Un joli roman italien…

En vacances en Italie, il y a un an, j’avais farfouillé dans un bac de livres en promo et choisi ce roman, en raison de son petit prix : 4,90 €. Il faut dire que l’on trouve peu de livres de poche dans les grandes surfaces italiennes. Je ne sais pas bien pourquoi mais c’est ainsi. Alors il faut normalement compter 8-10 € pour un roman. Cela revient vite cher !

image

Du coup j’ai acheté L’Importante è Adesso, sans connaître son auteur, en me fiant uniquement au résumé au dos du livre.

Et puis je l’ai laissé dans ma bibliothèque pendant un an…

Ce roman date de 2009, et a été écrit par Francesco Gungui. Cet italien de 36 ans (il est né en 1980 à Milan) a publié entre autres, des livres jeunesses, de cuisine, et son roman Mi Piaci Cosi (traduit Je t’aime comme ça) a rencontré un grand succès, au point d’être notamment traduit en français, et de connaître plusieurs suites (Je t’aime Encore comme ça, notamment).

image

***

Dans l’Importante è Adesso, il nous raconte l’histoire d’une jeune homme de presque vingt ans, qui vient de décrocher la maturita (équivalent du bac) et doit s’inscrire à l’université.

Parce-qu’après le bac, on s’inscrit à la fac. C’est comme cela ! Mais Giacomo ne sait pas bien ce qu’il a envie de faire. L’idée de s’engager dans une filière et de décider de son futur comme ça, sans conviction, ne lui convient pas…

C’est ainsi que le jour des inscriptions, il finit par rentrer chez lui sans avoir signé.

Giacomo partage ses hésitations avec nous, à la première personne. Il nous parle de ses parents, de sa demi-sœur qui vit une déception amoureuse, de ses propres expériences et premières fois, et de ses amitiés… et nous le suivons dans sa nouvelle aventure, lorsqu’il part pour une année sabbatique à Londres !

Objectif : vivre au présent !

 

***

Je ne suis généralement pas friande des romans mettant en scène de jeunes adultes. Je me rappelle de Starter for Ten, un autre roman qui évoquait l’entrée à la fac, et m’avait passablement ennuyée. Mais là, étonnement, j’ai accroché !

Le personnage de Giacomo est à la fois « normal » et attachant. Entendez par « normal » que l’auteur n’a pas forcé le trait en nous dépeignant un ado cliché, mais a préféré imaginer un garçon classique, avec ses peurs et ses interrogations, dans lesquelles tout un chacun peut se retrouver ! Giacomo est soucieux de paraître cool, et de nouer des amitiés. Il a une petite voix intérieure qui le pousse à se lancer avec les filles, et il se sent stupide quand il se force à faire des blagues.

Il est touchant, et on ne peut que l’apprécier. En plus, le fait de partager avec lui ses premières fois, créé forcément une sorte de complicité avec le lecteur.

J’ai été prise pas l’histoire et ai apprécié le rythme, le style simple, les personnages secondaires qui ont chacun leur intérêt.

Ce roman m’a bien plu même si j’ai trouvé la fin un peu longuette. Il faut dire que c’est assez réaliste de suivre les hésitations et questionnements des personnages, car à l’âge qu’ils ont, il est normal d’en avoir des tonnes !

***

L’important c’est maintenant ; ce titre me fait penser à la fois à notre Président et aux cours de latin du collège (oui parce-que finalement on pourrait dire que le titre est une sorte de « carpe diem »). Mais derrière un titre qui peut sembler niais, se cache un roman sympathique, facile à lire, et qui donne le sourire.

 

Publicités