Donne-moi ta Main [DVD]

Donne-moi ta Main est une comédie romantique qui date de 2010 (déjà !) et met en scène Amy Adams, que j’avais déjà vue dans Il Était une Fois (film de Princesse, à dévorer si vous ne l’avez pas déjà fait !!). Bon, vous vous en doutez, il n’y a pas qu’un personnage dans ce film, sinon ce ne serait pas une comédie romantique. Pour donner la réplique à la jolie rousse, on trouve également Matthew Goode, que je ne connaissais pas du tout. Il incarne un irlandais un peu rustre.

***

L’histoire ? Il s’agit d’Anna, une citadine de Boston, qui s’apprête à acheter un superbe appartement très coté, avec son petit ami, Jeremy. Tout semble rouler à merveille pour la jeune femme, si ce n’est que son homme, imminent chirurgien très accaparé par son métier, ne parait pas très pressé de la demander en mariage, et que le temps commence à être long pour elle…

Elle décide donc de prendre les choses en main, et de profiter d’une vieille tradition irlandaise, qui autorise les femmes à demander les hommes en mariage, chaque 29 février !

***

Voilà notre business woman en talons qui s’embarque pour l’Irlande, et se retrouve paumée au fin fond de la campagne, suite à des soucis avec son avion… Et là, on tombe dans le classique décalage de la citadine qui atterrit (c’est le cas de le dire) dans la France  l’Irlande profonde !

C’est vu et revu, mais qu’importe, cela ne me gêne pas de visionner des films qui ont des scenari téléphonés d’avance.

Là où cela me dérange en revanche, c’est quand tout est écrit, et que l’on a l’impression de regarder un film que l’on s’est déjà tapé 35 fois, tant aucune scène ne sort du lot et ne vient nous surprendre.

Et là… malheureusement ce fut le cas !

19483282

On sait dès le départ qu’Anna va tomber amoureuse de l’irlandais mal dégrossi, qui va s’avérer être moins rustre qu’il n’y parait. On sait que Jeremy ne la rend pas si heureuse que cela, et qu’Anna n’est pas qu’une bourgeoise qui se pâme pour des escarpins à 600 dollars, et une valise à roulette Louis Vuitton. On attend juste que le film se déroule, pour arriver à une conclusion connue d’avance.

On espère que le déroulement va apporter quelques surprises, des répliques amusantes, des scènes qui font rire. Mais c’est en vain. Dommage.

Ils ont essayé… mais avec moi, cela n’a pas pris… Quand l’irlandais mal dégrossit appelle la valise « Louis » en pensant que Louis Vuitton est un nom qu’Anna donne à son bagage, cela aurait pu être amusant, mais en fait non. Je ne saurais pas dire précisément pourquoi. Il manquait un truc…

On a toutes les scènes habituelles, notamment celle où le faux couple doit partager une chambre avec lit double. Combien de fois a -ton eu droit à cette scène dans des comédies ? Je ne compte même plus…

Les acteurs sont sympas, mais ils ne parviennent pas à sauver un film au scénario aussi plat que l’encéphalogramme d’un bulot mort depuis trois jours…

L’affiche était mignonne, le casting plutôt sympa, mais sans scénario on ne fait pas un bon film. Si vraiment vous cherchez un fond sonore pour ne pas vous endormir sur votre repassage, alors ce DVD peut faire l’affaire. Autrement je serais tentée de crier « Next ! »

 

 

Comment se faire Larguer en 10 Leçons

Comment se Faire Larguer en 10 Leçons est une comédie romantique germano-américaine, qui date (déjà) de 2003.

Le titre original est How to Lose a Guy in 10 Days (et pas « 10 lessons ») et je me demande une fois de plus, pourquoi la traduction française est aussi aléatoire, parce-qu’il est bien question de se faire larguer en 10 jours… Mais bon, ce n’est que du détail !

*

View this post on Instagram

C'est rare mais ce samedi, c'est #comédieromantique ! #dvd

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Pour faire une comédie romantique, il faut au minimum deux acteurs, à moins d’en prendre un seul que l’on grime pour qu’il joue les deux rôles, mais cela reste assez rare. Bref, ici nous avons Kate Hudson dans le rôle de le belle blonde, et Matthew Mc Conaughey dans la peau du mec craquant.

Petite note en passant, Matthew Mc Conaughey a également joué ce rôle de mec craquant dans Playboy à Saisir, que je vous avais présenté il y a quelques temps…

*

 

Résumé

Andie est une jeune femme à qui tout semble réussir. Canon et toujours flanquée de deux fidèles copines, elle est en charge de la rubrique « comment faire » d’un journal féminin new-yorkais. Lors d’une réunion avec la Rédactrice en Chef, elle se voit remettre la tâche de rédiger un article sur « Comment se faire larguer en dix jours ? ».

Au lieu de se projeter dans une situation fictive, Andie va s’impliquer corps et âme pour fournir un article digne de ce nom à sa patronne. Et la première étape de sa mission va donc être de trouver un mec…

Easy, quand on habite New-York, puisque de toute façon on passe toutes ses soirées dans les bars branchés, à siroter des cocktails avec ses copines. Trouver un date n’a rien de compliqué !

De son côté, Ben est un publicitaire ambitieux, qui relève le pari de faire tomber n’importe quelle femme amoureuse… Et comme de par za-sard, il se trouve dans le même bar qu’Andie !

*

Et après ?

Dans le but de se faire larguer, Andie va se montrer absolument insupportable, envahissante, jalouse, totalement imprévisible.

Mais elle ignore que Ben ne baissera pas les bras si facilement, tout investi qu’il est, de sa mission de la rendre amoureuse !

On a donc une situation typique de comédie, où chacun incarne un personnage, sans savoir que l’autre en face, ne joue pas franc jeu non-plus…

*

Une comédie qui ne casse pas des briques, mais mérite quand-même d’être vue…

Comment se Faire Larguer en 10 Leçons est une comédie romantique classique, aux ficelles tellement visibles que l’on se demande si ce ne serait pas plutôt des cordes… Il y en a beaucoup comme cela, et ce n’est pas nécessairement un inconvénient. Je dirais même que c’est l’essence de la comédie…

Les deux personnages en font des caisses et les clichés se suivent à un rythme soutenu. Mais qu’importe, nous sommes là pour ça ! Nous voulons de la comédie romantique, nous en avons ! Et puis finalement, il n’est pas nécessaire de se forcer des masses pour y croire !

Sur une échelle de 1 à 5, j’attribuerais 3 à ce DVD. Il faudrait que les personnages soient un poil plus attachants pour que j’aille au delà de cette note. Malgré tout, cela mérite un peu plus que la moyenne, car on passe un agréable moment devant un film qui se laisse regarder sans effort.

Celle que j’aime [DVD]

J’aime beaucoup l’actrice Barbara Schulz et regrette qu’on ne la voie pas plus souvent sur grand écran. Je me souviens l’avoir adorée dans le téléfilm L’Enfant de la Honte, et l’avoir ensuite retrouvée avec joie dans Le Jeune Casanova, aux côtés de Stefano Accorsi.

C’est en cherchant dans sa filmo que j’ai appris l’existence du film dont je vais vous parler.
Le casting avait tout pour me plaire puisqu’il incluait également Marc Lavoine et Gérard Darmon !

Celle que j’aime est une comédie / romance réalisée par Elie Chouraqui, et sortie en 2009. On peut parler de comédie romantique, mais je dirais que c’est aussi dans une certaine mesure, un film familial. Vous comprendrez bien vite pourquoi.

L’histoire est assez classique. On part d’une situation banale, qui pourrait être celle de tout un chacun.

C’est une maman trentenaire, prénommée Isabelle, qui élève son petit garçon toute seule, car le papa et elle ont divorcé. Tous deux vivent heureux, dans une sorte de cocon mère-fils. Mais… la jeune et jolie maman a un nouvel amoureux dans sa vie, qu’elle cache à tout le monde depuis environ un an.
Et en toute logique, cet amoureux finit par en avoir marre de devoir se cacher… C’est là que les choses se corsent, puisque le petit garçon, Achille, n’est absolument pas prêt à laisser un autre homme aimer sa maman !

image.jpg

Vous allez me dire que c’est une histoire vue et revue, et que vous vous demandez bien en quoi ce film peut avoir une quelconque originalité.

Et bien pourtant, il vaut la peine d’être vu ! Les acteurs sont merveilleux ; à la fois attachants et très justes chacun dans leur rôle.

Il y a des bien-sûr des clichés et des points un peu gros, qui sont le propre des comédies. Mais globalement Elie Chouraqui propose ici un film d’une grande sensibilité, sans verser dans la sensiblerie.

Le duo Barbara Schulz-Gérard Darmon est intéressant. Darmon joue l’ex (papa d’Achille donc) et l’on ne tombe pas dans le cliché du père qui vient pourrir la vie de son ancienne compagne. Sans dire qu’il accueille Antoine (le nouveau donc, campé par Marc Lavoine) à bras ouverts, il essaie autant que possible, de faciliter les choses pour tout le monde et surtout pour son fils.

C’est donc un joli petit film, une comédie réussie, avec un vrai petit plus, en raison du chouette casting, fait d’acteurs que (personnellement en tout cas) l’on ♥.

***

Alors, déjà vu ? Sinon, j’ai réussi à vous tenter ? :-p

Un bon DVD et un gros navet…

Hello fidèles lecteurs et curieux de passage ! Aujourd’hui je vous propose une petite chronique filmesque, avec deux DVD au programme : une bonne surprise, et un gros navet bien de saison !

Ces deux films ne sont pas des grosses nouveautés, puisque je les ai trouvés en vide-grenier. Il s’agit de 20 ans d’Écart (2013) et Duplicity (2009).

Commençons par le premier, qui appartient au genre comédie romantique, et met en scène la lumineuse Virginie Efira et l’excellent Pierre Niney.

***

20446783

Je m’attendais à une comédie légère, au scénario vu et revu. J’ai été agréablement surprise par la qualité d’interprétation des deux acteurs principaux. Franchement, ce film est plus profond que ce que je pensais, et il est réellement intéressant !

Le Réalisateur, David Moreau, réussit l’exploit de proposer 1 h 30 de divertissement, sans jamais tomber dans les clichés. Bravo !

Dans 20 ans d’Écart, nous suivons les aventures d’une jolie working girl quarantenaire, qui voit sa carrière bridée, par son âge justement. Quand sur un malentendu, son supérieur croit qu’elle sort avec un étudiant d’une vingtaine d’années, son image se retrouve dépoussiérée, et son horizon professionnel, élargi !… Elle décide donc de profiter du quiproquo et de laisser croire à tout le monde qu’elle sort effectivement avec Baltazar… La suite, vous la devinez, la réalité va rejoindre la fiction… Mais finalement, ce que l’on ne sait pas, c’est comment va se terminer ce film, et là j’avoue que la conclusion m’a bien plu. J’ai accroché à l’histoire, et ai été totalement convaincue par les personnages, aussi bien par celui d’Alice, que par celui de Baltazar. J’ai trouvé que les deux jouaient très bien.

***

19049751.jpg

Duplicity m’a en revanche beaucoup moins convaincue. Après une heure d’effort pour suivre l’histoire et garder les yeux ouverts, j’ai baissé les bras, et appuyé sur « STOP ». Mon homme n’a pas bronché car lui non-plus n’accrochait pas du tout.

Pourtant l’histoire était tout aussi prometteuse que le casting (Julia Roberts et Clive Owen, excusez du peu !). Les deux acteurs incarnent des agents secrets, l’un au service du MI6 (Secrets Britaniques), l’autre  de la CIA.

Ils quittent leurs fonctions gouvernementales, après être tombés fous l’un de l’autre, et se mettent à travailler pour des industriels. Leur but ? Se faire un max de pognon pour pouvoir ensuite s’installer tranquillement en amoureux…

Avouez que cela donne envie.

Oui mais, la réalisation est cahotique, avec des flashbacks que l’on peine à remettre dans l’ordre. On commence par la fin, pour revenir 5 ans en arrière, puis 2 ans en arrière, puis… puis on m’a perdue !

Certains aspects sont tellement peu développés, que l’histoire nous apparaît vraiment brouillonne. OK les détails de l’espionnage industriel ne sont pas les points clefs de l’histoire, et ce qui compte c’est la romance entre nos deux agents. Mais bon, franchement, on a l’impression que le Réalisateur avait la flemme de s’embêter à imaginer une histoire par moment, et qu’il a bâclé le truc en se disant qu’on n’y verrait que du feu !

Sauf que les deux acteurs ont beau déborder de charisme, on a vraiment du mal à rester attentifs devant ce film tant il ne se passe rien…

Résultat ? On est paumés, et on s’ennuie. J’ai probablement plus regardé le minuteur du lecteur DVD, que le film en lui-même… Alors merci, mais non-merci !

Playboy à Saisir ! DVD Girly pour aprem cocooning !

Parfois lorsqu’il pleut, ou que la pile de repassage frôle le plafond, un petit DVD s’impose pour passer le temps plus rapidement… c’est pour faire face à ces situations critiques que je collecte des comédies légères en vide-greniers ou chez Emmaüs. Playboy à Saisir fait partie de ces films, que j’accumule toute l’année, pour m’occuper agréablement. Il s’agit d’une comédie américaine, avec Sarah Jessica Parker (Carrie de Sex and the City) et Matthey Mc Conaughey.

18475610

L’histoire est toute simple. Il s’agit d’un beau mec de 35 ans, qui a tout pour plaire (le physique, la Porsche, la bonne situation, un caractère sympathique,…) si ce n’est qu’il vit encore chez ses parents, et n’a aucune intention que cela change… Ramener ses conquêtes chez Papa et Maman et se faire surprendre en pleine partie de jambes en l’air par son paternel ne le dérange pas le moins du monde… Au contraire, cela peut même lui permettre de rompre rapidement avec les nanas dont il se lasse. Goujat !

Mais, vous savez comment sont construites les comédies romantiques ? A un moment donné, une fille un peu à part débarque, et tout change ! Ici la nana qui n’est pas totalement comme les autres, c’est Paula, une jolie blonde rigolote et classy, campée par notre Carrie adorée (Carrie, dans Sex and the City).

Ce que Tripp ignore, c’est que Paula a été embauchée par ses parent pour le faire évoluer… et ce que les parents ne savent pas, c’est que leurs plans pourraient ne pas se dérouler tout à fait comme prévu…

***

Cette comédie est plaisante à regarder, notamment si comme moi vous avez passé de longues heures à rigoler devant Sex and the City. Retrouver Sarah Jessica Parker est toujours plaisant. Ici encore elle apporte une vraie bouffée de bonne humeur et de glamour. Elle est pétillante et attachante, le côté agaçant de Carrie en moins ! Le couple avec Matthew MCc Conaughey est amusant. Tripp est un vrai gamin dans un corps d’adulte. Il vit chez ses parents, mais est aussi toujours partant pour faire des conneries avec sa bande copains. Et parmi ses meilleurs potes, il y a pardonnez du peu, Bradley Cooper…

Certes, ce n’est pas LE film de l’année, ni celui que vous vous vanterez d’avoir vu, pour briller en société, mais Playboy à saisir est une comédie romantique qui se laisse regarder, et apporte sa dose de fun et de glamour. Pour moi c’est un bon DVD à visionner au moins une fois !