Un Amour Impossible

Un Amour Impossible est un film sorti en 2018, adaptation du roman homonyme de Christine Angot.

Réalisé par Catherine CORSINI, il met en scène Virginie Efira et Niels Schneider (qui se sont ensuite mis en couple dans la vraie vie #radioPotins).

amour

Nous sommes à la fin de années 50.

Rachel rencontre Philippe. Entre les deux jeunes gens, naît une relation sentimentale et charnelle. Mais rapidement, Philippe explique à Rachel qu’il ne sera jamais question de mariage entre eux, car ils sont de classes sociales différentes.

Rachel tombe enceinte et élève seule sa petite Chantal, en n’ayant de cesse de se battre pour que Philippe la reconnaisse.

Ce combat d’une vie entachera profondément les existences de la mère et de sa fille…

***

Comme souvent, Virginie Efira crève l’écran. Elle est superbe et joue à merveille le rôle de Rachel. On ne peut que ressentir de l’empathie pour son personnage. À l’inverse Philippe est le bonhomme hautain, que l’on finit rapidement par détester.

Bien que le sujet traité soit plutôt lourd, le film reste très lumineux, très positif, grâce au personnage de Rachel, qui ne s’apitoie pas une seule seconde, mais au contraire, va sans cesse de l’avant.

J’ai trouvé que le scénario était riche, et que les rebondissements ne manquaient pas, pour ponctuer le film aux bons moments. J’ai donc apprécié le visionnage du début à la fin…

Je n’avais pas lu le livre, donc je ne saurais évaluer la qualité de l’adaptation. Mais dans l’absolu, ce film m’a beaucoup plu. J’ai repensé à mon visionnage le lendemain et les jours qui ont suivi, ce qui veut dire que j’ai été marquée, et que cela m’a fait réfléchir.

A voir donc !

Publicités

Un Amour Impossible [Théâtre]

Nous n’allons pas souvent au théâtre. L’homme Nibus n’aime pas cela. Il m’a toujours dit que le théâtre le mettait mal à l’aise car il n’arrivait pas à se plonger dans l’histoire.
Malgré cela, j’ai tenté ma chance à un concours sur une radio locale, et j’ai gagné deux places pour Un Amour Impossible. Oups !

***

Il s’agit de l’adaptation du roman du même titre, écrit par Christine Angot.

Je ne vais que très rarement au théâtre, vous l’aurez compris, donc je critique très très rarement des pièces de théâtre… Alors je vous remercie par avance pour votre indulgence. :-p

*

Deux femmes sont seules en scène pendant presque deux heures ; une fille et sa mère.

Dans le rôle de la mère, Bulle Ogier, dans celui de la fille, Maria de Medeiros (son visage ne vous sera probablement pas inconnu… elle a joué notamment dans Pulp Fiction).

Au départ il est question de l’enterrement du père, auquel la mère n’ira pas. Elle ne ressent rien par rapport au décès de cet homme. Sa fille insiste « Rien de rien Maman ? Tu ne ressens rien ? Vraiment rien ? »

La fille irait à cet enterrement, mais pas seule. Or, qui pourrait bien l’accompagner ?
Et puis au fond, pour quoi faire ?

Il y aura beaucoup de personnes, mais aucune qu’elle connait.

Ce jour, elle l’a imaginé tant de fois. Elle se voyait parmi la foule des gens en noir, venus pleurer son père. Elle les embêterait bien à être là. Elle hurlerait en leur demandant ce qu’ils avaient à pleurer cet homme ; un homme qui a violé sa propre fille !

Et la comédienne crie cette dernière phrase. Toute l’horreur nous explose en plein visage.

Ensuite, on revient en arrière et l’on découvre toute l’histoire…

 

Maria de Medeiros incarne la fille adulte et enfant. Elle n’est pas grimée et garde le même tailleur. Pourtant, on adhère immédiatement à son jeu quand elle se glisse dans la peau d’une gamine qui rentre de l’école.

Sa gestuelle est impeccable. Sa voix aussi. Elle n’a nul besoin de surjouer. Cela coule de source.

Les deux femmes nous entraînent dans une terrible histoire de famille. Il y est question de rang social, de honte, et d’inceste. Mais finalement, le centre de l’histoire, reste avant tout la relation mère-fille.

La fille tente de comprendre pourquoi son propre père a agi de la sorte avec elle, et pourquoi sa mère a encore tant de mal à réagir autrement qu’en se rabaissant.

***

La pièce nous a énormément touchés. Nous avons été convaincus et bouleversés par l’histoire et par l’interprétation des deux comédiennes… En sortant du théâtre nous avons longuement parlé du spectacle et continué à analyser l’histoire…

Nous en avons encore parlé le lendemain. C’est vous dire comme il nous a marqué…

Plus d’infos par ici : CDN Besançon

Et je vous quitte avec cette vidéo de Christine Angot, qui présentait son livre Un Amour Impossible sur le plateau de Laurent Ruquier : Par ici