On ne dit pas…

Aujourd’hui, j’avais envie de vous proposer un petit billet en mode Bescherelle, avec les expressions incorrectes, que l’on entend le plus !

Au jour d’aujourd’hui est sans doute la plus entendue. Pourtant elle est doublement incorrecte. En effet, à l’origine, « hui » signifiait déjà « aujourd’hui », « présentement ». C’est ce petit mot qui a évolué et donné le oggi italien et le hoy espagnol (les deux signifient « aujourd’hui »).

« Aujourd’hui » était déjà une expression redondante. Alors en devenant « au jour d’aujourd’hui »_et cela ne date pas d’hier, puisque l’expression aurait été utilisée dès le seizième siècle_ elle a évolué en expression doublement redondante !

Certains spécialistes du langage défendent malgré tout l’expression « au jour d’aujourd’hui », arguant qu’elle permet d’insister sur le côté très actuel, très présent d’un fait. Mais globalement, il semble admis que cette expression est inutilement lourde. De plus, elle peut être facilement remplacée par des synonymes, comme « à notre époque », « de nos jours »…

***

J’ai été est souvent employé à tort au lieu de « je suis allé ». En effet, lorsqu’il s’agit d’indiquer que l’on a effectué un déplacement, c’est le verbe « aller » qui devrait être utilisé. Pourtant, nous sommes nombreux à nous permettre une familiarité, en affirmant « j’ai été au cinéma » ou « j’ai été en Espagne »… Une fois ce temps en temps, cela passe, mais attention si vous affirmez « j’ai été au coiffeur » car là vous risquez d’être catalogué, et pas très positivement !

***

Il y a une faute à l’écrit qui me fait systématiquement tiquer. Il s’agit du « si il », au lieu du « s’il ». Pour le terme technique, il s’agit d’une élision. Quand « si » est suivi du pronom « il(s) », il devient « s’ « . Et puis c’est tout !

***

Avez-vous déjà cherché « taboulet » sur Google ou Twitter par exemple ? Un nombre impressionnant de personnes orthographient le mot « taboulé » en le faisant transiter par un « tabouret ». Aussi surprenant qu’inexact.

Et j’en profite pendant que nous abordons le sujet, pour vous préciser que ce plat est originaire du Liban. D’ailleurs je vous conseille de goûter un taboulé libanais, à base de boulgour et de persil… C’est délicieux !

***

Et là je conclus ce billet, en espérant ne pas avoir commis de faute de français… Rien n’est moins sûr malheureusement, et je saurai réagir humblement si j’avais échoué, et que vous me le signaliez en commentaire !

A vous de m’indiquer les fautes de langues que vous relevez parfois autour de vous, et qui vous amusent ou vous agacent ! 🙂

Publicités

Quelques expressions anglaises…

Hello chers lecteurs ! Vous êtes généralement enthousiastes quand je vous propose des articles sur du vocabulaire nouveau croisé dans mes lectures. Et je vous annonce que cela me fait bien plaisir ! Alors voici une nouvelle louche de vocabulaire et d’expressions sympathiques, en anglais !

Ce sont des termes que j’ai pu glaner par ci par là, dans mes lectures, au travail, dans différents films…

*

On commence avec un verbe « to skim-read« . To skim signifie « to remove floating matter from a liquid« . Vous l’avez ? Il s’agit de « filtrer ».

Et associé au verbe « to read » (lire) il signifie que l’on lit en diagonale, de façon superficielle, afin de repérer les informations essentielles, le plus rapidement possible. 

Vous pourrez utiliser ce verbe dans votre communication professionnelle, pour vous excuser par exemple de demander une information qui était contenue dans un mail. « Oops sorry I should have read your email properly instead of skim reading!«  :-p

 

*

Voici un verbe croisé dans un roman que j’ai lu en anglais : To moonlight.

Moon désigne la lune, et light la lumière. Le verbe to moonlight pourrait être traduit par « travailler au noir ». On imagine bien quelqu’un se cacher, et faire les choses dans la nuit, éclairé par la seule lumière de la pleine lune…

Dans mon livre (dont je vous parlerai bientôt, promis !) l’un des personnages demande à son ami qui lui donne des conseils « You’re moonlighting as a skrink now? ». En gros, « T’es psy maintenant ?! ». Pas mal non, comme expression à réutiliser ?!!

 

*

To be jam-packed se dit d’un lieu ou d’une personne. Cela peut se traduire par « completely full » (bondé, blindé). Le métro peut être jam-packed, aux heures de pointe. Un agenda peut être jam-packed.

Par exemple dans The Second Chance Cafe l’un des personnage répond que « my days are jam-packed as it is. », c’est à dire que ses journées sont déjà bien remplies !

Attention, c’est une expression courante, que l’on n’emploiera pas n’importe quand et avec n’importe qui. On imagine mal un Réceptionniste d’hôtel répondre à un client qui souhaite réserver, que l’établissement est « jam-packed » !

*

Terminons avec To speak someone’s mind.

L’anglais est une langue pratique, qui ne s’encombre pas de mots inutiles, mais fait volontiers des combinaisons, pour exprimer des idées.

Ici, on pourrait traduire littéralement par « parler son esprit ». Concrètement, il s’agit de s’exprimer franchement, de dire ce que l’on a en tête.

He speaks his mind signifie que la personne dit ce qu’il pense, tout simplement.

*

Sur ce, je vous laisse et retourne glaner des expressions, pour vous proposer un nouveau billet très bientôt !

Nouveaux mots ! [vocabulaire inside]

J’ai eu la surprise de découvrir quelques nouveaux mots dans ma dernière lecture… surprise pourquoi ? Parce-que c’était une lecture légère, et que je ne m’attendais pas à m’instruire !

La voici, la voilà : La Danse Hésitante des Flocons de Neige

Avec la liseuse, je n’ai eu qu’à presser sur l’écran pour afficher la définition, et collecter ce vocabulaire…

*Achoppé : achopper signifie « heurter », mais s’utilise essentiellement au figuré pour dire que l’on a fait un faux pas.

*écot : c’est l’apport de chacun lors d’un repas commun, la participation.

*raucité : synonyme de rudesse, se dit notamment d’une voix.

*panade : il s’agit soit d’une soupe bien épaisse, soit de la pâte à choux (la pâte servant aussi à réaliser des quenelles). On comprend l’idée d’être dans la panade, et d’avoir du mal à en sortir !

*grenu : dans le livre, il s’agissait d’un bout de sein « grenu »… et cet adjectif signifie « abondant en grains » ou « couvert de petites aspérités arrondies, au grain visible ». Cela peut se dire d’un cuir, d’une pierre, ou encore de certains métaux !

*pulsatile : là encore, ce mot vient d’un paragraphe chaud-bouillant de La Danse Hésitante des Flocons de Neige. Il signifie « animé de pulsations ». Dans « pulsatile » on sent presque les battements cardiaques…

*privauté : ce mot désigne des « familiarités exagérées ». C’est un comportement déplacé.

Ce sera tout pour cette fois… Avez-vous découvert des mots, ou connaissiez-vous déjà tout ? 😀

Cueillette de mots

Je déteste devoir recourir au dictionnaire de façon régulière pour comprendre une lecture. Cela coupe l’histoire et empêche de se plonger pleinement dans le récit. En revanche, j’aime beaucoup trouver par ci par là, un mot nouveau, que j’ajoute dans mon panier virtuel, sur ma liseuse. 🙂

En voici quelques-uns, issus du roman Partir de Lucien Rigolini :

 

Prodrome

Prodrome.jpg

 

Vomitoire

Lucien Rigolini emploie se terme lorsque ses personnages visitent le Colisée de Rome.

Définition de l’Internaute : Dans l’antiquité romaine, passage très large qui permet aux spectateurs d’entrer et de sortir facilement des amphithéâtres.

On imagine bien les gens qui sortent du Colisée, comme une coulée de lave, ou comme… du vomis ! Amis de la poésie, bonjour !

 

Narthex

Nous sommes toujours à Rome, et l’auteur nous fait visiter des basiliques…

Wikipédia nous renseigne sur ce terme d’architecture : Le narthex (du grec narthêx, « férule » puis cassette faite avec les tiges de férule, puis, par analogie, portique), appelé parfois antéglise ou avant-nef, est un portique interne ménagé à l’entrée de certaines églises paléochrétiennes ou médiévales.

***

Nous voilà un peu moins bêtes qu’avant (vous aussi ?).

🙂

N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire (ou un gros) pour m’indiquer si ce billet vous a plu, et si vous avez appris des choses ! 🙂

La Curiosité est sur RTL !

Je vous avais déjà proposé un premier billet sur mes podcasts préférés… et bien voici la suite ! Et oui, le temps passe et je ne cesse de faire de jolies découvertes !

Maintenant j’écoute La Curiosité est un Vilain Défaut !+

C’est une émission d’environ vingt minutes, présentée par Thomas Hugues et Sidonie Bonnec sur RTL.

Les thèmes abordés sont souvent intéressants, et toujours variés. Dernièrement j’ai écouté les émissions suivantes : Renaud, la Syphilis et autres, la cybersécurité, la révolution française, la vie… la mort, les sextoys, Barbie… et bien d’autres encore !

Les présentateurs reçoivent des spécialistes qui nous livrent des informations sur le thème du jour. Les présentateurs leur posent des questions pertinentes, toujours avec humour. Le ton est léger, et la bonne humeur au rendez-vous ! C’est cela qui me plait, le fait de mettre la culture à la portée de tous, sans prise de tête !

J’ai appris pas mal de choses intéressantes avec cette émission. Notamment, j’ai découvert que Louis XVI n’était pas un petit bonhomme obèse, mais qu’il mesurait 1,90 m ce qui était immense pour son époque. J’ai aussi ré-appris des choses que j’avais oublié. Par exemple, les lits sont tous petits à Versailles, parce-que les gens dormaient en position semi-assise.

J’ai également appris que Barbie était allée sur la lune en 1967, avant Armstrong ! (enfin… pas réellement vous l’aurez compris)…

Pour en savoir plus sur ce podcast, et écoutez les émissions, c’est par ici… !