A la recherche du film Idéal ?

Beigbeder est un auteur que l’on adore ou qui agace. Parfois, il peut même arriver qu’on adore qu’il nous agace. Personnellement, même si certains de ses bouquins m’ont totalement barbée (Nouvelles sous Ecstasy notamment, qui a fini par prendre la poussière sur ma table de nuit), je l’adore. Parce-que je garde d’excellents souvenirs de nuits de sommeil « sacrifiées » à lire ses romans comme Windows on the World, Un Roman Français ou encore, le très connu 99 Francs.

Alors quand Au Secours, Pardon ! que l’on présente souvent comme la suite de 99 Francs, a été porté à l’écran, sous le titre L’idéal, je me suis frottée les mains… J’allais à coup sûr passer un excellent moment…

 

ob_d55118_affiche-vernis-web.png

Dans L’Idéal, nous retrouvons Octave Parango, ancien marketeur déjà rencontré dans 99 Francs (c’est le perso principal), reconverti dans le model scouting, c’est à dire la recherche de mannequins. Octave travaille à Moscou, où il déniche les futurs top de demain…

Sa vie n’a pas l’air déplaisante, puisqu’il la passe à prendre des douches avec des russes à peine majeures, et à voyager en jet privé en buvant du Champagne.

Et puis tout bascule, le jour où il est contacté par L’Idéal, un gros gros groupe qui a fait fortune dans les cosmétiques.

L’Idéal fait face à un scandale médiatique à base de sextape et de croix gammée, et a besoin d’aide d’extrême urgence. C’est là qu’Octave intervient… Il a une semaine pour trouver la nouvelle perle, qui prêtera son visage à la marque.

***

Réussi ?

Le film commence sur les chapeaux de roue, et j’ai été immédiatement prise dans l’histoire.

Le ton ultra grinçant, ultra cynique est le même que dans 99 Francs. On nous prouve une fois de plus que les grosses marques se payent notre tronche et nous rendent aigris pour mieux nous vendre du rêve.

Tout est factice, superficiel, et on nous assomme nuit et à jour, avec des images de filles hors-normes, que nous ne pourrons jamais égaler.

L’Idéal nous répète à longueur de journée que nous sommes vieux, laids et gros, pour mieux nous vendre des crèmes anti-rides/anti-capitons. On le savait, mais Octave nous le redit, et n’y met pas les formes.

L’univers impitoyable des multinationales a déjà été maintes et maintes fois dénoncé. L’anorexie des mannequins à peine pubères est un thème déjà largement abordé. Mais traité par Beigbeder, à travers le personnage d’Octave Parango, cela a un goût de bien particulier, totalement inimitable.

Et soudain, c’est le drame !

Seul hic… au bout d’un moment, le ton change et le film s’essouffle. On bascule dans une histoire un peu niaise, extrêmement simplifiée, qui peine à convaincre…

Durant la première partie, j’ai souri, et même ri en entendant les remarques de la Directrice ridiculement autoritaire campée par Audrey Fleurot. On a une sorte de Diable s’Habille en Prada, version Frenchie. Elle s’est construit une image de dame de fer, et tout le monde la craint alors qu’elle est d’un ridicule sans nom.

Beigbeder nous sert là un film très sex, drogue et… top models. Gaspard Proust est tip top en Octave Parango, et fait (presque) oublier Dujardin ! :-p Mais la fin n’est pas à la hauteur… et c’est cette impression que l’on garde en mémoire et qui me fait écrire que ce film n’est pas un succès total… dommage !

Je ne saurais trop vous dire s’il faut voir L’Idéal… A la rigueur regardez-le pour le début qui en vaut la peine, et enchaînez sur 99 Francs, pour ne pas rester avec une mauvaise impression !

Publicités

Un Roman Français

« Je ne me souviens pas de mon enfance. Quand je le dis, personne ne me croit. »

Un Roman Français est un roman autobiographique paru en 2009. Il a reçu le prix Renaudot.

Frédéric Beigbeder vient d’être arrêté en compagnie d’un ami, pour consommation de cocaïne sur la voie publique. Il atterrit en garde à vue. C’est à ce moment là, vivant très mal l’enfermement, qu’il prend la décision, d’une part de retrouver ses souvenirs d’enfance, et d’autre part, de rédiger un livre sur l’histoire de sa famille…

« Une crainte me saisit parfois : peut-être que je ne me souviens de rien parce qu’il n’y a rien à se remémorer. »

De Beigbdeder, j’avais déjà lu pas mal de livres, à commencer par son roman le plus connu : 99 Francs, que j’aime beaucoup. J’avais adoré L’Amour dure 3 ans, Au Secours, Pardon !, et Windows on the World. J’avais au contraire abandonné Nouvelles sous Ecstasy.

Un Roman Français ne m’attirait pas plus que cela, mais il était dans ma PàL, alors un jour, je l’ai choisi… et finalement je suis entrée assez rapidement dans la lecture, dès les toutes premières pages. Je l’ai lu en très peu de temps, me plongeant dans ses pages dès que j’avais 5 minutes de libres !

J’ai trouvé que l’auteur avait parfois de biens belles réflexions, comme celle-ci par exemple :

C’était miraculeux pour le petit citadin qui tenait la main de son grand-père, de découvrir que la nature était une sorte de self-service géant : l’océan et les arbres regorgeaient de cadeaux, il suffisait de se pencher pour les ramasser.

Le roman nous parle aussi bien de Beigbeder maintenant, alors qu’il est en garde à vue, que de son passé, qu’il essaie de rappeler à sa mémoire. Il évoque sa famille, ses origines bourgeoises qui ne l’ont pas protégé de tout (au contraire), et également les non-dits qui ont pu lui faire du mal… par exemple, ses parents n’ont jamais abordé avec lui leur divorce, et ont continué à faire comme si de rien n’était… alors que le père était de plus en plus souvent absent. Le jeune Frédéric a grandi au milieu des nouveaux copains de sa mère, et des top models que fréquentait son père…

Frédéric évoque aussi largement Charles, son frère, dont il était très proche lorsqu’ils étaient enfant, et vis à vis duquel il a développé un sentiment d’infériorité… Charles a toujours été plus beau, plus chanceux avec les filles. Charles a toujours mieux réussi…

Dans ce roman, l’auteur évoque enfin sa propre fille, et tout ce qu’elle a pu changer dans sa vie. J’ai beaucoup aimé cet aspect du livre, car on sent que l’arrivée de Chloé a profondément changé Beigbeder.

Ce livre est vraiment intéressant, et riche. Il s’intéresse à de nombreux sujets, de façon sensible. Il se lit très facilement, très rapidement, mais m’a marquée. Je vous le recommande vivement !