Y’a pas que la pasta et la pizza dans la vie… Y’a la farinata aussi !

Quand on parle de bouffe italienne, les gens pensent systématiquement PIZZA et PASTA. Certes la pizza est italienne, et même si elle est originaire de Naples, on peut aujourd’hui la savourer même dans le nord, entière ou à la tranche.

La pasta est bien présente aussi, sous une infinité de formes, et cuisinée selon une multitude de recettes. Mais ce n’est pas pour autant que la gastronomie italienne se résume à ces deux plats !

Ci-dessus, la Farinata de la Coop, dégustée à Ferrare !

*

Du côté de Ferrare, en Emilie-Romagne, on cuisine traditionnellement la farinata, une galettes salée, réalisée à base de farine de pois chiches. Oui, car en Italie le pois chiche est une légumineuse assez appréciée, beaucoup plus consommée qu’en France, où il ne trouve sa place que dans le couscous. Arrêtez-moi si je me trompe !

Assez parlé, on passe à la recette !

Ci-dessus : Première tentative de farinata…

Pour réaliser une farinata de taille conséquente (disons pour deux plats standards, ou la plaque du four en entier) il vous faudra :

*trois verres de farine de pois chiches

*4 verres d’eau (je fais chauffer l’eau pour que la pâte soit plus facile à mélanger)

*1/4 de verre d’huile d’olive

*une pincée de sel

Et c’est tout !

A Ferrare, nous trouvions des farinate plus ou moins huileuses, plus ou moins salées. A vous d’ajuster la recette selon vos goûts finalement !

J’ai ajouté un peu de basilic dans ma recette, mais chacun fait comme il le souhaite !

Prévoyez un moule de type tôle à tarte ou prenez la plaque du four recouverte de papier cuisson, et idéalement préparez la pâte de façon à la laisser reposer 24 heures avant cuisson. Si vous n’avez pas le temps, tant pis, mais personnellement je trouve que plus la pâte a le temps de reposer, meilleur c’est !

Dans un premier temps, on verse la farine dans un saladier, avant de former un petit puis central dans lequel on dépose l’huile d’olive. Puis on remue en incorporant l’eau petit à petit. On n’oublie pas la pincée de sel. Et on recouvre d’un linge pour laisser reposer.

C’est aussi rapide et simple que cela !

Ensuite, on passe à la cuisson. Le four préchauffé à 240°C, on verse la pâte dans un moule, ou sur une plaque recouverte de papier cuisson, et hop c’est parti pour 20 à 25 minutes !

Pour ma part, j’utilise directement la plaque du four, pour obtenir une farinata géante et toute fine. C’est l’idéal pour nourrir un max de personnes, ou pour avoir de quoi se régaler plusieurs fois ! Car la farinata se conserve sans aucun problème, pendant 3 à 4 jours, au frigo dans un récipient fermé ou un aluminium !

View this post on Instagram

#farinata #italianfood #Ferrara #miam #food

A post shared by Ana (@chiarastory) on

C’est healthy ? Oui, plus que la farine de blé raffinée, car la farine de pois chiches même si elle est un poil plus calorique, vous apportera en moyenne 22 grammes de protéines aux 100 grammes, et 55 grammes de glucides (contre respectivement 20 grammes de protéines et quasiment 80 grammes de glucides dans la farine de blé). L’huile d’olive est bien présente, mais sans excès, et puis le bon gras c’est la vie ! :-p

Je vous ai tentés ? Je l’espère ! Si vous testez n’oubliez pas de me le dire, et encore mieux, de partager vos photos ! 🙂

 

Découverte de la belle Ferrara

Ferrara (Ferrare en version française) est une ville italienne, située dans la province du même nom, en Émilie-Romagne (nord de la botte).

L’an dernier, nous avions visité Bologne en quatrième vitesse, et étions repartis légèrement frustrés. Donc, cette année, nous voulions revenir et approfondir notre visite de la région. C’est pourquoi nous avons fait étape à Bologne une seconde fois, et profité d’être à proximité de Ferrare, pour ajouter cette ville à notre planning !

Best Western Ferrara

Ferrare est LA ville du vélo. Je ne sais pas s’il y a des villes italiennes où la bicyclette a encore plus sa place. J’en ai visité pas mal à ce jour, et vraiment parmi celles visitées, aucune ne dépasse Ferrare, pour la place accordée à la petite reine. 

Des vélos, et un château

Le monument le plus représentatif de Ferrare, est incontestablement le Château d’Este, qui doit son nom à la famille d’Este, Seigneurs de Ferrare.

FERRARA

FERRARA

FERRARA

Castello d’Estense, de jour, de nuit, sous tous les angles…

Le château (castello d’Estense en italien) est un bâtiment de briques, tout carré, et muni de tours défensives. Il se trouve en plein centre de Ferrare, et a malheureusement été abîmé par les séismes qui touchèrent Ferrare en 2012.

De l’extérieur nous n’avons vu aucune trace de la catastrophe. Le château est superbe, et l’on ne se lasse pas de l’admirer, et de tourner autour en vélo.

 

Un peu d’Histoire

En 1385, une violente révolte eut lieu à Ferrare, et se termina par le massacre par les citoyens du ministre des octrois, Tommaso da Tortona.

Niccolo II d’Este, alors marquis de Ferrara, était peu rassuré par la situation, et jugea bon de construire un forteresse, pour protéger sa famille et lui-même. C’est ainsi que naquit l’idée d’un château… château défensif pour se protéger du peuple.

L’Architecte Bartolino da Novara s’inspira d’une tour déjà présente dans la ville, pour concevoir le futur château d’Este.

Le temps passa, et la ville s’agrandit. Les révoltent cessèrent. Le château devint progressivement un lieu de vie, de plus en plus joli, de moins en moins défensif. Les appartements furent décorés avec toujours plus de faste.

FERRARA

 

Bien-sûr, le château se visite, mais pas le lundi… Or, nous étions à Ferrare un lundi. Ce jour là, il y avait des visites spéciales le soir, jusqu’à 23 heures et des bananes, mais comme elles étaient commentées, les prix étaient un peu rédhibitoires. Nous nous sommes donc contentés de rouler dans la ville, avec nos bicyclettes prêtées par l’hôtel, et de déambuler dans la cour du château.

Sachez que pour 2 € de plus, si vous visitez le musée du château, vous pouvez monter dans l’une des tours, et profiter d’une vue imprenable sur la ville. Il n’est pas possible d’acheter le billet pour la tour seul.

 

FERRARA

De jour…

FERRARA

et de nuit !

***

A Ferrare, l’on peut également visiter le Palazzo del Municipio, c’est à dire l’hôtel de ville, qui fut initialement la résidence de la famille d’Este. Il a été reconstruit au XVIIIème siècle.

FERRARA

Vous vous en doutez, Ferrara a aussi son église, une basilique cathédrale en l’occurrence, dédiée au Saint protecteur de la ville : San Giorgio. L’édifice fut consacré en 1135. Il remplaça l’ancienne cathédrale, toujours visible !

La façade de Saint George est saisissante. On la reconnait facilement, par sa structure à trois flèche, vraiment particulière. Elle fut commencée en style roman, puis continuée dans la partie supérieure selon les règles du style gothique. Le clocher de marbre blanc est rose est réalisé quant à lui, dans un style renaissance.

L’ennui, c’est que suite au séisme de 2012, la cathédrale est en restauration… et cela, nous ne l’avions pas prévu. Voici donc ce que nous avons vu en arrivant devant le duomo

FERRARA

N’en parlons plus voulez-vous ?

Nous avons néanmoins accroché nos vélos pour visiter l’intérieur de la cathédrale…

FERRARA

FERRARA

Oui, j’ai aussi trouvé un bouquiniste à Ferrare… et à côté de la cathédrale, une librairie vend des bouquins d’occasion à petits prix…

FERRARA

FERRARA

Pendant notre visite, il y avait une célébration dans la cathédrale, donc nous n’avons pas pu faire le tour, et prendre des tonnes de photos. Tant pis, cela fera une excuse pour revenir après la fin des travaux !

L’intérieur de la cathédrale a été détruit par un incendie. Tel que l’on peut le voir aujourd’hui, il date du XVIIIème siècle, et est en style baroque.

FERRARA

FERRARA

Sur les côtés de la cathédrale, des galeries abritent différents commerces. C’est très surprenant, et cela confirme que le bâtiment marque bien le centre de la ville. Ici, c’est le cœur de Ferrare !

Il n’y a qu’à s’y balader la nuit, pour constater qu’ici il y a toujours de la vie ! Les gens se baladent, dégustent un gelato, prennent un verre en terrasse…

FERRARA

FERRARA

L’avantage des vélos, c’est qu’ils permettent d’aller bien plus vite qu’à pied, surtout dans une ville plate comme Ferrare, où l’on n’a quasiment jamais à forcer sur les cuisses ! A pied nous aurions probablement tracé un itinéraire d’un point d’intérêt à un autre, pour profiter au mieux du peu de temps que nous passions sur place. En vélo, nous avons pris le temps d’aller où nous avions envie d’aller, au hasard…

FERRARA

FERRARA

FERRARA

FERRARA

FERRARA

Du coup, nous avons vu énormément de choses, et constaté que la ville était réellement très plaisante, même si l’on s’écartait du centre historique. Mais la contrepartie de la visite à vélo, a été que nous avons pris assez peu de photos ! Il faut parfois faire des choix !

J’ai néanmoins pris la peine de mettre le pied à terre pour immortaliser la plus vieille rue de la ville, la via delle Volte. Elle date de l’époque médiévale, et conserve un certain charme…

En vélo, les pavés créent pas mal de secousses, mais l’on n’y pense pas vraiment tandis que l’on admire cette rue historique !

FERRARA

FERRARA

FERRARA

Je conclurai sur le palazzo dei Diamanti, un bâtiment du centre de Ferrare, situé tout près du château d’Este. Sa façade est faite de marbre, taillé en forme de diamants, d’où son nom. Le palazzo abrite une pinacothèque.

FERRARA

Nous avons énormément apprécié la visite de Ferrare. Le fait de pouvoir y circuler à vélo en toute sécurité, a été un vrai plus. Nous n’avons passé qu’une journée sur place, mais il est clair que nous reviendrons, ne serait-ce que pour voir la façade du duomo, quand elle sera à nouveau découverte !

Je vous parlerai prochainement de notre hôtel sur place, le Best Western Ferrara.

A presto !