San Giovanni in Laterano – Rome

La basilique San Giovanni in Laterano, Saint-Jean-de-Latran en français, est l’une des quatre basiliques majeures de Rome (avec Saint-Pierre, Saint-Paul-hors-les-murs et Sainte-Marie Majeure).

San Giovanni in Laterano porte le titre de omnium urbis et orbis ecclesiarum mater et caput, qui se traduit par «mère et tête de toutes les églises de la ville et du monde».

Comme les trois autres basiliques majeures, elle possède une porte sainte, qui est ouverte au début de chaque année sainte (tous les 25 ans, et parfois de façon exceptionnelle. L’année 2016, année de la miséricorde, était une année sainte, qui s’est terminée le 20 novembre).

La porte sainte est murée à la fin de chaque année sainte, et rouverte à la prochaine année sainte.

Roma

Voici la façade de Saint-Jean-de-Latran, telle que nous l’avons découverte lors de notre première visite. En effet, la basilique était proche de notre hôtel (à moins que ce ne soit l’hôtel qui ait été proche de la basilique… :-p Ceci explique que nous soyons passés plusieurs fois à proximité).

La basilique a un statut très particulier. Elle est la propriété du Vatican, alors qu’elle ne se situe pas sur le territoire du Saint Siège.

Douze conciles y eurent lieu pendant le Moyen-Âge et la Renaissance, et c’est ici que Charlemagne se fit baptiser, en 774. Rappelons que son sacre se déroula lui, à Saint-Pierre, au Vatican, le 25 décembre 800.

C’est ici aussi que furent signés les fameux accords du Latran, qui fixent les relations entre l’État italien et le Vatican, en 1929.

Roma

Sur la place voisine, l’on trouve le plus grand obélisque de Rome…

La construction de la basilique a débuté sur commande de l’Empereur Constantin, et l’édifice a été consacré en 324, deux ans avant Saint-Pierre. Elle s’est effectuée sur les anciens terrains d’une famille du nom de Laterani, d’où le nom de la basilique.

Le bâtiment que l’on connait aujourd’hui n’a plus grand chose à voir avec la basilique de Constantin, car il a été plusieurs fois endommagé, par les ennemis ou par des phénomènes naturels (tremblements de terre). Le cloître, dont la visite est payante, est la partie la plus ancienne. Il date du XIIIème siècle.

Roma

Il faut savoir que la papauté n’a pas toujours siégé à Saint-Pierre, et qu’avant de s’installer dans l’actuel Vatican, le pape était au Latran ! Ce fut vrai du IVème au XIVème siècle, jusqu’à l’exil à Avignon.

La façade est en travertin, comme le Colisée, et a été réalisée entre 1732 et 1735.

Entrons, et découvrons l’intérieur de la basilique, surprenant par son immensité, et par la richesse des décorations, en style baroque.

San Giovanni in Laterano - ROMA

 

C’est Francesco Borromini qui fut chargé de décorer l’intérieur de la basilique, à compter de 1650. La nef est longue de 130 mètres (c’est grand, croyez-moi !), et sur les côtés, nous pouvons admirer des statues des apôtres.

Borromini a conservé le sol, en marbre et remontant à la période médiévale, ainsi que l’impressionnant plafond en caissons peints. Ces caissons sont en bois sculpté, et doré…

San Giovanni in Laterano - ROMA

Dire que tout cela est « beau » serait un euphémisme. En photos, vous le voyez, la basilique est somptueuse, mais ce n’est rien comparé au sentiment que l’on ressent en la découvrant pour de vrai…

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

Il y aurait encore énormément à dire sur la basilique du Latran, mais je pense que vous trouverez d’autres sites bien documentés si l’envie vous prend de compléter ce que je vous ai déjà présenté…

Pour ma part, je vous propose de terminer sur quelques photos…

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

Statue de bois de Vierge à l’enfant, donnée à la basilique par le Pape François

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

A bientôt, pour de nouvelles découvertes romaines, mais aussi pour des avis livres et films of course !

Manger des pâtes à Rome

Nous sommes tombés sur ce resto rapide en nous baladant à Rome. Nous cherchions de quoi manger rapidement, sans opter pour une classique pizza. Les pâtes et les pizze, ce n’est pas ce qui manque dans la capitale romaine, mais nous voulions faire rapide, et ne pas en avoir pour 20 € par personne.

Alors nous avons laissé de côté les restos à touristes, ceux aux terrasses desquels un serveur ultra sapé alpague les clients ! Rien ne me donne plus envie de fuir que les restos devant lesquels on vient m’embêter alors que je lis le menu… Pas vous ? J’ai instantanément la sensation que je vais me faire couillonner, pour dire les choses franchement !

Nous sommes passés notamment devant un restaurant, où une dame est venue nous raconter sa vie dans le détail alors que nous essayions simplement de lire le menu. Elle est sortie nous dire « Bonjour ! Aujourd’hui tout ce que vous voyez sur la carte est fait maison et frais ! » (heureusement que l’on n’est pas venu hier car ça devait être avarié ?!), avant de rentrer et de revenir deux secondes plus tard, pour nous montrer une bouteille de vin produit par sa famille, et de nous parler ensuite de son tiramisù… Cela aurait pu être tentant, si le menu n’avait pas été traduit en 5 langues, que la dame ne s’entêtait pas à nous parler anglais alors que nous répondions en italien, et que le prix de la moindre assiette de pâtes n’était pas supérieur à 15 €… Là cela sentait franchement l’attrape touristes…

IMG_0419

 

Du choix en veux-tu, en voilà !

 

Bref, nous avons continué nos recherches et sommes tombés sur un petit local qui ne payait pas de mine… Pastaway est un fast food situé via della Mercede, 19, (00187 Roma, Italie).

Ce fast food propose un large choix de plats simples : pasta, faites à la demande, ou déjà prêtes (lasagnes, gratins), légumes grillés à l’huile d’olive, brocolis, riz cantonais…

On peut opter pour un plat simple (secondo piatto) ou pour un menu. Dans tous les cas, la boisson est incluse : un verre de vin ou un verre d’Evian !

IMG_0420

Les prix sont notés de façon très claire, en dehors du resto, et à l’intérieur, près du comptoir. L’on peut voir les plats à réchauffer, ce qui aide à choisir. Et on peut choisir la quantité souhaitée, puisque la personne prépare les assiettes devant nous (sauf pour les pâtes faites à la minute).

 

Un accueil au top !

La dame qui nous a servi était ultra prévenante et patiente. Nous ne comprenions pas tout du fonctionnement et elle a su nous expliquer ce qui était proposé ce jour là, sans la moindre once d’agacement.^^

La salle est bien décorée. On mange sur des tables faites en palettes. Et aux murs, des photos d’amateurs de pâtes, illustres ou inconnus, sont encadrées.

J’ai choisi des légumes grillés (aubergines, poivrons, assortiment de choux), avec deux grosses polpette* de légumes (qui contenaient du fromage, et étaient donc végétariennes et non végétaLiennes).

L’homme a pris des pâtes aux lardons et pecorino. Avec mes légumes, j’ai eu droit à du pain, sans supplément (2 tranches).

Le tout nous a coûté 11,40 € (pour deux !!).

*Les polpette (au singulier « polpetta ») sont des boulettes initialiement proposées à base de viande, mais déclinées de plus en plus en version légumes. On en trouve énormément à Rome, alors que dans le nord je n’en avais encore jamais goûté… Généralement, elles sont frites, mais peuvent aussi être cuites à la poêle. Par défaut, elles ne sont pas végétariennes, mais il arrive qu’elles le soient, et de plus en plus, des restos en proposent des versions carrément véganes. Attention toutefois car sans précision contraire, la panure contient de l’œuf.

 

https://www.instagram.com/p/BOmjFUGDFZZ/

Le rapport qualité-prix était imbattable. Les WC étaient propres. Nous avons mangé rapidement mais en nous régalant. Pastaway n’est certes pas le lieu idéal pour découvrir la gastronomie romaine, mais c’est une excellente adresse pour manger de façon relativement saine et économique, dans un cadre agréable. Pour le touriste pressé et affamé, c’est clairement une adresse à noter !

 

Pastaway

L’endroit propose aussi des salades composées (insalatone, en italien), des Calamars frits, et différents desserts (salades de fruits, tiramisù).

Nous avons été ravis de trouver cet endroit, pour nous restaurer correctement sans craquer notre PEL ! 🙂

[Bologne] Taj Mahal – manger végétarien

Pendant nos vacances estivales, nous avons fait étape une journée à Bologne. Je vous arrête de suite, ne pensez pas manger des spaghetti bolo à Bologne car 1) la bolognaise s’appelle ici « ragù » 2) les spaghetti sont napolitaines !

Bologna

Pour la visite de la ville, je vous renvoie à mon billet touristique, en cliquant ici. Aujourd’hui nous parlerons bouffe food, et uniquement bouffe food !

Nous avons été originaux puisque nous n’avons mangé ni pasta ni pizza. Nous fîmes le choix d’un resto indien ! En effet, les restos indiens sont souvent pratiques pour les végétariens de mon espèce, et le Taj Mahal ne fait pas exception à la règle.

Taj Mahal - resto indien

Ce resto était ouvert en août, malgré sa position un peu excentrée (il est à 15 mn de marche rapide du centre avec la Cathédrale, et la plupart des boutiques voisines étaient fermées pour congés).

Voici son adresse exacte :

Via S. Felice, 92, 40122 Bologna, Italie

***

Le Taj Mahal offre plusieurs plats végétariens voire végétaliens et même une assiette végétarienne à 18 €, et un menu complet avec dessert, nan etc à 34 €.

La salle est ultra grande et décorée à l’indienne, avec des lustres multicolores, des tissus au plafond et une chaîne de télé indienne en fond sonore.

Taj Mahal - resto indien

Préoccupation number 2 du touriste (la number 1 étant de remplir son estomac), les WC sont propres !

Mais revenons-en aux assiettes…

Après avoir dégusté la chips géante à la farine de pois chiches, que l’on trouve dans la plupart des restos indiens, et que l’on tartine de sauces typiques (une sauce piquante, une sorte de ketchup ultra sucré, et une sauce de yaourt à la menthe) nous avons découvert nos plats…

Taj Mahal - resto indien

J’ai opté pour l’assiette VG, qui incluait un pain (j’ai pris un chapati au blé complet) et mon homme nivore a choisi le poulet vindaloo avec du riz basmati, et un naan.

Taj Mahal - resto indien

Le serveur ne parle pas très bien italien. Nous non-plus (enfin, là je joue les modestes, cling cling !). Mais ce n’est nullement problématique ! Il est très souriant et soucieux de nous faire passer un bon moment !

Taj Mahal - resto indien

Ci-dessus, l’assiette végétarienne…

Les plats arrivent rapidement. Le resto a beau être super grand, nous sommes les premiers à débarquer vers midi, et seules deux autres tables se rempliront ce jour-là. C’est normal, nous sommes en plein mois d’août, et les habitants sont à la mer (on peut supputer que les touristes se restaurent dans les lieux plus « typiques ») !…

Pour moi c’est un plateau en aluminium avec des petits creux remplis des différents plats : soupe à la courgette, lentilles en curry, légumes indiens… Le serveur m’a tout présenté mais souvent dans ces cas là j’oublie aussi vite. Pas grave. C’était bon, et c’est tout ce qui compte !

Taj Mahal - resto indien

Taj Mahal - resto indien

Ci-dessus, le plat de Monsieur…

À aucun moment on ne nous a demandé si nous souhaitions manger pimenté. Nos plats étaient relevés, mais pas piquants. C’était très bon, mais nous aurions pu apprécier un peu plus de piment car nous adorons quand cela picote !

Au centre, le riz basmati aux épices vient compléter tout cela… Il est succulent.

L’homme ouvre de grands yeux devant sa plâtrée de riz. Nous avons la grosse dalle (tourisme et marche obligent !) mais il n’est pas dit que nous ferons assiette nette…

Les plats sont délicieux. Les naans le sont aussi… moelleux, goûteux… (voir photo à peine plus haut).

Plus de place pour un dessert, mais je commande un thé vert. Ce sera du Lipton en sachet (oups) mais servi dans une jolie théière en porcelaine. Et l’on nous apporte deux tasses. Donc monsieur se laisse tenter !

Taj Mahal - resto indien

Il est temps de repartir… On règle et on échange deux-trois mots avec le serveur qui a remarqué notre accent et s’enquiert de notre origine. C’est vraiment bien la France ? La langue ressemble à l’italien ?! C’est toujours super sympa de parler avec les locaux en vacances, même si en l’occurence notre serveur n’était pas un pur local !! :-p

Ciao. Arrivederci ! C’était une très bonne découverte que ce resto et pour moi maintenant Bologne a un petit goût de curry, vraiment délicieux ! 😉

Ajout de Monsieur : Il a pu faire recharger sa batterie d’appareil photos, et cela lui a beaucoup rendu service. En effet, la préoccupation number 4 du touriste (la number 3 étant de pouvoir dormir de temps en temps) est d’être capable de rapporter des photos, il est essentiel d’avoir toujours un appareil avec de la batterie…

Côté addition, nous nous en tirons pour environ 35 € pour deux plats bien complets, chacun un naan, et un thé à partager. C’est totalement dans la moyenne des restos indiens, et le rapport qualité-prix est fort correct car nous nous sommes régalés, et n’avons plus eu faim de tout l’après-midi !!

Notons à nouveau l’un des gros points forts du resto, en plus de la nourriture excellente : l’accueille vraiment sympathique !

Si nous repassons par Bologne, il se peut bien que le Taj Mahal revoie nos bobines !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bologne, suite et fin de la visite

Ciao ciao, je vous retrouve aujourd’hui pour terminer notre petit tour de Bologne… Si vous avez raté le premier épisode, vous le retrouverez ici…

***

Bologna

Je regrette un peu de ne pas avoir profité au maximum de mon séjour express à Bologne. En effet, nous avons fait étape pour une seule journée dans la capitale émiliane, et j’étais fatiguée par les précédentes visites. Donc j’ai un peu traîné les pieds lorsqu’il a s’agit de visiter. C’est dommage, parce-que Bologne est une ville énorme et qu’il y avait beaucoup beaucoup de choses à voir. Je pense que la visite peut s’effectuer sur une journée, mais qu’à moins d’être vraiment en top forme, et prêt à arpenter la ville non-stop, il vaut mieux opter pour une étape de 48 heures !

Bologna #Italia #Emilia

Bologne vous surprendra par la hauteur de ses bâtiments, et par la présence de nombreuses tours médiévales…

*

Etape obligée lors d’une visite de Bologne : le Palazzo communale, siège actuel de la mairie. On l’appelle également Palazzo d’Accursio, en référence à Accursius, juriste et maître de droit à l’université de Bologne.

On y entre gratuitement, et se balade à l’intérieur des pièces ouvertes au public. Mieux vaut faire une petite recherche avant de s’y rendre, pour savoir un peu de quoi il retourne, ou emporter le Routard, comme nous… Car je n’ai pas le souvenir d’avoir vu de nombreux panneaux explicatifs.

Bologna - Palazzo Communale

Bologna

Bologna

Initialement il accueillait quelques services municipaux, mais servait surtout à conserver les céréales destinées aux habitants de la ville.

Bologna #Italia #Emilia

Le Palazzo se compose de différents bâtiments, organisés autour d’une cour à arcades. J’ai trouvé l’agencement de la cour intéressant, car du mobilier urbain en pierre a été mis à disposition du public. Cela s’intègre très bien dans l’espace, et donne un côté très sympathique. Les gens s’installent sur les bancs de pierre, et profitent du wifi gratuit dans un cadre plutôt agréable…

Bologna

Bologne

Sur la façade, on peut admirer une Vierge à l’enfant de Niccolò dell’Arca, qui date du XVème siècle.

Bologna

L’on peut profiter d’une jolie vue sur la place du Duomo ; Duomo qui rappelons-le, n’a jamais été terminé, et a donc une apparence assez originale…

Duomo di Bologna

Le palazzo communale se visite gratuitement, comme j’ai pu vous le dire précédemment, à l’exception d’une partie musée, que nous avons laissée de côté.

On peut découvrir la salle Farnese, richement décorée… C’est là que l’empereur Charles Quint fut couronné en 1530. Les peintures racontent l’histoire de Bologne, du Moyen-Âge au XVIIème siècle…

 

***

Tours médiévales

A l’époque médiévale, il était bien vu pour les riches familles de Bologne, de faire ériger une tour, la plus haute possible, pour figurer son prestige… C’était à qui aurait la plus grande… (uhuh, classique !).

On dit qu’il y avait plus de 100 tours dans la ville, mais aujourd’hui il n’en reste qu’une petite vingtaine, dont les deux plus connues sont la Torre ASINELLI, construite à partir de 1109 par la famille du même nom, et sa voisine, la très penchée Torre GARISENDA. Ensemble, on les désigne sous le surnom « le due torre » (les deux tours).

 

 

Sur la place Nettuno, se trouve une imposante et magnifique statue de Neptune, réalisée en 1566 par Jean de Bologne. C’est une statue de bronze. Mais malheureusement, lors de notre visite, elle était en rénovation et nous ne l’avons absolument pas vue…

Bologna #Italia #Emilia

Petit aperçu de la place by night, un soir de cinéma de plein air, avec le duomo en fond…

***

Ainsi s’achève notre visite de Bologne. Si vous avez aimé la balade, alors je vous invite à revenir pour découvrir d’autres étapes italiennes très bientôt ! BACI !

Ici vous trouverez mon bon plan pour trouver un hôtel à Bologne...

Buddy – bon buffet à volonté à Rome

En nous baladant à proximité du Largo Torre Argentina, à Rome, nous avons remarqué un resto qui proposait de quoi manger vegan (mais pas que : il y a aussi des plats omnivores).
Comme nous avions prévu de retourner dans le coin le lendemain, nous y sommes allés pour le déjeuner.

Buddy se retrouve Corso Vittorio Emanuele II, 107A, à ROME.

Pour réserver, voici leur numéro de téléphone : +39 06 8772 8433

J’ai opté pour le buffet à volonté (15 €) et l’homme a pris une assiette de pasta alla carbonara (10 €) et du tiramisù (5 €).

Pendant que nous attendions que l’homme soit servi, nous avons vu cette petite Fiat 500 passer dans la rue… (oui, nous y étions au moment de Noël !!).

IMG_0952

Le buffet à volonté était constitué ce jour là de : boulettes de viande à la sauce tomate, calamars, riz cantonais sans viande, artichauts, aubergines grillées, courgettes grillées, petits pois, pommes de terre sautées, focaccie en tranches, mozzarella,…
Pour la partie sucrée, j’ai fait honneur au carpaccio d’ananas frais. On trouvait aussi des viennoiseries, tartes diverses et variées et des petits morceaux de gâteaux crémeux façon tiramisù.
Le tout était à volonté, dessert inclus.

We are ready for lunch 🍴 #buddyroma

A post shared by Buddy Italian Restaurant Cafe (@buddyroma) on

J’aurais juste aimé que des petites pancartes indiquent le contenu des plats. Parfois je n’étais pas bien sûre de ce qui se trouvait dans tel ou tel plat. Mais bon, cela restait jouable pour les végétariens (moins pour un vegan car la présence de lait est parfois compliquée à deviner).

Nous nous sommes régalés et avons conclu le repas par un bon espresso.

Crea la tua insalata 🌱 #buddyroma #healthyfood #green #spring

A post shared by Buddy Italian Restaurant Cafe (@buddyroma) on

Le service était assurée par une jeune femme super enthousiaste, qui virevoltait entre les tables. Elle était réellement super souriante et sa joie de vivre faisait plaisir à voir !!

Nous avons bien mangé et trouvé le rapport qualité-prix excellent. Les produits étaient bons ; les légumes grillés un peu trop huileux à mon goût mais il faut dire qu’ils sont souvent cuisinés ainsi en Italie. L’aubergine est une éponge à huile. C’est bien connu ! On ne peut pas s’en plaindre car ce n’est pas la faute du resto !

Last but not least : les WC étaient propres et spacieux. Je dirais que c’était les plus propres que nous avons pu « tester » à Rome. Et ça, c’est plutôt important quand on est touriste et que les plus gros soucis au quotidien sont de se nourrir sans se ruiner et de vider sa vessie !!

En tout cas l’adresse est à noter pour manger vegan mais pas que à Rome. C’est une belle idée pour régaler des vegans/végétariens et des omnivores dans un même resto !

100% Bio, le buffet vegan de Rome à ne pas louper !

Il y a à Rome, un resto que je ne saurais que trop vous conseiller ! Il s’appelle 100% Bio et se trouve Piazza di Porta San Paolo, 6, à proximité de la Pyramide de Cestius.

IMG_0032

 

Le fonctionnement

Il fonctionne essentiellement sous forme de buffet. On se sert soi-même, et l’on pèse son assiette, pour obtenir un petit ticket. On peut ainsi se resservir, et payer ensuite en faisait l’addition de tous les tickets.

100 % bio est un resto 100 % vegan. Mais l’homme Nivore s’est régalé malgré tout, car il a pu garnir son assiette de plats divers et variés.

 

Le prix

Le prix est de 2,60 €/100 grammes, sachant que l’on paye à chaque fois le poids de l’assiette… donc cela va assez vite mine de rien, surtout lorsque l’on a marché toute la matinée, et que l’on a très faim.

 

Le choix

Au menu le jour de notre passage : légumes râpés au vinaigre, poireaux, champignons et seïtan, tempeh, pois chiches, quinoa,…

Il y a des crudités, des féculents, des plats de légumes, des substitut de viande (seitan, tempeh), … Chacun y trouvera son bonheur.

Et pour les gourmands de sucré, des patisseries sont proposées en sus, mais nous n’en avons pas pris.

IMG_0031

Nous n’avons pas trouvé de pain pour tartiner houmous et tartinade de curcuma. Pourtant d’autres tables en avaient donc je pense que nous n’avons pas bien cherché ! Dans les commentaires de Tripadvisor, certains voyageurs mentionnent un sachet proposé à 1,50 €.

IMG_0030

Après une grosse journée de marche, nous avons pris pour 1,30 kg de buffet à deux. Cela nous semblait énorme, mais il faut rappeler que l’on paye le poids de l’assiette en elle-même, et elle n’est pas super légère. J’aurais bien aimé peser l’assiette vide pour voir, mais je n’ai pas osé… :-p

100% Bio Roma

Dans tous les cas, nous nous sommes régalés. Les plats étaient originaux pour certains (champignons et seitan notamment), plus simples pour d’autres (carottes et betteraves râpées), mais toujours succulents.

Au final, la note faisait un peu mal aux fesses (2,60 € / 100 grammes, soit 26 € le kilo si vraiment vous êtes aussi nuls que moi en maths). Mais vu la qualité et la quantité, il n’y avait rien à redire. On aurait juste pu demander un peu plus d’explication de la part des serveurs, qui ont paru un peu déconcerté d’avoir à accueillir des touristes, et n’ont pas cherché à nous renseigner (bien que nous parlions italien). Certes nous nous sommes débrouillés, mais personne ne nous a jamais demandé si tout se passait bien, ni ne nous a proposé de pain par exemple.

100% Bio Roma
Les noms des plats étaient notés et le fait de savoir que tout était 100 % vegan simplifiait bien le choix !
Dernier détail, l’eau proposée à table est l’eau du robinet, filtrée et éventuellement gazéifiée si vous en faites la demande. Comme cela, on consomme une « boisson » locale.

A bientôt pour de nouvelles aventures italiennes !

 

 

Se loger à proximité de Bergamo [Italie]

En Italie, outre les hôtels et les bed and breakfast, on peut trouver des affitacamere, littéralement « loue-chambres ». Ce sont des équivalents de nos maisons d’hôtes, mais avec plus d’indépendance, selon ce que nous avons pu constater. Il est possible d’y prendre le petit-déjeuner, mais ce n’est nullement obligatoire.

Généralement on nous remet les clefs de la chambre et de l’entrée, car il n’y a pas de réception.

Pour notre dernière étape piémontaise (en août 2016), nous avons trouvé l’affitacamere Carlo Cacciami à Grignasco (province de Novara). La nuit pour deux était à 48 € sans petit-dèj.

#chambre

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Grignasco se trouve à :

-1 h 20 de Côme

-1 h 30 de Bergame

-1 h 50 de Brescia

-45 minutes de Novara

Je vous mentionne ces différentes villes, car elles ont toutes un intérêt touristique. Nous n’avons à ce jour, pas encore visité Côme, mais nous sommes amoureux de Bergame, et recommandons également de découvrir Brescia et Novara !

D’ailleurs, pour Novarra, il y a des infos par ici…

*

Affitacamera #voyage

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Nous avons trouvé facilement l’endroit grâce au GPS et au panneau à l’entrée du parking.

Le parking est vaste et il y a des places sous les arbres ; c’esfort appréciable vu la chaleur de ce mois d’août.

À côté, se trouve un resto chinois-japonais, que nous n’avons pas testé.

Le gérant de l’affitacamere nous a accueillis immédiatement et nous a fait visiter la chambre.

Affitacamere

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

RAS côté propreté. C’était rutilant et on voyait que tout était entretenu avec soin. Un lit double, un petit lit, un beau bureau en bois massif, quatre chaises, on trouvait aussi plusieurs placards, un pèse personne électronique, et un sèche cheveux. La télé écran plat est grande et de bonne qualité. Dans certains hôtels nous avions eu des écrans catalytiques cathodiques pleins de parasites alors là cela changeait !

Dans la salle de bain, Italie oblige, il y a ZE bidet, mais aussi une petite baignoire, un lavabo et des savons. Je n’ai pas trouvé cela super hygiénique de proposer des savons solides de grosse taille, qui sont destinés à resservir d’un client à l’autre. Mais de toute façon rien ne nous forçait à les utiliser car nous avions nos propres produits.

Salle de bain

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le Gérant nous a donné le code du wifi sans que nous ayons à demander. Le réseau était très faiblard. Mes mails ont daignés se télécharger au bout d’une longue attente, mais je n’ai pas pu charger une seule application.

La chambre est confortable et offre tout le nécessaire pour passer un séjour agréable (une bouilloire serait bienvenue mais en Italie c’est rare !).

J’ai bien dormi car j’avais mes boules Quies et que j’étais lessivée après une journée au soleil. Mais l’homme a eu du mal à se reposer, car malgré les boules Quies il entendait une sorte de climatisation. En effet il y avait comme une grosse soufflerie, qui s’arrêtait parfois en faisant des « tac tac tac » et reprenait de plus belle quelques minutes plus tard. Nous avions coupé la climatisation de notre chambre pourtant… Nous avons pensé qu’il devait s’agir de celle du couloir. Mais impossible d’en être surs et de trouver comment l’arrêter…

À 6 h 30, les occupants d’une autre chambre sont partis et le bruit fait par leur porte et par leur discussion d’un bout à l’autre du couloir m’a réveillée malgré les bouchons d’oreille.

*

En résumé, cet affitacamere offre un bon compromis entre le camping et l’hôtel. Pour un budget moyen, il permet de se loger de façon confortable, pour peu que l’on soit prêt à accepter quelques petites imperfections…

Pour plus d’infos, et pour réserver, voici le site officiel : ICI