étaient les deux factions ennemies du XIIème siècle, jusqu’au XIVème. D’un côté, les Ghibellini étaient en faveur de l’Empereur, tandis que de l’autre, les Guelfi appuyaient la papauté.

Sur la photo un peu plus haut, remarquez qu’il y a des espaces pleins, bien plus larges qu’ailleurs (dans l’angle à droite). En fait, ceci était destiné à faire croire au loin, qu’il s’agissait d’une tour… En gros, c’était une tour en 2D, qui pouvait laisser craindre à l’ennemi, que le château était encore plus difficile à prendre qu’il ne l’était réellement. Futé non ?

MALPAGA1 (27)

 

La visite était réellement passionnante. La guide expliquait les choses très clairement, sans nous perdre dans des détails compliqués. Elle rappelait bien le contexte, les us et coutumes de l’époque. Même si la visite était en italien et que mon homme n’a jamais appris cette langue, il a réussi à suivre sans trop de difficultés.

En plus, il y a de nombreux objets qui ont été ajoutés pour réaliser des petites mises en scènes. Par exemple, un lit d’époque a été reconstitué dans la chambre du condottiere. Il permet de bien se rendre compte de l’aspect que la chambre pouvait avoir au Moyen-Âge.

La guide nous a expliqué que le condottiere dormait dans un minuscule lit. Nous pensions que cela s’expliquait par sa petite taille. Et bien pas du tout ! Colleoni mesurait 1,80 m ! Un géant pour l’époque ! Mais il dormait assis car c’était l’usage de l’époque, et était sensé faciliter la digestion. En prime, cela lui permettait de se lever plus rapidement en cas de danger ! On en revient toujours au contexte de l’époque, extrêmement violent (comme pour l’anecdote des couverts interdits !).

MALPAGA1 (25)

La château a été restauré pour la dernière fois en 2008. Rien n’a été ajouté, comme le veut la législation italienne. Mais les éléments encore visibles ont été remis en état. Et honnêtement, même si par endroit les fresques sont incomplètes, il reste beaucoup d’éléments à admirer, et à déchiffrer !

MALPAGA1 (48)

Dernière petite anecdote : l’eau de pluie était collectée dans un grand réservoir situé dans la cour. On l’utilisait notamment pour remplir un baquet qui servait de baignoire. Tous les membres de la famille se baignaient dans la même eau ; d’abord les hommes, puis les femmes, et enfin les enfants ! Ils utilisaient du savon fabriqué à base d’huile et de cendre.

Avant de quitter le château, nous avons fait un petit tour par l’exposition temporaire, qui présentait les différents symboles, dont les fameuses trois paires de testicules. Puis nous nous sommes baladés à l’extérieur…

MALPAGA1 (83)

MALPAGA1 (79)

MALPAGA1 (71)

Comme tout n’était pas encore installé, nous avons décidé d’aller voir les communes voisines, et de revenir ensuite, pour assister à la fête de Malpaga…

MALPAGA2 (9)

MALPAGA2 (16)

MALPAGA2 (26)

L’après-midi nous avons pu assister à des spectacles de bouffons, écouter des musiciens avec leurs instruments médiévaux, approcher des chouettes, et voir tout un assortiment de produits d’artisanat, comme des bijoux faits à la main en métaux, des objets en cuir, etc…

L’homme serait bien resté pour regarder la joute, mais je me lassais un petit peu de rester debout en plein soleil, donc nous sommes repartis. En tout cas, tout était vraiment impeccablement organisé, et les acteurs qui incarnaient les personnages médiévaux étaient vraiment doués.

A noter, les animations de l’après-midi se déroulaient dans la cour et à l’extérieur du château, et étaient donc accessibles à tous, sans avoir à s’acquitter d’un billet d’entrée.

Malpaga

Malpaga

Malpaga

Cette visite nous a totalement enchantés. Nous avons fait un bond dans le passé. J’avais déjà visité de nombreux châteaux, mais jamais je n’avais été aussi immergée dans la visite. Le fait que la guide (en costume d’époque) nous explique des choses sur la vie quotidienne dans le château, et appuie son récit sur des objets qui reconstituaient les scènes d’époque, a contribué à rendre la visite réellement passionnante.

La fête qui a suivi la visite, a été un chouette bonus…

Nous garderons un excellent souvenir de notre découverte du château de Malpaga.

Si à votre tour vous souhaitez le découvrir, alors je vous laisse le lien vers le site officiel !

Séjourner à Treviolo, à côté de Bergame

IMG_8655.JPG

Nous avions déjà séjourné dans un Art&Hotel, à Stezzano, juste à côté de Bergame. C’était il y a trois ans et nous avions passé un excellent moment. Cette année nous avions envie de revenir dans les parages, mais de tester un autre hôtel. Nous avons donc opté pour l’Art&Hotel voisin, à Treviolo.

En arrivant à midi, nous avons trouvé l’hôtel presque désert. Je pense que les deux voitures sur le parking appartenaient à la Réceptionniste et à la femme de ménage !

Nous avons donc profité du parking gratuit. Celui-ci est relativement vaste, et vu que l’hôtel se trouve dans un village, le stationnement n’est de toute façon pas un problème.

Comme on nous a attribué une chambre au rez de chaussée, l’homme est retourné garer la voiture sous la fenêtre. Cela lui a permis de garder un œil dessus même si le coin semblait tranquille, puisque nous avions des bagages plein le coffre !

Le check in a été rapide et très sympathique. La Réceptionniste est réellement adorable et le mot n’est pas trop fort (c’est pour cela que je met l’info en gras et la souligne, car vraiment, nous avons trouvé dans cet hôtel un accueil au top du top) ! Elle nous a imprimé les horaires de train et trouvé un parking gratuit proche de la gare. Elle a même appelé l’hôtel de Stezzano pour savoir s’ils avaient des billets de train, car il n’est pas possible de les acheter à la gare !

Les communs sont jolis, propres. Le couloir moquetté est une bonne chose car cela amortit bien les bruits de pas. En revanche on entend la télé des voisins (et ils doivent entendre la notre car elle est vieillotte et il faut pousser un peu le volume pour pouvoir suivre les dialogues). On entend aussi énormément les bruits de tuyauterie.

Je n’ai pas regardé tout en détail mais nous avions des chaînes étrangères en plus des italiennes (BBC notamment).

La chambre est un poil vieillotte mais relativement propre et fonctionnelle. La présence d’un minibar bien frais est appréciable, pour caser notre demi pastèque !

IMG_8666.JPG

 

Le lit est un peu vétuste avec un matelas à ressorts un poil mou. Mais nous sommes trop heureux de pouvoir enfin nous reposer pour nous plaindre de la literie, qui reste fort correcte ! En revanche, la couverture est tachée sur la face cachée… Nous en trouvons une plus propre dans le placard, et changeons.

Le sèche cheveux est cassé. J’ai voulu m’en servir pour désembuer le miroir et cela n’avait aucun effet ! En plus il est automatique. C’est à dire qu’il se stoppe tout seul. Si l’on a fini avant la minuterie, il faut le laisser souffler pour rien. Inutile de vous préciser qu’il fait un bruit d’avion !

Un coffre fort est à disposition mais comme je n’emmène jamais mes diamants en vacances, nous ne l’avons pas utilisé.

Dans la salle de bain, une baignoire nous attend. Le robinet est fixé au milieu, et pas au bout de la baignoire. C’est tip top pour se baigner à deux sans que l’un ne doive se sacrifier et avoir le robinet dans le dos ! On trouve aussi un bidet (Italie oblige !), un WC, un lavabo avec une grande tablette super pratique pour tout caser !

img_8660

Et bien-sûr, il y a des produits d’accueil (gel douche, bonnet de douche, mouchoirs), et des sachets pour protections périodiques.

img_8657

L’homme a trouvé l’hôtel trop vieillot et a regretté que certains équipements soient cassés (la vitre de la baignoire était fissurée, il y avait des toiles d’araignée sous les chevets,…) mais pour ma part j’ai trouvé que l’hôtel offrait un bon rapport qualité-prix. On sent que l’on est dans un hôtel qui a été très classe, mais que les années ont passé. Du coup, l’accueil et les services sont toujours bons, mais les équipements ont vieilli.

Nous n’avons payé que 50 € pour une nuit, sans petit-dèj. Le parking était inclus, ainsi que le wifi. Pour le wifi, il fallait se mettre à proximité de la porte ou carrément dans le couloir, mais bon, cela fonctionnait !

J’ai beaucoup apprécié l’accueil à la fois professionnel et bienveillant. La réception ouverte 24h/24 était un vrai plus.

Enfin, l’hôtel est situé dans un joli village (Treviolo) et on peut rejoindre plusieurs grandes villes en quelques minutes :

*Bergamo 10 mn

*Monza 35 mn

*Milan… 50 mn probablement (pas testé et cela dépend de la circulation !)

img_8774

Eglise de Treviolo

Dernier point, il y a un grand centre commercial à 5 minutes : Curno. On peut y faire ses courses chez Auchan, et le choix est énormissime (en Italie c’est exceptionnel). Il y a un rayon traiteur où l’on peut acheter de quoi pic-niquer pas cher (taboulé, salade de farro, légumes vapeur). C’est LE bon plan notamment pour manger vegan et équilibré, sans se ruiner ! Les plats spéciaux en rayon coûtent un œil en Italie, alors que les plats de céréales et légumineuses des rayons traiteur sont ici à 1,90 € les 100 grammes environ. On peut aussi acheter des olives , tomates séchés, le tout au poids.

Curno abrite aussi un magasin Media World (électronique), des magasins de vêtements etc…

Si c’était à refaire, je pense que je reviendrais dans cet hôtel car il offre le nécessaire pour passer un bon séjour à petit prix.

img_8776

Campanile de Treviolo

Adresses et astuces dans le nord de l’Italie

Tous les ans, nous partons en vacances en Italie mon homme et moi, au mois d’août. Nous avons l’habitude d’organiser nos congés seuls, en contactant directement les hébergements. J’ai pu constater que cela nous permettait d’obtenir des tarifs moins élevés qu’en ayant recours à des intermédiaires, et généralement nous pouvons payer sur place, ce qui n’est pas négligeable…

Je vais donc m’atteler à vous donner mes petites astuces pour organiser vos vacances au pays de la polenta (y’a pas que les pizze et la pasta dans la vie !).

Tout d’abord, je parle avant tout pour le nord du pays, car je n’ai jamais organisé de voyage dans le sud. J’aimerais énormément me rendre à Rome et Naples, que j’ai visitées il y a de longues années. Mais c’est un peu compliqué car cela fait beaucoup de kilomètres à avaler pour notre voiture !

Sans titre.png

 

Dans un premier temps, je vous conseillerais de choisir vos villes, sans vous focaliser sur les plus connues. 

Rome, Venise, Florence, Milan, ce sont des villes qui parlent à tout le monde, et valent le coup d’œil, mais ce sont LES PLUS CONNUES et donc les plus chères en terme d’hébergement… A voir selon votre budget, et la période de l’année où vous souhaitez organiser votre virée…

***

Venise

Dans le cas de Venise, j’y suis allée quatre fois, et je peux vous dire que le mois de mars est sans doute le meilleur pour découvrir la cité lacustre. Certes le beau temps n’est pas assuré, mais la ville est bien plus belle en mars, qu’en plein été, avec la chaleur qui fait baisser le niveau de l’eau, et les odeurs d’algues qui finissent par monter au cerveau !! Je ne dis pas que Venise n’est pas belle en août, mais elle est plus romantique en mars, à mon sens… (et vos photos seront plus belles car vous n’aurez pas un soleil éclatant qui vous fait plisser les yeux).

Le Carnaval est à voir, absolument, mais si vous avez l’occasion de visiter Venise hors carnaval, cela vaut également vraiment le coup, pour mieux profiter des vieilles pierres, et ne pas être dans la foule en permanence…

Attention, on trouve énormément d’hôtels à Venise même, à tous les prix. Il est possible de se loger pour 100 € la nuit à deux, mais vous pourrez tout aussi bien trouver un hôtel charmant, que vous retrouver dans un établissement à la limite de la salubrité… Mon conseil serait de viser une ville proche de Venise, et de prendre le train pour rejoindre la Sérénissime. Belles économies en vue !

IMG_3703

En Italie les trains sont vraiment peu chers, et vous pourrez par exemple dormir à Preganziol, et voyager ensuite pour moins de 3 €/personne… intéressant, d’autant que le parking à l’entrée de Venise n’est pas donné-donné pour stationner votre voiture, alors qu’à Preganziol il est possible de trouver des places gratuites… Je parle de Preganziol car j’y avait trouvé une adresse, mais il y a pas mal d’autres villages alentours tout aussi intéressants en terme d’hébergements.

—> Trenitalia, la « SNCF » italienne : http://www.trenitalia.com/

11870681_10153564919852287_7671718707302386173_n

Le Frecce (littéralement « les flèches ») sont des équivalents de nos TGV. Les trains régionaux sont moins rapides (et parfois plus sales) mais ils sont également moins chers. C’est un choix à faire. Prévoyez les bouchons d’oreilles !

A Venise, sachez qu’il y a en effet des gondoles, mais que le prix de la balade est super élevé… En fait je ne connais même-pas le montant, mais tous les guides donnent la même info : c’est cher. Et d’ailleurs les gens qui font un tour en gondole sont finalement assez peu nombreux… Pour beaucoup moins cher (environ 2 €) vous pouvez traverser le grand canal dans une gondole collective, appelée Traghetto. Elle est manœuvrée par deux gondoliers, et l’on y monte avec d’autres inconnus, juste pour quelques minutes de navigation, le temps de la traversée ! Cela vous permettra de répondre « oui ! » aux gens qui vous demanderons si vous avez fait de la gondole à Venise, na !

 

Milan

1176256_10151783292192287_922588382_n

La gare de Milano Centrale

Duomo pano.jpg

Le Duomo

Milano.jpg

Les alentours de la gare Centrale

Milan est une ville intéressante, et il faut voir au moins une fois son Duomo et se balader dans la Galerie Vittorio Emmanuel II (juste à côté). En août les milanais sont à la plage, et la ville est laissée aux touristes. Il est parfois même facile de s’y garer en pleine ville, mais bon, prenez le train, car encore une fois, c’est peu coûteux et bien pratique !

Milan n’est à mon sens pas la plus belle ville de la Lombardie, mais c’est un point à visiter malgré tout. Vous serez surpris par le nombre d’espaces verts, et par les parcs clôturés où les chiens milanais peuvent courir en toute liberté !

Milan c’est la ville du shopping, avec des enseignes pour tous les budgets, de Kiko à Prada !

La capitale lombarde ne doit pas faire oublier d’autres villes, au moins aussi jolies (même plus jolies à mon sens). Ainsi Bergamo est vraiment sublime, avec sa ville haute qui est un véritable joyaux… Non je n’exagère pas !

(Où manger végétarien à Milan ? Il y a beaucoup de choix, mais je n’ai testé que cette adresse… végétarienne, pas vegan : http://www.mamaburger.it/).

Pour en revenir à Bergamo, garez-vous dans la ville basse, et prenez le funiculaire, c’est typique !

1233378_10151804707377287_1770644429_n

 

A Bergame, la spécialité est la polenta, un plat bien consistant (région montagnarde oblige) élaboré à base de semoule de maïs. A l’origine la polenta se mangeait avec des petits oiseaux (polenta e osei en bergamasque), mais les bergamasques ont été trop gourmands et désormais on consomme la polenta avec d’autres accompagnements… On peut acheter des gâteaux ornés d’oiseaux (qui ne sont pas à base de maïs), mais la polenta con osei salée elle, se mange désormais avec des champignons par exemple. Moi je la prépare avec des champignons à la crème de soja, ou des poivrons à la crème également.

Pour bien préparer la polenta, je vous confesse que j’achète de la semoule toute prête (en France on trouve de la Tipiak, mais j’en rapporte d’Italie, moins chère et plus dépaysante). Je la fais cuire dans un grand volume d’eau, avant de la verser dans un moule et de laisser refroidir. Une fois solide et froide, je démoule, coupe des tranches, et je la poêle avec un filet d’huile d’olive (à mon avis, les bergamasques opteraient plutôt pour du beurre, mais c’est à vérifier). Puis je sers avec un accompagnement à la sauce soja…

***

Bergamo

Brescia, seconde ville lombarde, est également sublime, et injustement méconnue…

Baladez-vous simplement dans les rues, levez le nez, et appuyez sur le déclencheur de l’appareil photo… Si vous avez faim, je vous conseille ce resto, qui propose des pâtes et plats tous simples à prix correct. Une bonne assiette de spaghetti sauce tomate avec un filet d’huile d’olive, c’est vegan et c’est bon ! https://www.facebook.com/I-Macc-De-Le-Ure-224313990968609/ Les gérants sont adorables, ce qui ne gâche rien !

Pas de photo de Brescia sous la main pour vous faire partager la beauté de la ville, mais Google images vous renseignera si vous lui demandez gentiment ! :-p

 

***

Le Lac Majeur

Et puis en Lombardie toujours, il y a la région des lacs, avec mon Lac de Coeur, le Lac Majeur… à voir, même si les hébergements proches du lac coûtent les yeux de la tête pendant la belle saison…

11891983_10153570099782287_213790766840157730_n

Astuce ? S’éloigner du lac et accepter de conduire sur les routes en lacets… malades en transports ? Je n’ai pas de solution malheureusement… Attention si vous réservez un hébergement proche du lac… Cela peut être en hauteur, avec une route sinueuse et des passages très très étroits, qui vous feront redouter de croiser d’autres véhicules. Au final, on est effectivement tout près du lac, mais on vide son plein à vitesse grand V et on serre les fesses à chaque fois qu’il faut prendre la voiture ! Oui, c’est du vécu !

Si vous êtes prêts à conduire 45 minutes pour vous rendre au lac, alors je vous conseille de loger à Domodossola, charmante ville au pied des montagnes. On trouve différentes solutions bon marché (comptez 35-40 €/nuit). Domodossola est une ville dynamique, où les magasins sont ouverts même le dimanche. Il y a un grand marché le samedi (fringues, alimentaire, etc), pleins de restos (dont un resto vegan sur la place principale : Sali e Pistacchi), et de beaux coins pour se balader.

11896036_10153571980967287_8433435909151595853_n

Villadossola est une ville plus petite, mais intéressante également. On peut y dormir pour 40-50 €/nuit.

J’avais à l’époque testé cet hôtel, qui offrait un bon rapport qualité-prix : http://www.hotelemiliana.com/enter.html

Si vous passez à proximité du lac Majeur, visitez les îles Borromées. Elles sont au nombre de 3 : Bella, Madre, dei Pescatori, et méritent leur surnom de « perles du lac Majeur » tant elles resplendissent. Jardins, oiseaux exotiques, grottes décorées de galets, leur beauté est à couper le souffle… On embarque depuis Pallanza par exemple, et on ne regrette pas les quelques 45 € que coûte le billet de bateau et d’entrée sur les îles… sincèrement.

Attention, le stationnement en Italie du nord est souvent soit payant, soit limité dans le temps, soit les deux… Donc prévoyez cela dans votre budget si vous comptez utiliser votre voiture…

Depuis Domodossola, vous pouvez voyager en train, ou prendre les cars. La gare routière se trouve en face de la gare ferroviaire. Et il y a aussi un point d’information touristique à proximité, ainsi que LE bureau de Poste…

Italie

Ci-dessus, le lac de Mergozzo, à proximité du Lac Majeur…

 

Le Lac d’Iseo

Un autre lac ? Iseo, à proximité de Bergame… Assez peu connu, car riquiqui… il n’y a pas de visite à faire dessus à ma connaissance, mais on trouve pleins de petites plages bien tranquilles, pour profiter de l’eau bleue bleue bleue. On peut y manger de bonnes glaces, et trouver des WC publics propres et gratuits ! On se stationne à Iseo même (payant) et on prend le bateau.

 

D’autres villes intéressantes dans le nord ?

Cremona avec son dôme. Il s’agit de la ville d’Antonio Giacomo Stradivari… Stradivarius oui oui.

Novara, à proximité de Milan, possède une basilique avec une coupole haute de 121 mètres. On peut y manger très bien pour pas cher, au resto Long Jin qui offre un choix époustouflant pour les vegans. Je garde un souvenir émus de leurs algues servies en entrée, et du curry de tofu.

Enfin, Turin est à la base une ville industrielle, peu connue pour le tourisme. Et pourtant… elle reste une jolie ville, à visiter au moins une fois… A proximité, il vous faut voir la Basilique de Superga et grimper pour admirer Turin d’en haut. Certes cela fait mal aux cuisses, mais cela vaut le coup de s’accrocher pour profiter du panorama unique !

10991419_10153092448992287_2965490770583960516_n

Beat était une superbe adresse pour s’envoyer un burger végétarien, à quelques pas de la Mole, mais apparemment l’établissement aurait fermé. Je ne suis plus que tristesse…

Plus à l’est, Trévise vaut le coup d’œil. C’est une ville moyenne, avec des canaux qui lui donnent quelques airs vénitiens. Attention, qui dit ville moyenne en été, dit… boutiques fermées en début d’aprem. Ne prévoyez donc pas une virée shopping à n’importe quelle heure car vous trouveriez les rideaux baissés !

***

Je vous en ai déjà dit pas mal pour un premier article, mais si le sujet vous fait réagir positivement, alors je peux continuer à partager avec vous mes astuces et conseils pour visiter l’Italie. Dites-moi si vous désirez que je vous précise comment je trouve les hébergements, et de quelle façon je réserve pour profiter des meilleurs tarifs ! 🙂 @ bientôt. Ciao !

 

Ci-dessous, photos personnelles prises sur les îles Borromées, et à Mergozzo…

 

Italia9.jpg