Charlie, les filles lui disent merci

Quand j’ai trouvé ce DVD sur un vide-grenier, avec les capotes sur la jaquette, et le résumé au dos, tout semblait indiquer qu’il s’agissait d’une grosse daube. Mais malgré tout, j’ai décidé de donner sa chance à cette comédie de 2007, et de l’acheter, pour la modique somme de 1 €.

C’était une erreur.

Au casting, il y a Jessica Alba, qui donne la réplique à Dan Cook (personnellement je ne le connaissais pas du tout).

téléchargement.jpg

Lui, c’est Charlie, et quand il était gamin, une petit gothique qui en pinçait pour lui, lui a jeté une malédiction. Depuis, Charlie se rend compte que chaque fois qu’il couche avec une femme, elle finit par le quitter, puis par épouser le prochain homme qu’elle fréquente.

Un jour, cela finit par se savoir, et Charlie a la surprise de voir les femmes se battre pour profiter de son fameux « don » (et donc pour coucher avec lui). Ce qui pourrait passer pour une chance inouïe, va finalement s’avérer être un sacré handicap, lorsqu’il rencontre la belle Cam (Jessica Alba).

Charlie est face à un terrible dilemme…  S’il couche avec Cam, elle risque fort de le quitter, et de se marier avec un autre…

*

Le synopsis est assez original, et on pourrait s’attendre à une comédie légère. En réalité, on est plus près d’American Pie que de Pretty Woman… Nous n’avons pas compté le nombre de paires de seins que nous avons pu voir en 1 h 30 de film… et encore, il aurait fallu compter les seins pas uniquement par paire, car sans vouloir spoiler, à la fin on voit même une femme à trois seins…

Ce film semble avoir été réalisé uniquement pour servir de prétexte à une succession de scènes vulgaires, entrecoupées par des répliques dégoûtantes. Je vous en cite une pour l’exemple :

« Hum cette fille, elle pourrait me péter dans la bouche, je me plaindrais même pas ! »

C’est lourd, gras, et ça reste sur l’estomac. A moins d’aimer l’humour très très très lourd, ou de vouloir absolument connaître la filmographie intégrale de Jessica Alba, passez votre chemin, sincèrement…

 

Everybody wants to be Italian

J’aime beaucoup l’Italie, et c’est cela qui a fait que j’ai été intriguée par le film dont vous trouverez le titre à rallonge en haut de l’article que vous êtes en train de lire.

Erreur

Grosse erreur.

Ce film m’a fait perdre 1 h 45 d’existence. Même si je l’ai regardé en faisant d’autres choses, j’aurais mieux fait de garder mes neurones pour élaborer ma liste de courses mentale, ou planifier mon prochain week-end.

Je suis dure. Oui, mais NON ; si vous pensez cela, vous n’avez probablement pas vu ce film !

Le synopsis Allociné est court, mais je vais vous le donner texto : « Deux Américains se font passer pour Italiens pour se séduire l’un l’autre… ». En fait, ce n’est pas tout à fait ça.

 

Mon synopsis

L’histoire est celle d’un jeune homme, qui est toujours obsédé par son ancienne copine, pourtant mariée et mère de jeunes enfants.

C’est au point que chaque année, il continue de fêter leur anniversaire, alors qu’ils ne sont plus ensemble. Invariablement, la jeune femme repousse ses avances, et il finit par repartir avec sa bague et tout le tralala.

Un jour, ses amis, des américains d’origine italienne complètement psychos, rencontrent une jolie jeune femme, qu’ils décident de lui présenter.

La jeune femme a beau trainer à Little Italy, elle n’a rien d’italien elle non-plus, mais se garde bien de le dire.

 

Sauf que, l’intrigue ne se situe pas véritablement autour des origines des deux personnages. Elle est plutôt basée sur le fait que lui n’est pas libre, puisqu’il a eu la bonne idée d’annoncer à la jolie jeune femme, qu’il avait déjà quelqu’un dans sa vie (son ex qui ne veut plus de lui). Le côté faux italien n’a pas grand chose à voir dans l’histoire. Il sert juste de prétexte pour enchaîner les clichés, et aligner les blagues absolument pas drôles, du début à la fin de cette romance, qui n’a rien de romantique…

Cliché – exemple 1 : la vieille dame italienne qui conseille à la jeune de cuisiner, car l’estomac est la cible à viser pour atteindre le cœur d’un homme. Vu, revu, probablement vrai, mais tellement entendu que ça revient à dire que le ciel est en haut et que l’eau ça mouille.

Cliché – exemple 2 : : le copain italien qui explique au « héros » que la femme italienne est une parfaite mère, qui cuisine, s’occupe du linge, des enfants, et fait tout cela naturellement, car elle est ravie de l’amour et de l’attention que lui donne son italien de mari.

220px-ewtbi_theatrical_one-sheet

C’est très très cliché, notamment pour le personnage qui est à la fois poissonnier et psychologue, et analyse son copain dans l’arrière boutique, avec un tablier plein de sang de poisson.

Les dialogues sont creux. Les scènes s’enchaînent sans lien ni suspens. Les acteurs principaux sont mignons et pas si mauvais, mais ils ne parviennent pas à sauver un film auquel il manque tout : un scénario, une intrigue, des blagues marrantes…

Même les gens sensés être italiens ne parlent pas italien, puisque l’une des « italiennes » s’adresse à Mariana en lui disant « capisce? » qui signifie « vous comprenez » alors que tout le reste du temps elle la tutoie. Non. Je ne peux pas cautionner cela.

Bref, quand le générique de fin se lance enfin, on est soulagés. Enfin j’imagine, car honnêtement j’ai arrêté aux 3/4… Désolée.

Ce film a 2,5 / 5 sur Allociné, mais il n’a eu que deux critiques (une à 4, et l’autre à 0,5). Je me tâte pour me créer un compte, exprès pour décerner 0,5 à mon tour et rétablir la vérité ! :-p

Ceci n’est que mon avis. Si vraiment vous êtes intrigués, je ne vous empêche pas de le visionner pour vous faire votre propre idée !