Jean Teulé – Entrez dans la Danse !

Parmi mes romans préférés de tous les temps, il y a le Montespan, de Jean Teulé paru en 2008. Il s’agissait du premier roman que je découvrais de cet auteur, et ce fut un coup de cœur absolu. J’avais ensuite acheté d’autres romans de Jean Teulé, en espérant me régaler à nouveau grâce à son écriture.

Mais si certains autres ouvrages de l’auteur m’avaient permis de passer de bons moments, aucun ne m’avait à nouveau séduite comme l’avait fait le Montespan. Et certains au contraire, m’avaient même franchement déçue…

Qu’à cela ne tienne, je ne voudrais pas passer à côté d’un bon roman, donc je continue à lire chaque bouquin de Teulé !

***

Entrez dans la Danse est un roman dont l’histoire se base sur des faits ayant réellement eu lieu. Nous sommes à Strasbourg en 1519, et une épidémie des plus étrange sévit dans la cité alsacienne. Une femme infanticide s’est mise à danser, pour ne plus s’arrêter, entraînant avec elle de nombreux autres strasbourgeois. Les danseurs sont comme pris de démence, comme possédés, et se meuvent sans arrêt, jour et nuit, pendant deux mois ! Certains dansent littéralement jusqu’à en mourir !

***

41Roj8eCPCL._SX195_

Jean Teulé n’en est pas à son coup d’essai avec les romans basés sur des faits réels. Il avait déjà écrit Mangez-le si vous Voulez ! un roman dérangeant sur une histoire de cannibalisme. L’auteur semble également apprécier le Moyen-Âge, qu’il dépeint dans toute sa violence et sa cruauté, avec le vocabulaire cru qui est sien.

Teulé n’a pas peur des mots, et nous parle de merde, de sang, de sexe sans rougir.

Mais… il n’a pas réussi à m’emmener avec lui dans la danse… pas cette fois-ci malheureusement.

*

Entrez dans la Danse ! m’est apparu comme un roman linéaire dépourvu de tout rebondissement. Il n’est que prétexte à placer des descriptions vulgaires, des mots souvent trop recherchés (qui alternent avec les termes triviaux) que j’ai justement dû rechercher dans le dictionnaire de ma liseuse… Point de suspens, rien pour tenir le lecteur en haleine… 

C’est dommage, car le thème était intriguant. Tant pis, pour cette fois je suis déçue, mais je ne bouderai pas pour autant le prochain roman de l’auteur !

Publicités

[Livre] Découverte de J. M. Erre…

J’avais lu plusieurs chroniques super emballées sur les romans loufoque de l’auteur J. M. Erre. Je me faisais donc une joie de découvrir sa plume, et étais quasiment persuadée que ce serait un véritable bonheur. En effet, j’adore les bouquins rigolos, comme ceux de David Safier ou Arto Paasilinna

Jean-Marcel Erre est un auteur français, né en 1971.

Prenez Soin du Chien est son premier roman, paru en 2006. Avant d’en lire autant de bien sur la blogosphère, je n’en avais absolument jamais entendu parler… Et on pourrait en dire la même chose de ses autres livres : Made in China (2008), Série Z (2010), Le Mystère Sherlock (2012) et La Fin du Monde a du Retard (2014).

J’ai commencé par Prenez Soin du Chien, un peu au hasard… J’ignorais qu’il s’agissait de son premier livre.

Dans ce roman de 304 pages, nous découvrons la vie animée de deux immeubles voisins, ou plutôt de ses occupants, à travers des journaux intimes, des lettres, et un narrateur extérieur, qui nous présente chacun à tour de rôle…

D’un côté, on trouve un peintre sur œufs, de l’autre un écrivain de romans-feuilletons, qui sont mutuellement convaincus que l’autre les espionne… Autour d’eux, gravitent un cinéaste farfelu, qui réalise des films à partir d’extraits d’autres films ; un auteur de romans érotiques, une concierge sexy, une autre concierge franchement frapadingue, et encore bien d’autres personnages.

Le problème, car je suis désolée de vous l’annoncer, mais il y en a un… c’est que je m’y suis perdue avec tous ces personnages. C’est déjà un gros problème, et cela n’a pas été le seul. Le second… cela a été que je n’ai pas ri. Et là c’est un énorme problème pour un bouquin qui se veut drôle…

Les situations loufoques s’enchaînent,  tout comme l’apparition des personnages, et l’on n’a pas le temps de reprendre son souffle et de situer tout le monde. Je dois dire que cela m’a dérangée car même si l’on peut lire ce roman juste pour le fun, comme une succession de scènes amusantes, sans chercher à situer les personnages les uns par rapport aux autres, j’ai un peu de mal à admettre de ne pas savoir qui est qui…

Quand à l’humour, il se veut présent, mais il n’a pas fonctionné avec moi. Ce n’était ni suffisamment fin, ni au contraire, suffisamment gros, pour me faire rire. Pourtant je m’estime bon public d’habitude. Mais là… non. Niet popov. Je ne me suis pas attachée aux personnages, et je n’ai pas été captivée par l’intrigue. Donc je me suis contentée de lire, jusqu’à la dernière page… et de prendre mon mal en patience.

Je suis un peu embêtée de « casser » ce livre car il a globalement bien plu aux autres lecteurs, donc je me dis que j’ai dû le lire dans une mauvaise période, ou ne pas saisir l’humour de l’auteur. Mais bon, le principe d’un avis, c’est de donner son ressenti personnel. Alors je le fais : Je n’ai pas aimé ! Voilà. C’est dit !