Madame – film

Je n’avais pas du tout entendu parler du film dont je m’apprête à vous faire la chronique, avant de le voir sur un site de streaming. C’est parce-que j’aime bien les actrices Rosy de Palma et Toni Collette qui sont à l’affiche, que je me suis laissée tenter. Il faut dire que le synopsis était attirant et laissait présager que j’allais potentiellement passer un moment agréable devant cette comédie.

De quoi cela parle justement ?

Vous le devinez en regardant l’affiche, il sera question d’une domestique, et de patrons fortunés…

-1131792_w767h767c1cx385cy350.jpg

En effet, Madame c’est elle Anne, une américaine installée à Paris avec son époux. Tout deux mènent une vie faite de faste, et emploient plusieurs domestiques, dont Maria.

Un soir, Madame découvre au dernier moment que son petit dîner mondain risque de virer à la catastrophe, car son beau-fil a invité une treizième personne. Impensable pour cette perfectionniste qui mise tout sur le paraître !

Elle décide alors de convier Maria à leur table, mais sans révéler aux autres convives qu’il s’agit de sa bonne !

C’est ainsi que la domestique à l’accent espagnol à couper au couteau, se retrouve dans le cercle intime des très très riches…

***

Franchement, on pouvait s’attendre au pire avec une histoire pareille. La bonne qui va pénétrer l’univers feutré de ses riches patrons, cela rappelle un peu d’autres histoires, comme celle de Cendrillon. Cela peut aussi nous faire penser à des films, comme Pretty Woman, pour les deux mondes diamétralement opposés qui se rencontrent.

Bref, rien de bien nouveau sous les tropiques, on se retrouve devant un film qui aborde le paraître, les différences sociales, les clichés et a priori. Mais le tout est géré de façon suffisamment habile, pour nous permettre de sourire de façon régulière !

La Réalisatrice française Amanda Sthers a le bon goût de ne pas forcer le trait de façon excessive. Et c’est cela qui fait que ce film est réussi, pour sa finesse ! OK les personnages sont très caricaturaux. D’un côté il y a la bourgeoise insupportable, obsédée par sa ligne, et qui fait du yoga. De l’autre, la domestique forcément espagnole, pas forcément cultivée, mais ô combien attachante !

Madame-film-review.png

L’interprétation de chaque acteur est un délice, et il n’y a pas de scènes en trop, de scène où l’on sent que l’on a voulu nous faire nous bidonner sur commande.

Honnêtement, ce film se regarde sans se forcer. Ce fut une chouette surprise pour moi !

Publicités

De l’autre côté du lit – DVD

Salut à Tous ! Aujourd’hui, je vous parlerai d’une petite comédie française, que j’ai visionné un dimanche d’hiver, et qui m’a permis de passer un agréable moment en compagnie de Sophie Marceau et de Dany Boon.

Cette comédie s’intitule De l’autre côté du Lit, tout comme le livre d’Alix Girod de l’Ain, dont elle est tirée. Elle a été réalisée par Pascale Pouzadoux, et j’avoue que cela me faisait un peu peur, car il s’agit de la réalisatrice de Croisière, que j’avais trouvé absolument nullissime.

Mais j’ai bien fait de ne pas rester sur cet échec mémorable, et de donner sa chance à De l’Autre Côté du Lit… Car ce film est assez bien fichu.

*

téléchargement

*

Ariane et Hugo forment un couple de quarantenaires, installé dans sa routine. Elle s’occupe du foyer et vend des bijoux à domicile, tandis que lui occupe un poste important dans une entreprise de location de matériel de chantier.

Chacun a une vision déformée du quotidien de l’autre, et se dit qu’il est bien le plus à plaindre… Cela donne parfois des discussions animées, jusqu’au jour où Ariane met Hugo au défit d’inverser les rôles !

*

Bien-sûr, vous imaginez la suite… Ariane va découvrir que l’existence de son mari n’est pas aussi tranquille qu’elle l’imaginait, et Hugo va s’apercevoir que son épouse s’occupait finalement de beaucoup beaucoup de choses au quotidien !

Là où ce film s’en tire bien, c’est qu’il ne tombe pas dans les énormes préjugés. Il arrive à nous surprendre avec des rebondissements assez savoureux. Pourtant, avec sa jaquette en rose en bleu, on pouvait quand-même s’attendre au pire…

Le scénario tient la route pendant toute la durée du film, et est bien servi par un casting qualitatif !

De l’Autre Côté du Lit n’est pas la comédie du siècle. On l’a vite regardée, vite oubliée, mais honnêtement, si vous cherchez un film léger, mais bien ficelé, pour passer un moment tranquillement calé dans le canapé, ce serait dommage de bouder celui-ci !

Le Retour du Héros

Dernièrement, je suis allée au cinéma pour visionner Le Retour du Héros, une comédie de Laurent Tirard, mettant en scène Jean Dujardin et Mélanie Laurent. J’ai beaucoup apprécié ce film, amusant et ponctué de nombreux rebondissements !

téléchargement.jpg

*

Nous sommes au début du XIXème siècle en Bourgogne, et le capitaine Neuville vient demander la main de la cadette des Beaugrand. Mais il est aussitôt appelé pour l’Autriche, où il doit combattre aux côtés de l’Empereur.

Neuville ne tient pas sa promesse d’écrire à sa fiancée Pauline, qui se laisse alors dépérir. Elisabeth, l’ainée, n’a alors d’autre choix que de rédiger elle-même des lettres qu’elle adresse en cachette à sa cadette. 

Petit à petit, Elisabeth fait évoluer son personnage, en lui inventant des actes de plus en plus héroïques. L’amour et l’admiration de Pauline pour Neuville ne cesse de croître, et atteignent même tout le village… Dépassée par ce personnage qu’elle a créé, Elisabeth décide qu’il est temps de mettre un terme à tout cela, et écrit la mort de son héros…

Sauf que le vrai Neuville n’est pas mort lui, et que quelques mois plus tard il revient…

*

Il y a un petit côté Orgueil et Préjugés dans cette comédie, et pas uniquement en raison de nom de l’héroïne. En effet, l’histoire commence en mettant en opposition deux personnages qu’a priori, rien ne rapproche. Et tout au long du film, on se doute qu’un retournement finira bien par avoir lieu…

Neuville est en réalité un lâche, quand Elisabeth est une femme de caractère. L’écart que cette dernière a créé entre le vrai Neuville et son personnage épistolaire est abyssal, et sert de base à une bonne partie de l’humour de ce film !

Mais attention, Laurent Tirard a plus d’un tour dans son sac, et ne base pas son film uniquement sur le jeu Dujardin – Laurent, qui soit dit en passant est excellent. Il ponctue sa comédie par de nombreuses répliques savoureuses, des scènes dignes du théâtre où Dujardin arque les sourcils comme il sait si bien le faire. Les seconds rôles sont également excellents, et forment une sorte de public toujours médusée par les récits de Neuville. Les femmes se pâment. Les hommes sont admiratifs et jaloux à la fois.

 

Le film est totalement réussi, et se termine par une série de rebondissements qui viennent clôturer l’heure et demie de divertissement comme un bouquet final !

The Escort

Nous nous sommes abonnés à Netflix. Et cela a un peu changé notre quotidien, car nous avons repris goût à nous installer dans le canapé pour regarder un film à deux, alors que nous avions perdu cette habitude, faute de bons films qui nous tentaient autant l’un que l’autre…

Ce soir là, c’est The Escort qui a réussi à nous mettre d’accord. Ce film sorti en 2015, dure une petite heure et demie. Il met en scène Lyndsy Fonseca (qui joue la fille de Ted dans How I met your Mother) et Michael Doneger, acteur que je ne connaissais pas encore, mais qui est plutôt charmant (en cas de doute, demandez à Google images !).

*

p11888955_p_v8_aa.jpg

Allociné nous résume le film en une phrase :

Un journaliste accro au sexe et en manque de bonne histoire décide de s’inscrire dans une agence d’escort-girl.

Sauf que… ce n’est pas du tout cela. Ou alors j’étais bourrée quand j’ai regardé ce film. Mais il ne me semble pas.

Bref.

L’histoire en réalité, est celle d’un jeune journaliste effectivement accro au sexe, qui cherche un sujet d’article pour se faire embaucher. Il rencontre une jeune et jolie femme qui fait l’escort dans un bar. Son sujet est tout trouvé.

Sauf que, bien-entendu, la jeune et jolie Victoria va se révéler réellement attachante, au point de changer considérablement la vie du non-moins jeune et mignon journaliste.

Est-ce que cette histoire au goût de déjà vu vaut le coup d’œil ?

Oui.

Oui absolument, car les personnages sont intéressants, et que ce film mêle habillement les genres. Sur un fond plutôt dramatique, se retrouve saupoudrée, une jolie dose d’humour, et bien-sûr, un coulis romantique assez délicieux…

C’est bien fait, car l’homme a aimé autant que moi, ce qui n’est pas forcément une mince affaire.

On tombe rapidement sous le charme des personnages, et on se laisse emporter par cette histoire, certes totalement vue et revue, de la prostituée qui tombe amoureuse. Et alors ? Pourquoi pas ?

Toute la force de ce film, se trouve dans sa finesse. Au départ, les deux personnages sont aussi paumés l’un que l’autre, mais petit à petit, il vont parvenir à s’apprivoiser, et à s’apprécier, trouvant chacun chez l’autre les choses qui lui manquaient.

Ce n’est clairement pas un film que l’on regarde pour le suspens, car dès les premières minutes on a déjà deviné la fin. Mais le zapper pour cela serait une erreur, car ce serait se priver d’un agréable moment de cinéma.

C’est un chouette film, qui nous a réellement bottés, tous les deux. Donc je vous le recommande !

RTT – Kad Merad et Mélanie Doutey

RTT est une comédie française sortie en 2009, disponible sur Netflix. Comme j’adore Mélanie Doutey, et qu’elle figure au générique de ce film d’une heure et demie, j’ai voulu le visionner. Mon homme a accepté sans trop d’hésitation, car il aime bien Kad Merad…

L’histoire est sympathique, puisqu’il s’agit d’une jolie voleuse, qui subtilise une toile et entreprend de la livrer au commanditaire, à Miami. Pour passer le tableau lors des contrôles de l’aéroport, elle se sert d’Arthur, un pauvre type pas bien méchant qui vient de se faire larguer… Arthur se rend aussi à Miami, pour tenter de convaincre son ex de ne pas épouser son nouveau mec. Mais ses projets pourraient bien se retrouver « légèrement » chamboulés…

 

19182875.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

RTT est un film humoristique, qui a voulu toucher un peu à tous les genres, vacillant tantôt vers la romance, tantôt vers l’action. Grâce au casting, il évite de couler à pic, mais passe malgré tout assez près du naufrage à plusieurs reprises…

Le scénario est poussif, et on évolue sans finesse d’une situation à une autre. Difficile d’adhérer, même avec toute la bonne volonté du monde.

Il y a quelques situations amusantes, quelques scènes assez mignonnes. Mais l’ensemble reste quand-même assez plat. Cela manque de vrais bons rebondissements, et quand le scénario n’est pas à la hauteur, il est toujours difficile de redresser la barre… même quand on s’appelle Kad Merad !

En bref, ce film se regarde. Ce n’est pas un navet absolu. Mais si vous avez le choix avec d’autres films, peut-être serait-il plus judicieux de ne pas opter pour celui-ci !

 

 

Une Famille très Moderne

Difficile de choisir un film qui plaise à l’homme Nivor et à moi-même, tant nos goûts sont diamétralement opposés. Mais en général, nous arrivons à nous entendre autour d’une comédie américaine, pourvu qu’elle intègre au casting Sandra Bullock ou Jennifer Aniston !

Ce jour là, c’est l’actrice de Friends qui nous a mis d’accord, avec une comédie de 2010, dont l’action se situe à Nex-York.

téléchargement

*

Kassie (Jennifer Aniston) est une working-girl célibataire aussi intelligente que jolie. Son horloge biologique tourne, et la belle a décidé de prendre le taureau par les cornes, et de faire un bébé toute seule. C’est ce qu’elle annonce à son meilleur ami, Wally

Kassie organise une étrange fête à l’occasion de son insémination, à laquelle elle convie pleins d’amis, dont Wally… Problème, ce dernier passablement bourré, va échanger la semence du donneur avec… la sienne, et devenir la Père du fils de sa meilleure amie…

*

Peut-on faire une comédie pas trop pourrie en parlant de sperme ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, oui. Oui car le casting est fort qualitatif, composé de Jennifer Aniston et Jason Bateman, mais aussi de Jeff Goldblum (Jurassik Park) et Juliette Lewis (Wayward Pines). Le gamin Sebastian, est crédible aussi, pas du tout casse bonbon comme certains mômes de film que l’on balancerait bien par la fenêtre au bout de deux minutes d’écran.

L’histoire est joliment tissée et mêle habillement humour et vraie réflexion (enfin, pas trop non-plus hein).

L’action se déroule à un bon rythme, sans longueur ni temps mort, et l’on passe un chouette moment de divertissement devant ce film.

L’homme et moi avons tous deux validés.

 

Croisière, le film qui tombe à l’eau

Salut tout le monde. Premièrement, j’aimerais remercier les personnes qui ont réagi sous mon post d’hier, au sujet de la culture du régime. Cela m’arrive ponctuellement d’avoir envie de m’aventurer sur un thème un peu différent des thèmes que j’aborde de façon régulière. Et j’ai toujours plaisir à découvrir vos commentaires sur ce type de posts ! Alors merci tout plein !

*

Il y a longtemps que je ne vous ai pas parlé de DVD… peut-être car j’en regarde peu… Alors je vais vous en présenter un, mais attention, c’est une daube. Enfin, ce n’est que mon avis, à vous de vous faire le vôtre !

Malgré un casting très prometteur, Croisière ne nous a pas vraiment convaincus.

Cette comédie réalisée par Pascale Pouzadoux, dure 1 heure 40, et c’est bien suffisant…

J'ai touché le fond de la Méditerannée avec ce #dvd 😒

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Synopsis

Hortense élève des porcs. Elle vient de remporter une croisière sur la Méditerranée ! La surprise de sa vie !

Folle de joie, elle se rend à l’embarquement avec son mari.

Sur le même paquebot, embarquent également Alix, Simone, Chloé, et Raphie…

La première est une business woman insupportable, la seconde une vieille dame attachante, la troisième une petite arnaqueuse qui fait les poches de passagers. Et le/la dernière est en fait un homme déguisé en nana…

***

Les excellentes actrices que sont Line Renaud et Charlotte de Turckheim, ne parviennent pas à sauver ce film d’un naufrage total. Rien ne marche. Rien n’est jamais ne serait-ce qu’un poil crédible. On se vautre dans la caricature du début à la fin.

Le personnage de Raphie, campé par Antoine Dulery et son kilo de maquillage sensé le transformer en femme, est peut-être le plus gros ratage de cette comédie, qui mériterait à elle-seule l’invention d’un nouveau terme pour désigner le fiasco total.

Tout du long, on se voit servir des clichés gros comme le Titanic, dans un enchainement de gags qui font occasionnellement sourire, mais jamais plus. Le ton théâtral devient rapidement lassant. Il n’y a aucun suspens, aucune intrigue, et l’on est presque soulagés quand enfin, se lance le générique de fin.

Désolée, mais non. Je n’ai même pas envie d’essayer de nuancer mon propos car l’exercice m’apparaît réellement trop compliqué.