Le Jour où j’ai Appris à Vivre – Laurent Gounelle

Cela faisait des années que le livre dont je m’apprête à vous parler, prenait la poussière dans ma bibliothèque Ikéa. Je l’avais acheté d’occasion sur un vide-grenier, ou chez Emmaüs. Mais je n’avais encore jamais osé l’ouvrir, car j’avais lu des critiques mitigées à son encontre…

Et puis finalement, son heure est venue !

Le-jour-ou-j-ai-appris-a-vivre.jpg

Nous sommes à San Francisco, où nous rencontrons Jonathan, un trentenaire séparé, qui n’a guère que son job d’assureur pour tromper sa solitude.

Jonathan n’est pas vraiment heureux, pas totalement malheureux non-plus. Il a ses petits problèmes, ses frustrations et ses emmerdes, comme tout un chacun.

Un jour, une bohémienne lui prend la main, et devient livide en regardant l’intérieur de sa paume… Ce jour là, la vie de Jonathan change du tout au tout.

***

Cela commence un peu comme un roman de Guillaume Musso.

Nous sommes aux États-Unis, et un personnage vit une expérience quelque peu surnaturelle.

Le style est assez similaire aussi à celui de Musso, abordable, simple, mais pas mauvais pour autant.

L’histoire m’a happée, et j’ai pris plaisir à tourner les pages, pour suivre les aventures de Jonathan, et profiter des conseils que Laurent Gounelle distillait dans son roman.

Plusieurs fois j’ai pris mon petit carnet pour relever des citations :

« Ce que l’on déteste chez les autres est parfois ce que l’on n’accepte pas en soi. »

Certains n’aimerons pas ce roman, pour les généralités que l’auteur y place à chaque paragraphe. Certains trouveront l’histoire vraiment trop banale, et jugeront que Laurent Gounelle fait de la littérature de bas étages. Je n’ai aucun souci à dire que je ne fais pas partie de ceux-là. Je suis probablement bon public, et tant mieux, car cela m’a permis de passer un bon moment à lire ce bouquin.

Ce livre fait du bien, et contient quelques conseils de développement personnel, qu’il peut être bon de rappeler, et d’appliquer à sa propre existence.