Mon Autopsie – Jean-Louis Fournier

Décidément, si l’on pensait que Jean-Louis Fournier avait déjà parlé de lui en long en large et en travers, et qu’il ne pourrait guère nous surprendre plus, on se trompait. Après avoir évoqué ses deux fils handicapés mentaux dans un touchant Où on va, Papa, partagé le deuil de son épouse dans Veuf et abordé la grosse brouille qui le sépare de sa fille Marie dans La Servante du Seigneur, cet écrivain, également humoriste et réalisateur de télé, nous propose un nouveau roman, écrit avec les tripes… Savourez le jeu de mot, puisque comme son nom l’indique, Mon Autopsie met en scène… sa propre autopsie.

*

« La culture c’est la récompense de la curiosité. »

On retrouve notre auteur, allongé sur la table d’examen, entre les mains délicates d’une étudiante en médecine, qu’il a choisi d’appeler Égoïne, en clin d’œil à la fameuse scie égoïne, qui comme elle, incise, coupe, ouvre…

téléchargement

Non Jean-Louis Fournier ne nous sert pas ici un remake de Saw sous forme de bouquin. S’il évoque les manipulations que l’étudiante inflige à son cadavre, il s’attarde surtout sur le sens figuré de cette autopsie, et analyse sa vie passée, au fur et à mesure qu’Égoïne découpe et découvre… Ce livre ce sont des mémoires.

L’auteur nous parle à nouveau de Sylvie, son épouse partie avant lui, mais aussi de ses enfants, de ses souvenirs de jeunesse, de ses parents… Il le fait à travers des chapitres courts, très joliment écrits.

Que vous ayez déjà lu d’autres ouvrages de Jean-Louis Fournier, ou que vous soyez totalement novices, vous n’aurez aucun mal à vous laisser guider par sa plume.

Le ton est délicieux, comme souvent avec cet auteur. Il y a de jolies citations à retenir, des jeux de mot, et partout, de la douceur, enrobée dans une belle dose d’humour, omniprésente chez Jean-Louis Fournier !

Ce livre est aussi l’occasion de préciser certaines choses, et notamment de répondre à la critique qui a pu entourer la sortie de son roman Où on va Papa. L’auteur consacre un chapitre à ce livre, dans lequel il explique qu’il a écrit ce livre non pas pour se plaindre (ceux qui comme moi l’ont lu ont certainement dû le constater) mais pour parler de ses deux fils handicapés ; pour les faire connaître.

On partage plus facilement quand on a rien.

J’ai rarement été déçue par Jean-Louis Fournier (une seule fois à vrai dire, et je vous en avais parlé ici). Ce livre m’a confirmé que j’adore le style délicat de cet auteur. Il rit de tout, avec beaucoup de finesse et en se moquant du qu’en dira t-on.

Je vous conseille totalement ce livre, d’autant plus qu’il est très rapide à lire, et qu’il parlera à tout un chacun, puisqu’il aborde les thèmes de la vie...

Et enfin, je vous propose de se quitter sur un dernier lot de citations issues de ce joli ouvrage !

Longtemps j’ai pensé que la meilleure façon de se croire jeune c’était de s’entourer de plus vieux, mais il y a un moment où ça devient difficile, on n’en trouve plus.

J’aurais aimé être instituteur, faire entrer des tas de choses dans les têtes des petits cons.

Souvent ce qu’on n’aime pas sur terre est ce qu’on ne connait pas.

 

Le livre papier est à paraître chez Stock, le 30/08/2017. Vous pouvez dors-et-déjà le pré-commander.

 

Bonheur à Gogos ! Jean-Louis Fournier

Via un concours Twitter, j’ai eu le plaisir de remporter un livre de mon choix, parmi une sélection de nouveautés parues chez Payot. J’ai choisi le dernier livre de Jean-Louis Fournier, car j’adore cet auteur, qui a le chic pour me donner le sourire avec son style inimitable… délicieux mélange d’humour et de tendresse, utilisé à bon escient, pour aborder les thèmes pas forcément super rigolos de la vie…

Jean-Louis Fournier, c’est à lui que l’on doit Où on va Papa, autobiographie dans laquelle il évoque ses deux fils handicapés. C’est lui également qui a écrit Il a Jamais Tué Personne mon Papa, dans lequel il parle de l’alcoolisme de son propre père.

*

View this post on Instagram

Relax #infusion #lecture #teatime

A post shared by Ana (@chiarastory) on

*

Bonheur à Gogos n’est pas un roman. Ce n’est pas non-plus un livre de développement personnel, du moins pas au sens où on l’entend habituellement… C’est un olni, objet livresque non-identifié.

Il contient des citations, des réflexions, des listes, qui ont tous un lien avec le sujet qui nous intéresse : le Bonheur !

 

Mon conseil pour déguster ce livre, serait le suivant :

Préparez-vous une bonne tasse de votre boisson chaude favorite, et installez-vous confortablement dans votre canapé, en prenant soin de couper votre téléphone, et de ne pas être dérangé pendant l’heure à venir. Au besoin, prévoyez un bon plaid tout doux, ou si le temps s’y prête, préférez la chaise longue et le chapeau de paille.

Ouvrez le livre, et profitez !

Ce livre est court, et les chapitres s’enchaînent très rapidement, puisque certains n’occupent même pas deux lignes ! Mieux vaut donc à mon sens ne faire qu’une bouchée de ce livre, et le consommer sous forme de cure intensive.

Sans même vous en rendre compte, vous assimilerez de précieux conseils pour cultiver votre BIB*.

*bonheur intérieur brut

Si vous avez déjà lu des romans sur le thème (là comme ça je pense à Ta Deuxieme Vie Commence Quand Tu Comprends Que Tu N en As Qu’une de Raphaëlle Giordano) cela pourra faire un bon complément…

View this post on Instagram

#jenLouisFournier #bonheur #lecture

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Bonheur à Gogos n’est pas le meilleur livre de son auteur. Je me suis bien plus poilée en lisant J’irai pas en Enfer. J’ai été bien plus touchée par Où on va Papa ? ou Veuf. Mais malgré tout, cela reste une bonne lecture, légère et intéressante. Il y a des passages amusants, et d’autres qui font réfléchir et nous rappellent les bases du développement personnel… ce qui n’est jamais inutile.

Je ne suis pas mécontente d’avoir découvert ce petit bouquin, et compte le prêter autour de moi…