Victoria, la reine des Avocates

 

 

545138-jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Virginie Efira est une actrice que j’apprécie énormément et c’est pour elle avant tout, que j’ai choisi de visionner Victoria, une comédie dramatique sortie en septembre 2016.

Dans ce film d’un peu plus d’une heure et demie, la jolie blonde incarne Victoria Spick, Avocate Pénaliste dont la vie est un véritable foutoir.

Victoria mène une carrière plutôt brillante, et dédie toute son existence à son métier. Sa vie sentimentale ne ressemble à rien. Elle rencontre de temps en temps un type connu sur un site de rencontre, s’envoie en l’air pour la forme, mais rien de bien épanouissant. Ses gamines sont élevées par un jeune homme au pair. Et comme si cela ne suffisait pas, Vicky va se retrouver encore plus dans la tourmente quand elle assiste à un mariage au cour duquel l’une des invitée se retrouve avec un couteau dans le ventre… C’est l’ami de Vicky, Vincent qui est accusé par la jeune femme, et bien-sûr, qui va t-il choisir comme avocat ? Victoria…

Victoria n’est pas une comédie française au sens où on l’entend habituellement. Ce n’est pas l’humour lourd de Camping, pas non-plus le genre de film qui met en scène une bande de potes façon Barbecue. C’est plus subtile…

En fait, on oscille en permanence entre comédie et drame, avec un personnage qui ne connait rien de véritablement dramatique, mais n’a pas pour autant une vie rêvée. Victoria c’est juste une nana random, qui n’a pas vraiment de but à sa vie, ne se préoccupe que d’elle-même sans voir les éventuelles bonnes personnes qui l’entourent, et se débat pour essayer de ne pas s’enfoncer encore plus dans le merdier quotidien !

Certaines répliques sont absolument tordantes, et il y a des scènes qui m’ont vraiment amusée…

C’est un film à la fois divertissant et intelligent, qui fait réfléchir autant qu’il fait sourire. Je vous conseillerait de le visionner, car il vaut en vraiment le coup…

 

 

 

Publicités

L’Embarras du Choix – cinéma

En ce samedi soir, la salle était déjà bien remplie quand nous sommes arrivés_presque en retard_ à la projection de L’Embarras du Choix. Normal, puisque c’est la comédie française du moment, et donc nous n’étions pas les seuls à l’avoir choisie pour passer une soirée tranquille, et bien entamer le week-end !

***

Au casting, on retrouve Alexandra Lamy, à qui Eric Lavaine avait déjà confié le premier rôle dans Retour chez ma Mère, qui nous avait bien fait marrer en 2016. Eric Lavaine, c’est à lui aussi que l’on devait Barbecue, et Bienvenue à Bord.

161798.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Dans l’Embarras du Choix, Juliette la quarantaine, vient de se faire larguer par son compagnon qui ne supporte plus son indécision. En effet, la jeune femme est absolument incapable de faire un choix. Depuis son adolescence, elle y a même renoncé, et laisse son père trancher pour elle.

Fraîchement célibataire, Juliette se retrouve sur Tinder, « grâce » à ses copines, et va ainsi rencontrer Paul, sur un malentendu… Mais, elle va aussi faire la connaissance d’Etienne… et la suite, vous la voyez venir j’imagine : il lui faudra FAIRE UN CHOIX !

*

Honnêtement, au départ j’ai eu du mal à accrocher au personnage un poil exubérant de Juliette. Juliette agace, et on a envie de la secouer, même si ses copines le font déjà plutôt bien.

D’ailleurs, précisons-le tout de suite, ses copines, incarnées par Anne Marivin et Sabrina Ouazani, sont à mourir de rire. Le rire de Sabrina Ouazani est communicatif, et à plusieurs reprises, on a pu entendre des gens se bidonner dans la salle de ciné. J’en étais !

Et puis on retrouve aussi avec plaisir Jérôme Commandeur, qui joue le copain de l’une d’elle, complètement obnubilé par son chat Carole !

*

Honnêtement, j’avais passé un très très bon moment devant Retour chez Ma Mère. Et j’ai été un poil déçue de ne pas rire autant avec l’Embarras du Choix. Le sujet est un peu vu et revu (un personnage coincé entre deux options amoureuses) et ce film n’apporte pas vraiment une grande nouveauté sur ce thème.

Les deux prétendants de Juliette sont tous deux attachants, et l’on n’aimerait pas devoir la lourde tâche de choisir entre Paul, le bel écossais (qui n’a d’ailleurs pas du tout l’accent écossais, et parle un anglais très londonien) et Etienne, l’auvergnat…

Il y a quelques bonnes scènes, notamment celle que vous avez pu voir dans les teasers, sur le concept de tomber amoureux sur Tinder (la voici : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19569457&cfilm=248355.html). Mais globalement, on ne meurt pas de rire devant cette comédie.

Cela reste un film très grand public, avec des gags assez moyens, et une trame plutôt simple. Néanmoins, le tout se regarde sans avoir à forcer, probablement parce-que le casting est bon, et que l’on s’attache à certains personnages… Et la fin m’a convaincue.

A voir, pour une soirée réussie entre amis ou en famille (mais pas nécessairement au cinéma) !

Bad Moms [DVD]

Une petite comédie américaine, de temps en temps cela fait du bien… Mais encore faut-il tomber sur un film réussi, car même si mes attentes vis à vis de ce type de films, sont très raisonnables, il peut m’arriver de tomber sur des navets, qui ne me font même pas sourire…

Sur l’affiche de Bad Moms, on retrouve trois visages bien connus du cinéma US : Mila Kunis, Kristen Bell et Kathryn Hahn. Leurs noms ne vous disent pas forcément grand chose, sauf pour Mila Kunis je suppute, mais regardez un peu l’image ci-dessous et vous devriez dire « ah mais oui !!! » et chercher dans quels films vous avez pu les croiser.

 

BAdMoms.jpg

 

Bad Moms est une comédie relativement classique et sans grande prétention. Elle mise beaucoup sur la performance de ses trois têtes d’affiches, et notamment de Mila Kunis (Amy), qui incarne une Maman de 32 ans, qui a consacré ses plus jeunes années à élever ses deux gamins. L’aînée a désormais 12 ans, et avec son petit frère, elle fait la fierté d’Amy.

Mais cela ne suffit pas à compenser le rythme de folie que la jeune femme s’impose, entre son boulot (théoriquement à 80 %), les courses, les devoirs, la préparation des repas… Le jour où Amy découvre que son mari a une liaison depuis de nombreux mois avec une autre, le vase déborde…

Avec ses nouvelles copines, Kiki et Carla, deux autres mères, elle décide de dire « fuck off » aux diktats de mères modèles, imposés notamment par le gang de Gwendolyn (voyez les trois nanas à droite sur l’affiche). Fini les repas super healthy 7j/7, les gâteaux maison pour la vente de l’école, et les réunions de parents d’élèves programmées à la dernière minute ! Amy va penser à ELLE !

C’est parti pour ressortir les tenues sexy du placard, la vieille Mustang du garage, et écumer les bars entre gonzesses !

*

J’ai aimé ?

Oh yeah! Je n’ai pas trouvé que ce film était un pur chef d’oeuvre. Entendons-nous bien, j’ai beaucoup plus pouffé devant les Cerveaux que devant Bad Moms. Mais j’ai tout de même souri plusieurs fois, grâce à certaines répliques franchement amusantes.

Le trio Amy-Kiki-Carla fonctionne bien et nous sert de bonnes tranches de rigolade, bien que la plupart des situations ne soit absolument pas crédible (essayez un peu d’aller foutre le boxon dans le supermarché du coin, de vous faire des cocktails maison avec les produits en rayon, avant de vous les verser sur les seins, et dites-moi si vous vous en tirez sans finir au poste !).

Le casting fait pratiquement tout le boulot. Les trois actrices principales sont excellentes. Cela fait du bien de les regarder faire n’importe quoi. Et on a une petite dose de suspens qui permet de nous tenir en éveil tout au long de l’heure et demie que dure ce film. Ce n’est pas le film du siècle je le redis, mais c’est une comédie qui tient la route.

Sur 5 j’attribuerais… un 3 ! 

Everybody wants to be Italian

J’aime beaucoup l’Italie, et c’est cela qui a fait que j’ai été intriguée par le film dont vous trouverez le titre à rallonge en haut de l’article que vous êtes en train de lire.

Erreur

Grosse erreur.

Ce film m’a fait perdre 1 h 45 d’existence. Même si je l’ai regardé en faisant d’autres choses, j’aurais mieux fait de garder mes neurones pour élaborer ma liste de courses mentale, ou planifier mon prochain week-end.

Je suis dure. Oui, mais NON ; si vous pensez cela, vous n’avez probablement pas vu ce film !

Le synopsis Allociné est court, mais je vais vous le donner texto : « Deux Américains se font passer pour Italiens pour se séduire l’un l’autre… ». En fait, ce n’est pas tout à fait ça.

 

Mon synopsis

L’histoire est celle d’un jeune homme, qui est toujours obsédé par son ancienne copine, pourtant mariée et mère de jeunes enfants.

C’est au point que chaque année, il continue de fêter leur anniversaire, alors qu’ils ne sont plus ensemble. Invariablement, la jeune femme repousse ses avances, et il finit par repartir avec sa bague et tout le tralala.

Un jour, ses amis, des américains d’origine italienne complètement psychos, rencontrent une jolie jeune femme, qu’ils décident de lui présenter.

La jeune femme a beau trainer à Little Italy, elle n’a rien d’italien elle non-plus, mais se garde bien de le dire.

 

Sauf que, l’intrigue ne se situe pas véritablement autour des origines des deux personnages. Elle est plutôt basée sur le fait que lui n’est pas libre, puisqu’il a eu la bonne idée d’annoncer à la jolie jeune femme, qu’il avait déjà quelqu’un dans sa vie (son ex qui ne veut plus de lui). Le côté faux italien n’a pas grand chose à voir dans l’histoire. Il sert juste de prétexte pour enchaîner les clichés, et aligner les blagues absolument pas drôles, du début à la fin de cette romance, qui n’a rien de romantique…

Cliché – exemple 1 : la vieille dame italienne qui conseille à la jeune de cuisiner, car l’estomac est la cible à viser pour atteindre le cœur d’un homme. Vu, revu, probablement vrai, mais tellement entendu que ça revient à dire que le ciel est en haut et que l’eau ça mouille.

Cliché – exemple 2 : : le copain italien qui explique au « héros » que la femme italienne est une parfaite mère, qui cuisine, s’occupe du linge, des enfants, et fait tout cela naturellement, car elle est ravie de l’amour et de l’attention que lui donne son italien de mari.

220px-ewtbi_theatrical_one-sheet

C’est très très cliché, notamment pour le personnage qui est à la fois poissonnier et psychologue, et analyse son copain dans l’arrière boutique, avec un tablier plein de sang de poisson.

Les dialogues sont creux. Les scènes s’enchaînent sans lien ni suspens. Les acteurs principaux sont mignons et pas si mauvais, mais ils ne parviennent pas à sauver un film auquel il manque tout : un scénario, une intrigue, des blagues marrantes…

Même les gens sensés être italiens ne parlent pas italien, puisque l’une des « italiennes » s’adresse à Mariana en lui disant « capisce? » qui signifie « vous comprenez » alors que tout le reste du temps elle la tutoie. Non. Je ne peux pas cautionner cela.

Bref, quand le générique de fin se lance enfin, on est soulagés. Enfin j’imagine, car honnêtement j’ai arrêté aux 3/4… Désolée.

Ce film a 2,5 / 5 sur Allociné, mais il n’a eu que deux critiques (une à 4, et l’autre à 0,5). Je me tâte pour me créer un compte, exprès pour décerner 0,5 à mon tour et rétablir la vérité ! :-p

Ceci n’est que mon avis. Si vraiment vous êtes intrigués, je ne vous empêche pas de le visionner pour vous faire votre propre idée !

The Lunchbox, la meilleure façon pour atteindre le cœur d’un homme… [DVD]

Je vous parle beaucoup de films américains, un peu de films français, mais trop peu de films indiens… pourtant il y a énormément de films indiens (plus que de films américains), et on en trouve de très très bons… Inutile de reparler de Slumdog Millionnaire, à part pour vous dire de le visionner si ce n’est déjà fait !

J’aimerais vous présenter aujourd’hui The Lunchbox, un film tout en finesse, qui nous rappelle que le cinéma indien ne se réduit pas aux productions bollywoodiennes…

The Lunchbox est une romance qui date de décembre 2013, et dure 1 h 42.

Quand on pense au cinéma indien, on imagine généralement de jeunes gens qui chantent et dansent, mais là ce n’est pas le cas.

*

Le synospsis est original. Je vais vous le faire, à ma sauce…

Ila est une jeune indienne, que son mari ignore royalement. Pour essayer de raviver la flamme, elle décide de lui préparer un délicieux repas, qu’elle fait livrer par le service de coursiers qui dessert la ville de Bombay. Mais… le livreur s’emmêle les crayons (en vrai il parait que cela n’arrive absolument jamais), et remet le repas à Saajan… Lui est un homme bougon, solitaire, qui ne semble plus vraiment avoir le goût de vivre…

Petit à petit, par le biais des petits plats et des notes qu’ils glissent avec jour après jour, Ila et Saajan vont faire connaissance, et réapprendre le bonheur…

*

21054428_20131031170113166

The Lunchobox est une comédie romantique, doublée d’un feel good movie, et le tout a un délicieux goût de curry. C’est à la fois piquant et réconfortant !

Derrière l’histoire de nos deux personnages principaux, qui entretiennent une relation épistolaire à travers des petites boîtes en métal, l’on goûte aussi le quotidien de Bombay, avec cette foule omniprésente, qui s’entasse dans les trains. On découvre la vie d’Ila, jeune et jolie épouse délaissée, qui reste au foyer et trouve une compagnie auprès de sa voisine devenue une confidente ; laquelle voisine n’est jamais visible. Nous ne faisons qu’entendre sa voix !

The Lunchobox nous propose aussi des scènes de bureau, qui permettent d’en apprendre un peu plus sur la vie des employés indiens. Tout est minuté, ritualisé, et la hiérarchie reste très marquée. L’intervention accidentelle d’Ila dans la vie de Sanjan, va même rapprocher ce dernier du jeune homme un peu agaçant qu’il doit former pour reprendre son poste !

Ce film est un véritable délice, qui ne se laisse pas enfermer dans un seul genre. Ce n’est pas totalement une comédie romantique, pas non-plus totalement un feel-good-movie ; c’est un peu de tout à la fois, et cela donne un savoureux mélange, au moins aussi appétissant que les lunchbox concoctées par Ila !

Voici la bande-annonce : ICI

Donne-moi ta Main [DVD]

Donne-moi ta Main est une comédie romantique qui date de 2010 (déjà !) et met en scène Amy Adams, que j’avais déjà vue dans Il Était une Fois (film de Princesse, à dévorer si vous ne l’avez pas déjà fait !!). Bon, vous vous en doutez, il n’y a pas qu’un personnage dans ce film, sinon ce ne serait pas une comédie romantique. Pour donner la réplique à la jolie rousse, on trouve également Matthew Goode, que je ne connaissais pas du tout. Il incarne un irlandais un peu rustre.

***

L’histoire ? Il s’agit d’Anna, une citadine de Boston, qui s’apprête à acheter un superbe appartement très coté, avec son petit ami, Jeremy. Tout semble rouler à merveille pour la jeune femme, si ce n’est que son homme, imminent chirurgien très accaparé par son métier, ne parait pas très pressé de la demander en mariage, et que le temps commence à être long pour elle…

Elle décide donc de prendre les choses en main, et de profiter d’une vieille tradition irlandaise, qui autorise les femmes à demander les hommes en mariage, chaque 29 février !

***

Voilà notre business woman en talons qui s’embarque pour l’Irlande, et se retrouve paumée au fin fond de la campagne, suite à des soucis avec son avion… Et là, on tombe dans le classique décalage de la citadine qui atterrit (c’est le cas de le dire) dans la France  l’Irlande profonde !

C’est vu et revu, mais qu’importe, cela ne me gêne pas de visionner des films qui ont des scenari téléphonés d’avance.

Là où cela me dérange en revanche, c’est quand tout est écrit, et que l’on a l’impression de regarder un film que l’on s’est déjà tapé 35 fois, tant aucune scène ne sort du lot et ne vient nous surprendre.

Et là… malheureusement ce fut le cas !

19483282

On sait dès le départ qu’Anna va tomber amoureuse de l’irlandais mal dégrossi, qui va s’avérer être moins rustre qu’il n’y parait. On sait que Jeremy ne la rend pas si heureuse que cela, et qu’Anna n’est pas qu’une bourgeoise qui se pâme pour des escarpins à 600 dollars, et une valise à roulette Louis Vuitton. On attend juste que le film se déroule, pour arriver à une conclusion connue d’avance.

On espère que le déroulement va apporter quelques surprises, des répliques amusantes, des scènes qui font rire. Mais c’est en vain. Dommage.

Ils ont essayé… mais avec moi, cela n’a pas pris… Quand l’irlandais mal dégrossit appelle la valise « Louis » en pensant que Louis Vuitton est un nom qu’Anna donne à son bagage, cela aurait pu être amusant, mais en fait non. Je ne saurais pas dire précisément pourquoi. Il manquait un truc…

On a toutes les scènes habituelles, notamment celle où le faux couple doit partager une chambre avec lit double. Combien de fois a -ton eu droit à cette scène dans des comédies ? Je ne compte même plus…

Les acteurs sont sympas, mais ils ne parviennent pas à sauver un film au scénario aussi plat que l’encéphalogramme d’un bulot mort depuis trois jours…

L’affiche était mignonne, le casting plutôt sympa, mais sans scénario on ne fait pas un bon film. Si vraiment vous cherchez un fond sonore pour ne pas vous endormir sur votre repassage, alors ce DVD peut faire l’affaire. Autrement je serais tentée de crier « Next ! »

 

 

Comment se faire Larguer en 10 Leçons

Comment se Faire Larguer en 10 Leçons est une comédie romantique germano-américaine, qui date (déjà) de 2003.

Le titre original est How to Lose a Guy in 10 Days (et pas « 10 lessons ») et je me demande une fois de plus, pourquoi la traduction française est aussi aléatoire, parce-qu’il est bien question de se faire larguer en 10 jours… Mais bon, ce n’est que du détail !

*

View this post on Instagram

C'est rare mais ce samedi, c'est #comédieromantique ! #dvd

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Pour faire une comédie romantique, il faut au minimum deux acteurs, à moins d’en prendre un seul que l’on grime pour qu’il joue les deux rôles, mais cela reste assez rare. Bref, ici nous avons Kate Hudson dans le rôle de le belle blonde, et Matthew Mc Conaughey dans la peau du mec craquant.

Petite note en passant, Matthew Mc Conaughey a également joué ce rôle de mec craquant dans Playboy à Saisir, que je vous avais présenté il y a quelques temps…

*

 

Résumé

Andie est une jeune femme à qui tout semble réussir. Canon et toujours flanquée de deux fidèles copines, elle est en charge de la rubrique « comment faire » d’un journal féminin new-yorkais. Lors d’une réunion avec la Rédactrice en Chef, elle se voit remettre la tâche de rédiger un article sur « Comment se faire larguer en dix jours ? ».

Au lieu de se projeter dans une situation fictive, Andie va s’impliquer corps et âme pour fournir un article digne de ce nom à sa patronne. Et la première étape de sa mission va donc être de trouver un mec…

Easy, quand on habite New-York, puisque de toute façon on passe toutes ses soirées dans les bars branchés, à siroter des cocktails avec ses copines. Trouver un date n’a rien de compliqué !

De son côté, Ben est un publicitaire ambitieux, qui relève le pari de faire tomber n’importe quelle femme amoureuse… Et comme de par za-sard, il se trouve dans le même bar qu’Andie !

*

Et après ?

Dans le but de se faire larguer, Andie va se montrer absolument insupportable, envahissante, jalouse, totalement imprévisible.

Mais elle ignore que Ben ne baissera pas les bras si facilement, tout investi qu’il est, de sa mission de la rendre amoureuse !

On a donc une situation typique de comédie, où chacun incarne un personnage, sans savoir que l’autre en face, ne joue pas franc jeu non-plus…

*

Une comédie qui ne casse pas des briques, mais mérite quand-même d’être vue…

Comment se Faire Larguer en 10 Leçons est une comédie romantique classique, aux ficelles tellement visibles que l’on se demande si ce ne serait pas plutôt des cordes… Il y en a beaucoup comme cela, et ce n’est pas nécessairement un inconvénient. Je dirais même que c’est l’essence de la comédie…

Les deux personnages en font des caisses et les clichés se suivent à un rythme soutenu. Mais qu’importe, nous sommes là pour ça ! Nous voulons de la comédie romantique, nous en avons ! Et puis finalement, il n’est pas nécessaire de se forcer des masses pour y croire !

Sur une échelle de 1 à 5, j’attribuerais 3 à ce DVD. Il faudrait que les personnages soient un poil plus attachants pour que j’aille au delà de cette note. Malgré tout, cela mérite un peu plus que la moyenne, car on passe un agréable moment devant un film qui se laisse regarder sans effort.