L’Homme idéal en mieux – Angéla Morelli

Angéla Morelli est une auteure française, à qui l’on doit différents romans du genre Chick-litt (comprenez par là, littérature de poulette). C’est parce-que le soleil me donnait envie de lire quelque chose de léger, que j’ai choisi L’Homme idéal en mieux, parmi les ebooks qui somnolaient dans ma Kindle.

Emilie a 35 ans, et enseigne le français. Après une rupture particulièrement douloureuse, elle s’est réfugiée de façon temporaire, chez sa meilleure amie, avec sa fille Elizabeth prénommée ainsi en hommage au personnage d’Orgueil et Préjugés.

Le protagoniste numéro 2 de la rupture douloureuse en question, revient tenter sa chance au mauvais moment… car Emilie vient de rencontrer Samuel, le père d’un ancien élève, au charme absolument irrésistible…

***

9782280353267.jpg

Ce roman ne casse pas trois pattes à un canard. C’est de la chick litt classique, pleine de clichés. Le titre ne ment pas, on nous présente l’homme idéal, tellement idéal qu’il ne lui reste pas un gramme de crédibilité. Imaginez un peu, le mec invite Emilie à manger chez lui, et lui envoie même un taxi (prépayé cela va sans dire) pour venir la chercher sur son lieu de travail…

Comme si cela ne suffisait pas, il lui a concocté un repas italien. Et là vous vous dites, mouais facile, il a fait des pâtes… (oui mais des Panzani !) et bien non, il lui a cuisiné un risotto absolument orgasmique, et un tiramisù… Sérieusement quoi ?

Dans le même genre, l’héroïne est malade comme un chien. Elle passe la journée dans son lit, à se moucher. D’un coup, la sonnette retentit, et elle va ouvrir sans vérifier qui est en bas… Vous avez deviné la suite ? C’est évidemment le beau Samuel qui déboule, inquiet de ne pas avoir de nouvelles, et trouve Emilie avec une tronche à faire peur…

Le mec la veille pendant sa maladie, va lui chercher des médicaments à la pharmacie alors qu’elle n’a rien demandé…

Honnêtement, il n’y a que moi qui trouve ça un peu gros ? Déjà, qu’il débarque sans prévenir parce-qu’il est fou d’inquiétude pour une nana qu’il a à peine embrassé une fois ? Ensuite que la nana en question ouvre sans penser une seule fraction de seconde qu’il pourrait s’agir du fameux Samuel ? Non…. faut pas me la faire à moi.

Le personnage de Samuel est vraiment trop parfait, trop prévenant… TROP peu crédible. Et celui d’Emilie est absolument caricatural aussi. La fille qui panique à l’idée de retomber amoureuse, et s’enfuit en courant parce-qu’on l’embrasse, cela arrive dans la vraie vie ? Peut-être vous me direz… mais moi je n’y ai pas cru plus de deux pages.

Ce roman se lit bien, pour passer le temps… Mais heureusement qu’il ne dure pas trop, car il en deviendrait vite lassant ! En fait, ce livre m’a fait réaliser que si le mec idéal existait, en fait il serait chiant parce-que trop acquis et collant. Voilà peut-être l’intérêt de ce livre en fin de compte… :-p

Publicités

Pas si simple – Lucie Castel

Pas si Simple est un roman que l’on peut sans aucune hésitation classer parmi les livres de chicklit. Et la chicklit, si jamais vous avez vécu sur Mars ces dix dernières années, disons que c’est de la littérature légère, plutôt destinée aux femmes. Non je ne dis pas que toutes les lectures légères sont réservées aux femmes, mais celle-ci en particulier l’est.

L’ouvrage de référence en la matière est Le journal de Bridget Jones.

*

Pas si Simple est paru tout récemment aux éditions Harlequin, en format papier et ebook.

9782280376938.jpg

*

Nous découvrons Scarlet et Emilie, deux frangines qui étaient sensées prendre l’avion à Londres, pour rejoindre leur Mère en France pour Noël. Mais une grosse tempête de neige contraint les avions à rester au sol…

Tandis qu’elles attendent à Heathrow, les deux jeunes femmes font la connaissance de William, un anglais rapidement séduit par le caractère très spontanée de l’aînée des deux sœurs.

De fil en aiguille, William invite Scarlet et Millie chez lui, et nos deux frenchie se retrouvent au milieu d’une réunion familiale absolument imprévue…

Pas si simple aborde différents thèmes inépuisables, tels que la famille, la reconstruction après le deuil, et bien-sûr : l’amour ! L’auteure nous propose un roman à la fois drôle et sensible, que l’on savoure avec le sourire aux lèvres.

Je me suis rapidement prise au jeu, et attachée aux différents personnages ; notamment à celui de Scarlet. J’ai adoré le personnage de Millie, Sexologue (donc Psychologue par extension) qui lit dans les gens comme dans des livres ouverts… J’ai aimé l’écriture simple et pleine d’humour de Lucie Castel. Plusieurs fois j’ai souri à ses métaphores, et craqué, lisant un chapitre de plus, et repoussant toujours plus l’heure d’éteindre ma lampe de chevet !

Ce roman se lit très rapidement. Vous pourriez bien vous l’envoyer d’une seule traite !

Sous des aspects très légers, il offre tout un éventail de sentiments, et ne pourra pas vous laisser indifférents…