Première Année – cinéma

Le week-end passé, j’ai profité de mes invitations remportées sur le blog de Lily lit, pour m’offrir un bon moment ciné ! Je suis allée voir Première Année, comédie dramatique française qui retrace la première année des étudiants de médecine.

Avant toute chose, il faut que je vous précise que je n’ai jamais mis les pieds en fac de médecine. Après une année passée en fac d’Histoire, j’ai bifurqué sur un BTS. A peine ai-je traversé la cours de la fac de Médecine, pour rejoindre des amis qui y étudiaient. Mon expérience s’arrête là. Donc je ne serai pas en mesure de vous dire si oui ou non ce film retrace fidèlement la première année de Médecine !

téléchargement.jpg

Thomas Litli le Réalisateur, est Médecin. Et il a déjà réalisé deux autres films sur la même thématique de la Médecine. Ici, il choisit d’évoquer la fameuse première année d’études, par l’intermédiaire de deux personnages, qui se battent parmi tant d’autres, pour passer en seconde année malgré les numerus closus.

Antoine triple sa première année. Il est obnubilé par le fait de devenir médecin. C’est bien simple : il ne vit que par et pour cela.
Benjamin au contraire, sort du lycée et s’est inscrit en Médecine un peu par hasard, poussé par la Conseillère d’orientation, et par un père chirurgien.

Au départ, le contraste entre les deux jeunes hommes est on ne peut plus marqué. Mais rapidement, Benjamin va se prendre « au jeu » des études, et se mettre à travailler.

Nous suivons le quotidien de ce drôle de binôme, entre révisions dans le RER, nuits entourés de polycopiés à apprendre par cœur, et schémas d’anatomie tracés dans la purée du resto U !

Ecrit ainsi, cela ne donne pas forcément envie de se ruer vers la salle de cinéma la plus proche… Et pourtant ce film m’a régalée. J’ai trouvé que le duo d’acteurs (Vincent Lacoste et William Lebghil) fonctionnait parfaitement bien, et que le scénario se déroulait sans longueurs ni incohérences.

Le film est rythmé par de bonnes répliques, et amène à s’interroger sur des thèmes assez globaux, comme celui de l’ascenseur social (le fils de Chirurgien a bien plus de facilité par rapport à l’étudiant qui n’a pas de père médecin), et même si le quotidien des deux étudiants est peu enviable (surtout celui d’Antoine) on ne bascule pas dans un scénario déprimant au possible pour autant.

Si le thème vous titille, je vous invite vivement à vous laisser tenter par Première Année !

Publicités

Croisière, le film qui tombe à l’eau

Salut tout le monde. Premièrement, j’aimerais remercier les personnes qui ont réagi sous mon post d’hier, au sujet de la culture du régime. Cela m’arrive ponctuellement d’avoir envie de m’aventurer sur un thème un peu différent des thèmes que j’aborde de façon régulière. Et j’ai toujours plaisir à découvrir vos commentaires sur ce type de posts ! Alors merci tout plein !

*

Il y a longtemps que je ne vous ai pas parlé de DVD… peut-être car j’en regarde peu… Alors je vais vous en présenter un, mais attention, c’est une daube. Enfin, ce n’est que mon avis, à vous de vous faire le vôtre !

Malgré un casting très prometteur, Croisière ne nous a pas vraiment convaincus.

Cette comédie réalisée par Pascale Pouzadoux, dure 1 heure 40, et c’est bien suffisant…

View this post on Instagram

J'ai touché le fond de la Méditerannée avec ce #dvd 😒

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Synopsis

Hortense élève des porcs. Elle vient de remporter une croisière sur la Méditerranée ! La surprise de sa vie !

Folle de joie, elle se rend à l’embarquement avec son mari.

Sur le même paquebot, embarquent également Alix, Simone, Chloé, et Raphie…

La première est une business woman insupportable, la seconde une vieille dame attachante, la troisième une petite arnaqueuse qui fait les poches de passagers. Et le/la dernière est en fait un homme déguisé en nana…

***

Les excellentes actrices que sont Line Renaud et Charlotte de Turckheim, ne parviennent pas à sauver ce film d’un naufrage total. Rien ne marche. Rien n’est jamais ne serait-ce qu’un poil crédible. On se vautre dans la caricature du début à la fin.

Le personnage de Raphie, campé par Antoine Dulery et son kilo de maquillage sensé le transformer en femme, est peut-être le plus gros ratage de cette comédie, qui mériterait à elle-seule l’invention d’un nouveau terme pour désigner le fiasco total.

Tout du long, on se voit servir des clichés gros comme le Titanic, dans un enchainement de gags qui font occasionnellement sourire, mais jamais plus. Le ton théâtral devient rapidement lassant. Il n’y a aucun suspens, aucune intrigue, et l’on est presque soulagés quand enfin, se lance le générique de fin.

Désolée, mais non. Je n’ai même pas envie d’essayer de nuancer mon propos car l’exercice m’apparaît réellement trop compliqué.

 

Les Petits Mouchoirs

C’est dans ma salle de sport, pendant mes séances de cardio sur l’elliptique, que j’ai regardé Les Petits Mouchoirs ! Original non ? Mais je vous le dis tout de suite, malgré l’effort, j’ai réussi à me plonger totalement dans le film, ce qui est un signe de qualité… En effet, ce n’est pas fastoche de se focaliser sur un film pendant que l’on pédale/court/transpire !

Ce film réalisé par Guillaume Canet date déjà de 2010. Il met en scène pleins d’acteurs français que l’on adore : François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Gilles Lelouche, Jean Dujardin, Laurent Lafitte, Valérie Bonneton, Pascale Arbillot, Louise Monnot…

Certains noms ne vous disent peut-être rien, mais regardez alors sur Google Images, et vous constaterez qu’il n’y a que des têtes connues ! Louise Monnot par exemple, a joué dans de très nombreux téléfilms (et dans la pub du déo Bourjois). La retrouver dans ce film m’a fait très plaisir, car je trouve qu’elle se fait trop rare !

lespetitsmouchoirs_670

Ce film est une comédie dramatique, qui se construit autour d’une bande de potes. L’un d’eux se trouve hospitalisé, à la suite d’un accident de la route. Et les autres décident malgré tout, de partir en vacances à la mer.

Nous les suivons, et découvrons leurs petits secrets plus ou moins inavouables, leurs blessures, leurs doutes.

***

Le film dure 2 h 34. (Je vous rassure, je l’ai regardé en plusieurs fois, sinon 2 h 34 d’elliptique d’un seul coup, adios amigos !).

Il peut en rappeler beaucoup d’autres, car Guillaume Canet n’a pas inventé le film de potes. On en a tous déjà vus, des plus ou moins dramatiques, plus ou moins rigolos. Je pense notamment à Barbecue. La recette est toujours la même. Il faut pleins d’acteurs que le grand public apprécie, de l’amour, du sexe, des secrets. On met tout dans une caméra, on secoue, et ça fait un film.

Maintenant… est-ce réussi ?

Et bien oui. Je vous l’ai dit, je me suis totalement laissée emporter par l’histoire. Elle est pourtant classique, mais les acteurs sont bons, et ils nous tiennent en haleine avec diverses intrigues qui vont forcément nous parler. On aura obligatoirement son/ses chouchous, et un thème qui nous intéressera plus que les autres.

J’ai bien aimé Les Petits Mouchoirs, et ai eu la sensation de faire partie de la bande. Alors je pense que l’on peut dire que c’est un film qui remplit sa mission, celle de nous faire passer un bon moment !

Et vous, l’avez-vous déjà vu ? Ou êtes-vous encore plus à la ramasse que moi ? :-p

Quels sont vos films de potes favoris ?