La plus chouette, c’est Polette ! [Lunettes]

img_9672

J’avais partagé mon enthousiasme avec vous, suite à ma première commande sur le site L’Usine à Lunettes. C’était il y a quelques mois, et j’avais à l’époque commandé deux paires à ma vue, pour environ 50 €, livraison incluse.

img_9674

Deux paires, quand on n’a qu’une tête, logiquement c’est suffisant, d’autant que j’avais en plus une autre paire achetée chez un opticien « physique », et une paire de solaires…

Oui mais bon, être myope c’est pas rigolo, alors autant faire de ce « défaut » un avantage, et en profiter pour porter de jolies lunettes… et changer selon son humeur ! Vous n’êtes pas de mon avis ? Pourquoi changerait t-on de chaussures selon notre tenue, et devrait-on porter les mêmes lunettes en permanence ? Je vous le demande…

Bref… je me cherche des excuses, pour justifier une seconde commande passée sur L’Usine à Lunettes.

Grâce à un code promo Showroom Privé, ce ne sont pas deux paires que j’ai commandé… mais bien 3 ! Ah ah… ah !

Voici la première que j’ai testé et aussitôt adoptée : THALES.

Son nom ne nous prédisposait pas à devenir copines, car les maths et moi cela fait deux. Mais Thalès a su m’amadouer avec son tout petit prix… 9,99 € la monture… sérieusement, qui dit mieux ?

Ces lunettes sont en plastique, très léger et flexible. Toutes simples, toutes noires, brillantes, avec des branches fines, on ne peut que les aimer…

img_9673

Je les ai tout de suite adoptées, et posées sur mon nez pour aller travailler…

Pour plus d’infos et notamment pour connaître les dimensions de ce modèle (pour comparer avec vos lunettes actuelles par exemple), c’est par ici : http://www.lusinealunettes.com/fr/thales.html

Et vous l’aurez compris, ce billet n’est pas sponsorisé. J’ai acheté mes lunettes toutes seule, avec un code promo grand public, et mes propres deniers ! :-p

Je vous dis à bientôt pour la présentation des deux autres modèles pour lesquels j’ai craqué…

A Lyon, les bikinis sont de sortie !

C’est grâce au blog de Yion de Lyon que j’ai eu connaissance de l’exposition Bikini qui se tenait à la Sucrière… Je vous invite vivement à visiter ce blog si vous vivez à Lyon ou prévoyez d’y faire un saut. Vous y trouverez un maximum de bons plans, partagés sur un ton très sympathique !

Bonne idée en tout cas de visiter l’expo bikini, pour s’instruire sans trop se fouler les méninges ! :-p

Je raffole de ce type d’expos sur des objets du quotidien. Dans le même genre je vous avais déjà parlé de l’expo Barbie à Paris.

L’expo Bikini est 100 % gratuite. Le seul hic, c’est qu’elle est terminée. Grmmmfff. Je l’ai visitée le tout dernier jour.

image

 

***

Ceci dit je ne trouve pas inintéressant de vous en parler malgré tout car elle était fort intéressante !

Nous avons pu voir de vrais maillots de bain de différentes époques, présentés sur des mannequins. Des panneaux récapitulaient les grandes évolutions du maillot de bain, tandis que des étiquettes dataient chaque pièce.

***

Cocorico c’est Louis Réard, un français, qui a inventé le véritable bikini. A la base il était… ingénieur automobile ! Son maillot deux pièces a été baptisé Bikini, en référence l’atoll du même nom. Le deux pièces existait déjà, mais il remontait pour cacher le nombril, et prenait souvent la forme d’un short. Avec son bikini, Réard a proposé un maillot beaucoup plus minimaliste, fait d’un soutien-gorge triangle, et d’une simple culotte.

image

En 1946, il fait défiler une danseuse du Casino de Paris, Micheline Bernardini, avec son bikini imprimé aux motifs de papier journal (vous le voyez au second plan de ma photo, là juste au-dessus). Cela se passe à la piscine Molitor

Avant d’en arriver au bikini à proprement parler, nous avons pu découvrir les premiers costumes de bain, bien différents mais pas dépourvus d’élégance ! Puis nous avons souri devant les bikinis en laine, avant de nous étonner en découvrant certains deux pièces des années 60, franchement plus sexy que la plupart des modèles actuels !!

Les panneaux explicatifs nous ont appris que l’histoire du bikini était intimement liée aux concours de miss, puisque ces compétitions servaient à la base à lancer de nouvelles modes…

image

Les modèles présentés étaient pour certains très « datés » pour ne pas écrire « vieillots ». Mais pour d’autres, on pouvait tout à fait les imaginer sur les plages en 2016 !
Les maillots jupettes des années 50-60, que l’on a tous vus un jour ou l’autre en photo ou en film, ont finalement été peu vendus dans la « vraie vie » car il coûtaient cher, et ne pouvaient être achetés que par certaines clientes particulièrement aisées. Ces dernières n’allaient parfois même pas dans l’eau avec, pour ne pas les abîmer !!

L’expo évoquait certaines icônes, comme Bardot, Ursula Andress et son deux pièces de James Bond Girl…

Nous avons aussi pu constater que les critères de beauté n’avaient pas forcément évolué tant que cela en un siècle. Les premiers maillots étaient gainant, pour donner à celles qui les portaient, un ventre plat et une taille fine…

image

Nous avons également remarqué que la mode n’avait pas attendu la retouche numérique pour exposer des modèles de corps féminins assez éloignés de la réalité… Regardez un peu la taille des modèles dessinés ci-dessus !

Ce fut une belle surprise que cette expo, vraiment instructive et agréable à parcourir. Si elle n’était pas terminée, je vous conseillerais de la visiter…