Nos nuits deviendront des Jours [Lecture coup de ♥]

J’adore quand mes copines m’offrent des livres ! En général elles savent choisir des romans qui me plaisent, voire plus que cela… Roxou m’a envoyé un joli roman pour mon anniversaire. Il s’agit de Nos Nuits deviendront des Jours, de Marie Fitzerald. J’ai remisé ma liseuse, et me suis jetée dans ce joli roman, moins de deux heures après l’avoir reçu !!

C’est un livre récent, paru en mai 2016. Il est édité par les éditions Fleuve et tient en 300 pages.

image

En effet, il m’attirait énormément, car il s’agit d’un roman qui nous raconte plusieurs histoires qui s’entrecroisent et finissent par se rejoindre.

Tout d’abord, il y a Claude, quatre-vingt ans, aveugle, qui vit seul et possède son petit caractère…

Ensuite, Corentin est un ado qui supporte assez mal que ses parents lui imposent ses loisirs. Si cela ne tenait qu’à lui, il ferait du badmington, pas du tennis, et le piano ne serait plus qu’un mauvais souvenir !

Alain est à la rue, et survit plus qu’il ne vit.

Enfin, Carole vit l’enfer dans son mariage, et ne sait pas comment fuir…

Ces quatre personnages qui n’ont a priori rien en commun, vont se retrouver et se lier autour d’un objectif commun, celui de sauver Carole…

***

IMG_6638

Dès le début, on découvre les personnages, chacun leur tour, à travers de brefs chapitres où chacun prend la parole à la première personne. On tourne les pages très rapidement, car les chapitres sont vraiment courts, et que l’on a tendance à vouloir en lire encore un, puis encore un, et encore un dernier avant de refermer le livre !

On entre facilement dans l’histoire, sans avoir besoin de faire des retours en arrière pour situer les gens, et cela aide grandement à se prendre au jeu ! Chaque chapitre porte le prénom de son narrateur en guise de titre. C’est pratique. On sait tout de suite qui s’exprime !

***

J’ai adoré l’histoire, toute simple, et l’écriture limpide de l’auteur.

Je me suis surprise à m’attacher immédiatement aux personnages, et à vouloir avancer dans ma lecture, pour savoir ce qui allait leur arriver.

J’ai retrouvé le plaisir que j’avais éprouvé en lisant Demain J’arrête de Gilles Legardinier. En effet, on se retrouve avec des personnages lambdas, qui vivent dans une petite ville, et pas comme souvent à Paris. Ils ont les mêmes préoccupations que nous, et mènent des existences classiques. Mais pour autant le récit ne manque pas d’intérêt.

Ces gens qui se veulent mutuellement du bien nous mettent du baume au cœur, même si leurs situations respectives ne sont au fond pas bien réjouissantes. On sait que cela finira bien… 

L’ennui parfois avec ce genre de roman, c’est que l’on peut tomber dans l’excès de gentillesse. Cela peut faire trop « Bisounours » et ne plus être crédible. Mais là ce n’est pas le cas. Au contraire, j’y ai cru. Chacun a de bonnes raisons d’agir comme il le fait.

***

IMG_6639

Ce roman m’a beaucoup plu et j’ai eu un pincement au cœur en tournant la dernière page. Je vous le conseille donc, d’autant que cela me semble une lecture idéale pour l’été, allongé dans l’herbe, ou sur le sable chaud !

 

Publicités

Du sourire dans les e-mails !

Salut lecteur du vendredi ! Aujourd’hui je te propose un petit billet d’humeur, sur lequel j’espère que tu auras quelque chose à ajouter ! 🙂

Tu viens d’arriver au bureau, d’enlever ton manteau, d’allumer ton PC, qui a pris 8 minutes pour installer 372 mises à jour sans te demander ton avis, avant d’ouvrir laborieusement ton logiciel de messagerie. Tu n’as même pas encore pris ton premier café/thé (ça le fait pas trop de courir à la machine à café en arrivant quand-même…). Bref, tu es tout juste prêt à entamer une journée de travail, et là… il arrive. Il s’affiche devant toi : LE PREMIER MAIL de la journée.

Et ce mail… pas de bol, il ne comporte aucune formule de politesse, pas le moindre petit « bonjour », pas de « Monsieur, » de « Madame, », rien que dalle.

Au mieux l’auteur a directement lancé le sujet « vous trouverez ci-joint… blablabla » avant de conclure par du rien, pas de « cordialement » encore moins une « bonne journée ». Au pire, il n’a même pas jugé nécessaire d’inclure un quelconque texte et t’a simplement envoyé un attachement, avec sa signature automatique, et basta. A croire qu’il a paramétré ton adresse mail sur son scanner et qu’il t’envoie les documents directement… Machine to… Human…

Certes nous évoluons dans une société très stressée, et nous manquons tous à un moment donné de temps pour bien faire les choses. Mais quand-même, si l’on pouvait prendre deux précieuses secondes pour réfléchir à un tout petit point, je pense que cela pourrait nous faire à tous le plus grand bien.

Vous avez déjà essayé de chronométrer le temps que cela prenait de saisir un mot comme « bonjour » au clavier ? Non. Pourquoi ? Car c’est impossible de chronométrer un acte pareil, tellement il est rapide !

Et pourtant, un « bonjour », voire mieux un « bonjour [prénom] » c’est la base d’une communication réussie. Ce n’est pas la cerise sur le gâteau, le truc qui vous fera passer pour le mec/la nana trop gentil (ce n’est pas la mode d’être gentil en 2016 car beaucoup confondent gentillesse et faiblesse). C’est juste la politesse de base. On ne devrait pas faire l’impasse dessus… quelque soit notre état de stress.

Car quand le « bonjour » manque, cela ne fait pas plaisir, surtout si ce mail est le premier de la journée, surtout s’il est suivi de dizaine d’autres mails du même style… C’est une accumulation de mails de ce type, d’attitudes de ce style, qui fait que l’on se déshumanise, et que l’on en vient à des burn-out, à des pétages de plomb, à des dépressions en cascades.

Sans aller jusque là, il n’est jamais plaisant de recevoir un message sans aucune marque de politesse. Je pense que l’on s’accordera tous là-dessus, non ?

Alors en ce joli vendredi ensoleillé, je vous suggère à toutes et tous qui travaillez sur PC et envoyez des mails, d’entamer vos messages par un joli « Bonjour [prénom/nom] », et pourquoi pas, si vous appréciez un minimum votre interlocuteur, de les conclure par un « bonne journée ». A 17 h 00 vous pourrez même vous fendre d’un « bon week-end » (si vous quittez le bureau à midi, évitez… cela peut avoir un effet inverse sur le destinataire, s’il a encore tout l’aprem à tenir et que sa journée est compliquée). Vous verrez, cela ne mange pas de pain, et généralement, la sympathie attire la sympathie. La surprise sera bonne quand dans une semaine ou deux, votre interlocuteur prendra les devants et vous souhaitera à son tour… un agréable week-end. :-p On essaie ?

 

Au fait, rien à voir mais puisque j’évoquais les mises à jour de Windows… vous voyez une différence vous quand votre PC fait 372 mises à jour ? Moi jamais…