[Lecture] Noces de Sable – Didier Van Cauwelaert

Il est rare que je lise des pièces de théâtre, mais cela peut m’arriver. Fut un temps je me délectais des comédies de Molière. Là, je me suis lancée dans Noces de Sable, de mon auteur préféré : Didier Van Cauwelaert.

Cette pièce date de 1995. C’est amusant car les personnages parlent encore en francs !

Cela se lit vite et bien, car il n’y a que 130 pages, bien aérées. C’est typiquement le genre de livre que l’on peut lire en une seule fois, et d’ailleurs je pense que l’on y gagne, pour se plonger totalement dans le récit !

***

Et de quoi est-il question ?

Sylvie est une romancière, qui a perdu l’inspiration. Son homme est parti. Il était en quelque sorte sa muse. A quoi bon continuer de vivre se demande t-elle face à son cocktail de barbituriques… Et puis elle change d’avis, et passe une petite annonce pour embaucher… un jardinier !

Un jardinier ? C’est une idée comme une autre pour rencontrer le personnage de son futur livre non ? Celui qui l’inspirera ; lui donnera de la matière pour écrire !

Sylvie ne sera pas déçue quand elle rencontrera le drôle d’olibrius qu’est Bruno ! Bourru, encore plus déprimé qu’elle, et totalement obsédé par son ex, Bruno n’y va pas avec des pincettes.

Ce livre est très rapide à lire, et ne vous marquera pas pendant des mois (en tout cas moi, je l’ai assez rapidement oublié). Mais il permet de passer un agréable moment un peu loufoque, avec les personnages de Sylvie et surtout de Bruno, qui ont un petit quelque chose typique des personnages de Cauwelaert.

Ils sont attachants, chacun avec leur passé d’amoureux déçus, avec leurs défenses, leurs agacements.

J’ai aimé lire Noces de Sable, et si c’était à refaire, je le referais. Alors oui, je recommande ce petit livre !

 

 

On dirait du Cauwelaert… [Lecture]

Le dernier roman de Didier Van Cauwelaert vient de sortir… Je comptais patienter, car c’est bien connu, plus on attend, et meilleur c’est… Mais à force d’en lire des critiques (généralement ultra positives) et bien que j’ai encore pas mal de romans de lui en attente, j’ai craqué comme une faible que je suis.

Dans On Dirait Nous, Cauwelaert nous offre une histoire d’amour comme il sait si bien les écrire, avec deux protagonistes typiquement Cauwelaertiens.

Le narrateur, Illan, est un jeune homme qui a mis au point un système de communication avec les plantes, à base d’électrodes (cela m’a rappelé Double Identité, du même auteur). Il est une sorte de savant incompris, reconverti dans l’immobilier. Il m’a rapidement fait penser à plusieurs autres héros de cet auteur, notamment Zibal de Jules, bardé de diplômes, mais employé comme vendeur de macarons dans un aéroport.

Soline, est quand à elle une violoncelliste passionnée, qui a cessé de jouer depuis qu’on lui a repris son instrument…

Tout bascule quand ce joli petit couple rencontre un couple de personnes âgées, qui leur fait une proposition bien particulière…

***

Je pourrais vous en dire plus, mais personnellement j’ai aimé faire la découverte dans les premières pages du roman… Alors je préfère vous laisser le suspens…

Sachez juste que ce roman reprend des thèmes qui sont chers à l’auteur, notamment celui de la vie après la mort, qu’il a déjà abordé à maintes reprises, entre autres dans l’excellent La Vie Interdite.

***

J’ai beau adorer Didier Van Cauwelaert, certains de ses romans m’ont moins emballée que d’autres. Ce fut le cas notamment avec Poisson d’Amour. Ici, pas de déception ; j’ai été ravie dès les premières pages, jusqu’à la dernière. J’ai beaucoup aimé l’histoire, les personnages, à la fois intrigants et attachants. Je n’ai eu à déplorer aucune longueur, et j’ai dévoré ce livre…

Je vous le conseille donc, et pas qu’un peu ! 🙂