De l’autre côté du lit – DVD

Salut à Tous ! Aujourd’hui, je vous parlerai d’une petite comédie française, que j’ai visionné un dimanche d’hiver, et qui m’a permis de passer un agréable moment en compagnie de Sophie Marceau et de Dany Boon.

Cette comédie s’intitule De l’autre côté du Lit, tout comme le livre d’Alix Girod de l’Ain, dont elle est tirée. Elle a été réalisée par Pascale Pouzadoux, et j’avoue que cela me faisait un peu peur, car il s’agit de la réalisatrice de Croisière, que j’avais trouvé absolument nullissime.

Mais j’ai bien fait de ne pas rester sur cet échec mémorable, et de donner sa chance à De l’Autre Côté du Lit… Car ce film est assez bien fichu.

*

téléchargement

*

Ariane et Hugo forment un couple de quarantenaires, installé dans sa routine. Elle s’occupe du foyer et vend des bijoux à domicile, tandis que lui occupe un poste important dans une entreprise de location de matériel de chantier.

Chacun a une vision déformée du quotidien de l’autre, et se dit qu’il est bien le plus à plaindre… Cela donne parfois des discussions animées, jusqu’au jour où Ariane met Hugo au défit d’inverser les rôles !

*

Bien-sûr, vous imaginez la suite… Ariane va découvrir que l’existence de son mari n’est pas aussi tranquille qu’elle l’imaginait, et Hugo va s’apercevoir que son épouse s’occupait finalement de beaucoup beaucoup de choses au quotidien !

Là où ce film s’en tire bien, c’est qu’il ne tombe pas dans les énormes préjugés. Il arrive à nous surprendre avec des rebondissements assez savoureux. Pourtant, avec sa jaquette en rose en bleu, on pouvait quand-même s’attendre au pire…

Le scénario tient la route pendant toute la durée du film, et est bien servi par un casting qualitatif !

De l’Autre Côté du Lit n’est pas la comédie du siècle. On l’a vite regardée, vite oubliée, mais honnêtement, si vous cherchez un film léger, mais bien ficelé, pour passer un moment tranquillement calé dans le canapé, ce serait dommage de bouder celui-ci !

Publicités

Le Retour du Héros

Dernièrement, je suis allée au cinéma pour visionner Le Retour du Héros, une comédie de Laurent Tirard, mettant en scène Jean Dujardin et Mélanie Laurent. J’ai beaucoup apprécié ce film, amusant et ponctué de nombreux rebondissements !

téléchargement.jpg

*

Nous sommes au début du XIXème siècle en Bourgogne, et le capitaine Neuville vient demander la main de la cadette des Beaugrand. Mais il est aussitôt appelé pour l’Autriche, où il doit combattre aux côtés de l’Empereur.

Neuville ne tient pas sa promesse d’écrire à sa fiancée Pauline, qui se laisse alors dépérir. Elisabeth, l’ainée, n’a alors d’autre choix que de rédiger elle-même des lettres qu’elle adresse en cachette à sa cadette. 

Petit à petit, Elisabeth fait évoluer son personnage, en lui inventant des actes de plus en plus héroïques. L’amour et l’admiration de Pauline pour Neuville ne cesse de croître, et atteignent même tout le village… Dépassée par ce personnage qu’elle a créé, Elisabeth décide qu’il est temps de mettre un terme à tout cela, et écrit la mort de son héros…

Sauf que le vrai Neuville n’est pas mort lui, et que quelques mois plus tard il revient…

*

Il y a un petit côté Orgueil et Préjugés dans cette comédie, et pas uniquement en raison de nom de l’héroïne. En effet, l’histoire commence en mettant en opposition deux personnages qu’a priori, rien ne rapproche. Et tout au long du film, on se doute qu’un retournement finira bien par avoir lieu…

Neuville est en réalité un lâche, quand Elisabeth est une femme de caractère. L’écart que cette dernière a créé entre le vrai Neuville et son personnage épistolaire est abyssal, et sert de base à une bonne partie de l’humour de ce film !

Mais attention, Laurent Tirard a plus d’un tour dans son sac, et ne base pas son film uniquement sur le jeu Dujardin – Laurent, qui soit dit en passant est excellent. Il ponctue sa comédie par de nombreuses répliques savoureuses, des scènes dignes du théâtre où Dujardin arque les sourcils comme il sait si bien le faire. Les seconds rôles sont également excellents, et forment une sorte de public toujours médusée par les récits de Neuville. Les femmes se pâment. Les hommes sont admiratifs et jaloux à la fois.

 

Le film est totalement réussi, et se termine par une série de rebondissements qui viennent clôturer l’heure et demie de divertissement comme un bouquet final !

RTT – Kad Merad et Mélanie Doutey

RTT est une comédie française sortie en 2009, disponible sur Netflix. Comme j’adore Mélanie Doutey, et qu’elle figure au générique de ce film d’une heure et demie, j’ai voulu le visionner. Mon homme a accepté sans trop d’hésitation, car il aime bien Kad Merad…

L’histoire est sympathique, puisqu’il s’agit d’une jolie voleuse, qui subtilise une toile et entreprend de la livrer au commanditaire, à Miami. Pour passer le tableau lors des contrôles de l’aéroport, elle se sert d’Arthur, un pauvre type pas bien méchant qui vient de se faire larguer… Arthur se rend aussi à Miami, pour tenter de convaincre son ex de ne pas épouser son nouveau mec. Mais ses projets pourraient bien se retrouver « légèrement » chamboulés…

 

19182875.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

RTT est un film humoristique, qui a voulu toucher un peu à tous les genres, vacillant tantôt vers la romance, tantôt vers l’action. Grâce au casting, il évite de couler à pic, mais passe malgré tout assez près du naufrage à plusieurs reprises…

Le scénario est poussif, et on évolue sans finesse d’une situation à une autre. Difficile d’adhérer, même avec toute la bonne volonté du monde.

Il y a quelques situations amusantes, quelques scènes assez mignonnes. Mais l’ensemble reste quand-même assez plat. Cela manque de vrais bons rebondissements, et quand le scénario n’est pas à la hauteur, il est toujours difficile de redresser la barre… même quand on s’appelle Kad Merad !

En bref, ce film se regarde. Ce n’est pas un navet absolu. Mais si vous avez le choix avec d’autres films, peut-être serait-il plus judicieux de ne pas opter pour celui-ci !

 

 

Les Saveurs du Palais, DVD

Je vous parlais dernièrement d’un livre fort instructif, que j’avais lu au sujet de l’Elysée. Dans cet ouvrage, à la fin du chapitre sur les Cuisines, une note de bas de page citait un film, intitulé Les Saveurs du Palais, en disant qu’il retraçait la période à la fin du second mandat de François Mitterrand, pendant laquelle le Président a eu une Cuisinière pour ses appartements personnels, en plus de la Cuisine centrale.

Puisque j’avais justement ce DVD dans mon stock de films à visionner, j’ai voulu le découvrir juste après avoir refermé le livre…

***

Les Saveurs du Palais est une comédie française d’une heure et demie, qui nous présente Catherine Frot dans le rôle de Hortense Laborie, cuisinière périgourdine qui devient du jour au lendemain Responsable des repas personnels au palais de l’Elysée.

La vraie Hortense s’appelait en réalité Danièle Mazet-Delpeuch, et a cuisiné pour Mitterrand de 1988 à 1990.

20160206.jpg

Le film commence par le moment où les collaborateurs du Président viennent chercher Hortense chez elle, dans le Périgord, pour l’escorter jusqu’à l’Elysée. Il n’y a pas d’explication, et l’on a la sensation de prendre l’histoire en cours de route. C’est un peu déconcertant…

J’ai trouvé dommage de ne pas débuter un petit peu avant, quand Mitterrand formule le souhait d’avoir un Cuisinier pour ses appartements personnels, et que les membres de l’Elysée se mettent à la recherche de la perle. Cela aurait à mon sens été intéressant, et moins brusque comme entrée en matière !

Ensuite, le film se déroule sans à-coup, et se laisse agréablement regarder, grâce à la prestation impeccable de Catherine Frot. Mais il manque un petit quelque chose… En fait, pour tout vous dire, il ne se passe pas grand chose dans cette comédie. On découvre les rivalités entre la cuisine personnelle et la Centrale, peuplée de machos qui voient l’arrivée de Hortense d’un très mauvais œil. On voit le Président, amateur de bonne nourriture, mais assez avare en compliments. On voit l’organisation sans faille de Hortense, et son goût pour les bons produits, qu’elle va parfois chercher elle-même au marché, en continuant de diriger ses commis par téléphone. Mais en dehors de la routine, rien ne vient vraiment rythmer ce film.

C’est un peu décevant, car on ressort de ce visionnage avec une impression de n’avoir rien vu, rien appris. Dommage dommage, vraiment, car le personnage de Hortense a un vrai potentiel, et que l’on passe malgré tout un agréable moment en sa compagnie…

En fait, j’ai relu le chapitre du livre cité plus haut, pour me remémorer les détails, car j’ai regretté qu’ils ne soient pas explicités dans le film…

Un avis en demi-teinte donc… Si je devais trancher, je vous conseillerais tout de même de voir ce film, car un film avec Catherine Frot vaut toujours le visionnage !

Sous le Même Toit – au cinéma actuellement

J’aime beaucoup Louise Bourgoin. Lorsqu’elle était miss météo sur Canal+, je ne loupais que très rarement ses interventions. Je la trouvais vraiment drôle, et pour moi aucune de ses successeuses n’a su égaler son talent. Je l’ai vue dans différents films, à commencer par la Fille de Monaco, aux côtés de Fabrice Luchini. Cette comédie dramatique m’avait laissé une impression mitigée… J’avais préféré et de loin, L’Amour Dure Trois ans et Un Heureux Evènement

Bref, actuellement sur grands écrans, nous retrouvons la belle Louise Bourgoin qui partage l’affiche avec Gilles Lelouche, et pléthore d’autres acteurs connus : Manu Payet, Marilou Berry, Julien Boisselier, Nicole Calfan, Marie-Anne Chazel…

Cette comédie réalisée par Dominique Farrugia, aborde un thème d’actualité : les couples séparés qui continuent de vivre ensemble, faute d’avoir suffisamment de moyens pour prendre deux logements différents.

401138.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Synopsis

Delphine et Yvan ne s’aiment plus. Après 15 ans de mariage et deux enfants, ils décident de divorcer, sans cris, sans larmes, et sans vaisselle cassée.

Très vite, Yvan s’aperçoit qu’il n’a pas de solution de replis, et que sans l’aide de son ex-femme, il risque de se retrouver à la rue…

Il retourne donc vivre sous le toit familial. 

*

C’est bien ?

Oui. Ce film m’a beaucoup plu, car il est bourré de petites répliques qui font rire. Les personnages sont attachants, même celui d’Yvan, qui est un poil agaçant sur les bords. On ne bascule jamais dans la grosse comédie lourdingue qui lasse. Au contraire, le trait est forcé juste ce qu’il faut.

D’autres thèmes secondaires viennent se greffer autour du principal, et apporter un peu de profondeur à cette comédie.

L’homme a regretté quelques longueurs, et n’a pas adhéré à la conclusion. Malgré tout, il m’a dit avoir passé un excellent moment. Je l’ai vu régulièrement rire de bon cœur.

Si vous aimez les comédies, et souhaitez vous détendre devant un bon film, alors courez dans le cinéma le plus proche ! 🙂

Victoria, la reine des Avocates

 

 

545138-jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Virginie Efira est une actrice que j’apprécie énormément et c’est pour elle avant tout, que j’ai choisi de visionner Victoria, une comédie dramatique sortie en septembre 2016.

Dans ce film d’un peu plus d’une heure et demie, la jolie blonde incarne Victoria Spick, Avocate Pénaliste dont la vie est un véritable foutoir.

Victoria mène une carrière plutôt brillante, et dédie toute son existence à son métier. Sa vie sentimentale ne ressemble à rien. Elle rencontre de temps en temps un type connu sur un site de rencontre, s’envoie en l’air pour la forme, mais rien de bien épanouissant. Ses gamines sont élevées par un jeune homme au pair. Et comme si cela ne suffisait pas, Vicky va se retrouver encore plus dans la tourmente quand elle assiste à un mariage au cour duquel l’une des invitée se retrouve avec un couteau dans le ventre… C’est l’ami de Vicky, Vincent qui est accusé par la jeune femme, et bien-sûr, qui va t-il choisir comme avocat ? Victoria…

Victoria n’est pas une comédie française au sens où on l’entend habituellement. Ce n’est pas l’humour lourd de Camping, pas non-plus le genre de film qui met en scène une bande de potes façon Barbecue. C’est plus subtile…

En fait, on oscille en permanence entre comédie et drame, avec un personnage qui ne connait rien de véritablement dramatique, mais n’a pas pour autant une vie rêvée. Victoria c’est juste une nana random, qui n’a pas vraiment de but à sa vie, ne se préoccupe que d’elle-même sans voir les éventuelles bonnes personnes qui l’entourent, et se débat pour essayer de ne pas s’enfoncer encore plus dans le merdier quotidien !

Certaines répliques sont absolument tordantes, et il y a des scènes qui m’ont vraiment amusée…

C’est un film à la fois divertissant et intelligent, qui fait réfléchir autant qu’il fait sourire. Je vous conseillerait de le visionner, car il vaut en vraiment le coup…

 

 

 

L’Embarras du Choix – cinéma

En ce samedi soir, la salle était déjà bien remplie quand nous sommes arrivés_presque en retard_ à la projection de L’Embarras du Choix. Normal, puisque c’est la comédie française du moment, et donc nous n’étions pas les seuls à l’avoir choisie pour passer une soirée tranquille, et bien entamer le week-end !

***

Au casting, on retrouve Alexandra Lamy, à qui Eric Lavaine avait déjà confié le premier rôle dans Retour chez ma Mère, qui nous avait bien fait marrer en 2016. Eric Lavaine, c’est à lui aussi que l’on devait Barbecue, et Bienvenue à Bord.

161798.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Dans l’Embarras du Choix, Juliette la quarantaine, vient de se faire larguer par son compagnon qui ne supporte plus son indécision. En effet, la jeune femme est absolument incapable de faire un choix. Depuis son adolescence, elle y a même renoncé, et laisse son père trancher pour elle.

Fraîchement célibataire, Juliette se retrouve sur Tinder, « grâce » à ses copines, et va ainsi rencontrer Paul, sur un malentendu… Mais, elle va aussi faire la connaissance d’Etienne… et la suite, vous la voyez venir j’imagine : il lui faudra FAIRE UN CHOIX !

*

Honnêtement, au départ j’ai eu du mal à accrocher au personnage un poil exubérant de Juliette. Juliette agace, et on a envie de la secouer, même si ses copines le font déjà plutôt bien.

D’ailleurs, précisons-le tout de suite, ses copines, incarnées par Anne Marivin et Sabrina Ouazani, sont à mourir de rire. Le rire de Sabrina Ouazani est communicatif, et à plusieurs reprises, on a pu entendre des gens se bidonner dans la salle de ciné. J’en étais !

Et puis on retrouve aussi avec plaisir Jérôme Commandeur, qui joue le copain de l’une d’elle, complètement obnubilé par son chat Carole !

*

Honnêtement, j’avais passé un très très bon moment devant Retour chez Ma Mère. Et j’ai été un poil déçue de ne pas rire autant avec l’Embarras du Choix. Le sujet est un peu vu et revu (un personnage coincé entre deux options amoureuses) et ce film n’apporte pas vraiment une grande nouveauté sur ce thème.

Les deux prétendants de Juliette sont tous deux attachants, et l’on n’aimerait pas devoir la lourde tâche de choisir entre Paul, le bel écossais (qui n’a d’ailleurs pas du tout l’accent écossais, et parle un anglais très londonien) et Etienne, l’auvergnat…

Il y a quelques bonnes scènes, notamment celle que vous avez pu voir dans les teasers, sur le concept de tomber amoureux sur Tinder (la voici : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19569457&cfilm=248355.html). Mais globalement, on ne meurt pas de rire devant cette comédie.

Cela reste un film très grand public, avec des gags assez moyens, et une trame plutôt simple. Néanmoins, le tout se regarde sans avoir à forcer, probablement parce-que le casting est bon, et que l’on s’attache à certains personnages… Et la fin m’a convaincue.

A voir, pour une soirée réussie entre amis ou en famille (mais pas nécessairement au cinéma) !