Pillards de la mer du nord, un bon jeu de vikings !

En arrivant au club de jeu vendredi dernier, je suis tombée en arrêt devant un nouveau jeu qui était installé sur l’une des tables.
Pillards de la Mer du Nord, c’est son nom, est un très beau jeu sorti en novembre 2016. J’avais eu beau le savoir pour avoir lu une critique sur un blog, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi chouette !

Le plateau central est bien illustré et les matériaux utilisés sont réellement qualitatifs.

Imaginez un peu : Les pièces de monnaie sont en métal ! Cela peut paraître accessoire mais pas du tout ! Cela donne vraiment une autre sensation que lorsque l’on joue avec des petites pièces en carton !

*

 

First things first, voici les données techniques de la bête :

 

*Se joue de 2 à 4 joueurs

*à partir de 12 ans

*une partie dure en moyenne 60 à 70 minutes

*Jeu de Shem Philiphs

*Illustré par Mihajlo Dimitrievski

*Edité et distribué par PixieGames

 

 *

En bref…

 

Pillards de la Mer du Nord nous emmène plusieurs siècles en arrière, à l’époque des vikings (pour votre culture G, l’âge d’or des Vikings se situe entre les VIIIème et XIème siècles).

Les joueurs incarnent des guerriers, qui doivent mener des raids pour piller les ressources (or, fer, bétail) et remporter un maximum de points de victoire en se faisant bien voir de leur chef !

Avant de se lancer à corps perdu dans les batailles, chacun devra préparer sa troupe, et rassembler des provisions…

*

En moins bref…

On retrouve des petits airs de l’Âge Pierre avec le village et ses différents emplacements chacun associés à une action. C’est au village que nous allons recruter des guerriers, et constituer nos réserves avant d’attaquer.

View this post on Instagram

#j2s #boardgame #jeudeplateau Pillards des Mers du Nord !!

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le point original, qui peut perturber les joueurs novices, est que nous ne possédons pas chacun nos personnages mais utilisons des meeples communs. Pour autant, ne vous y trompez pas, Pillards n’est absolument pas un jeu collaboratif !

Les personnages (petits gugus en bois ; les cartes personnages sont en revanche la propriété du joueur qui les pioche) sont à disposition de tous les joueurs donc ; et ils sont de trois types. Au départ nous n’avons accès qu’aux persos noirs. En menant des raids, nous allons en récupérer de nouveaux : gris et blancs, qui pourront effectuer certaines actions en plus ! (Là on peut penser à Colonist, avec ses fermiers verts, qui disparaissent peu à peu, remplacés par les citoyens etc…)

View this post on Instagram

#Pillards ! #j2s #boardgame

A post shared by Ana (@chiarastory) on

À chaque tour de jeu, nous devons 1 poser un personnage (et faire l’action correspondant à l’endroit où on le pose), et 2 prendre un personnage (et faire l’action etc).

Sachant que certains emplacements sont déjà occupés et qu’il faut impérativement commencer par l’action de poser, cela implique que l’on ne fait pas toujours ce que l’on aurait voulu faire…

Tout au long du jeu, nous verrons nos plans modifiés par les actions des joueurs précédents !

*

 

Au village nous pouvons :

 

-prendre des cartes : ce sont des cartes de guerriers, qui ont deux actions possibles selon que l’on choisit de poser la carte (recruter le guerrier), ou de la défausser (pour utiliser l’action « one shot ».

View this post on Instagram

Ce jeu me plait beaucoup… #j2s #boardgame #jeudeplateau

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Sur la carte ci-dessus, l’action « one shot » à droite en bas, consiste à faire perdre un armement à l’adversaire de votre choix. Si vous recrutez ce guerrier, lors d’un raid, s’il est tué, vous le reprenez en main (et il faudra payer 3 pièces à nouveau pour le recruter).

-embaucher un guerrier en l’envoyant au camp d’entraînement. On paye la somme indiquée sur la carte et on pose le guerrier devant soi.

-renflouer les caisses en prenant des sous,

-aller à l’armurerie pour améliorer son niveau d’armée,

-transformer ses ressources (issues des butins) en provisions, ou remplir des contrats pour gagner des points de victoire.

View this post on Instagram

#j2s #boardgame

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ici, vous voyez deux contrats que j’ai remplis. Par exemple, pour honorer celui de droite, j’ai fourni une pièce, deux bétails et un or. J’ai rangé le contrat face cachée devant moi ; et scoré 5 PV en fin de partie.
Une fois que l’on a une team de barbares suffisamment complète, des provisions pour la nourrir, et les ressources  demandées, on peut partir… à l’attaquuuuuuue !!!

View this post on Instagram

#j2s #boardgame

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ici, j’ai 4 guerriers (dont deux identiques, ce qui n’est pas un souci), et deux provisions… Puis-je attaquer ? Mmmm… oui, pour une provision, si j’ai au minimum 3 guerriers, je peux attaquer l’un des ports ci-dessous. Alors allons-y !

View this post on Instagram

#j2s #boardgame

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Avant chaque raid, on sait ce que l’on remportera en attaquant, car les ressources sont déposées dans les cases correspondantes. On sait aussi quelles seront les pertes, car elles sont symbolisées par des têtes de mort noires.

Du coup, on attaque, on perd les provisions requises, et on empoche le butin. On gagne les points de victoire indiqués sur le plateau de jeu. On n’oublie pas d’appliquer les pouvoirs spéciaux conférés par nos guerriers (c’est noté sur chaque carte) et… on sacrifie si besoin un ou plusieurs combattants aux valkiries !

Selon les raids, parfois l’on peut avoir à lancer 1 ou 2 dés, pour gagner plus ou moins de points de victoire. Cela dépend de la force de notre armée, qui se mesure par le niveau d’armure de chaque guerrier + le niveau d’armée général (amélioré en allant à l’armurerie) + le niveau d’armée apporté par le(s) dé(s).

*

Dans tous les cas, ne soyez pas tristes, perdre un guerrier n’est pas forcément négatif, car vous y gagnez des points de valkiries, et vous pouvez aussi libérer de la place pour recruter des guerriers plus costauds (une team est limitée à 5 guerriers).

View this post on Instagram

#j2s #boardgame

A post shared by Ana (@chiarastory) on

J’adoooore ce jeu !

 

Pillards de la Mer du Nord est un jeu qui m’a totalement séduite. D’abord, j’ai adoré son esthétisme. Le matos est chouette, les illustrations marrantes, et le thème des vikings me botte bien.

Ensuite, la mécanique est bien huilée, et même s’il faut prendre le temps d’expliquer la double utilisation possible des cartes, le fonctionnement du village, avec les meeples communs à tous les joueurs, et détailler chaque case du-dit village, la prise en main se fait rapidement. Ce jeu est logique.

Certes, il pourra effrayer les plus novices, mais son univers pas prise de tête pour un sous saura souvent compenser…

Pillards est à mon sens un bon jeu, pas totalement grand public, mais comparable à l’Âge de Pierre ou à Waka Waka… Assez abordable, mais néanmoins rejouable !

 

 

Publicités

Un sapin en Lego c’est plus rigolo !

Totalement has been le sapin ? Je ne pense pas non. Nous aimons tous avoir un joli roi des forêts dans notre salon, qu’il soit en sève et en branches ou en plastique. Et nous adorons généralement le décorer (c’est un peu le concept…).

Mais pour avoir le conifère le plus branché de tout le quartier (notez le jeu de mot s’il vous plait), il y a un ouvrage à posséder absolument.

Il s’appelle Noël en Lego et regroupe 15 idées de déco pour élaborer vos propres décorations super stylées…

View this post on Instagram

Décorer le sapin en… @lego ! #livre#idéeCadeau

A post shared by Ana (@chiarastory) on

L’auteur Chris Mc Veigh explique qu’il a voulu à travers cet ouvrage, réunir deux grandes passions de son enfance : jouer aux Lego, et décorer le sapin. Quelle belle idée non ? On peut grâce à lui passer un agréable moment avec les enfants, à préparer ses propres décos, avant de les accrocher à l’arbre de Noël… C’est aussi une façon de faire patienter les plus pressés, qui si on les écoutait, nous feraient décorer le sapin dès le mois d’octobre !

Le livre coûte une quinzaine d’euros. Il fera fureur sous le sapin cette année, accompagné idéalement de quelques boîtes de briquettes de construction… Et on pourra s’en servir pour préparer les décos de Noël 2017 !

View this post on Instagram

De saines #lectures de saison !

A post shared by Ana (@chiarastory) on

A la maison il a tout de suite été adopté par le grand enfant (mon mec) qui n’a pas arrêté de me tirer par la manche « oh t’as vu ça comme c’est marrant ! » / « J’aurais pas pensé à utiliser cette pièce dans ce sens là ! » / « Oh regarde ça ! » … 

C’est sûr, ce livre là… il envoie du bois !

Ludimania, le Festival du Jeu de Dijon

Les jeux de société sont en plein boom ces dernières années. Des festivals sont organisés à droite et à gauche. On peut y découvrir les nouveautés, ou jouer à des jeux déjà connus et reconnus.

Ce week-end nous avons visité Ludimania, à Dijon.


Ce festival est organisé par une association et l’entrée est gratuite !
L’ambiance familiale nous a beaucoup plu. Nous avons aussi apprécié le fait que la buvette soit très correcte en terme de prix. Il est clair que l’association n’en profite absolument pas pour dépouiller les visiteurs ! (Thé, café, infusion 0.50 € – coca, Orangina 1 € – sandwich 3,50 € – menu (sandwich, boisson, crêpe 5,50 €… et l’indispensable gobelet consigné à 1 €).

Le Festival s’organise en 3 espaces :

*la salle principale avec les jeux « grand public » présentés par des animateurs,

*la salle au sous-sol avec les jeux plus complexes, à disposition sans explications de règles,

*l’extérieur, avec les jeux pour les enfants essentiellement, mais aussi les jeux apéro type Dobble.

On trouve aussi des jeux rapides à tester debout, dans les couloirs.

image

Nous sommes arrivés le dimanche à l’ouverture (11 h 00), avons pris notre petit badge avec notre prénom, et commencé par faire un tour du Festival, pour repérer les jeux qui nous tentaient le plus.

Finalement, c’est la salle principale qui nous a le plus attirés et nous y avons testé le jeu Edenia, de chez Blackrock.

image

Il s’agit d’un jeu de conquête, où chaque joueur possède 3 moutons qu’il doit faire fuir sur une nouvelle planète. Les moutons ont épuisé les ressources de leur planète d’origine et doivent rejoindre Edenia pour survivre… Pour ce faire, ils emprunteront différents types de chemins, rencontreront des planètes sur lesquelles ils pourront planter leur drapeau pour marquer des points de victoire, collecteront des artefacts…

image
La carte se construit au fur et à mesure du jeu, par l’ajout de tuiles (à la Tikal).
Edenia est donc un jeu d’exploration, facile et rapide à prendre en main, amusant, et familial.

Une partie nous a duré 45 minutes environ. Nous avons globalement aimé sans avoir pour autant un gros coup de cœur. Cela me semble être un bon jeu pour s’amuser en famille (à partir de 8 ans), avec des non-joueurs ou en seconde partie de soirée.

image

Ensuite nous avons découvert Chimère de chez Game Flow. Annoncé pour environ 45 mn de jeu, c’est aussi un « petit » jeu. Le concept est amusant. On crée chacun 4 animaux en assemblant une tête, un tronc et un derrière. Chaque pièce a des caractéristiques. Et on retrouve ces caractéristique au centre de la table, selon les saisons.

image

Le but est de former la bête la plus adaptée à chaque saison.

Chaque pièce piochée doit être placée, sur son plateau ou… sur celui des autres !

Tout le monde joue en même temps. Après la première phase de construction, on passe à une seconde, pendant laquelle chaque joueur arrange son plateau, échange ses pièces entre elles.


On compte les points selon les caractéristiques de chaque chimère, pour déterminer quel animal survit le mieux à chaque saison.

Puis vient le concours. Ici on doit élire la chimère la plus mignone/féroce/… Pour cela les joueurs ont droit à un petit argumentaire pour défendre leur bestiole…

image

Cette phase a été la moins convaincante. Nous étions d’accord pour dire que ce n’était pas super amusant, et que cette phase tombait un peu comme un cheveu sur la soupe…

Globalement les impressions sur ce jeu ont été mitigées. J’ai été celle qui a préféré ce jeu. J’ai aimé le principe de fabriquer des créatures, et de pourrir le plateau des autres. Mais il faut néanmoins reconnaître que la phase de concours est peu convaincante et que le jeu est un peu fouillis par moment. On s’amuse mais on n’enchaîne pas 3-4 parties !

imageCi-dessus : Pandémie, jeu collaboratif que je connais par ailleurs et vous conseille. 🙂

Après le casse-croute, nous avons testé le prototype de Dice Forge chez Libellud. Il s’agit d’un jeu de « dice building » dont la sortie est prévue pour mai 2017.

Au lieu de construire son jeu de carte, on améliore ici ses dés ! Oui vous avez bien lu ! Le jeu n’est pas encore finalisé mais l’idée sera d’avoir un dé aux faces interchangeables…

image

Le dé permet d’obtenir des ressources : sous, rubis, énergie, points de victoire…

On cumule les ressources sur un compteur, que l’on peut étendre en achetant une ou plusieurs plaques d’extension.

Les ressources servent à acheter de nouvelles faces de dés et des cartes. Les cartes permettent de scorer des points de victoire ou d’obtenir des pouvoirs (par exemple, celui de relancer un dé lorsque l’on est premier joueur).

image

Ce jeu a été un coup de cœur pour toute la table… Nous avons aimé la rapidité des explications et le fait que le jeu soit immédiatement accessible. La mécanique est toute simple, et l’on n’a pas besoin de se référer à la notice toutes les 2 minutes.

Malgré tout, les cartes et le système d’amélioration du dé offrent de multiples possibilités de stratégie…

Je n’entrerai pas dans les détails des règles du jeu, car ce n’est pas ma tasse de thé, mais vraiment je voudrais insister sur l’intérêt de ce jeu !
J’ai vraiment hâte de pouvoir y rejouer pour tester d’autres stratégies, essayer de scorer sur les cartes au lieu de viser directement les points de victoire… J’ai hâte également de voir à quoi ressemblera la version définitive du jeu, les dés et le plateau de ressources…

Nous avons passé un excellent moment à Ludimania, et découvert de bons jeux. J’étais presque déçue de ne pas être venue les deux jours de suite, mais finalement je ne suis pas sûre que j’aurais trouvé de quoi jouer une deuxième journée (quoi que…).

L’ambiance était au top. Le lieu est pratique et sympa. Et on trouvait de quoi amuser tout le monde, des jeux tous simples et rapides aux gros jeux de plusieurs heures. On reviendra, c’est certain ! 🙂