Fitness Body Book – Sissy Mua

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vous propose de découvrir une lecture un peu différente de celles que je vous propose d’habitude. Il ne s’agit pas d’un roman, mais d’un livre pratique, sur le fitness !

Dans Fitness Body Book, la youtubeuse que l’on ne présente plus, revient sur sa découverte de la musculation, et sur ses débuts sur Youtube. Elle présente ensuite sa philosophie, son organisation pour pratiquer le fitness, et sa vision de la diététique.

Elle détaille comment organiser son programme, en fonction des jours que l’on peut consacrer à la musculation dans une semaine.

Enfin, en fin de livre, elle donne des programmes types, pour pratiquer chez soi ou en salle.

Le livre est plutôt chouette, bien mis en page avec des titres lisibles, des petites notes dans les marges, et de nombreuses photos de qualité. J’ai noté quelques petites coquilles, notamment dans l’ordre de montage des photos, pour expliquer comment réaliser des burpees. Je vous montre ci-dessous :

View this post on Instagram

Fitness Body Book #burpees

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Je pense que l’image du saut, aurait dû se trouver tout à la fin et pas au milieu. 🙂 Mais franchement, je cherche la petite bête, car l’ensemble est bien fait.

C’est un ouvrage plutôt complet, qui aborde le fitness dans sa globalité, en évoquant aussi les bases de la nutrition, et la question de l’organisation. Il me semble tout à fait indiqué pour un nouveau pratiquant, qui voudrait se lancer sérieusement.

Il contient une mine d’informations utiles, pour les débutantes de fitness, sans aller trop dans le détail et noyer le lecteur dans des explications trop pointues.

Je dois dire que j’ai été surprise en bien, car globalement je ne suis pas une fan de Sissy Mua. Je la trouve un peu trop « commerciale » et ne partage pas toujours sa façon de voir les choses, notamment sur l’alimentation (elle diabolise les pâtes et parle des pâtes de lentilles corail comme s’il s’agissait d’un aliment miraculeux). Mais là, honnêtement, son livre me semble être un bon outil.

Je ne vais pas en faire un livre de chevet, car je n’y ai rien appris. Mettons de côté la fausse modeste. Cela fait plus de cinq ans que je m’entraine, donc j’ai déjà lu et vu pas mal d’informations sur la musculation. Je connait les principaux exercices. Je sais globalement comment organiser mes macros. Je suis capable de construire et faire évoluer mon programme. (Mais en effet, lorsque j’ai débuté, j’ignorais pas mal de choses… que ce livre aurait pu m’apprendre !)

Ce livre me semble parfait pour les débutantes de musculation, et peut être une belle idée de cadeau ! 🙂

J’ai testé, la pressotherapie

Au moment des fêtes de fin d’année, ma salle de sport avait organisé un méga jeu concours, avec tous ses partenaires, pour permettre à un adhérent de remporter une foule de cadeaux. Il s’agissait d’une vitrine complète de lots, dont nous devions estimer le montant. Le gagnant de la vitrine, serait celui qui aurait approché la somme totale, au plus près. Et ce fut… mon chéri !

C’est ainsi que j’ai pu bénéficier de trois bons cadeaux pour des séances dans un institut de beauté de Besançon : UNIVERS MINCEUR. Ne vous fiez pas au nom de l’institut, il ne propose pas que des soins pour retrouver ou garder la ligne. A l’Univers Minceur, vous pouvez aussi bénéficier de massages relaxants et de soins de récupération sportive !

Pour moi qui pratique assidûment la musculation, c’est tentant ! 

Lors de ma première visite, j’ai voulu tester la pressothérapie.

En effet, j’ai souvent les jambes courbatues, ou plus globalement fatiguées par mes séances. J’alterne les séances bras / épaules et jambes, mais je ne me laisse jamais de période de repos total… peux-être devrais-je. En tout cas, il arrive que j’aie les jambes vraiment fatiguées, pas lourdes, mais juste fatiguées musculairement parlant. La pressothérapie semblait tout à fait indiquée pour m’aider à récupérer !

Il s’agit de deux grosses bottes dans lesquelles l’on vient sangler les jambes complètes. Il est conseillé de prévoir sa séance de pressothérapie juste après la séance de sport, pour bénéficier au mieux de l’effet récupération ! Alors j’ai calé ma séance de jambes à la salle de sport juste avant mon rendez-vous, et j’ai chargé la barre à squats au max !

L’accueil à l’Univers Minceur est vraiment excellent. Pour moi qui ne suis pas du tout une habituée des centres de beauté, il y avait un peu de stress en poussant la porte. C’est un peu stupide, mais c’est ainsi, je n’ai pas vraiment l’habitude d’aller en institut, et si je me fais masser, c’est toujours par la même personne, une réflexologue que je connais depuis longtemps maintenant. Donc entrer dans un institut, et m’en remettre à des mains inconnues était un peu stressant.

Mais très vite j’ai été mise à l’aise. On m’a expliqué comment allait se dérouler la séance, et quels seraient les bénéfices. Je me suis installée dans les bottes, confortablement allongée derrière un paravent. Et j’ai laissé faire !

On annonce que 45 mn de pressothérapie sont l’équivalent de 12 h de repos ! Quand on sait que le repos est ultra important dans le sport, et que c’est pendant cette phase bien souvent sous-estimée que se fait la croissance musculaire, ça donne envie !

Les bottes sont assez confortables. Je ne me suis pas du tout sentie prisonnière, comme je le craignais un peu avant la séance. Au contraire, j’ai trouvé que les pressions étaient assez légères. D’ailleurs, j’avais la crainte que cela manque d’effet sur moi, qui suis habituée à me masser assez dynamiquement, avec mon rouleau d’au-tomassage par exemple !

La pressothérapie permet de désengorger les muscles après l’effort, d’activer le retour veineux, de favoriser le drainage lymphatique. Elle aide à mieux récupérer, à réduire les contractures, et à limiter les risques de blessures. Beau programme non ?

Effet collatéraux toujours bons à prendre, elle a une action positive sur l’amincissement et contre la cellulite.

Les 45 mn sont passées rapidement car j’avais mon téléphone avec moi, et ai lu un livre sur mon appli Kindle ! Je sentais le massage, plutôt agréable, comme si les bottes se gonflaient par endroit, dégonflaient, regonflaient à un autre endroit.

Ensuite je suis rentrée chez moi, et j’ai constaté que mes jambes étaient moins lourdes que d’habitude, pour avoir fait ma séance le jour-même. Mais c’est surtout le lendemain et le surlendemain que le changement a été flagrant pour moi. Je n’ai eu aucune courbature, aucune sensation de jambe encore toute contractée. C’était vraiment plaisant !

La séance jambe qui a suivi la pressothérapie a été vraiment excellente. Je sentais mes jambes toutes reposées, comme si j’avais de nouvelles gambettes ! Je n’ai pas chargé le double au squat, non non. Mais j’ai fait une bonne séance, avec un bon ressenti !

La pressothérapie m’a donc totalement convaincue, et j’ai décidé d’en refaire régulièrement. Mais le confinement est arrivé, et la suite vous la connaissez… Qu’à cela ne tienne, une fois déconfinés j’ai repris rendez-vous, car je n’ai pas cessé mes entraînements pendant le covid !

Et là, à nouveau, j’ai senti les bienfaits de la séance. Des jambes reposées, beaucoup moins tendues que d’habitude après l’entrainement. Un vrai bonheur !

20 € les 45 minutes, je trouve que le tarif est correct, et pense m’offrir ce petit plaisir de temps en temps. Après tout, il faut bien s’auto-récompenser parfois, non ? 😉

Une éthique et beaucoup de transparence

J’aime le sport, et j’aime avoir de belles tenues pour me dépenser. Même si généralement, à la fin de mon échauffement à la salle, je suis déjà tout échevelée, avec des auréoles sous les bras, je mets un point d’honneur à m’entraîner dans des tenues qui me plaisent !

La marque Oceans Apart semblait rencontrer un vif succès, et j’étais fort intriguée à force de croiser ses leggings colorés sur les réseaux sociaux, dans les vidéos de youtubeuses, et sur Vinted. C’est pourquoi, lorsque j’ai trouvé un leggings corail en très bon état à seulement 15 €… je l’ai commandé.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, parlons un peu de la marque. Oceans Apart donc, que l’on pourrait traduire par « séparés par l’océan » pour dire (ce n’est pas moi qui l’invente, c’est noté sur le site) que même si les océans nous séparent, que nous sommes différents, au fond nous sommes tous connectés. L’exercice est essentiel à chacun de nous, pour se sentir bien.

Oceans Apart se veut éthique et responsable. C’est une marque vegan. Alors je vous avoue que l’information me laisse un peu en mode What the Fuck, parce-que je ne vois pas trop si les autres marques de sport utilisent des produits d’origine animale… A part pour les baskets en cuir, je me questionne.

Les produits sont dessinés en Californie, puis produits dans différentes usines. Sur le site, on voit des photos des personnes qui fabriquent les vêtements, mais je n’ai pas l’information sur les pays où étaient implantées les usines. Il est précisé que la marque visite ses sites de production chaque mois. Cela me semble plutôt positif tout cela.

Sur le site on nous parle beaucoup de se sentir magnifique, de croire en notre beauté intérieure. Le discours est très positif. Je regrette juste un peu que les modèles qui illustrent le site et les comptes sociaux de la marque aient toutes le même physique longiligne. Un peu de diversité aurait été appréciée ! 🙂

Chez Oceans Apart, on trouve des brassières, des tops, des leggings et quelques accessoires. Les leggings sont déclinés en plusieurs gammes. Le mien est un coloris corail (Sunset Pant). Neuf, il vaut 59.99 € (vendu également en « set » avec la brassière, à 99.99 €, actuellement remisé 79.99 €). On nous recommande de prendre du XS pour une taille 36, S pour du 38 et ainsi de suite. Et dans la FAQ, il est conseillé d’opter pour la taille au-dessus pour un maximum d’opacité. J’ai donc suivi les conseils… … … J’ai pris une taille au-dessus.

Quand je l’ai eu entre les mains pour la première fois, j’ai été très surprise par la matière. Elle est effectivement très fine. J’avais l’impression de toucher un collant épais, mais pas un legging. Je portais du vernis noir ce jour là et en manipulant le leggings, j’ai vu mes ongles par transparence, à travers le tissu.

J’ai l’habitude d’enfiler mes leggings de sport à toute vitesse, pour gagner un maximum de temps et m’entraîner au plus vite ! C’est d’autant plus vrai les semaines où je m’entraîne le midi. Et bien là, j’ai dû revoir ma façon d’enfiler un leggings, car j’avais peur de passer un ongle à travers la matière ! Alors non, ce n’est pas fragile comme un collant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit… Mais tout de même, un peu de délicatesse est nécessaire.

Le leggings colle totalement à la peau, et gaine les jambes et le ventre. Honnêtement, niveau silhouette c’est formidable. Et pour le sport cela doit être absolument génial, car la matière suit tous les mouvements du corps, sans créer aucune entrave. Mais, et il y a un gros mais… il est dramatiquement transparent.

View this post on Instagram

Photo posée ici en prévision d'un article de blog…

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Qu’un legging soit transparent au niveau des fesses lorsque l’on se met en squat, c’est déjà gênant. Mais là, il est transparent aux fesses et partout ailleurs, et sans que l’on ait besoin de tirer sur le tissu… Debout, on voit tout à travers… La culotte, la couture de la culotte, l’étiquette de la culotte si celle-ci dépasse.

Alors ok, Oceans Apart croit en notre beauté intérieure… mais tout de même… :-p

Je me suis dit que j’avais dû mal faire un truc… Un legging à plus de 50 euros, ça ne peut pas être à ce point importable ?

Donc j’ai quand-même essayé de porter différents sous-vêtements, de couleurs diverses et variées… Culotte chair, shorty corail sans couture, str (non pas de string pour le sport, désolée de vous décevoir !)… Rien n’y faisait. Je me sentais… disons-le franchement : toute nue. Il était absolument impossible d’envisager me rendre à la salle de sport ainsi.

Donc j’ai remisé mon nouveau legging éthique vegan californien dans mon placard, et ai ressorti mon bon vieux legging squat proof pas vegan pas éthique et pas californien pour aller suer en toute tranquillité dans la cage à squats.

Fin de l’expérience.

Il paraîtrait, à ce que l’on lit sur les réseaux sociaux (où je ne suis pas la seule à me plaindre), que la marque aurait revu ses leggings Sunset pour régler le problème d’opacité. Mais l’expérience m’aura suffi pour le moment. J’accorderai peut-être une nouvelle chance à Oceans Apart d’ici quelques temps, mais pas dans l’immédiat.

 

 

Le bonheur est vendu en kit chez Décat’

Depuis que je pratique la musculation et soulève de « vraies charges » (après avoir passé des années à squatter avec un haltère rose de 2 kg dans chaque main) je ressens le besoin de prendre soin de mes petits muscles.

Entre deux séances de jambes, à base de squats, de fentes et autres hip thrust, j’ai les quadriceps, les ischios et surtout les mollets en compote. Parfois, j’arrive à la deuxième séance en n’ayant pas totalement récupéré de la première…

Alors j’ai décidé de me prendre en main, et de donner un coup de pouce à mes muscles pour récupérer correctement ! Pour cela, je prête attention à mon alimentation, me complémente en magnésium marin et en  spiruline. Je mets également un point d’honneur à dormir suffisamment. Et enfin, je me suis acheté un kit de récupération musculaire !

Mais… qu’est-ce que c’est ?
Il s’agit d’un ensemble de 3 accessoires, vendu chez Décathlon, sous la marque Aptonia. Il se compose de :

-1 gros rouleau,

-1 balle

-1 bâton de massage

Le but ? Masser le muscle pour favoriser l’élimination des toxines, le détendre, réduire les tensions. 

Le kit coûte 19 euros. On le trouve chez Décathlon, au rayon… natation. Vous pourrez aussi acheter les éléments individuellement, ou trouver d’autres rouleaux plus ou moins marqués, pour un massage parfois moins intense. Mais j’ai préféré m’offrir d’emblée le kit complet, et choisir le rouleau qui permettait un massage bien profond.

Le kit prend peu de place, car le bâton et la balle se rangent dans le rouleau ; lequel peut facilement se glisser sous un lit, ou dans un coin derrière un meuble…

Les trois accessoires permettent de masser les muscles de tout le corps, pour obtenir différents bénéfices. On aide ainsi le corps à se détendre, et le muscle à récupérer après un effort.

Alors je vous le dis de suite… le massage en lui-même n’est pas toujours plaisant. C’est même plutôt le contraire. Au niveau des mollets, ou sur l’arrière des cuisses, je grimace de façon assez considérable… Mais quel bonheur ensuite !

Je me sers du rouleau une fois l’entrainement terminé, parfois même le lendemain, voire le sur-lendemain, donc à froid. Je préfère, car je n’ai pas l’habitude de m’étirer ou de me masser tout de suite après le training. Chacun trouvera sa méthode, et le moment qu’il préfère pour effectuer sa séance de récup au rouleau !

Souvent les muscles sont douloureux, et le fait d’utiliser le rouleau pour appuyer dessus n’est pas une partie de plaisir. Cependant, dans les minutes qui suivent l’utilisation du kit, je me sens bien plus détendue. Et j’ai pu remarquer que je récupérais plus vite, et avais ensuite de meilleurs performances à l’entrainement suivant !

Comment fais-je ?
J’utilise surtout le gros rouleau, et un peu le bâton. Pour l’instant, la balle me sers assez peu. Je la trouve trop molle, et elle ne me permet pas un massage bien bourrin comme je les apprécie !

Le rouleau est génial, pour masser les jambes, ces gros muscles que l’on a du mal à masser à mains nues soi-même ! Pour détendre les mollets, je m’assied, en prenant appui sur mes mains, posées sur le sol derrière moi. Je glisse le rouleau sous les mollets, et appuie dessus de tout mon poids, en faisant rouler le rouleau, le long de mes mollets. Je tends les pointes de pieds, pour contracter le muscle en même temps. Aieeee ! Cela fait mal, mais c’est ultra efficace pour détendre les mollets, je vous le garantis !

Pour moi qui ai les mollets développés, à mon grand dam, c’est une véritable trouvaille que ce rouleau, qui m’aide vraiment à détendre ces muscles, et à ne plus souffrir de courbatures super douloureuses à cet endroit !

Idem pour détendre les ischios, les muscles qui se situent derrière les jambes, sous les fessiers. Et en prime, en utilisant le rouleau, ou le bâton sur cette zone, on lutte contre la cellulite, en favorisant la micro-circulation !

Le rouleau sert aussi à masser tout le dos, des lombaires aux cervicales, simplement en s’allongeant et en roulant (doucement) dessus. Bonheur et détente garantis !

Je suis absolument ravie de mon achat, vous l’aurez remarqué à l’utilisation intensives des points d’exclamation dans ce billet ! Je pense qu’il sera vite rentabilisé, car je trouve une vraie utilité aux auto-massages de récupération. Il faut un peu de courage pour s’y mettre, car cela fait mal au départ (j’ai même eu des bleus !) mais le bénéfice se fait rapidement ressentir : moins de tensions dans les muscles, et des séances plus efficaces, puisque l’on a mieux récupéré !

Et vous, concernés ? Tentés ? 🙂

Pour plus d’infos, c’est par ici !

Quand Mémé fait des squats – Boissons Mémé

C’est par le biais d’un concours organisé par la marque sur Instagram, que j’ai découvert les boissons Mémés.

Ces petites briques de 330 ml se déclinent en 3 variétés, et s’adressent aux sportifs, ou plus globalement, aux actifs !

*Endurante <- avant le sport

*Énergisante <- pendant le sport

*Hydratante <- après le sport

La marque nous dit de ses boissons qu’elles sont « 100% fonctionnelles 100% naturelles 100% biologiques » et insiste sur le fait qu’elles sont très peu sucrées. En effet, la boisson Endurante à base de thé matcha contient par exemple 7 kcals pour 100 ml, soit au total 23,1 kcals (c’est du précis) pour une briquette… moins qu’une pomme !

La boisson Endurante est composée d’eau, de sucres issus du raisin (fructose), et de poudre de thé matcha (0,62 %), ainsi que d’arôme naturel de menthe issu de l’agriculture biologique.

Elle est préparée sans conservateurs, sans additifs, et sans gluten.

Avec si peu de matcha, je m’attendais à ce que ma briquette ait un goût très léger… Et bien j’ai été surprise car non-seulement la saveur du thé matcha est bien présente, mais en prime, on sent la menthe. L’ensemble est rafraîchissant et laisse un goût herbacé en bouche, qui ravit la passionnée de thé vert que je suis !

Oui parce-que finalement, on retrouve l’équivalent de 2 grammes de matcha dans une brique. Ce n’est pas rien !

Ce thé bien particulier est obtenu à partir de feuilles de thé vert, broyées pour obtenir une poudre très très fine. Il est riche en vitamines, en minéraux, et bien-sûr en antioxydants.

Alors honnêtement, j’ignore si la boisson m’a aidée dans la séance de fitness qui a suivi. Je vais à la salle chaque jour après le bureau, et je n’ai pas noté d’effet flagrant sur mes performances du jour. Le contraire aurait été étonnant. Ce n’est pas un produit dopant ! :-p Mais, j’ai aimé siroter ma boisson fraîche, et boire du thé autrement que chaud dans un mug !

Seul hic, qui m’empêchera d’entamer une vraie routine Mémé, le prix…  puisque la briquette la moins chère, coûte 2,90 € pièce…

*Mé-Mé endurante : 2,90 euros l’unité
*Mé-Mé hydratante : 3,30 euros l’unité
*Mé-Mé énergisante : 3,50 euros l’unité

Et vous, vous connaissez Mémé ? Vous êtes tentés ?

 

[Sport] Montre-moi ta montre Geonaute !

IMG_0299Pendant des années je n’ai pas porté de montre. Je n’en voyais pas l’utilité puisque j’avais toujours sur moi mon téléphone et mon Ipod, qui tous deux me donnaient l’heure. J’avais aussi l’heure sur mon ordinateur, dans ma voiture. Bref, je ne voyais aucune utilité de rajouter une montre à mon poignet…

Et puis je me suis mise au sport, et là, ma vision des choses à changée… Je ne suis pas trop le genre à faire du fitness mon téléphone à la main, mais pour autant je ne peux pas me payer le luxe de ne pas regarder l’heure qu’il est, notamment car je vais au sport avant le bureau.

J’ai donc »investi » dans une montre à affichage digital, que j’ai payée 19,90 € seulement chez Décathlon. Je l’ai choisie noire, avec un cerclage blanc. Elle existe aussi en rouge, en bleu, et en différents coloris que vous retrouverez sur le site de la marque, et en boutique !

Il s’agit de la montre W500 M Geonaute, qui présente la particularité d’avoir des bracelets en silicone interchangeables ! Et j’avoue que c’est aussi cela qui m’a plu au moment de mon achat… Notez que ces bracelets se changent sans aucun accessoire, simplement en coulissant. Et même si comme moi vous n’êtes pas très à l’aise de vos dix doigts, cela reste super fastoche à faire, vraiment !

IMG_0387

Vous pouvez acheter la montre seule, avec un bracelet fourni, pour 19,99 €, ou opter pour un coffret avec deux bracelets, à 24,95 €. Pour ma part je n’ai pas trouvé mon bonheur dans les coffrets. A chaque fois l’un des deux bracelets ne me plaisait pas. Alors j’ai pris la montre seule, avec le bracelet noir, et un bracelet de rechange à côté, en couleur violette. Je l’ai eu en promo à 2,95 € au lieu de 5,95 € ! Par la suite, j’ai racheté des bracelets en soldes, toujours à 2,95 €.

Différents coloris existent, du bleu roi, du rose fushia, du vert pétant, du bleu turquoise, du noir… J’aimerais bien que d’autres coloris soient proposés par la suite, pour pouvoir vraiment assortir ma montre avec tout. Je trouve notamment qu’un bracelet gris foncé manque un peu… pourquoi pas un argenté, un mauve… après tout !

IMG_0300

Je me retrouve avec une montre sympa, pratique pour le sport, et tout à fait portable dans le « civil ». OK il y a plus féminin, mais je la porte quand-même au bureau, car je la trouve vraiment passe-partout. Et j’ai plaisir à l’assortir avec mes tenues et, comble du chic, à mon vernis !

IMG_0306

 

Niveau fonctionnalités, elle est assez basique. Elle donne l’heure, fait chrono, et indique la date. On peut programmer plusieurs chronos à la suite, pour s’entrainer en HIIT notamment, mais c’est une fonctionnalité que je n’utilise pas. Bien-sûr, elle possède aussi la fonction alarme, mais là encore je n’y ai pas recours.

 

IMG_2442

En définitive je suis tout à fait satisfaite de mon achat, et j’ai plaisir à porter cette montre depuis quelques mois. Sans faire particulièrement attention, et bien que je la porte à mon poignet droit en étant droitière, je ne l’ai pas encore rayée ! Je dirais donc qu’elle est plutôt robuste.

 

bracelet montreIMG_0377