Yuki, resto japonais et coréen

J’aime beaucoup la cuisine asiatique, mais n’avais encore jamais testé le restaurant Yuki à Besançon (rue Richebourg). C’est lorsque les propriétaires ont ouvert une seconde adresse, toujours à Besançon, à Temis précisément, que j’ai sauté le pas !

Le resto était noté « végétariens bienvenus » sur Tripadvisor, donc j’étais tranquille !

View this post on Instagram

Yuki Temis

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Yuki est donc implanté en plein Temis, à proximité de nombreuses entreprises. Cela explique que le personnel s’engage à servir en 30 minutes max le midi. La salle est vraiment grande, et je dois dire que cela nous a un poil déçus, car nous nous attendions à quelque chose de plus « authentique ». Malgré tout, la déco est sympa, moderne et soignée.

Le jour de notre visite le 02/01, la salle était presque vide, donc ce n’était pas très représentatif je pense. Hors période de vacances, j’imagine que la salle est bien plus remplie !

Nous avons opté pour deux menus. Même en végétarien j’avais le choix, entre deux menus différents. J’ai choisi le bibimap, plat coréen que j’avais déjà pu déguster dans un autre restaurant. Mais avant cela, j’avais une double entrée, une soupe miso et une petite salade de choux. L’ensemble coûtait 16 €, un prix qui me semble tout à fait correct.

View this post on Instagram

Miso et salade de choux

A post shared by Ana (@chiarastory) on

J’ai trouvé que ces deux petits plats étaient goûteux, et j’ai particulièrement apprécié la salade de choux, même si je n’ai pas su identifier tous les ingrédients. J’aurais apprécié que la serveuse nous en dise un peu plus sur les plats.

Le service a été rapide, et sitôt nos entrées terminées, les plats nous ont été apportés. La serveuse nous a demandé si tout s’était bien passé. Et oui, c’était le cas 🙂

Le bibimap est présenté dans un bol en pierre chaude, et la serveuse l’a mélangé devant moi. C’est un mélange de riz, de légumes sautés et d’œuf, délicieusement épicé.

Je me suis bien régalée… L’ensemble était bien épicé, et j’ai pu rajouter un peu de piment en poudre, à disposition sur la table. La quantité était adaptée, ni trop peu ni trop !

Monsieur a apprécié son assiette de sushis, et les a trouvé corrects même s’ils n’étaient pas exceptionnels.

View this post on Instagram

Sushis et compagnie pour Monsieur.

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Un petit dessert ? Monsieur a hésité, et a fini par opter pour un palet au caramel glacé.  Celui-ci est arrivé très rapidement, accompagné d’une bonne dose de crème Chantilly et d’une cigarette russe. L’assiette faisait vraiment dessert tout prêt, à peine sorti du congélateur. En même temps… il est rare que les restos asiatiques proposent des desserts faits maison. Mais bon, pour le prix qui frôle les 5 € nous avons tout de même trouvé que c’était un peu bof.

View this post on Instagram

Dessert du Yuki

A post shared by Ana (@chiarastory) on

En conclusion, le Yuki permet de manger de bons petits plats sans se ruiner. Ce n’est pas une petite adresse authentique, mais plutôt un resto qui vise à servir rapidement un maximum de personnes. Amoureux des desserts, ce ne sera pas votre adresse de prédilection !

Je pense revenir plutôt un midi, en semaine, car pour le week-end en amoureux, je recherche plutôt la petite adresse plus intimiste.

Les prix sont accessibles. Mais nous n’avons pas commandé de café, car à 1.90 € la tasse cela nous semblait un poil excessif…

 

JEP2019 – Visite du centre de Maintenance du Tramway

Cette année, j’avais prévu le coup et pensé à regarder le programme des Journée Européennes du Patrimoine en amont. Cela m’avait permis de réserver nos places pour visiter le centre de maintenance du tram de Besançon. Celui-ci se trouve dans les Hauts du Chazal, à proximité de Chateaufarine (pour ceux qui sont du coin !).

Nous nous sommes donc présentés pour la visite et après nous être vus remettre chacun un gilet jaune, avons pu entrer dans le centre, avec un petit groupe de visiteurs, et notre guide.

Il faut savoir que le tramway bisontin se compose de dix-neufs rames au total. Le tram circule sur deux lignes, exploitées par Besançon Mobilité (filiale de Keolis). L’inauguration a eu lieu fin août 2014. Donc notre tram est encore un jeunot.

Le tramway bisontin circule de 5 h à 1 h du matin (5 h 30 – 1 h le dimanche et les jours fériés). C’est le constructeur espagnol CAF qui a remporté l’appel d’offre, pour fournir le tramway, face à six concurrents. Mais la maintenance est gérée sur place à Besançon.

Chaque rame mesure un peu plus de 23 mètres de long, par 2.40 m de large (même largeur qu’un semi-remorque), et peut transporter jusqu’à 132 voyageurs. Il n’y a qu’un seul module entre deux bogies (les bogies, je l’ai appris pendant la visite, sont en fait les « locomotives » du tram). On pourrait en ajouter un second pour augmenter la capacité des rames.

Pendant la visite, notre guide nous a beaucoup parlé de la sécurité au sein du centre de maintenance, et de ses préoccupations de manager. Il a répondu aux questions sur la formation à avoir pour travailler à la maintenance du tramway, et nous avons pu comprendre que globalement la formation se faisait sur le tas, que le savoir être était le plus important par rapport aux savoirs-faire.

Tout l’intérêt de bien suivre la maintenance du tram, est d’allonger sa durée de vie, et de réduire les coûts. Par exemple, une roue en acier coûte 5 000 €. Il y en a 8 par rame (pour 19 rames au total, je le rappelle). Le frottement des roues dans les rails use ces roues, et il est donc nécessaire de les profiler régulièrement, pour leur faire atteindre voire dépasser leur longévité moyenne de 4 ans.

Chaque rame est entretenue (= pas de maintenance) tous les 5 000 kilomètres actuellement. Une bonne maintenance devrait permettre d’espacer les entretiens par la suite (tous les 7 500 km). Cela peut surprendre, car on pourrait s’attendre à ce que plus le matériel vieillisse, plus il faille l’entretenir. Mais notre guide nous a expliqué qu’à chaque entretien, des améliorations étaient faites, et permettaient de rendre le matériel plus fiable.

La maintenance préventive d’une rame inclut 164 points de contrôle. Il faut un total de 130 heures pour la réaliser.

 

View this post on Instagram

Visite du centre de maintenance du tram. #Besançon

A post shared by Ana (@chiarastory) on

J’aurais bien aimé entendre plus d’anecdotes surprenantes, car je suis sûre qu’il doit y en avoir des tonnes. Je pensais voir un peu plus de choses lors de cette visite, mais j’imagine qu’en terme de sécurité, cela n’aurait pas été possible. Le centre n’était pas en activité pendant la visite, donc forcément, il fallait imaginer.

J’ai bien apprécié malgré tout.

Et vous, qu’avez-vous visité pendant ces JEP ?

 

 

Le Salon d’Hugo – Besançon

Il y a longtemps que je pensais tester le salon de thé Le Salon d’Hugo, situé dans la Grande Rue, au centre-ville de Besançon. En fait, je le voyais régulièrement, en allant au café des Félins situé juste en face… Finalement, je ne l’aurai jamais testé en tant que salon de thé, car il a changé de concept et est devenu un restaurant !

View this post on Instagram

Le salon d'Hugo. #Besançon #vegetarien

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le Salon d’Hugo propose des bowls, ou des bols pour les anglophobes ! Ce sont… et bien des bols, composés d’ingrédients froids et sains (et oui, je valide, c’est vraiment sain !).
Actuellement il y en a quatre sur la carte : un bol à base de poulet, un autre avec des crevettes, et deux bols végétariens (et même végétaliens selon la sauce que vous choisissez) l’un avec des falafels, et l’autre, des boulettes de riz thai.
Les bols sont composés à la commande, avec des légumes (carottes, roquette, concombres…), légumineuses (fèves, pois chiches), céréales (petit épeautre, semoule de blé…), et des oléagineux (amandes, graines de courge…).
A la carte, on trouve également des boissons, et notamment une limonade régionale, Elixia (fabriquée à Champagnole dans le Jura), et une citronnade maison. Les boissons sont servies dans de grands verres, avec une pâte en guise de paille. Amusant (et écolo) !
Le restaurant est joliment décoré, avec du mobilier de récupération et un vrai parquet en bois qui craque. Il y a une petite terrasse, avec quelques tables de deux.
Les bols sont de bonne taille, et bien remplis. Lors de mes deux visites j’ai opté pour le même plat, celui avec les falafels, des fèves, des petits pois, des carottes, du concombre… J’ai demandé la sauce d’un autre bol, car celle qui accompagnait normalement ce plat était à base de lait, et que je n’en consomme pas. La sauce soja-orange est délicieuse !
J’apprécie que les sauces soient présentées dans des petits contenants à part. On peut doser, et répartir à sa convenance.
Pour 9.50 € le bol, on mange vraiment bien, aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif ! Et s’il reste un petit creux, les tartes maison et autres desserts (cœur fondant au chocolat, financier rhubarbe etc) pourront le combler.
Le café est bon également (vrai café au percolateur), et le service aussi efficace que souriant. Lors de la première visite, nous avions attendu un petit peu, car la personne était seule en salle. Mais la deuxième fois, nous avons été servis très rapidement.
Si je suis venue manger ici deux samedi de suite, je pense que cela vous résume assez bien mon avis sur le Salon d’Hugo ? J’ai aimé. J’ai apprécié le contenu de mon bol, et l’ambiance dans laquelle j’ai pu le dévorer. Et je reviendrai !

Chez ma Cousine (Besançon)

 

Le dimanche aprem, j’ai mes petites adresses où traîner, et prendre un bon thé. Mais en juillet, certaines ferment sans forcément prévenir… c’est ainsi que je me suis retrouvée, le bec dans l’eau… je n’allais pas rentrer bredouille et ai décidé de me balader un peu au centre. Et mes pas m’ont portée devant cette adresse, qui m’intriguait depuis des mois, mais dont je n’avais encore jamais poussé la porte.

Chez ma Cousine

Ce café se trouve au 49 rue des Granges, juste avant la librairie L’Intranquille. Il s’agit d’un coffee shop associatif, qui propose aussi ponctuellement des soirées jeux, des échanges en anglais, des concerts. On peut y boire aussi bien chaud que froid et manger de la petite restauration, puisqu’il n’y a pas de cuisine sur place.

Milk-shakes, cheesecake, crêpes, gaufres, tartes salées, pizze, bon café, thé à la tasse ou en théière, salades à composer sur mesure… Le choix est vaste, et les prix corrects (compte 3.50 € pour une théière de 2 tasses par exemple).

Si tout n’est pas fait maison, la Chantilly elle, l’est et rencontre un vif succès sur les boissons chaudes notamment !

L’arrangement de la salle est vraiment cosy, avec un sol et des tables en bois, des canapés, de gros fauteuils, quelques chaises. Une petite salle au fond offre encore plus de tranquillité. Il y a des jeux à disposition, essentiellement de rapidité (Dooble par exemple).

Ici le café glacé s’appelle café grec, et je vous le valide totalement. Préparé au mixeur, il est servi avec une belle dose de mousse !

Chez ma Cousine est une belle adresse, où passer un moment entre amis, en couple ou même seul. On s’y sent bien.

 

 

Balade à Besançon

Une petite balade dans la capitale comtoise n’est jamais désagréable quand les beaux jours reviennent. J’aime bien monter à pieds depuis le centre ville jusqu’à la Citadelle, pour me mêler aux quelques touristes, et profiter de la vue d’en haut !

20190414_175301Il est possible d’entrer dans la Citadelle, en passant la première porte, et de faire quelques pas jusqu’à la billetterie. C’est court, mais cela permet de saluer les nandous et les vigognes sans débourser un seul centime.

Loin de moi l’idée de vous dire de ne pas faire la partie payante, non vraiment. Je dis juste que pour les bisontins, qui ne voudraient pas payer la visite chaque week-end, la balade vaut tout de même le coup pour la partie gratuite !

Si vous n’êtes pas du coin, vous ignorez peut-être que la citadelle de Besançon surplombe la ville de Besançon, et est elle-même entourée par la boucle formée par le Doubs. Elle est un chef d’oeuvre de Vauban, qui fut ingénieur militaire de Louis XIV. Ça en impose, non ?

Aujourd’hui encore, la Citadelle domine la ville, et est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008.

Construite à partir de 1668, la Citadelle fait de Besançon l’un des points essentiels de la défense de l’est de la France.

20190414_174357.jpg

La Citadelle abrite désormais deux musées, celui de la Résistance et de la Déportation, le musée comtois, ainsi qu’un zoo (avec noctarium, insectarium et aquarium).

20190414_174134.jpg Le Musée de la Résistance et de la Déportation est vraiment une visite à faire. C’est difficile, car on voit beaucoup d’images et de témoignages qui ne peuvent pas laisser insensible. On ressort de là bouleversé. Mais vraiment, c’est à faire.

20190414_173145.jpg

Depuis la Citadelle, l’on surplombe la ville, ses bus bleus, et sa Cathédrale St Jean actuellement en rénovation. Tiens, d’ailleurs la cathédrale est à deux pas de la citadelle, donc y faire un tour en passant peut être une bonne idée.

Honnêtement, je ne suis pas très impressionnée par le bâtiment en lui-même. Et je ne m’y connais pas assez en peintures d’époque, pour apprécier celles qui s’y trouvent. Mais puisque l’on est à côté…

20190414_172213.jpg

En redescendant, vous pourrez admirer la porte noire (vous êtes montés d’un si bon pas, que vous ne l’aviez même pas remarquée), qui porte mal son nom depuis qu’elle a été nettoyée et a retrouvé sa blancheur originelle.

20190414_172050.jpg

Et si vous êtes sages… dans un prochain billet je vous donnerai une bonne adresse, où prendre un bon thé avec un cookie, tout près d’ici…

De Cinq à Sept – 4 femmes, 4 destins chamboulés par une même maladie

De cinq à sept est un roman d’Olivia Koudrine paru au Cherche Midi.

Basilique St Ferjeux – Besançon

 

Cette année pour les journées du patrimoine, nous avons voulu jouer les touristes dans notre ville, et participer à une visite guidée de la basilique de St Ferjeux.

J’ai toujours trouvé cette église absolument magnifique, avec sa façade majestueuse. Mais je crois que je n’avais encore jamais poussé la porte pour découvrir l’intérieur de l’édifice !

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

Dommage, il faisait froid et gris ce jour là, donc les photos ne rendent pas forcément très très bien… 

*

Tout d’abord, il faut préciser que la basilique est dédiée à Saint Ferjeux et Saint Ferréol, deux saint évangélisateurs, originaires de Grèce. Les deux envoyés de l’évêque de Lyon avaient pour mission de fonder l’église catholique de Vesontio (Besançon) à la fin du IIème siècle.

Arrêtés sur ordres du gouverneur romain Claude, dont ils avaient semble t-il tenté de convertir la femme, ils furent martyrisés et décapités, le 10 juin 212.

Saint Ferjeux et Saint Ferréol sont devenus les saints protecteurs de Besançon. Et la basilique dont je m’apprête à vous parler, fut bâtie sur la grotte dans laquelle ils vécurent pendant leur mission.

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

*

La basilique est beaucoup moins ancienne que l’histoire que je viens de vous résumer. Sa construction débuta en 1884, et fut confiée à l’Architecte franc-comtois Alfred Ducat.

Son style romano-byzantin marque l’œil. On reconnait les caractéristiques de l’art roman, rendu ici particulier par son mariage avec des éléments d’architecture beaucoup plus orientaux.

Basilique St Ferjeux

A l’origine, les basiliques étaient des bâtiments civils, que l’on rencontraient à Rome notamment. Je vous en avais parlé lors de ma visite du forum romain, au sujet de la basilique de Maxence et Constantin.

Avec le temps, le terme a évolué, pour désigner des églises privilégiées, reconnues par le Pape pour différentes raisons. Une église reçoit le titre honorifique de basilique car elle est importante, en raison d’un pèlerinage qui y fait étape, de la présence de reliques, ou d’un culte spécifique (processions…).

Les basiliques mineures sont à distinguer des basiliques majeures, qui sont au nombre de quatre et toutes situées à Rome.

Basilique St Ferjeux

Saint Ferjeux est une basilique, qui accueillait de nombreux pèlerins. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle possède un narthex, sorte de sas entre l’extérieur et l’intérieur de la basilique. Le narthex est un lieu de transition, qui était toujours ouvert autrefois, pour permettre aux pèlerins de voir les reliques même quand l’église était fermée, et les accueillir le temps d’une courte pause ou d’une nuit.

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

Il y a quelques années, la basilique de St Ferjeux a été vandalisée, donc les reliques jusque là exposées sous l’autel ont été déplacées dans la crypte.

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

L’intérieur de la basilique est superbe, toujours en style romano-byzantin, avec des arches construites en pierres locales, une coupole décorée d’une superbe mosaïque, et plusieurs sculptures de Juste Becquet, un sculpteur bisontin (bisontin, et pas byzantin ;).

Basilique St Ferjeux

La coupole en mosaïques, avec le Christ en majesté au centre, entouré de Saint Ferjeux et Saint Ferréol (qui tiennent leur tête).

Basilique St Ferjeux

On peut admirer deux petites rosaces sur les côtés de la basilique. Une troisième plus importante devait voir le jour sur la façade principale, mais faute de financements suffisants, l’idée fut abandonnée.

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

Sculpture de Juste Becquet

Basilique St Ferjeux

Chose rare, l’autel de la basilique de St Ferjeux est surmonté d’un ciborium, sorte de baldaquin qui met en valeur et protège l’endroit où étaient conservées les reliques de Saint Ferjeux (transférées depuis dans la crypte).

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

Et justement, il est temps de descendre dans la crypte, pour poursuivre notre visite. Cette véritable église sous l’église, est absolument magnifique, en raison de sa construction très particulière, très originale…

Basilique St Ferjeux

Entrée de la crypte

Basilique St Ferjeux

Quand je vous parlais d’originalité…

Basilique St Ferjeux

Notre guide nous a expliqué qu’actuellement, les célébrations données à St Ferjeux, se déroulaient dans la crypte, pour des raisons d’économies notamment, puisque l’endroit est moins cher à chauffer que l’église en elle-même.

Basilique St Ferjeux

Basilique St Ferjeux

Sculpture du Christ par Juste Becquet

Basilique St Ferjeux

Sous l’autel de la crypte

Basilique St Ferjeux

Tabernacle 

Cette visite d’un peu plus d’une heure et demi nous a beaucoup plu. Encore une fois, nous nous sommes rendu compte qu’il restait beaucoup de jolies choses à découvrir, dans notre propre ville !

Basilique St Ferjeux

J’espère que vous aurez apprécié ce billet, et appris 2 ou 3 petites choses. N’hésitez pas à me le dire en commentaire ! 🙂