Le café à l’italienne

S’il y a bien un objet que tous les italiens (ou presque, car il y a toujours des exceptions) ont en au moins un exemplaire dans leur logement, c’est la moka. Non, je n’ai pas écrit « une cafetière », mais bien une moka, car la moka est une cafetière bien particulière…

C’est la machine la plus utilisée par les italiens, et ce malgré la simplicité des machines à dosettes, et la persistance des machines napolitaines (cuccumella). On la surnomme affectueusement macchinetta, soit « petite machine ».

View this post on Instagram

#buongiorno #caffè @bialettiofficial

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est en effet une petite machine manuelle, inventée en 1933 par l’ingénieur Alfonso BIALETTI.

Son fonctionnement est judicieux, puisqu’il s’agit de remplir le réservoir d’eau, avant de positionner le filtre rempli de café moulu, et de faire chauffer la cafetière, pour que la vapeur monte dans l’entonnoir et permette de torréfier le café.

La moka ne permet pas de préparer un espresso au sens propre du terme, car la pression n’est pas suffisante (9 bars pour un espresso). On obtient généralement moins de crema (la fameuse mousse) avec la machine moka, qu’avec un percolateur, quoi que selon le café choisi, il reste possible d’en avoir…

View this post on Instagram

#macchinetta #moka #caffè

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Si préparer un café à la moka n’a rien de bien sorcier, quelques petits points sont utiles à connaître, pour extraire un maximum de saveurs.

Tout d’abord, vous pouvez acheter du café en grains, et le moudre vous-même au lieu de recourir à du café déjà moulu qui aura moins d’arômes… Honnêtement, j’achète du café déjà moulu, je le confesse. Je pourrais faire l’effort de moudre mon café, mais il me faudrait acheter un moulin, à caser dans ma cuisine déjà bien remplie. Et honnêtement, vu que je suis la seule à boire du café chez moi, et que je n’en consomme que le week-end, ce serait assez peu raisonnable d’encombrer encore plus les lieux pour un usage aussi restreint !

On conseille en général un café spécialement moulu pour la moka, en grains plus fins que pour les cafetières électriques. Mais à moins d’aller en magasin spécialisé, vous aurez du mal à en dénicher.

 

Généralement, les moka sont en aluminium, et il faut déjà les utiliser 3-4 fois puis jeter le mélange, avant de pouvoir savourer un bon café. Cela permet d’enlever le goût métallique justement.

Les moka compatibles induction, sont elles plutôt en inox. Elles coûtent plus cher, donc à moins d’avoir une cuisinière induction, vous opterez logiquement pour un modèle en inox.

Il est conseillé d’utiliser de l’eau minérale pour éviter le calcaire, qui viendrait altérer le goût du café. Mais si toutefois vous préfériez prendre l’eau du robinet, alors veillez à la faire couler fraîche, car prendre de l’eau chaude pour gagner du temps reviendrait à bâcler la manipulation, et à obtenir un café… moins bon !

View this post on Instagram

#caffè

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Bleup bleup bleup, j’ai laissé le café éclabousser partout, juste pour le plaisir de faire cette vidéo…^^

Pour laisser les arômes s’exprimer au maximum, veillez à obtenir une ébullition progressive (feu doux), et pas trop longue. Dans tous les cas, le feu ne doit pas être trop puissant, et dépasser de la moka, au risque de l’abîmer… surtout si comme moi, vous avez choisi une moka Colors, plus fragile car peinte !

La moka gargouille ? Il est temps de la retirer du feu, de remuer le contenu avec une petite cuillère, et de servir !

Sachez aussi qu’il ne faut pas tasser le café dans le filtre.

Enfin, comme pour les théières en fonte, les machines moka se rincent simplement à l’eau. Il faut à tout prix éviter de les laver, car le liquide vaisselle pourrait retirer la couche huileuse laissée par le café, et donner une boisson au goût de savon !

Côté prix, selon la contenance choisie (de 1 à 18 tasses format espresso), les prix varient… Pour une 6 tasses Bialetti colors, j’ai dépensé 35 €. Cela peut sembler cher, mais croyez-moi c’est un investissement car vous aurez votre machine pour des années !

Prévoyez un petit changement de joint de temps en temps, selon l’utilisation que vous faites de votre machine… et c’est tout !

Personnellement, j’ai mûrement réfléchi au moment de m’équiper pour préparer du café. J’ai envisagé la machine Nespresso, balayé l’option cafetière électrique que je n’apprécie pas, pensé à la cafetière à piston… J’ai finalement choisi la moka pour le bon compromis qu’elle offrait entre qualité et prix, et je ne le regrette absolument pas !

Publicités

Gros crush pour Caffè Borbone

 

Ciao a Tutti!

En regardant les stats ce matin, j’ai cru comprendre que vous aviez eu un beau soleil ce week-end, qui vous a éloigné des écrans d’ordi. Tant mieux ! Moi-aussi j’ai bien profité, avant de revenir au bureau en ce lundi de Pentecôte. Alors, qui travaille de votre côté ?

Un petit café pour se motiver ?

*

La marque Caffè Borbone est relativement récente, puisque sa création ne remonte qu’à 1997. Tout ce qui est postérieur à ma naissance me semble récent, pas vous ? Mais bon, nous ne sommes pas là pour philosopher sur le temps qui passe, mais bien pour parler café.

Caffè Borbone propose du café sous différentes formes, et notamment en dosettes compatibles avec les machines Nespresso. La gamme s’appelle Re-spresso, un mot composé de « re » (le roi) et « sspresso » comme un Roi-expresso… forcément ça rend moins bien en français.

Dans la gamme des capsules, le choix est varié : bleu, vert, rouge, jaune, noir… Le mieux serait de tous les goûter pour se faire une idée… à l’exception du vert qui correspond au déca (je ne bois pas énormément de café, donc ne fuis pas la caféine).

J’ai commencé par commander deux grosses boîtes de miscela nera (capsules noires donc) tout simplement car il fallait faire un choix et que le descriptif me tentait.

 

C’est sur le site https://www.capsulecafe.com/ que j’ai passé commandé, car la livraison était offerte, et que j’ai pu trouver un code m’offrant 5 € de remise. En plus, le colis m’a été livré le lendemain matin, pour une commande validée un mercredi à 15 h 00. Plus rapide, tu meurs !

Les 50 capsules emballées individuellement et vendues dans un carton assez bien pensé, avec système d’ouverture latérale, coûtent 10,50 €. Si vous êtes une grosse brêle en calcul, je vous aide, cela représente un coût unitaire de 21 centimes. Correct.

Ce café est présenté comme offrant « Le juste équilibre entre Arabica et Robusta pour l’arôme et l’onctuosité dans la tasse . » Sur la petite enveloppe plastique, on peut lire « made in Naples/Italy« .

J’ai trouvé que ce café coulait moins vite que la plupart des autres capsules compatibles. Mais cela n’a pas posé de problème particulier avec la machine, notamment aucune vibration ultra bruyante, comme j’ai déjà pu en avoir avec certaines marques. Ce n’est pas gravissime, mais au bureau quand cela fait vibrer tout le plan de travail alors qu’un collègue est au téléphone, cela peut devenir enquiquinant. Rien de tout cela avec les dosettes Caffè Borbone.

Une fois dans la tasse, le café embaume et se présente avec une belle mousse.

En bouche, c’est un délice. Il est juste bien corsé comme j’aime, sans développer une acidité excessive. Je le trouve équilibré, racé, persistant… en un mot comme en 100 : parfait. Attention, j’aime les cafés forts, donc sachez que celui-ci l’est !

C’est bien simple, une fois la première tasse avalée, j’ai eu envie de m’en faire couler une deuxième. Mais j’ai tenu bon…

Non, ce billet n’est nullement sponsorisé par Caffè Borbone. Mais j’ai eu le coup de cœur pour les capsules Noires de la marque ! Et vous, vous connaissez Caffè Borbone ? Quelles marques vous enchantent les papilles ?