L’aperitivo comme à Milano

L’aperitivo pourrait être traduit par « apéritif », que nous connaissons bien en France. Mais ce serait en partie erroné. Car l’aperitivo italien n’a pas vraiment d’équivalent à l’étranger. Si chez nous on sert plutôt du pastis, du whisky ou encore du Martini accompagnés de gâteaux secs, et d’olives, de l’autre côté des Alpes, l’aperitivo est plus proche du cocktail dînatoire que du grignotage d’avant repas.

Très répandu dans le nord de la botte, il serait originaire de Turin, où fut inventé le Vermouth, qui entre dans la composition de différents cocktails, comme l’Americano ou le Negroni.
Pendant mon dernier séjour à Milan, j’ai pu constaté qu’il avait encore totalement la cote, et peut-être encore plus dans le quartier branché des Navigli. Car l’apero italien (abrégé « ape ») se prend en public, de préférence en terrasse. Et on preeennndd sssooonnnn teeemmmppss.
Les terrasses affichaient toutes leur « aperitivo » avec des précisions comme le prix du Spritz, ou les horaires. On aurait dit que ce serait à celle qui proposerait la formule la plus tentante, pour attirer un max de monde…
C’était probablement le cas d’ailleurs, car il faut du monde en terrasse pour un aperitivo. Cela doit être convivial, presque festif !
Cela consiste en quoi au juste un aperitivo ?
A partir de 18 h 00 en général et jusqu’à 20-21 heures, les bars proposent de commander une boisson alcoolisée, accompagnée de petits grignotages. La boisson la plus connue est le Spritz, un mélange de Prosecco, d’Apérol et d’eau pétillante agrémenté d’une rondelle d’orange (il y a des variantes à base de Campari).
En accompagnement, on trouve des petites gourmandises salées. Dans certains bars, cela se résume à quelques chips avec de la charcuterie (porchetta que l’on traduirait pas « cochonnaille »), dans d’autres on trouve aussi du fromage, des petits cakes, des légumes marinés, des salades de céréales. Les meilleures adresses sortent carrément le buffet.
A Milan, je vous suggère cette adresse, où l’Aperol Spritz coûte 8 € + 1 € pour l’accès au buffet (illimité). Ce dernier est fait de feuilletés, salades de riz, focaccia : https://www.facebook.com/BRAVOCaffeBistrot
Il n’est généralement pas noté très clairement si le buffet est à volonté, car l’idée n’est pas de faire son repas à l’aperitivo. Mais… certains le font sans aucune vergogne.
Suivant les adresses, le prix de la boisson peut être légèrement majoré (en moyenne : 6-8 € le Spritz) pendant l’aperitivo, ou un supplément peut être demandé (d’expérience, 1 ou 2 € pour se servir au buffet). Cela reste globalement très bon marché !
L’idée est de prendre son temps, et de passer un moment en couple ou entre amis, pour profiter du moment. J’aime totalement cette tradition, très italienne à mon sens. N’oublions pas que les italiens ont aussi cette habitude de manger la pizza ensemble, au restaurant et le soir, pour passer un moment entre amis ou en famille. L’ape c’est aussi vivre ensemble, être avec les gens, et pas seulement siroter un cocktail en mangeant de la cochonnaille 🙂
Publicités

Domo ô Domodossola mia ♥

Cela fait déjà 8 ans, peut-être même 9 que nous connaissons Domodossola. Tous les ans, nous y allons, soit pour toutes les vacances, soit pour faire étape sur le chemin. Il nous est aussi arrivé d’y aller juste le temps d’un week-end prolongé, puisque cette destination a l’avantage d’être assez proche de chez nous. Google Maps nous annonce un Besançon – Domodossola en 4 h 24 ! Bon… Google Maps ne s’est jamais tapé le passage du col du Sempione derrière une caravane qui avance à 30 km/h. Mais malgré tout…

Cette année nous avons passé 2 jours sur place, avant de reprendre la route vers Bergame.

 

Voici ce que vous pouvez faire à Domodossola même…

 

*Vous promener sur le marché hebdomadaire, chaque samedi matin, et acheter des fruits et légumes, mais aussi des fringues et chaussures, ou du linge de maison. Le marché est relativement grand, et même si l’on y trouve les mêmes bidouilles que sur les autres marchés, il a l’avantage de se tenir sur une très jolie place du marché, et dans de chouettes rues assez caractéristiques ! Les habitants fréquentent le marché, tout comme les touristes étrangers.

*Visiter le Sacro Monte, un chemin de croix perché sur une petite colline. On y trouvait autrefois un château du VIème siècle, dont subsistent encore quelques ruines. L’entrée est gratuite. Il n’y a qu’à payer le parking si vous décidez de monter en voiture (cela grimpe, mais l’ascension se fait bien à pied également). Une fois en haut, vous pourrez profiter des vieilles pierres et du parc arboré pour une balade détente !

Domodossola - Santuario

*Visiter la Collegiata dei Santi Gervasio e Protasio, église du XVème siècle, reconstruite à partir de 1792. Fut un temps, cette église était l’une des plus importante de la vallée de l’Ossola. C’est pour cela qu’elle fut appelée « duomo » (cathédrale) –> Duomo d’Ossola… Domodossola… C’est ainsi que la ville devint Domodossola !

Domodossola #Piemonte #Italia

 

Domodossola #Piemonte #Italia

*Du shopping… Eh oui, Domodossola est une ville truffée de commerces. On peut y trouver des boutiques en tous genres (de OVS à Rolex), des petits commerces, comme des chaines. Et la plupart ouvre même le dimanche.

Domodossola #Piemonte #Italia

*Manger végé chez Sali & Pistacchi ! Sur la place du marché, se trouve un resto végétarien, où vous pourrez manger matin, midi et soir… Il est possible d’y déguster des plats aussi délicieux que sains, comme une assiette de petit épeautre aux légumes, du carpaccio de betterave, des soupes savamment relevées. Vous pouvez aussi y prendre la prima colazione (le petit dèj) et composer votre repas selon vos goûts : thé, café, yaourt de soja, fruits, viennoiseries vegan, patisseries vegan…

Domodossola #Piemonte #Italia

*

Depuis Domodossola, on peut aussi rejoindre d’autres villes… notamment LA ville : Milan !

Comptez 20 € l’aller retour en train, et environ 1 h 30 avec un Régional direct. Pour plus d’infos, c’est par ici : http://www.trenitalia.com/

***

Alors, vous partez quand ?

Domodossola #Piemonte #Italia

 

Domodossola #Piemonte #Italia

 

Bon week-end ! [Luciano Ligabue]

Re-hello chers lecteurs.

Aujourd’hui c’est vendredi. Grande nouvelle ! Je suis convaincue que vous n’aviez pas remarqué… tsoin tsoin tsoin

Pour entamer le week-end comme il se doit, je vous propose non pas des chips et un Martini de (re)découvrir une petite chanson italienne, totalement d’actu. Elle est toute récente puisqu’elle date de la fin d’année 2016 et figure sur l’album Made in Italy de son interprète, qui a écrit et composé les quatorze titres. L’interprète, c’est le rockeur Luciano Ligabue, à qui l’on doit aussi, le merveilleux RadioFreccia, ou plutôt LES merveilleux RadioFreccia, car il y a le film, et la chanson du même titre, qui lui sert de BO.

Je m’égare. Me revoilà sur le sujet initial, et sans plus tarder, je vous donne le lien pour écouter E’ venerdi, non mi rompete i coglioni. Oui oui, vous avez bien lu, et dans le doute je vous fais la traduction « c’est vendredi, ne me cassez pas les couilles ! ».

Rien à ajouter.

Alors, cela vous a plu ?

Ces clichés sur l’Italie…

Aujourd’hui c’est un billet culturel que je vous propose, pour commencer à démonter les clichés qui pèsent sur l’Italie en général, sa cuisine, ses habitants, ses villes etc… ! C’est parti ? Andiamo! (Et pas « vamos » qui est de l’espagnol s’il vous please.)

4Roccabianca (44)

Place du marché de Roccabianca, province de Parma

 

Il n’y a pas une Italie mais plusieurs.

Tout d’abord, pour bien comprendre l’Italie, il faut garder à l’esprit que le pays n’est pas uni et centralisé comme peut l’être, au hasard… euh, tiens, la France !

L’unification italienne ne date que du dix-neuvième siècle, et même si cela commence à dater un petit peu, les différentes régions qui composent la botte conservent une identité qui leur est propre. Vous me direz qu’en France aussi, un lorrain et un provençal n’ont pas tout à fait la même culture, le même mode de vie, mais en Italie les différences régionales sont encore probablement plus marquées…

*

Des dialectes encore bien présents

Il y a énormément de dialectes régionaux, qui sont encore utilisés, et parlés même par des jeunes. Les italiens parlent bien-entendu l’italien scolaire, celui que l’on entend dans les médias, mais ils connaissent aussi pour la plupart un italien régional, qui varie d’une région à une autre, parfois d’une province à une autre.

Coucher de soleil sur #Medesano - campagne parmesane - Italie

Medesano, province de Parme

 

Les italiens sont machos, ou pas

Le terme « macho » vient de l’espagnol, et désigne tout bêtement un mâle. Les clichés peuvent être tenaces, notamment celui de l’italien macho, infidèle et jaloux. Si vous aussi vous pensez que l’homme transalpin est forcément un homme des cavernes, il serait peut-être temps de sortir de chez vous. Si si, je vous assure. Vous trouverez des machos en Italie, comme vous pouvez en trouver en France, mais ce n’est pas la norme.

Il y a des italiens jaloux. Il y a des italiens misogynes. Mais il y a aussi des français jaloux, des français misogynes. Ce n’est pas une généralité/fatalité et fort heureusement !

Ceci dit, il me semble que le pays a encore à faire en termes d’égalité hommes-femmes, et de sexisme. Mais est-il le seul ? Pas sûre…

Pour un petit aperçu de ce que peuvent être les relations homme-femme en Italie à notre époque, voici quelques références de films et bouquins à découvrir :

*L’Ultimo Bacio (Juste un baiser), sorti en 2001. Il met en scène un groupe de trentenaires, dont plusieurs sont en pleine crise de couple…

*Les romans populaire (ce n’est pas un gros mot) de Fabio Volo, parmi lesquels Il Giorno in Più. C’est facile à lire, et quand on en a lu un, on les a à peu près tous lus.

 

Puisque l’on parle de misogynie, laissez-moi vous dire un petit mot sur le concours de Miss Italie (non je ne dis pas que les concours de miss sont misogynes). On aime ou pas les concours de miss, là n’est pas la question. Force est de constater que ces concours renseignent parfois largement sur la place de la femme dans un pays… Et bien en Italie, en 2016, une miss « Curvy » (comprenez qui ne rentre pas dans un slim taille 36), est arrivée première dauphine. Paola Torrente s’habillait en 42, Mamma Mia !

Certains journaux ont jugé cela encourageant d’arriver aussi haut dans le classement en assumant ses formes, à l’image de la Stampa, alors que d’autres se sont indignés que l’on puisse imposer à tous, la vision d’une miss qui ne correspond pas aux codes habituels…  Selon ces journaux, Paola débordait de son body. Vous trouvez que cela déborde vous ?!

L’Italie… ce pays que l’on associe aux brunes pulpeuses, à Sophia Loren, à Monica Bellucci, a vu ses codes de beauté évoluer apparemment. Vous me répondrez, la France aussi, si on compare sur la même période !

Ci-dessous, voici miss Italie 2014 lors de son sacre…

Et miss Italie 2014 maintenant…

Les italiens sont classes

Oui. Mais pas toujours.

C’est une image qui colle à la peau des italiens. Ils sont réputés pour leur goût en matière de vêtements notamment. Certes, il y a une foule de grosses marques luxueuses originaires d’Italie (il faut vraiment que je les cite ?) mais dans la rue, vous pourrez être surpris de voir des jeunes femmes en jeans troué et T-shirt larges, et des garçons aux coupes de cheveux totalement improbables. Oui, en Italie aussi.

Ceci dit, il me parait indéniable de dire que les italiens prêtent malgré tout une attention particulière au paraître. D’ailleurs, la balade (passeggiata) est originaire d’Italie et ce n’est pas un hasard. En Italie on se balade, en famille le dimanche et les jours fériés, et on met rarement son jogging en molleton pour le faire…

 

IMG_0407

 

 

Il n’y a pas que la pasta et la pizza dans les assiettes !

Roma

Certes, on mange souvent des pâtes en Italie, sous toutes leurs formes, et avec des accompagnements variés, qui font que l’on ne s’en lasse pas. La pasta c’est en moyenne une fois par jour… Dans les supermarchés italiens, le rayon pâtes est bien fourni, et on n’a pas un choix binaire entre spaghetti et coquillettes.

Au resto, vous ne commanderez pas des « pâtes à la carbonara » mais des linguine (non il ne manque pas un « s » au bout), des penne, des farfalle ou des spaghetti. On précise le type de pâtes, et on ne choisit pas une variété au pif, sans se soucier de la sauce. Les pâtes à rainures retiennent la sauce que les lisses par exemple…

Il y aurait énormément à écrire sur les pâtes, pour vous parler des pâtes fraîches, de la vraie carbonara, qui ne se prépare pas avec la crème (sacrilège), du pesto de Gênes, de la cuisson al dente, mais ce serait très très long… Vous seriez surpris d’apprendre que oui, on peut cuisiner des pâtes au beurre, surtout dans le nord, où l’huile d’olive n’appartient pas à la tradition.

Pastaway

 

N’empêche, qu’il n’y a pas que les pâtes dans les assiettes italiennes. Les italiens consomment aussi du riz (sans blague) l’Arborio ou le Carnaroli cela vous parle ? Et si je vous dis « risotto » ?

Accrochez-vous, on trouve aussi en Italie, du pain. Il n’est pas compliqué de dénicher une boulangerie, et d’acheter du pain, avec un choix presque aussi vaste que chez nous, sinon plus. Dans la plupart des magasins on trouve un rayon boulangerie, avec des pains à la pièce, déclinés en nombreuses variétés (pain de seigle, pain complet, pain arabe, …). Bien-sûr, s’y ajoutent les focacce, originaire de Ligurie, et les pizze vendues au rayon libre service, qui ressemblent à des foccacie, avec des garnitures à base de sauce tomate, olives, parfois charcuterie, etc…

La pizza est originaire de Naples. Elle se déguste dans tout le pays, avec des variantes selon les régions. Si à Naples, elle est généralement énorme, avec une pâte épaisse, dans le nord, ses dimensions sont plus modestes, et sa pâte fine.

La pizza est généralement appréciée le dimanche soir, entre amis ou en famille. Elle est idéale pour les repas en terrasse, mais peut aussi être grignotée à la tranche (al taglio), en vitesse. On l’achète alors dans des boulangeries ou fast food, qui proposent la tranche de pizza à emporter.

 

La Mamma

Non, les italiennes ne sont pas toutes des brunes incendiaires à la longue et lourde chevelure façon Monica Bellucci.

Il y a aussi des petites blondes.

Il y a des italiennes aux yeux bleus.

Il y a des Mamma comme on les imagine, plantureuses et qui parlent fort.

Et il y a des Mamma passe-partout, plus ou moins grandes, plus ou moins brunes, plus ou moins minces, avec des lunettes, avec des baskets, avec des cheveux courts, avec des tatouages, avec du vernis à ongles bleus, ou pas. Bref. C’est un peu comme en France. Nous n’avons pas tous un béret et une baguette de pain sous le bras.

 

Les italiens sont extravertis, ou pas.

On a souvent l’image de l’italien qui parle fort, en faisant de grands gestes avec les mains. Il suffit de regarder autour de soi dans la rue pour constater que ce n’est pas une légende. Il existe. Il n’est pas compliqué de voir des italiens en grande conversation, hyper animée, sur les places des villages, chez eux, même parfois dans les églises. Mais je vous assure, les italiens timides existent aussi. Si si, j’en ai vu.

Globalement, je crois pouvoir affirmer sans me tromper, que les italiens du nord sont moins extravertis que ceux du sud. Mais là encore, j’insisterai sur le « globalement » car il ne s’agit pas de dire que tous les italiens du sud sont extravertis, et que tous ceux du nord sont ultra ouverts. J’ai déjà rencontrés des piémontais super bavards, et à l’inverse, des napolitains renfermés.

 

Et ça par contre, c’est vrai…

Les italiens boivent du café. OK, pas tous, et certains boivent de l’instantané pas bon. En Italie aussi il y a des gens qui sucrent le café, et généralement dans les bars, on trouve des sachets de sucre sur les tables, mais aussi de l’édulcorant.

Le café a beau être un grand symbole de l’Italie, il peut connaître des variantes, et être consommé avec de l’orge (orzo), du lait végétal à la place du lait de vache, etc etc…

Infusion en cours...

Et si malgré tout vous souhaitez commander du thé dans un bar italien, souvent on vous servira un sachet d’English Breakfast accompagné d’une rondelle de citron…

*

Ce sera tout pour ce premier billet sur le thème. On aurait pu continuer et parler de la religion, des magasins, de la télé italienne, de la politique, de la météo, de tout en fait.

Mais je pense qu’il faut savoir dire stop au bon moment, quitte à continuer dans un second billet.. à voir si le thème vous amuse, et vous fait réagir ! Ciao ! 🙂