Se loger pas cher, pour un week-end ou plus, à Rome

Nous cherchions un logement à Rome-même, avec les critères suivants :

*propre (c’est THE critère, et il est absolument impensable pour nous d’en déroger !)
*accessible facilement sans voiture depuis l’aéroport de Rome Fiumicino,
*avec une salle de bain privative.

Le reste nous importait peu. Ensuite le critère qui permettrait de départager serait… Le Prix, bien-sûr !
Le B&B Sepulveda était le moins cher dans nos critères. Une promo sur son site nous a permis de ne payer que 88 € les 3 nuits pour une chambre double.
Pour cela nous avons réservé en octobre pour un séjour au moment de Noël. Nous avions payé en ligne lors de la résa. Sur place, nous n’avions plus qu’à nous acquitter de la taxe de séjour (3,50 €/gugusse/nuit).

Le site officiel se trouve ici.

View this post on Instagram

#SanPietro @noidiroma

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Non, ce n’est pas la façade du B&B, mais bel et bien la basilique Saint-Pierre du Vatican…

***

Nous avions envoyé un mail au gérant en arrivant à Rome mais il ne nous avait pas précisé qu’il ne restait pas sur place. Du coup, en débarquant à l’heure convenue, nous avons trouvé porte close. Nous avions beau sonner à l’interphone, personne n’ouvrait. Heureusement, mon portable fonctionnait à l’étranger et j’ai pu appeler le Monsieur, qui est arrivé 5 minutes après.

IMG_9841
Très sympathique, il nous a demandé d’où nous venions, et nous a escortés à notre chambre avant de nous donner un plan de la ville et quelques conseils (où manger une bonne pizza, où savourer le meilleur tiramisù de Rome). Ce Monsieur Domenico, parle anglais, et se débrouille en français. Nous avons surtout échangé en italien, mais il aurait été possible de se faire comprendre en français sans aucun problème !

View this post on Instagram

B&B

A post shared by Ana (@chiarastory) on

La chambre est vieillotte et l’équipement se réduit au minimum vital : un grand lit au matelas correct (à ressorts, mais ni trop mou, ni trop dur), une petite télé écran plat, une table, une chaise, un miroir en pied, une penderie, deux chevets avec des lampes).

D’ailleurs le plafonnier ne fonctionne pas. Le Gérant a enlevé les ampoules car elles claquaient et réveillaient le dernier occupant ! La porte de la salle de bain est cassée. Et il n’y a pas de poignée aux fenêtres.
Qu’à cela ne tienne. La chambre est propre. On trouve un sèche-cheveux dans la salle de bain, un savon liquide, des linges qui ont bien vécu mais sont propres eux-aussi.
Vu le prix payé on ne saurait se plaindre des choses cassées ou en panne !
Il y a des bouilloires et un micro-onde à disposition dans le couloir.

View this post on Instagram

Espace petit-dèj

A post shared by Ana (@chiarastory) on

On peut aussi utiliser la salle de bain commune (certaines chambres n’ont pas de salle de bain privatives). D’ailleurs, vu la chasse d’eau un peu mollassonne de nos WC, et rappelons-le, l’absence de porte, nous ferons usage des WC communs !

Ce n’est pas le grand luxe dans ce B&B mais nous reviendrons. En effet, d’une part la propreté était au rendez-vous, et c’est ce qui compte pour nous. J’insiste lourdement sur ce point, mais cela me semble essentiel, car le fait d’avoir le minimum au niveau des équipements, et certains accessoires cassés peut sembler rédhibitoire, mais cela ne va pas forcément de paire avec un manque d’entretien.

En prime, le Monsieur qui gère les lieux est très gentil. Il n’y a qu’à voir les post it qui envahissent le tableau du couloir pour en être sûrs ! Il y a des merci dans toutes les langues ! Désormais il y en a un de plus : le notre !

Le lendemain de Noël, en plus de notre petit-dèj habituel (briquette de nectar de pêche, 2 croissants emballés, pomme) nous avons eu une grosse part de pandoro ! Adorable, non ?!

Certains avis sur le net critiquent le petit-dèj trop riquiqui. Certes les viennoiseries sont industrielles, mais bon vu le prix peut-on demander des croissants frais ?! Si on le souhaite, on peut sans problème descendre et trouver 2 ou 3 boulangeries dans les 50 mètres autour du B&B !

Enfin, précisons que le B&B est situé dans le quartier de Saint Jean de Latran, à 5 minutes du métro San Giovanni, et environ 20 minutes à pied du Colisée (1,7 km précisément).

 

*

Pour retrouver tous mes billets sur l’Italie, consultez le sommaire : ITALIE

Les Sampietrini romains

Dans les premières pages de Volevo Solo Andare a Letto Presto de Chiara Moscardelli, l’héroïne du roman se retrouve avec une chaussure cassée, car l’un de ses talons s’est pris entre deux « sampietrini« . Ne connaissant pas ce terme, et bien que le contexte me permette de deviner son sens, j’avais interrogé le dictionnaire de ma liseur électronique.

Les sampietrini (ou Sanpietrini) sont en fait les pavés typiques de certaines villes italiennes, Rome en tête, faits de basaltes. Ce sont de gros blocs irréguliers, qui tirent leur nom de la place Saint-Pierre du Vatican, dont ils sont un emblème.

Sur le site officiel de la ville de Rome, une page leur est consacrée, et nous apprend que chaque bloc cubique mesure 12 centimètre de côté, pour 17 centimètres de haut, et pèse 3 kilos !

Ils offrent plusieurs avantages que l’on aurait tendance à oublier puisque l’on voit plus facilement les aspects négatifs : cela glisse, le sol est irrégulier, et les talons se prennent dans les interstices. Mais rappelons tout de même que ces pavés en plus d’être jolis, ne recouvrent pas totalement le sol, et laissent ainsi circuler l’eau. Ils s’adaptent aux irrégularités du terrain, et sont très très résistants.

A l’époque des carrosses, c’était fort pratique, bien qu’un peu bruyant… De nos jours, les sampietrini sont peu adaptés à la circulation des deux roues, ou  même des voitures… mais comme les Fiat 500 (les anciennes du moins), ils font partie du paysage romain, et personne (de sensé) ne voudrait les voir disparaître !

 

IMG_0336

San Giovanni in Laterano – Rome

La basilique San Giovanni in Laterano, Saint-Jean-de-Latran en français, est l’une des quatre basiliques majeures de Rome (avec Saint-Pierre, Saint-Paul-hors-les-murs et Sainte-Marie Majeure).

San Giovanni in Laterano porte le titre de omnium urbis et orbis ecclesiarum mater et caput, qui se traduit par «mère et tête de toutes les églises de la ville et du monde».

Comme les trois autres basiliques majeures, elle possède une porte sainte, qui est ouverte au début de chaque année sainte (tous les 25 ans, et parfois de façon exceptionnelle. L’année 2016, année de la miséricorde, était une année sainte, qui s’est terminée le 20 novembre).

La porte sainte est murée à la fin de chaque année sainte, et rouverte à la prochaine année sainte.

Roma

Voici la façade de Saint-Jean-de-Latran, telle que nous l’avons découverte lors de notre première visite. En effet, la basilique était proche de notre hôtel (à moins que ce ne soit l’hôtel qui ait été proche de la basilique… :-p Ceci explique que nous soyons passés plusieurs fois à proximité).

La basilique a un statut très particulier. Elle est la propriété du Vatican, alors qu’elle ne se situe pas sur le territoire du Saint Siège.

Douze conciles y eurent lieu pendant le Moyen-Âge et la Renaissance, et c’est ici que Charlemagne se fit baptiser, en 774. Rappelons que son sacre se déroula lui, à Saint-Pierre, au Vatican, le 25 décembre 800.

C’est ici aussi que furent signés les fameux accords du Latran, qui fixent les relations entre l’État italien et le Vatican, en 1929.

Roma

Sur la place voisine, l’on trouve le plus grand obélisque de Rome…

La construction de la basilique a débuté sur commande de l’Empereur Constantin, et l’édifice a été consacré en 324, deux ans avant Saint-Pierre. Elle s’est effectuée sur les anciens terrains d’une famille du nom de Laterani, d’où le nom de la basilique.

Le bâtiment que l’on connait aujourd’hui n’a plus grand chose à voir avec la basilique de Constantin, car il a été plusieurs fois endommagé, par les ennemis ou par des phénomènes naturels (tremblements de terre). Le cloître, dont la visite est payante, est la partie la plus ancienne. Il date du XIIIème siècle.

Roma

Il faut savoir que la papauté n’a pas toujours siégé à Saint-Pierre, et qu’avant de s’installer dans l’actuel Vatican, le pape était au Latran ! Ce fut vrai du IVème au XIVème siècle, jusqu’à l’exil à Avignon.

La façade est en travertin, comme le Colisée, et a été réalisée entre 1732 et 1735.

Entrons, et découvrons l’intérieur de la basilique, surprenant par son immensité, et par la richesse des décorations, en style baroque.

San Giovanni in Laterano - ROMA

 

C’est Francesco Borromini qui fut chargé de décorer l’intérieur de la basilique, à compter de 1650. La nef est longue de 130 mètres (c’est grand, croyez-moi !), et sur les côtés, nous pouvons admirer des statues des apôtres.

Borromini a conservé le sol, en marbre et remontant à la période médiévale, ainsi que l’impressionnant plafond en caissons peints. Ces caissons sont en bois sculpté, et doré…

San Giovanni in Laterano - ROMA

Dire que tout cela est « beau » serait un euphémisme. En photos, vous le voyez, la basilique est somptueuse, mais ce n’est rien comparé au sentiment que l’on ressent en la découvrant pour de vrai…

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

Il y aurait encore énormément à dire sur la basilique du Latran, mais je pense que vous trouverez d’autres sites bien documentés si l’envie vous prend de compléter ce que je vous ai déjà présenté…

Pour ma part, je vous propose de terminer sur quelques photos…

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

Statue de bois de Vierge à l’enfant, donnée à la basilique par le Pape François

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

San Giovanni in Laterano - ROMA

A bientôt, pour de nouvelles découvertes romaines, mais aussi pour des avis livres et films of course !

Manger des pâtes à Rome

Nous sommes tombés sur ce resto rapide en nous baladant à Rome. Nous cherchions de quoi manger rapidement, sans opter pour une classique pizza. Les pâtes et les pizze, ce n’est pas ce qui manque dans la capitale romaine, mais nous voulions faire rapide, et ne pas en avoir pour 20 € par personne.

Alors nous avons laissé de côté les restos à touristes, ceux aux terrasses desquels un serveur ultra sapé alpague les clients ! Rien ne me donne plus envie de fuir que les restos devant lesquels on vient m’embêter alors que je lis le menu… Pas vous ? J’ai instantanément la sensation que je vais me faire couillonner, pour dire les choses franchement !

Nous sommes passés notamment devant un restaurant, où une dame est venue nous raconter sa vie dans le détail alors que nous essayions simplement de lire le menu. Elle est sortie nous dire « Bonjour ! Aujourd’hui tout ce que vous voyez sur la carte est fait maison et frais ! » (heureusement que l’on n’est pas venu hier car ça devait être avarié ?!), avant de rentrer et de revenir deux secondes plus tard, pour nous montrer une bouteille de vin produit par sa famille, et de nous parler ensuite de son tiramisù… Cela aurait pu être tentant, si le menu n’avait pas été traduit en 5 langues, que la dame ne s’entêtait pas à nous parler anglais alors que nous répondions en italien, et que le prix de la moindre assiette de pâtes n’était pas supérieur à 15 €… Là cela sentait franchement l’attrape touristes…

IMG_0419

 

Du choix en veux-tu, en voilà !

 

Bref, nous avons continué nos recherches et sommes tombés sur un petit local qui ne payait pas de mine… Pastaway est un fast food situé via della Mercede, 19, (00187 Roma, Italie).

Ce fast food propose un large choix de plats simples : pasta, faites à la demande, ou déjà prêtes (lasagnes, gratins), légumes grillés à l’huile d’olive, brocolis, riz cantonais…

On peut opter pour un plat simple (secondo piatto) ou pour un menu. Dans tous les cas, la boisson est incluse : un verre de vin ou un verre d’Evian !

IMG_0420

Les prix sont notés de façon très claire, en dehors du resto, et à l’intérieur, près du comptoir. L’on peut voir les plats à réchauffer, ce qui aide à choisir. Et on peut choisir la quantité souhaitée, puisque la personne prépare les assiettes devant nous (sauf pour les pâtes faites à la minute).

 

Un accueil au top !

La dame qui nous a servi était ultra prévenante et patiente. Nous ne comprenions pas tout du fonctionnement et elle a su nous expliquer ce qui était proposé ce jour là, sans la moindre once d’agacement.^^

La salle est bien décorée. On mange sur des tables faites en palettes. Et aux murs, des photos d’amateurs de pâtes, illustres ou inconnus, sont encadrées.

J’ai choisi des légumes grillés (aubergines, poivrons, assortiment de choux), avec deux grosses polpette* de légumes (qui contenaient du fromage, et étaient donc végétariennes et non végétaLiennes).

L’homme a pris des pâtes aux lardons et pecorino. Avec mes légumes, j’ai eu droit à du pain, sans supplément (2 tranches).

Le tout nous a coûté 11,40 € (pour deux !!).

*Les polpette (au singulier « polpetta ») sont des boulettes initialiement proposées à base de viande, mais déclinées de plus en plus en version légumes. On en trouve énormément à Rome, alors que dans le nord je n’en avais encore jamais goûté… Généralement, elles sont frites, mais peuvent aussi être cuites à la poêle. Par défaut, elles ne sont pas végétariennes, mais il arrive qu’elles le soient, et de plus en plus, des restos en proposent des versions carrément véganes. Attention toutefois car sans précision contraire, la panure contient de l’œuf.

 

https://www.instagram.com/p/BOmjFUGDFZZ/

Le rapport qualité-prix était imbattable. Les WC étaient propres. Nous avons mangé rapidement mais en nous régalant. Pastaway n’est certes pas le lieu idéal pour découvrir la gastronomie romaine, mais c’est une excellente adresse pour manger de façon relativement saine et économique, dans un cadre agréable. Pour le touriste pressé et affamé, c’est clairement une adresse à noter !

 

Pastaway

L’endroit propose aussi des salades composées (insalatone, en italien), des Calamars frits, et différents desserts (salades de fruits, tiramisù).

Nous avons été ravis de trouver cet endroit, pour nous restaurer correctement sans craquer notre PEL ! 🙂

100% Bio, le buffet vegan de Rome à ne pas louper !

Il y a à Rome, un resto que je ne saurais que trop vous conseiller ! Il s’appelle 100% Bio et se trouve Piazza di Porta San Paolo, 6, à proximité de la Pyramide de Cestius.

IMG_0032

 

Le fonctionnement

Il fonctionne essentiellement sous forme de buffet. On se sert soi-même, et l’on pèse son assiette, pour obtenir un petit ticket. On peut ainsi se resservir, et payer ensuite en faisait l’addition de tous les tickets.

100 % bio est un resto 100 % vegan. Mais l’homme Nivore s’est régalé malgré tout, car il a pu garnir son assiette de plats divers et variés.

 

Le prix

Le prix est de 2,60 €/100 grammes, sachant que l’on paye à chaque fois le poids de l’assiette… donc cela va assez vite mine de rien, surtout lorsque l’on a marché toute la matinée, et que l’on a très faim.

 

Le choix

Au menu le jour de notre passage : légumes râpés au vinaigre, poireaux, champignons et seïtan, tempeh, pois chiches, quinoa,…

Il y a des crudités, des féculents, des plats de légumes, des substitut de viande (seitan, tempeh), … Chacun y trouvera son bonheur.

Et pour les gourmands de sucré, des patisseries sont proposées en sus, mais nous n’en avons pas pris.

IMG_0031

Nous n’avons pas trouvé de pain pour tartiner houmous et tartinade de curcuma. Pourtant d’autres tables en avaient donc je pense que nous n’avons pas bien cherché ! Dans les commentaires de Tripadvisor, certains voyageurs mentionnent un sachet proposé à 1,50 €.

IMG_0030

Après une grosse journée de marche, nous avons pris pour 1,30 kg de buffet à deux. Cela nous semblait énorme, mais il faut rappeler que l’on paye le poids de l’assiette en elle-même, et elle n’est pas super légère. J’aurais bien aimé peser l’assiette vide pour voir, mais je n’ai pas osé… :-p

100% Bio Roma

Dans tous les cas, nous nous sommes régalés. Les plats étaient originaux pour certains (champignons et seitan notamment), plus simples pour d’autres (carottes et betteraves râpées), mais toujours succulents.

Au final, la note faisait un peu mal aux fesses (2,60 € / 100 grammes, soit 26 € le kilo si vraiment vous êtes aussi nuls que moi en maths). Mais vu la qualité et la quantité, il n’y avait rien à redire. On aurait juste pu demander un peu plus d’explication de la part des serveurs, qui ont paru un peu déconcerté d’avoir à accueillir des touristes, et n’ont pas cherché à nous renseigner (bien que nous parlions italien). Certes nous nous sommes débrouillés, mais personne ne nous a jamais demandé si tout se passait bien, ni ne nous a proposé de pain par exemple.

100% Bio Roma
Les noms des plats étaient notés et le fait de savoir que tout était 100 % vegan simplifiait bien le choix !
Dernier détail, l’eau proposée à table est l’eau du robinet, filtrée et éventuellement gazéifiée si vous en faites la demande. Comme cela, on consomme une « boisson » locale.

A bientôt pour de nouvelles aventures italiennes !

 

 

Piazza della Minerva – Rome

Je vous ai déjà pas mal parlé de mon court séjour à Rome, au moment de Noël. Mais je n’ai pas terminé. Et cela tombe bien, car je sais que je ne vous barbe pas (hein, dites !!).

Dans ce billet, j’aimerais vous proposer un aperçu de la piazza della Minerva. Elle n’est pas ultra connue, comparée à des places beaucoup plus impressionnantes (piazza di Spagna, piazza Navona, piazza del Popolo) mais reste intéressante à découvrir.

IMG_1041

Elle est voisine du Panthéon, que vous voyez à gauche de la photo, et comporte une belle statue d’éléphant surmonté d’un obélisque égyptien.

A Rome, il n’est pas rare de croiser des obélisques, car beaucoup ont été rapportés d’Egypte. Les romains trouvaient que cela terminait une place, et permettait d’attirer le regard où on souhaitait, pour mettre en valeur une statue par exemple. Et puis il faut dire que cela se transporte assez bien un obélisque… Ce n’est ni grand ni lourd ! :-p

La place doit son nom à un ancien temple, qui se dressait à cet endroit, et était justement dédié à Minerve. La statue qui se trouvait là, est désormais au Vatican.

La place de la Minerva est l’une des plus basses de la ville. C’est pourquoi elle porte des marquages, indiquant le niveau atteint lors des débordements du Tibre, entre 1422 et 1598.

 

IMG_1034

La statue d’éléphant (c’est en fait un éléphanteau) est une oeuvre du Bernini, Sculpteur, Architecte, Urbaniste (…) qui a laissé énormément de traces de ses travaux dans tout Rome. On lui doit également  la fontaine du Maure et celle des Quatre Fleuves, toutes deux sur la piazza Navona, les colonnes de la Place Saint-Pierre du Vatican, le baldaquin de la basilique du Vatican… Vous voyez un peu le topo ?

On voit souvent des sculpture d’animaux « exotiques » à Rome, notamment des lions. Mais la plupart du temps, ils ressemblent peu aux modèles, probablement car les sculpteurs n’ont pas eu l’occasion d’en voir en vrai, ou alors très peu souvent… Mais là, à l’inverse, cet éléphanteau ressemble à un vrai…

A vous de me dire ce que vous en pensez, mais en tout cas moi je sais que je n’aurais pas fait mieux !^^

Enfin, place de la Minerva, il y a l’hôtel de la Minerva, un 5 étoiles dans lequel nous n’avons pas séjourné… et non, faut-il le préciser ?

J’ai regardé pour la curiosité, et le jour de la rédaction de cet article, il restait des chambres doubles disponibles, au prix de 210 €. Cela reste « accessible » même si bien au-delà de mon budget habituel.

Reconnaissez que la porte est jolie, et donne envie d’en voir plus !

IMG_1039

IMG_1037

Je vous remercie pour votre fidélité, et vous dis à très bientôt !

La Piazza del Popolo – Rome

De Rome, je me souvenais de la piazza de Spagna, avec son impressionnant escalier, et de la piazza di Navona, et de sa fontaine des quatre fleuves. Je n’avais pas le souvenir d’avoir vu la piazza del Popolo. Aussi, quand mon copain a proposé que nous allions la découvrir, j’ai accepté sans hésiter…

En italien, le « popolo » désigne le peuple, mais en réalité, la place du peuple tient son nom du « populus », le peuplier en latin !

Roma

Nous sortons du métro et traversons un petit marché à touristes, passons une porte. Et puis elle est là, la piazza…

Roma

Roma - Piazza del Popolo

 

Cette place est ovale, et surprend par son impressionnante dimension. Au centre, elle accueille un obélisque égyptien, rapporté d’Héliopolis et installé depuis 1589.

 

IMG_0335

 

Roma

 

Autour de l’obélisque, une fontaine orne la place (photo ci-dessus). Deux autres bassins sont installés sur les côtés (Fontana della Dea di Roma et Fontana del Nettuno – photo ci-dessous). Toutes ces fontaines sont des oeuvres baroques.

 

IMG_0334

En arrivant sur la place depuis la bouche de métro, on peut tomber sur le musée Leonardo da Vinci. Mais nous n’avions pas le temps de rajouter cette étape dans notre programme. Ce sera pour une prochaine fois.

Roma - Piazza del Popolo

Si l’on poursuit, en entrant sur la place, on remarque un escalier, qui amène jusqu’au jardin du Pincio, sur la colline du même nom. De là, on jouit d’une belle vue sur la place…

Roma

Roma - Piazza del Popolo

J’espère que cette visite vous a plu, et vous donne rendez-vous jeudi prochain pour une nouvelle virée italienne ! 😉

Manger des polpette à Roma…

Lors d’un court séjour à Rome au moment de Noël (décembre 2016) nous avions dû trouver à nous nourrir, sainement et pas trop cher… En débarquant le premier soir, nous avions prévu de nous rendre dans un resto un peu éloigné de notre B&B, mais retardés par les bouchons, nous sommes arrivés totalement exténués, et n’avions qu’une envie, manger rapidos, pour pouvoir rejoindre notre lit !

C’est ainsi que nous avons trouvé un peu par hasard, le resto dont je vais vous parler, juste à côté de notre hébergement.

16 cibi tondi (c’est le nom du resto) signifie « 16 nourritures rondes » grosso modo. Et si on y réfléchit, on comprend qu’il s’agit d’un resto qui place la polpetta à l’honneur. Polpetta cos’è? Et bien les polpette sont des boulettes, des falafels si vous préférez, et ici, on les décline version viande, poisson, et végétarien.

Pourquoi 16 ? Parce-qu’en italien cela se lit « seidici » et que cela peut s’entendre « se dici » (si tu dis)… Il y a un jeu de mot avec « se dici cibi tondi » –> si tu dis boulette… Vous me suivez ?

Voici la salle du haut, celle par laquelle on entre dans le resto… Au sous-sol, une autre salle est dédiée aux soirées, et accueille parfois des groupes musicaux…

Roma
Pour en revenir aux polpette, je n’ai pas creusé la question, mais a priori ce sont des boulettes végétariennes et non végétaliennes (potentiellement avec du lait/des œufs).

On peut choisir les boulettes au bœuf, à l’agneau et romarin, au poulet au curry, mais aussi au saumon, aux poivrons, ou encore aux pois chiches.

On peut opter pour 5 ou 10 polpette, soit identiques (prix dégressif), soit de différentes sortes.

Roma

Voici ci-dessus, les boulettes de viande dévorées par l’homme Nivore.
J’ai pris 5 boulettes de pois chiches et 5 de poivrons (4,50 € x 2), avec une salade composée (5 €) que j’ai demandée sans thon. Aucune salade n’était végétarienne de base, et rien ne pouvait « remplacer » la viande ou le poisson. Mais avec mes boulettes j’ai eu largement assez ! A noter, le midi il est possible de prendre une salade buffet, à composer soi-même avec les ingrédients mis à disposition. Cela coûte 5 €.

Roma

L’homme a commandé 5 boulettes de bœuf, 5 de poulet au curry (5 € x 2), des tempuras de légumes (4,50 €) et des patates sautées (3,50 €).

Roma
Nous nous sommes laissés guider par la serveuse qui nous a conseillé de prendre toutes ces choses, car les boulettes étaient petites. Mais au final, nous avons eu largement !

En boisson, nous aurions pu choisir des bières artisanales. Mais une bouteille d’eau pétillante chacun nous a suffi (0,80 € la bouteille) !

Le tout était bon, surtout les polpette. Mais les tempuras étaient super huileuses (normal pour des beignets) donc l’homme n’a pas pu les finir.

Roma

Nous avons trouvé la note un poil salée : 35 € ! Pour du fast food c’est un peu (beaucoup) cher… Mais bon, le service était sympa et les produits bons. Donc il est difficile de critiquer. Cela reste une petite adresse à noter, pour manger rapidement, et assez sainement !

Rome – La basilique Saint-Pierre du Vatican

Bonjour à Tous. Aujourd’hui nous continuons notre balade au Vatican, et visitons l’intérieur de la basilique Saint-Pierre. La semaine dernière je vous ai emmenés à la découverte de la coupole (rattrapage par ici). Il est temps d’emprunter le chemin inverse, et de retourner dans la basilique, qui se visite gratuitement, et est à mon sens, un incontournable de tout voyage à Rome !

Ne soyez pas étonnés par la présence d’un sapin, ma visite date de décembre 2016 ! 🙂

*

Vaticano

 

L’accès se fait plus ou moins rapidement selon les jours et l’heure. Pour nous, cela n’a pris que quinze minutes pour entrer dans la basilique, et entamer notre visite de la coupole. Après être grimpés tout en haut, nous sommes redescendus dans la basilique, sans avoir à refaire la queue.

Attention toutefois, si en décembre la foule n’est pas très dense, en été il y a de fortes chances que les conditions soient différentes… Armez-vous de patience !

Il est possible de visiter la basilique, sans la coupole, et l’accès se fait alors par une file séparée.

 

Vaticano

 

Des audioguides sont proposés aux visiteurs, mais nous n’en avons pas pris car nous avions lu des articles avant notre visite, et prévu de lire le guide du Routard une fois sur place. Le Routard est notre guide attitré, où que nous allions. Nous ne jurons que par lui !

 

Vaticano

 

La basilique Saint-Pierre a beau être absolument gigantesque, sa taille ne choque pas nécessairement quand on pénètre à l’intérieur, car tout est à l’échelle. Ci-dessus, vous pouvez admirer le plafond du narthex, à l’entrée de l’édifice.

 

Vaticano

 

Il y a cinq portes qui permettent d’accéder à la basilique, dont la porte Sainte, faite de seize panneaux de bronze, qui n’est ouverte que lors des années Saintes.

 

IMG_0911

 

L’intérieur de la basilique est décoré en style baroque. Il est fait pour marquer les esprits et ne pourra absolument pas laisser indifférent !

Admirez les marbres de toutes les couleurs, et notez l’épaisseur des piliers… Cela ne ressemble à aucune autre basilique !

Rappelons que c’est ici que Charlemagne fut sacré empereur, le 25 décembre de l’an 800.

Notons également que parmi les nombreuses sculptures, se trouve la fameuse Pietà de Michel-Ange (à droite en entrant) qui est désormais exposée derrière une vitre, depuis qu’un desaxé l’a attaquée à coups de marteau en 1972, brisant notamment le nez de la Vierge.

 

IMG_0904

 

La basilique abrite les tombeaux de nombreux papes, et notamment celui de Jean-Paul II que vous pouvez voir ci-dessous.

 

IMG_0906

 

Retournons dans la nef, et signalons qu’au sol, en lettres d’or, sont indiquées les limites des autres basiliques, en fonction de leur taille.

Nous avons notamment repéré Notre Dame de Paris, qui ne mesure « que » 130 mètres de long.

 

IMG_0879

IMG_0901

IMG_0887

 

Le baldaquin réalisé par Bernini, est impressionnant… Réalisé en bronze, il culmine à 30 mètres au dessus de l’autel, et pèse 60 tonnes, soit plus de soixante fois ma Ford Ka (c’est pour voir ceux qui lisent tout). :-p

Le bronze qui a servi à la réalisation du baldaquin, provient notamment de statues du Pantheon, qui ont été fondues…

 

IMG_0881

IMG_0873

 

Il y aurait encore énormément à écrire sur la basilique Saint-Pierre, mais à un moment donné, il faut bien s’arrêter… alors je vous laisse avec quelques photos… en vous remerciant de votre fidélité, et de vos réactions qui me font toujours autant plaisir !

 

IMG_0880

IMG_0914

Détail de l’une des portes de bronze

IMG_0912

Narthex

Vaticano

La coupole, réalisée par Michel-Ange

IMG_0853

Vaticano

A presto! 🙂

Basilique Saint Pierre de Rome

La Basilique Saint Pierre de Rome, que l’on devrait plutôt appeler Basilique Saint Pierre du Vatican d’ailleurs, est l’église principale du catholicisme. C’est la plus grande de toutes.

IMG_0810

Elle est construite à l’emplacement du tombeau de l’apôtre Saint Pierre, à proximité du cirque de Néron, où Saint Pierre et de nombreux chrétiens furent suppliciés.

Vaticano

La construction de la basilique fut voulue par l’Empereur Constantin, et débuta en 319. Il est probable qu’avant cela, une petite église ait existé au même endroit, à partir du IIème siècle.

La basilique actuelle a toujours été immense et richement décorée. Mais elle a connu différents agrandissements et embellissements au cours des siècles.

Vaticano

Au XIV ème siècle, les papes s’étaient installés à Avignon (le palais des papes est à voir également si vous vous rendez à Avignon, car il est sublime), et avaient donc délaissé Rome. En y revenant, un siècle plus tard, ils retrouvèrent une basilique quasiment en ruine, qu’ils préférèrent reconstruire totalement, plutôt que restaurer.

La nouvelle basilique fut consacrée en 1626, mais les travaux continuèrent sur plusieurs siècles.

L’accès à la basilique est surveillé par les Gardes suisses, en costumes traditionnels reconnaissables d’entre tous… La légende veut que ces uniformes aient été dessinés par Michel-ange, mais ce n’est pas bien certain.

IMG_0916

***

Visiter la basilique

Parfois l’attente pour visiter la basilique peut être très très très longue. Mais nous avons eu de la chance, lors de notre visite, le 26 décembre en milieu de matinée, nous n’avons mis qu’une quinzaine de minutes pour passer les contrôles de sécurité. Il est possible de pénétrer dans la basilique, gratuitement, ou d’opter pour une visite plus complète, qui inclut la découverte de la coupole. Dans ce cas, deux options s’offrent à vous :

*monter tout à pied pour 6 €

*emprunter l’ascenseur et terminer à pied, pour 8 €

Entre nous, il n’y a pas un grand intérêt à prendre l’ascenseur, car celui-ci permet d’éviter les premiers escaliers, qui sont de loin les plus praticables. Ce sont des marches bien régulières et larges, alors qu’en fin de parcours, il y a des escaliers en colimaçon beaucoup plus étroits.

 Dans tous les cas, il faut grimper les derniers étages à pieds, et il faut parfois se pencher. Mon 1,70 m se faufilait assez aisément, mais au delà cela devenait un peu plus sportif, car il fallait s’incliner, et faire attention à la tête !

Je vous rassure, à moins d’être un peu claustrophobe ou de détester les escaliers (surtout en colimaçon) cela reste largement faisable. Nous avons vu des personnes relativement âgées monter à la coupole, quitte à faire des pauses dans des petits recoins.

Bref, l’ascension est faisable, et surtout… cela vaut le coup de faire l’effort…

Vaticano

Pouvoir approcher d’aussi près les mosaïques qui ornent les murs de l’édifice se mérite… On découvre bouche bée que ce que l’on avait pris pour de magnifiques peintures, est en fait un ensemble de mosaïques, toutes plus fines les unes que les autres…

Vaticano

Vaticano

On peut aussi bien-sûr, admirer la nef depuis le dessus…

Vaticano

Et puis l’on peut continuer l’ascension, pour atteindre l’extérieur…

Vaticano

IMG_0848

On peut alors approcher les apôtres, qui nous tournent le dos…

IMG_0829

Admirer les jardins du Vatican en mode oiseau…

IMG_0816

Un visiteur a dû s’en vouloir d’avoir mal tenu son téléphone, qui est allé glisser le long du toit, et terminer sa vie tout seul, derrière les grilles de sécurité… Pauvre de lui !

IMG_0809

Depuis la coupole, on réalise à nouveau que la place Saint Pierre est un chef d’oeuvre d’harmonie…

Et puis on entame la descente, par un chemin séparé, pour se rendre dans la basilique et continuer la visite (les gens qui grimpent à la coupole, et ceux qui repartent ne se croisent pas)…

Je vous donne rendez-vous jeudi prochain, pour la visite de l’intérieur de la Basilique !