De Cinq à Sept – 4 femmes, 4 destins chamboulés par une même maladie

De cinq à sept est un roman d’Olivia Koudrine paru au Cherche Midi.

Publicités

J’ai testé La Kube, box littéraire

Connaissez-vous le principe de la Kube ?

Il s’agit d’une box littéraire que vous pouvez offrir ou vous (faire) offrir, ponctuellement ou sous forme d’abonnement.

Elle contient un livre (de poche ou semi-poche) et quelques goodies en lien avec la lecture.

Dans ma Kube, j’ai trouvé du thé en vrac, un marque-page, un petit carnet de notes, et quelques autres surprises que vous pouvez voir sur l’image ci-dessus…

Le livre, pièce centrale de notre Kube, est choisi avec soin et sur mesure par un Libraire partenaire. Lors de la commande, le destinataire est en effet invité à décrire ses goûts et envies du moment. A partir de là, le libraire choisit un livre qui devrait lui convenir.

Ensuite, le destinataire peut soit connaître la proposition du libraire, soit faire confiance et valider l’envoi du livre…

Sympathique comme concept, non ?

#lecture #citation #roman #lâcheté

A post shared by Ana (@chiarastory) on

J’avais noté que je souhaitais lire un roman feel-good, léger et qui me donnerait la pêche en plein hiver.

J’ai reçu Vivement l’Avenir de Marie-Sabine Roger. L’auteure est une ancienne instit. J’avais déjà lu et adoré Trente-Six Chandelle, un de ses autres romans. Mais ça je ne m’en souvenais plus. C’est en préparant le billet que vous êtes en train de lire que j’ai fait le rapprochement !

Dans Vivement l’Avenir, elle nous présente Alex, trentenaire androgyne au look d’éternel ado. Alex n’a pas d’attaches et sillonne la France et même le monde, au grès des opportunités. Elle vient d’atterrir chez Marlène et Bertrand, un couple qui loue une chambre. Ils vivent ou plutôt cohabitent avec le frère lourdement handicapé de Bertrand.

Contre toute attente, c’est auprès du frère en question, Gérard de son prénom, qu’Alex va trouver le plus d’humanité.

Ce bouquin est un pur produit feel-good, blindé de bons sentiments et de personnages que l’on aimerait rencontrer IRL (in real life, une expression que j’ai découvert dernièrement et qui je dois dire, est fort pratique). Malgré tout, il reste crédible, et c’est toute sa force. OK, les choses se passent plutôt facilement, mais pas trop non-plus, et l’on ne bascule pas dans un monde de Bisounours.

Du coup, cela donne une belle petite lecture, dont on sort avec le sourire aux lèvres. 🙂

Histoires plastiques – It’s fantastic!

C’est grâce à la plateforme Netgalley, que j’ai découvert le livre Histoires Plastiques, paru chez Stock. Il s’agit d’un ouvrage de la Chirurgienne Isabelle Sarfati, très largement inspirée de son propre vécu.

Le Dr Isabelle SARFATI est Chirurgienne Plasticienne. Elle est spécialisée dans la chirurgie des seins et la médecine esthétique du visage.

9782234084360-001-T.jpeg

Le titre correspond totalement au contenu du livre, puisque dans les 252 pages que compte l’édition papier, Isabelle Sarfati nous narre des anecdotes tour à tour amusantes, surprenantes, parfois même touchantes, qui lui sont arrivées soit en tant que Chirurgienne, soit en tant que consommatrice de chirurgie esthétique.

Aucune langue de bois de sa part, bien au contraire. Elle raconte son quotidien dans un langage simple et décomplexé, qui permet de s’immerger rapidement dans l’univers d’une Chirurgienne esthétique.

On découvre comment un homme a voulu se faire ajouter deux testicules, pour en avoir plus à tâter et se donner de l’assurance lors de parties de poker. On fait la connaissance de patients parfois totalement déjantés qui ont plus leur place dans le bureau d’un psychiatre que d’un chirurgien plastique, et d’autres beaucoup plus touchants.

Dans ce livre, il est question de complexes, de traumatismes, de caprices, de ratages, mais aussi de reconstructions après des accidents de la vie ou des maladies.

J’ai trouvé ce livre divertissant. Je l’ai lu très rapidement, car il était vraiment prenant, et qu’il m’a à la fois amusée et instruite. Le ton employé par l’auteure est plutôt sympathique, et même si elle utilise parfois du jargon médical, ce n’est jamais gênant pour la bonne compréhension.

Du coup, je suis ravie d’avoir lu ce livre, et le recommande à tous les curieux que le sujet intrigue !

Remember Me [DVD]

Encore une fois, c’est en vide-grenier que j’ai trouvé ce DVD. Je n’avais jamais entendu parler de ce film, mais le résumé m’a donné envie… Je vous le présente ? 

Petit #dvd pour bien commencer le week-end… Il neige dehors. ⛄️

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est un drame doublé d’une romance, qui date de 2010 et dure un peu moins de 2 h 00 ( 1 h 53 nous annonce Allociné). Il met en scène Emilie Ravin et Robert Pattinson (oui, le mec de Twilight). Emilie Ravin a un visage qui ne m’était pas inconnu mais je n’ai pas réussi à la replacer pendant le visionnage du film… et puis finalement j’ai découvert en consultant sa filmo, qu’elle avait joué dans diverses séries, et notamment dans Once Upon A Time, où elle incarnait Belle !

Robert lui, campe le personnage de Tyler, un jeune new-yorkais qui décide de séduire la fille d’un flic qui l’a humilié. C’est une sorte de vengeance… Sauf que (là vous avez déjà deviné la suite) la fille en question, Ally, se révèle être tout à fait aimable. Et les deux finissent par tomber réellement amoureux… Se lance alors une jolie histoire d’amour, intense et sincère…

« Sincère » c’est peut-être le mot qui définirait le mieux ce film. Il est loin des romances classiques, construites à peu près toutes sur un modèle similaire. L’histoire n’est pas une simple succession d’événements linéaires, qui servent un dénouement connu d’avance.

La romance entre Tyler et Ally a déjà un intérêt, mais d’autres histoires viennent se greffer tout autour. Il y a le passé d’Ally, et puis la famille de Tyler, avec le père totalement dédié à son travail, au point de délaisser sa famille ; avec la petite sœur qui est le souffre-douleur de son école, etc etc…

Remember Me est un chouette film, servi par un casting plutôt soigné (le père de Tyler n’est autre que Pierce Brosnan_je veux dire, James Bond quand-même !) qui offre tout un éventail de bons sentiments, sans verser dans la bisounourserie® (je copyright ce mot tiens). Il se termine par un vrai final qui vous laissera sur les fesses (et tout cas pour nous ce fut le cas) !

A voir, même si comme moi vous étiez totalement passés à côté de la folie Twilight et ne trouvez pas de charme particulier à Robert Pattinson !

Romy – David Lelait Helo

Grâce à un jeu concours organisé par mon émission de radio fétiche (La Curiosité, RTL) j’ai remporté un lot de deux livres, dont la biographie de Romy Schneider par David Lelait Helo.

Ce livre sort 35 ans après la disparition de l’actrice, dans des circonstances qui restent troubles.

J’aime énormément les biographies, au point de lire celles d’artistes dont je ne connais aucune oeuvre. Ce fut le cas pour celle-ci, car je l’avoue, je n’ai à ce jour encore visionné aucun film avec Romy Schneider (non non, pas même Sissi) !

David Lelait Helo, journaliste au magazine Nous Deux, n’en est pas à son coup d’essai, puisque avant de publier Romy, il a déjà écrit de nombreuses biographies, dont la première Evita, Le destin mythique d’Eva Perón, remonte à 1997. Il a aussi écrit sur Maria Callas, Dalida, Vanessa Paradis…

Et après avoir lu Romy, je pense me mettre en quête de ses autres livres, car j’ai beaucoup apprécié son style.

Le biographe retrace les grands événements de la vie de l’artiste, en se faisant oublier. L’on suit le récit, sans voir les minutes filer, tant l’on est captivés par ce destin hors normes.

Il y a beaucoup de sensibilité dans ce livre, et c’est un portrait à la fois délicat et respectueux que dresse son auteur.

Romy.jpg

Même pour moi qui ne connaissais pas du tout Romy Shneider, à part dans les (très) grandes lignes, il a été très facile de me repérer dans ma lecture.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai désormais fort envie de découvrir la filmographie de Romy Schneider, et que je ne commencerai pas par les Sissi ! En effet, j’ignorais que l’actrice les avait tournés plutôt à contre-cœur…

Vous l’aurez deviné je pense, ce livre m’a passionnée. Notez également qu’il contient un rabat de chaque côté de la couverture, incluant des photos de Romy Schneider. Vous pourrez le trouver pour 18 € aux éditions Télémaque.

 

Quand on s’appelle Simone, Corinne Naa

J’ai acheté Quand on s’appelle Simone un peu sur un coup de tête. Enfin, non c’était COMPLÈTEMENT sur un coup de tête en fait, puisque je n’en avais jamais entendu parler, et l’ai trouvé dans les promos du jour sur Amazon. Le résumé m’a plu, donc je me suis laissée tenter.

L’histoire est celle de Simone, vous l’aviez deviné, perspicaces comme vous êtes.

Lorsque nous la rencontrons, Simone n’est encore qu’une enfant, qui habite avec ses parents et sa grand-mère. Les premiers sont flics ; la mamie est retraitée. Son père est totalement flippé de tout, et donne des prénoms à ses couteaux. Sa mère est culturiste et passe sont temps à faire de la muscu et à s’enduire de tan.

Simone n’est donc pas vraiment tombée au sein d’une famille « classique », si tant est que la famille classique existe.

CVT_Quand-on-sappelle-Simone_2382.jpeg

Elle nous raconte sa vie à la première personne, son enfance, ses études, ses amours, et nous suivons sa drôle de vie comme si le film passait en accéléré sur un écran. Sur son premier mariage avec un imbécile, elle passe rapidement. On s’attarde un peu plus sur sa deuxième histoire, puis sur sa reconversion professionnelle, et sur son changement total de vie… On découvre les blessures qui ont parsemé son existence…

Les phrases sont simples, courtes, et donnent un rythme vraiment particulier au récit. J’ai eu du mal au départ, car j’avais l’impression de lire un résumé et de passer à côté des choses.

Et puis, très rapidement, je me suis laissée prendre au jeu, et j’ai eu de plus en plus de mal à lâcher mon livre quand venait l’heure de dormir…

L’auteure emploie des tournures amusantes, joue avec les mots, fait des comparaisons parfois vraiment tordantes. Elle nous conte une histoire qui n’est pas forcément toute rose, mais qui a le mérite d’avoir de nombreux rebondissements.

Simone est attachante, et l’on n’a qu’une envie, savoir ce qu’il va advenir de ce petit bout de femme…

Bien souvent je me suis regardée dans ses yeux.

Regardée oui, vue… jamais.

 

Il est difficile pour moi de vous dire en quoi ce roman est vraiment bon, et pourquoi je l’ai adoré, alors je vais vous dire qu’il est à part, et qu’il ne m’a pas rappelé d’autres romans que j’aurais pu lire avant lui… Et pour le reste, et bien à vous de voir si j’ai suffisamment piqué votre curiosité pour vous donner envie de le découvrir à votre tour… Je l’espère !

 

Ky Drinks – un délicieux thé au goût de barre chocolatée !

Caramel Circus est un Thé vert Genmaïcha aromatisé de chez Ky Drinks, une marque qui m’était totalement inconnue avant que Karine m’en envoie un sachet…

J’ai visité le site de la marque, mais n’ai pas appris grand chose, car la rubrique « Qui sommes-nous » ne répond pas vraiment à la question… »

On peut y lire « Passionnés par l’univers du thé et fascinés par les mélanges, nous parcourons le monde à la recherche d’ingrédients et de goûts nouveaux. » Mais qui sont les fameux K&Y ? Le mystère reste entier…

*

Ce thé est présenté comme « une invitation à l’enfance » à la fois « sucré et crémeux » puisqu’il développe des arômes de cacao et de caramel. Imaginez un peu la fête foraine pour les papilles !

La joie boîte vendue au prix de 2,50 €, ne contient que 5 sachets. Cela nous fait la tasse au prix de 0,50 €… une certaine somme, vous ne conviendrez !

Une fête foraine pour les papilles ? #teatime @ky_tea #théVert

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Dans la petite enveloppe, on trouve…

…du thé vert genmaicha, des écorces de cacao, du cyclopia (aussi appelé honeybush); de la feuille de mûrier, du caramel, de la chicorée torréfiée, des pétales de bleuets, des pétales de souci.

Le honeybush (cyclopia) j’en bois déjà en infusion, et j’apprécie le goût très doux, très mielleux de cette plante. Son nom contient « honey » (miel en anglais) et ce n’est pas un hasard…

 A sec, ce thé sent le Ferrero Rocher !… il embaume le mélange de chocolat au lait et de caramel, sucré, gourmand… c’est fort tentant ! Cela peut aussi rappeler les barres chocolatées de type Twix ou Snicker… Si vous gardez le sachet humide à proximité de vous après avoir bu votre thé, votre pièce embaumera le Twix ! C’est assez impressionnant !

Dans la tasse, je sens un parfum comme celui de céréales grillées, de pop corn… avec toujours cette pointe sucrée (pourtant je bois mon thé sans sucre).

Je goûte, et j’aime énormément ce que je découvre… c’est un mélange de cacao, de caramel, de miel ; c’est absolument délicieux, et malgré tout… étonnamment délicat. En effet, il n’y a pas une explosion sucrée en bouche, comme c’est parfois le cas avec les thés gourmand. Ce thé n’est pas du tout « chimique ». Et puis je retrouve ce parfum de céréales grillées façon pop corn, que j’avais déjà adoré dans le genmaïcha traditionnel (un thé à base de riz grillé, provenant du Japon).

Vraiment, c’est un coup de cœur pour ce thé qui charme aussi bien par son parfum, que par son goût, et même par sa vue, puisque l’emballage est absolument magnifique. Ce Caramel Circus justifie bien son prix un poil élevé…

Convaincus ? Vous pourrez l’acheter ici par exemple.