Pure Origine Sumatra, de Lobodis

Ciao a Tutti!

Aujourd’hui je vous propose une petite dégustation de café, avec une capsule compatible Nespresso de chez Lobodis.

Sumatra est présenté comme un café puissant et épicé, d’intensité 12/12.

Il provient de la région de Mandelhing, au nord de l’île indonésienne de Sumatra. Cultivé dans les montagnes d’une région volcanique, c’est un arabica atypique, qui promet des notes chocolatées et épicées.

***

Petite aparté si vous le permettez, pour parler de ce terme que l’on connait tous parfois sans le connaître : ARABICA.

Il s’agit de la variété du café et elle dépend de l’arbuste sur lequel ont poussé les grains de café. En l’occurrence, l’arabica provient du coffea arabica. L’autre variété la plus connue et le robusta, qui provient du coffea canephora.

Comme son nom l’indique, le robusta est un arbuste robuste, dont la culture nécessite moins d’entretien que celle de son « rival ». Mais il produit un café beaucoup plus corsé, plus amer. L’arabica est plus répandu, car il offre un éventail de saveur bien plus étendu. Son goût est généralement plus fin. Et enfin, il contient moitié moins de caféine que le robusta.

***

Revenons à notre café Lobodis (un arabica je le rappelle), et enchaînons sur des considérations plus terre à terre : le prix ? Que l’on achète les capsules par 40, 60 ou 100, elles reviennent toujours à 0,336 € l’unité.

La capsule est en plastique noir, avec une partie plus souple, que la machine Nespresso perfore sans difficulté particulière. J’apprécie que l’on puisse lire « Sumatra 12 » sur chaque capsule. Cela me permet de ranger les capsules dans ma bonbonnière, sans avoir à conserver l’emballage pour me rappeler de quel café il s’agit.

Les dosettes sont emballées ensemble dans un même sachet. Là encore cela me plait, pour le côté écologique. Je n’apprécie pas du tout les capsules emballées individuellement, qui produisent des kilos de déchets ! (En plus j’ai la flemme d’ouvrir les petits sachets individuels).

Ce café est certifié Bio et Equitable (Max Havelaar).

Assez parlé. Si on le buvait ce café ?

Je l’ai préparé dans ma tasse fétiche, que j’ai remplie de façon à préparer un café long.

View this post on Instagram

#café #coffeetime #Lobodis

A post shared by Ana (@chiarastory) on

La mousse est bien présente, sans être trop épaisse (et donc trop fake).

Dès la première gorgée, je peux valider le côté atypique de ce café ! Il est relativement acide, mais d’une acidité qui me convient tout à fait, car elle est couplée à une vraie intensité.

Je perçois des notes citronnées, qui évoluent vers un petit goût épicé. Ce café reste bien en bouche. Il est très présent.

En revanche, je n’ai pas reconnu les notes chocolatées qui étaient annoncées. Cela n’empêche que j’apprécie beaucoup ce café. J’ai plaisir à le boire en milieu de matinée au bureau, pour une pause aussi réconfortante que dynamisante !

C’est un excellent café, qui devrait conquérir les amateurs de boissons corsées. A côté de lui, mes autres capsules du moment m’ont semblé bien tristounettes…

Je vous laisse, sur une vidéo de Sumatra qui coule au ralenti. 🙂

Publicités

Owemba, le Café Royal bio venu d’Afrique

Chez Café Royal, le choix de ne manque pas, entre la gamme classique, les éditions limitées, et les cafés bio. C’est dans cette dernière gamme, que j’ai commandé Owemba, un café qui vient d’Ouganda, et est proposé comme ayant des « arômes fruités de baies rouges », avec également de « fines nuances de cacao ». Chouette programme pour ce breuvage d’intensité 3/10 (toujours selon Café Royal), certifié bio et commerce équitable (label bio suisse + label Max Havelaar).

Un peu de culture…

Comme j’aime bien profiter de mon blog pour m’instruire, j’ai regardé sur une carte où se situait précisément l’Ouganda. Mais oui je l’ai su, mais bon, j’oublie ! Ce pays d’Afrique de l’est, dont la superficie est plus ou moins identique à celle du Royaume-Uni, est voisin du Kenya, de la Tanzanie, du Rwanda, du Soudan du Sud, et de la République Démocratique du Congo. Sa capitale est Kampala. Il abrite une bonne partie du lac Victoria.

La population vit essentiellement de l’agriculture.

Alors, vous vous coucherez moins bêtes ? :-p

*

Revenons-en au café…

Pour ne pas s’y tromper, la boîte habituellement noire, est ici beige, imitation papier craft. C’est ainsi que l’on reconnaît la gamme bio.

Elle est ornée d’un chouette lion façon emblème. A l’intérieur, on découvre 10 dosettes en plastique violet. C’est bio, mais ne vous y trompez pas, elles ne sont pas compostables !

Le prix publique est de 3,09 €, mais chez CapsulesCafe, j’ai pu avoir mon petit paquet de 10 à 2,60 € seulement, en promo.

View this post on Instagram

#café #bio

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Comme d’hab, les capsules Café Royal fonctionnent à merveille avec la Nespresso Citiz. Et je peux déguster un café qui pour moi a plutôt des arômes de cacao que de fruits rouges… Je lui trouve un côté rond en bouche, presque réconfortant.

Il embaume autour de la tasse_ce qui me plait toujours énormément_ et présente une acidité bien dosée, qui m’inspire la bergamote.

J’aime l’acidité, à condition qu’elle soit modérée, et aille de paire avec un café suffisamment corsé. Rien de pire qu’un jus de chaussette qui picote ! Malgré sa force (3/10) ce café est suffisamment fort, pour supporter l’acidité. Et pourtant, j’ai opté pour une tasse moyenne, façon double-espresso. Donc le jus n’était pas ultra concentré !

Ce café est tout à fait à mon goût, corsé juste ce qu’il faut, légèrement acide sans piquer la langue ni faire grimacer. J’ai plaisir à le boire en milieu de matinée, pour me redonner un coup de boost avant de me remettre dans mes dossiers !