Un Amore di Zitella – Andrea Vitali

C’est à Mantova, pendant mes vacances, que j’ai trouvé ce roman d’occasion dans la librairie Libraccio. A 4,95 € j’ai craqué, car le résumé me tentait pas mal…

Ce roman paru en 1996, est relativement court, puisqu’il ne compte que 116 pages. Il nous dépeint l’existence paisible de Iole Vergara.

Iole travaille comme dactylo pour la commune de Bellano. Elle est ce que l’on appelle à l’époque, une « vieille fille ». 

Son quotidien est fait d’habitudes, qui forment une douce routine. Elle discute avec sa collègue Iride, qui n’a pas son pareil pour faire des histoires et trouver toujours à redire, dîne invariablement d’un café au lait, et s’accommode plutôt bien de sa solitude.

Et puis un jour, sur un malentendu, Dante débarque dans la vie de Iole…

Et là je ne vous en dirai pas plus, car c’est la clef du roman… un roman paisible, comme le village de Bellano, au bord du lac de Côme.

Il m’a beaucoup plu car même s’il ne se passe finalement pas grand chose, l’auteur arrive à dresser un joli portrait des gens qui font ce village. On a plaisir à les découvrir et à prendre part à leurs petites histoires.

L’écriture est fine, très accessible. Il faut juste lire l’italien ! J’ai beaucoup aimé cette découverte, et pense me mettre à la recherche des autres livres de cet auteur…

Mantova 2017

Bonheur à Gogos ! Jean-Louis Fournier

Via un concours Twitter, j’ai eu le plaisir de remporter un livre de mon choix, parmi une sélection de nouveautés parues chez Payot. J’ai choisi le dernier livre de Jean-Louis Fournier, car j’adore cet auteur, qui a le chic pour me donner le sourire avec son style inimitable… délicieux mélange d’humour et de tendresse, utilisé à bon escient, pour aborder les thèmes pas forcément super rigolos de la vie…

Jean-Louis Fournier, c’est à lui que l’on doit Où on va Papa, autobiographie dans laquelle il évoque ses deux fils handicapés. C’est lui également qui a écrit Il a Jamais Tué Personne mon Papa, dans lequel il parle de l’alcoolisme de son propre père.

*

View this post on Instagram

Relax #infusion #lecture #teatime

A post shared by Ana (@chiarastory) on

*

Bonheur à Gogos n’est pas un roman. Ce n’est pas non-plus un livre de développement personnel, du moins pas au sens où on l’entend habituellement… C’est un olni, objet livresque non-identifié.

Il contient des citations, des réflexions, des listes, qui ont tous un lien avec le sujet qui nous intéresse : le Bonheur !

 

Mon conseil pour déguster ce livre, serait le suivant :

Préparez-vous une bonne tasse de votre boisson chaude favorite, et installez-vous confortablement dans votre canapé, en prenant soin de couper votre téléphone, et de ne pas être dérangé pendant l’heure à venir. Au besoin, prévoyez un bon plaid tout doux, ou si le temps s’y prête, préférez la chaise longue et le chapeau de paille.

Ouvrez le livre, et profitez !

Ce livre est court, et les chapitres s’enchaînent très rapidement, puisque certains n’occupent même pas deux lignes ! Mieux vaut donc à mon sens ne faire qu’une bouchée de ce livre, et le consommer sous forme de cure intensive.

Sans même vous en rendre compte, vous assimilerez de précieux conseils pour cultiver votre BIB*.

*bonheur intérieur brut

Si vous avez déjà lu des romans sur le thème (là comme ça je pense à Ta Deuxieme Vie Commence Quand Tu Comprends Que Tu N en As Qu’une de Raphaëlle Giordano) cela pourra faire un bon complément…

View this post on Instagram

#jenLouisFournier #bonheur #lecture

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Bonheur à Gogos n’est pas le meilleur livre de son auteur. Je me suis bien plus poilée en lisant J’irai pas en Enfer. J’ai été bien plus touchée par Où on va Papa ? ou Veuf. Mais malgré tout, cela reste une bonne lecture, légère et intéressante. Il y a des passages amusants, et d’autres qui font réfléchir et nous rappellent les bases du développement personnel… ce qui n’est jamais inutile.

Je ne suis pas mécontente d’avoir découvert ce petit bouquin, et compte le prêter autour de moi…

Prends-moi pour une cruche – Delphine Apiou

cover109091-small.png

Prends-Moi pour une Cruche était proposé sur Net Galley, dans la catégorie chicklit. Je m’attendais donc à lire une gentille histoire d’une trentenaire célibataire, qui bosserait dans la comm, et sortirait dans les bars chaque soir de semaine, avec ses copines, pour boire des cocktails multicolores. Je pensais rencontrer une jeune femme un peu complexée, gourmande, bordélique, bref l’archétype de l’héroïne de chicklit, à laquelle la lectrice lambda s’identifie sans effort.

*chicklit: de chick (poulette) et lit (littérature) ; désigne une lecture légère, destinée aux femmes…

En réalité, ce livre fraîchement publié chez Robert Laffont n’est pas à proprement parler un roman. C’est à mon sens un livre qui ne volerait pas sa place au rayon humour.

View this post on Instagram

#humour #prenom

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Delphine Apiou raconte qu’elle a eu l’idée de l’écrire chez la Coiffeuse, quand cette dernière lui a dit :

« Vous avez les pointes sèches, on va faire un masque… Les cheveux aussi ressentent le stress, vous savez… Avec les vies de fous qu’on mène… En tout cas, vous ne faites pas votre âge ! »

Une fois l’effet plaisant de la flatterie retombée, elle a réalisé que la Coiffeuse ne connaissait pas son âge, et ne pouvait donc pas savoir si elle le faisait ou pas. Elle est alors partie dans une réflexion sur le fait d’avoir honte de paraître son âge, avant de dériver sur pleins d’autres petits sujets qui pèsent quotidiennement sur nous les femmes, et contribuent mine de rien… à nous pourrir la vie !

View this post on Instagram

#citation #love

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable. Il est amusant à lire, et je l’ai d’ailleurs gobé en une seule fois, tant il se lit vite. Les tournures pleines d’humour m’ont fait sourire à de nombreuses reprises. Tant pis pour les rides que j’aurai entretenu autour de la bouche…!

C’est un petit bouquin sympa, qui permet de passer un moment agréable. Il ne changera pas la face du monde, mais peut aider à sourire de soi-même et à être peut-être… un peu moins exigeante, et plus heureuse !

View this post on Instagram

#lecture #êtresoimême

A post shared by Ana (@chiarastory) on

 

Vous avez aimé 30 ans, 10 ans de Thérapie de Nora Hamzawi ? Alors je pense que vous devriez aimer Prends-Moi pour une Cruche !

Les Amoureux de l’Hôtel Montini

 

Les Amoureux de l’Hôtel Montini est un roman paru dernièrement aux éditions Kéro

Il nous propose de suivre les destins croisés de différents personnages, qui se retrouvent tous en même temps à Rome

9782366582642

L’auteur, Mark Lamprell, est australien. Il a co-écrit le scénario du film Babe, vous savez, la comédie familiale avec le petit cochon ??

Je vous avoue que j’ai tendance à me méfier des livres sur l’Italie, écrits par des étrangers. J’aime beaucoup l’Italie et ai la prétention de connaître sa culture, non pas de fond en comble, mais un minimum, pour y passer la plupart de mes vacances, et me documenter régulièrement sur ce beau pays.

Du coup, j’ai du mal avec les récits qui y situent leur action, mais manquent parfois totalement de crédibilité.

Je n’ai pas cherché plus d’informations sur l’auteur, et sur sa connaissance ou non de la ville éternelle. Je me suis lancée… et j’ai été séduite par ce roman…

*

View this post on Instagram

#Rome #Colisee #roman #Kero

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Des routes qui se croisent…

Nous découvrons Alice, une jeune femme qui profite d’une journée à Rome pour se réinventer, et oser être différente de ce qu’elle est habituellement ; nous faisons aussi la connaissance de Meg et Alec, couple pas vraiment épanoui, qui tente de retrouver une faïence bleue qu’ils ont vue des années plus tôt lors d’un voyage en amoureux. Nous rencontrons également Lizzie et Constance, deux octogénaires complices  qui se surnomment « fillettes » et sont venues dans la cité éternelle, rendre un dernier hommage à un frère et époux récemment décédé.

Le dénominateur commun est bien-sûr, la ville de Rome. Et cela explique la présence d’un narrateur qui n’est autre que l’un des esprits de la ville.

Ce narrateur omniscient nous détaille les scènes vécues par les différents personnages, et nous raconte également des épisodes anciens plus ou moins réels qui se sont déroulés à Rome…

Rome – Piazza del Popolo

Un roman que l’on lit vite…

Parfois avec les histoires multiples, je m’emmêle les pinceaux, confond les personnages, et finis par décrocher. Parfois, certaines histoires m’intéressent plus que d’autres. Ce ne fut pas le cas avec ce roman. J’ai rapidement pris mes marques, et compris qui était qui, qui faisait quoi. Tous les personnages m’ont intéressés, et je n’ai pas été tentée une seule seconde de sauter la moindre ligne !

Les chapitres sont courts, clairs, et l’écriture est fluide et maîtrisée. Lorsque l’on aime Rome comme je l’aime, ce roman ne peut pas laisser indifférent. C’est un régal de se balader dans la ville éternelle avec les personnages de Mark Lamprell. Et puis vraiment, j’ai retrouvé l’ambiance de cette ville si particulière !

Ce roman m’a envoûtée. J’ai retrouvé des lieux que j’avais moi-même visité, et forcément, cela a donné une saveur particulière à ma lecture.

Le thème de l’amour est omniprésent. Il est abordé sous toutes ses formes. Il y a l’amour naissant, avec la passion, que découvre Alice, mais aussi l’amour bien installé et mis à l’épreuve du temps, comme entre Meg et Alec, et puis l’amour perdu, celui de Constance…

View this post on Instagram

#ebook #kindle Les Amoureux de l'hôtel Montini #Kero

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le récit est vraiment joli, et j’ai aimé la façon dont l’auteur dépeignait ses personnages, de façon très efficace, sans aucune longueur inutile. L’histoire est belle, et le dénouement m’a totalement convaincue… C’est un coup de cœur !

La Vie Rêvée de Virginia Fly – Angela Huth

C’est la couverture montrant de jolis souliers rouges, qui a attiré mon attention sur ce livre. Ensuite, j’ai lu le résumé, et j’ai été encore plus intriguée.

Home-made résumé

Virginia Fly est une jeune femme de trente et un ans, toujours vierge, qui vit avec ses parents dans la banlieue londonienne. Elle travaille comme professeur.

Souvent, Virginia part dans des pensées érotiques, et imagine un homme, qui caresse son corps…

Dans ses fantasmes, c’est Charlie, son correspondant américain, qui prend toute la place. Et justement, après plus de dix ans d’échanges couchés sur le papier, Charlie a prévu de venir rencontrer Virginia…

*

Dès les toutes premières lignes, j’ai été charmée par l’écriture particulièrement fine d’Angela Huth. En quelques mots, elle fait apparaître des personnages que l’on a l’impression de déjà connaître de longue date, tant elle parvient à nous les rendre réels.

En détaillant une tenue, ou en mettant l’accent sur une mimique, un tic gestuel, elle leur donne ce petit je ne sais quoi, cette étincelle de vie qui fait que l’on vit l’histoire de l’intérieur.

*

C’est léger comme une aile de papillon, tout en douceur, en sensibilité.

Ce roman a été écrit en 1972, et pourtant il est intemporel…

Il n’y a pas de drame dans le quotidien de Virginia, mais pas de raison de se réjouir non-plus. La jeune anglaise aimerait juste rencontrer un homme qui ferait chavirer son cœur, et l’épouserait. Rien de plus. Mais cela semble déjà être trop demander… Elle a bien un soupirant, l’attachant Professeur, bien plus âgé qu’elle, qui l’accompagne à des concerts, sans jamais avoir le moindre geste déplacé. Mais Virginia aspire à autre chose.

*

La Vie Rêvée de Virginia Fly est un très joli roman, délicat et délicieux.

Ses quelques 224 pages peuvent se lire en une seule fois, tant on les tourne sans voir le temps passer…

 

La Maison Enragée et autres nouvelles

Pendant le mois de décembre, Folio organisait un concours sous forme de calendrier de l’avent, sur sa page Facebook. Il fallait attendre chaque jour une publication de leur part, et être le plus rapide à partager, et envoyer un mail, en espérant recevoir un livre…

A plusieurs reprises, j’eu le bonheur d’être la plus réactive, et de recevoir un Folio dans ma boîte aux lettres. 🙂

C’est ainsi que j’ai découvert La Maison Enragée de Richard Matheson, un recueil de courtes nouvelles fantastiques…

***

Je ne lis pas souvent des histoires fantastiques, mais cela m’arrive, et je garde de bons souvenirs de livres comme La Dimension Fantastique ou Le Rhinocéros qui citait Nietzsche.

Pour ceux qui comme moi, l’ignoreraient, Richard Matheson est un auteur américain décédé en 2013, à qui l’on doit notamment le scénario de certains épisodes de la série La Quatrième Dimension.

***

La Maison Enragée est la nouvelle qui m’a le plus plu dans ce livre, car il s’agit d’une maison qui se venge de son occupant absolument insupportable, par le biais de différents objets. Elle n’est pas hantée, mais possède une sorte de pouvoir, qui lui permet d’agir…

La dernière nouvelle m’a bien plu également. C’est l’histoire de deux couples d’amis qui ont emménagé dans un appartement, au loyer étonnamment bas… Très vite, certains personnages se mettent à avoir des doutes sur le gardien de l’immeuble…

Je n’en dirai pas plus, car les histoires sont très brèves, et que je ne voudrais pas vous dévoiler trop d’éléments et briser le suspens…

***

Ces nouvelles m’ont laissé une impression mitigée. Autant j’ai apprécié les deux que je vous ai décrites un peu plus haut, autant les autres ne m’ont pas vraiment marquée… J’ai trouvé que cela manquait de substance, et que l’on n’avait pas vraiment de dénouement.

La plupart du temps, je suis restée sur ma faim…

Toutefois, ce livre est vraiment rapide à lire, et peu cher (2 € tous ronds) donc si vous aimez les nouvelles fantastiques, et qu’il vous tente, vous ne risquez pas grand chose à vous l’offrir…

[Challenge] des langues, c’est parti !

Depuis que je tiens ce blog, je me suis mise à fréquenter le site Livraddict, en plus de Babelio, que je visitais déjà avant. J’ai découvert un forum fort intéressant, sur lequel j’ai plaisir à papoter avec d’autres mordus de lecture. Et je me suis laissée prendre au jeu, jusqu’à proposer mon petit challenge de lecture

J’ai lancé l’idée de lire le plus possible de livres en langues étrangères, à compter du 1er août, jusqu’au mois de septembre… 2017 !

Ce sera l’occasion de lire dans la langue du pays de nos vacances (l’Italie pour moi) et de s’entre-aider si besoin, de s’automotiver.

Car en effet, sauter le pas et lire dans une langue étrangère peut faire un petit peu peur…

Je prévois par la suite, de lister mes livres en anglais/italien et espagnol, pour vous indiquer quelles seront mes lectures dans le cadre de ce challenge, et pourquoi pas, pour vous proposer d’organiser des lectures communes. Imaginez, si nous lisions le même livre, en italien d’un côté, et en anglais de l’autre… Cela pourrait être sympathique non ?

Alors andiamo! , si cela vous botte, les inscriptions se font par ici : http://www.livraddict.com/forum/viewtopic.php?pid=2203205#p2203205

C’est gratuit, sans engagement (of course!!). Le seul but est de se faire plaisir, et de lire dans toutes les langues (sauf le français) ! 😀

 

Quelques recommandations… [Lectures]

Aujourd’hui ce n’est pas une chronique que je vous propose autour d’un livre en particulier, mais pleins de petites chroniques toutes minuscules, sur différents romans que j’ai eu plaisir à lire ces derniers mois…

 

***

On commence par Jules de Didier Van Cauwelaert, une belle histoire d’amour entre une jeune et jolie aveugle, et un Ingénieur vendeur de macarons… le tout est orchestré par Jules, le chien guide de la jeune femme.

Jules est une romance typique de Didier Van Cauwelaert, qui nous fait découvrir des personnages qui ont tous un petit quelque chose, qui les rend à la fois « à part » et terriblement réels. C’est joli, touchant, et en même temps crédible. Bref, c’est un roman à lire… mais ça, je ne vais pas dire le contraire puisque j’adore cet auteur !

Si vous avez déjà lu Jules, ou que pour une raison X ou Y vous ne voulez pas le lire, mais cherchez un livre qui s’en rapproche, alors je vous recommande les autres histoires d’amour de l’auteur, comme Cheyenne, La Demi-Pensionnaire ou encore Histoire sous X (ce dernier titre est mon préféré dans cette catégorie !).

Si vous souhaitez lire du Cauwelaert, mais n’êtes pas friands d’histoires de cœur, alors vous pouvez tenter La Vie Interdite, qui est un roman sur l’après, après la mort précisément… C’est l’un de mes romans favori de cet auteur… Le narrateur est un homme qui vient de décéder, et observe impuissant ses proches…

***

J’aime aussi lire des biographies, et dans cette catégorie, je garde en mémoire Une si Belle Image, la biographie de Jacqueline Kennedy par Katherine Pancol.

Cela se lit comme un bon roman, et on apprend pas mal de chose sur cette femme hors du commun qu’était Jacqueline Bouvier. On découvre ses origines, son attachement à son père qui la choyait, sa rencontre avec le futur Président, le rôle crucial qu’à joué son beau-père dans leur mariage, l’infidélité de son époux, et la façon dont Jackie (qui détestait ce surnom) a su garder la tête haute. C’est captivant !

J’ai acheté ce livre car je l’ai trouvé d’occasion et que j’apprécie l’auteur. La vie de Jacqueline Kennedy m’intéressait assez peu. Et au final, j’ai été totalement prise par le récit.

***

Le Voyage d’Anna de Henri Gougaud m’a été offert, par une amie qui a voulu me faire un clin d’oeil (puisque mon surnom est Ana). C’est un livre que j’ai dévoré et dont je garde un excellent souvenir même des mois après avoir tourné la dernière page.

Nous sommes à Pragues en 1620, et c’est le début de la Guerre de Trente Ans. Les protestants sont massacrés, et parmi eux, le maître d’Anna, jeune servante catholique. Anna parvient à sauver l’enfant de ce dernier, et prend la fuite avec lui, instinctivement.

Nous la suivons dans sa fuite, et vivons avec elle ses aventures. Elle rencontrera différentes personnes, plus ou moins bien intentionnées, et fera de nombreuses expériences…

Ce livre m’a énormément plu car il nous emmène dans le passé, sans être pour autant compliqué à lire, même si l’on a peu de souvenirs de ses cours d’Histoire ! Moi qui aime lire des romans qui se situent quelques siècles en arrière, j’ai été servie !

***

Merci par avance pour vos réactions en commentaires et à très bientôt ! :-p

 

[Livres] Les livres qui m’ont le moins emballée…

De toute ma vie de lectrice, de nombreux livres m’ont marquée. Je m’efforce ici de vous les présenter et de vous donner envie de les lire à votre tour. Je ne vais donc pas vous refaire une liste. Par contre, je ne vous ai pas vraiment parlé de livres qui ne m’ont pas du tout emballée… et pourtant, cela peut être intéressant non ?

Alors c’est parti !

 

La Vie Sexuelle de Catherine M. – Catherine MILLET

C’est un livre que j’avais acheté il y a bien une dizaine d’années, pensant qu’il s’agirait d’un roman de chick-litt. Je l’avais commandé en anglais, car je cherchais une lecture facile d’accès, qui me permettrait de lire sans avoir recours à un dictionnaire. En réalité, ce livre parle de sexe, mais nous décrit des pratiques assez extrêmes. Ce sont des partouzes géantes, que l’auteure détaille avec minutie, et qui m’ont bien vite dégoûtées. J’assume, sans dire que ce livre m’a choquée, je n’ai vu aucun intérêt à poursuivre ma lecture au delà des trente premières pages, et je l’ai vite remisé…

 

Nouvelles sous Ecstasy – Frédéric BEIGBEDER

J’aime habituellement beaucoup Frédéric Beigbeder, même si son personnage a de quoi agacer. Mais Nouvelles sous Ecstasy m’a laissée de marbre. Je n’ai pas réussi à trouver un intérêt à ce livre, et bien qu’il soit très fin, je n’ai pas tourné plus d’une vingtaine de pages avant de le ranger à côté de la Vie Sexuelle de Catherine M. !

Afterburn Aftershock – Sylvia DAY

Je n’avais jamais entendu parler de Sylvia Day. C’est dans une boîte d’échange de livres installée sur mon lieu de vacances que j’ai trouvé Afterburn Aftershock. La paire d’escarpins dorés sur la couverture m’a laissé imaginer qu’il s’agirait d’un bouquin de chick-litt (eh oui encore une fois) alors je l’ai pris. Il faut dire aussi que c’était le seul livre en italien dans la petite boîte, et que tout le reste était en allemand, une langue que je ne maîtrise pas. En fait c’est un livre érotique, dans la lignée des 50 Nuances de Grey… Et je n’ai pas accroché. L’auteure a la fâcheuse manie de répéter toujours la même chose. L’héroïne par exemple a la chair de poule dès que son amant pose la main sur elle, et elle se met sur la pointe des pieds dès qu’il l’embrasse pour bien sentir son gros attirail. Cela devient plus risible qu’excitant. Les seuls passages qui m’ont mis l’eau à la bouche étaient ceux (nombreux) où la jeune femme mange dans le resto italien de ses parents, et nous parle de pasta.

IMG_1116

***

Ce sont ici les trois livres pour lesquels j’ai le moins accroché. Mais je pense qu’il y en a d’autres que j’oublie. Ceci dit je suis globalement bon public, et il est rare que j’abandonne un livre en cours. La preuve, j’ai tenu à terminer Afterburn Aftershock… et pourtant je peux vous dire qu’il était épais !

Il y a un quatrième livre qui me vient à l’esprit, mais qui reste un peu au dessus des trois précédents. Je vais quand-même vous en parler…

***

Passeport à l’Irannienne – Nahal Tajadod

Je m’attendais à un livre rigolo, qui me ferait voyager et m’apprendrait des choses sur l’Iran. Je ne sais pas pourquoi mais ce pays m’intrigue et j’ai lu plusieurs ouvrages à son sujet (Les Pintades à Téhéran de Delphine Minoui, les mémoires de Farah Pahlavi, et d’autres dont les titres m’échappent). Et bien là, j’ai été déçue. L’auteure nous décrit ses aventures pour faire renouveler son visa. Cela pourrait être très amusant, mais au lieu de cela, c’est répétitif, et plus stressant qu’autre chose. Je n’ai pas réussi à accrocher à la narratrice, qui m’est restée plutôt antipathique. Je n’ai pas appris grand chose, à part sur le tarof, cette coutume qui veut que l’on refuse de se faire payer pour un service, et que la personne en face insiste plusieurs fois, avant que l’on puisse finalement accepter. Et encore, une ou deux scènes autour de cette pratique aurait pu suffire, mais cela revient trois fois, quatre fois, probablement même plus… J’ai quand-même terminé ma lecture mais j’ai été bien soulagée ensuite de changer de livre !

***

 

Et enfin, ma toute dernière déception a été Change of Heart de Jodi Picoult.

C’est un roman que j’ai trouvé sur un vide-grenier. Il y avait une jeune femme qui vendait quelques romans en anglais, et  c’est assez rare pour que j’ai eu envie de lui en acheter, bien que je ne connaisse pas les auteurs. Ce livre me semblait pas mal. Sur la couverture on peut lire « Votre fille a besoin d’un nouveau cœur. Le seul cœur disponible provient d’un meurtrier. QUE FERIEZ-VOUS ? ».

Le problème c’est que ce livre est selon moi incroyablement long à se lancer… On a d’abord une protagoniste qui n’a pas de chance. Son premier mari est mort dans un accident de la route. Elle a trouvé un nouvel homme, et vit avec lui, la fille issue de son premier mariage, et bientôt, leur deuxième petite fille… Mais son nouvel époux et sa première fille se font sauvagement assassiner. Ajoutez à cela que l’enfant qu’elle portait à l’époque se révèle malade du cœur, et doit des années après, recevoir une greffe. Cela fait pas mal de choses à supporter pour une seule femme, mais admettons.

IMG_1114L’assassin du second mari et de la petite fille, Shay Bourne se trouve en prison, où il attend d’être exécuté. Et il formule le vœux de donner son cœur à la petite fille.

Cela pause plusieurs soucis, tout d’abord éthiques, mais aussi pratiques, puisqu’en cas d’exécution par injection létale, le cœur ne sera pas en état d’être greffé…

Ajoutez à cela que des phénomènes étranges se produisent… Des oisillons ressuscitent. Des malades qui ont été au contact de Shay Bourne vont soudain beaucoup mieux… Tout cela est troublant…

Tout au long des quatre-cent pages nous suivons les démarches de différentes personnes pour rendre la greffe possible. On alterne les narrateurs, mais sans jamais se perdre puisqu’il y a un changement de chapitre à chaque changement de narrateur.

Il y a d’un côté l’avocate de Shay Bourne, une jeune femme qui vit seule avec son lapin, et a des soucis avec son poids et sa mère. Elle est assez attachante et amusante. Elle apporte un petit côté « Bridget Jones » au roman. De l’autre, on a un Pasteur, qui se trouve avoir été l’un des jurés au procès qui a condamné Shay Bourne a mort (cela fait plus de dix ans).

Ce livre aurait pu totalement me botter, mais en fait pendant les 3/4 de ma lecture j’ai regretté que l’on traîne en longueur. Ce n’est qu’à la toute fin du roman que j’ai été surprise par des retournements de situation dignes de ce nom, et que j’ai apprécié que l’on me fasse m’interroger sur la peine de mort. Avant cela, on nous ressasse les mêmes choses, une fois, deux fois, trois fois. C’est très long à se mettre en place. Dommage car ce roman avait un véritable potentiel. Mais pour moi, c’est un peu raté…

 

***

Voilà pour ma liste de livres pas vraiment « recommandables ». Les avez-vous déjà lus ?

Et vous, quels livres vous ont laissé une mauvaise impression, un mauvais souvenir ?

Avez-vous du mal à abandonner une lecture en cours ? Êtes-vous comme moi, à essayer au maximum de terminer tous les livres que vous entamez ?

@bientôt et au plaisir de vous lire !