Les Semeurs de Bonheur

Encore une fois, c’est ma Mum qui prend le clavier, pour vous présenter Les Semeurs de bonheur, paru chez Librinova.
book-2183
« J’ai aimé, sans plus ; un peu simpliste à mon goût, c’est facile à lire, 
vite lu, on passe un bon moment mais si le livre était plus long,  on 
s’ennuierait vite parce-que tout se passe trop bien. Cela se passe 
rarement comme ça dans la vraie vie.
 
Un livre à lire quand on ne veut pas se prendre la tête mais juste lire 
pour lire et passer un bon moment ; c’est déjà très bien en soi. »

Les semeurs de bonheudCécile Pardi, de quoi cela parle ?

Perrine Delafoye, 50 ans, comptable, se retrouve au chômage.
Malgré ses recherches actives et les encouragements sans faille de son époux, elle cède petit à petit au découragement, traînant pendant des heures sa déprime et ses déceptions devant son ordinateur .
Mais une rencontre avec Fanette, petite chienne apparemment abandonnée va changer le cours de sa vie. Puisqu’elle a du temps libre, Perrine décide de le passer à faire du bien autour d’elle. C’est décidé, elle rendra les gens heureux par de menues actions et le plaisir qui en résultera la rendra heureuse en retour.
Elle invente donc les MMB, les missions de bonheur bilatéral.
Fanette l’accompagnera dans ses missions.
*
Pas de grande littérature, l’histoire est simple, pleine de fraicheur et de bons  sentiments.
Perrine, c’est peut être madame tout le monde, celle par qui de nombreux thèmes vont être abordés : les relations humaines, le chômage à la cinquantaine, la solitude, mais aussi l’entraide, la débrouille, la résilience.
Le personnage est sympathique, le ton est léger, le style poétique et apporte au lecteur un message d’espoir dans une situation qui pourrait virer au cauchemar «dans la vraie vie ».
Notons que Perrine a beaucoup de chance (un peu trop peut-être ) : un mari compréhensif, patient et aidant, et sa vie est jalonnée de rencontres avec de belles personnes qui vont l’aider et la soutenir dans sa quête du bonheur pour les autres à tout prix.
Un livre sympa, sans plus.
Publicités

Dans l’ombre d’Ana – Marjorie Motto

9791093552354.jpg

Dans l’ombre d’Ana est un roman paru tout dernièrement aux éditions Rémanence. Il m’a attirée pour son titre, puisque celui-ci contient mon prénom. Mais en lisant le résumé, j’ai compris qu’en réalité, il s’agissait d’Ana, la personnification de l‘anorexie.

Et bien cela n’a fait que renforcer mon intérêt, car comme une femme sur dix, j’ai connu une période de troubles du comportements alimentaires. Je ne souhaite aucunement entrer dans les détails, mais il me semble important de le préciser, car cela a un impact sur la façon que j’ai eu d’appréhender cette lecture. Il est évident que je me suis montrée plus critique qu’une personne qui n’aurait pas connu les troubles du comportement alimentaires, dont l’anorexie mentale fait partie.

Ceci étant dit, je vous résume brièvement l’histoire !

*

Elsa est une jeune femme de vingt-cinq ans, qui a tout pour être heureuse. Elle travaille dans une entreprise où l’ambiance semble plutôt plaisante, et voit régulièrement sa meilleure amie.

Elle vit seule dans un charmant petit appartement, et a pour projet d’acheter son propre bien d’ici quelques années. Elle s’entend bien avec sa mère, avec qui elle mange de temps en temps. La seule ombre au tableau, est l’absence de copain…

Quand Elsa rencontre Alexandre, son nouveau collègue qui devient bien vite son petit ami, tout devrait aller encore mieux… Sauf que voilà, la belle histoire va tourner court, et entraîner notre narratrice dans une spirale infernale.

*

Le récit que nous livre Marjorie Motto est vraiment facile d’accès. Dès les toutes premières lignes, je me suis laissée happer par sa plume, vive et efficace ! On a l’impression d’être aux côtés d’Elsa, et de découvrir son quotidien en temps réel.

Le style est vraiment simple, mais pas bâclé pour autant. Disons que l’auteure ne s’embarrasse pas de longues tournures littéraires, et tant mieux car cela nuirait au côté réel du récit. On a vraiment l’impression de lire un journal intime, ou d’écouter une amie nous raconter ce qu’elle a vécu.

Au début du roman, Elsa est une jeune femme lambda, légèrement complexée par son surpoids. Mais c’est aussi la joie de vivre incarnée. Elle mène une existence paisible et plutôt épanouie, entre son travail pour une grande société, son petit appart, sa meilleure amie et sa Mère qu’elle voit régulièrement et avec qui elle entretient de bonnes relations.

Partager son quotidien au travers de ce livre est donc réellement plaisant.

Pendant les premiers chapitres, soit environ 1/4 du livre, tout est rose ou presque. Et puis, une fois qu’Alexandre entre dans la vie de notre héroïne, les ennuis apparaissent progressivement… Et là, j’ai trouvé que l’auteure avait été vraiment excellente, dans sa façon de faire basculer d’un coup d’un seul, tout l’environnement de son personnage.

Très rapidement, Elsa organise sa vie autour d’une seule obsession : la perte de poids. Elle se met à manger extrêmement peu et très (trop) sainement, s’abonne à une salle de sport, fuit les occasions de manger en société. En quelques semaines, elle change du tout au tout, et ne pense plus qu’aux calories.

Le récit de Marjorie Motto est réellement passionnant, car il décrit la façon dont Elsa bascule inconsciemment dans l’anorexie, de façon très vivante, très rythmée. On comprend sans aucune difficulté comment la maladie se fait une place dans le quotidien de l’héroïne.

En cela, ce roman m’a totalement plu, et je pense qu’il est à mettre entre toutes les mains, car il permet réellement de comprendre ce qu’est l’anorexie, et comment elle peut se développer de façon insidieuse et dévastatrice.

*

J’ai trouvé particulièrement intéressant de rencontrer pour une fois, une héroïne adulte, alors que généralement les récits sur l’anorexie mettent en scène des adolescentes, ou en tout cas, des femmes qui ont vu leurs troubles se déclarer très très tôt. Ici Elsa a vingt-cinq ans, et est indépendante. Elle a son appart, et un travail stable.

Cela donne une autre vision de l’anorexie, et de la façon dont cette maladie peut toucher certaines personnes, sans que ni elles ni leur entourage ne puisse réagir à temps.

*

Je recommande vivement la lecture de ce roman, qui se termine par une note d’espoir, et laisse (ouf) le sourire aux lèvres. Vraiment, si le thème vous attire, laissez-vous tenter et venez m’en donner des nouvelles !

 

 

 

De l’absurdité d’être accro au boulot

De temps en temps, j’aime me plonger dans un essai, entre deux romans de fiction.  Ma dernière lecture en date dans ce genre, a été De l’Absurdité d’être accro au boulot, qui paraîtra le 11 octobre 2017 chez JCLattès.

9782709659703-001-T

Depuis plus de six ans, Annie Kahn l’auteure, tient une chronique dans le Monde, intitulée « Ma vie en boîte ». Elle suit de près les différentes études qui ont trait au monde de l’entreprise.

C’est un condensé de toutes ses recherches, de toutes ses lectures, qu’elle nous propose dans son ouvrage, pour nous aider à être plus heureux au travail, et en même temps, plus efficaces ! Car oui, quand on est heureux de travailler, on est aussi plus productif. Qui en doutait encore ?

L’auteure casse certains stéréotypes sur le monde de l’entreprise, détricote les idées préconçues, explique certains chiffres, lance des hypothèses. Tout s’enchaîne dans de brefs chapitres, organisés en grands thèmes.

Le style est tout à fait abordable et même enjoué, ce qui rend la lecture agréable. Annie Kahn prtage avec nous des informations parfois étonnantes, sur ce qui peut permettre d’améliorer la vie au travail.

En lisant de l’Absurdité d’être Accro au Boulot, vous comprendrez pourquoi il est essentiel de ne pas jouer à qui fait le plus d’heures, et de bichonner votre vie privée !

Ceux qui semblent en faire le plus ne sont pas nécessairement les plus bosseurs. Ceux qui peuvent avoir l’air totalement sûrs d’eux ne le sont pas forcément autant que cela, et bonne nouvelle, un chef qui doute est plus susceptible d’être un bon manager, qu’un individu trop sûr de lui !

Ce livre se lit comme un roman ou presque, et nous apprend forcément beaucoup de choses sur le monde du travail ! J’ai beaucoup apprécié cette lecture !

 

 

Positif – Camille Genton

Je lis Positif le #roman de #CamilleGenton sur le #vih

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Positif est un récit autobiographique, publié chez JC Lattès en septembre 2017. Il compte 208 pages, et se lit très rapidement, grâce au ton vif et incisif employé par son auteur. Vous pouvez vous plonger dedans et le lire d’une traite, sans aucun problème.

*

Dans Positif, Camille Genton nous raconte comment il a appris qu’il était séropositif.

Ce jeune homme, entrepreneur dans la Communication, pensait réaliser un simple test de routine, mais a vu sa vie basculer à la lecture du résultat.

Nous découvrons avec lui la maladie, et suivons son cheminement, l’annonce à ses proches, les rendez-vous médicaux ; le tout s’enchaîne sans temps mort, comme si nous étions entraînés dans une véritable spirale pour la vie, pour l’amour. Ce livre porte très très bien son titre, car c’est une bouffée de positivisme, un hymne à la Vie qui doit continuer malgré tout.

J’ai beaucoup aimé ce livre, car il est rempli d’optimisme, et qu’il permet d’aborder le sujet du VIH sous un angle différent. Il ne s’agit pas de dire que la maladie est vaincue et qu’il ne faut plus se protéger. Absolument pas. Mais on découvre ce qu’est le quotidien d’un porteur du VIH en 2017. Et honnêtement cela m’a appris des choses.

Ma Vie avec Mozart – Eric-Emmanuel Schmitt

Ma première rencontre avec Eric-Emmanuel Schmitt, ou plutôt avec ses livres, s’est faite un peu par hasard. Je n’étais pas chez moi. Je n’avais pas mon roman avec moi. Et j’ai trouvé La Part de l’Autre, qui traînait sur un meuble. Je l’ai entamé, et j’ai passé une nuit blanche tellement le récit m’a happée.

Après cette découverte, j’ai alterné les bonnes surprises et les moins bonnes. Cet auteur ne me transporte pas forcément à chaque fois. Il arrive qu’il me déçoive même franchement. Mais je ne lui en tiens pas rigueur, car lorsqu’un de ses romans me plait, il le fait à 100 % !

Ma Vie avec Mozart est un livre singulier. Il s’agit de courriers que l’auteur adresse au Compositeur. Ces missives, plus ou moins longues, contiennent des réflexions, des anecdotes, sur la façon dont la musique_et en particulier celle de Mozart_ a pu changer sa vie.

#lecture #musique #Roman

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Ce n’est pas une biographie, encore moins un livre qui vous aidera à découvrir en profondeur l’oeuvre de Mozart. C’est un ovni, dans lequel Eric-Emmanuel Schmitt explique pourquoi et comment il aime Mozart.

La musique Classique n’est pas du tout votre cam ?

Et alors ? Je ne connais pas spécialement Mozart. Comme tout le monde, il m’arrive d’entendre ses créations, parfois sans même savoir qu’elles sont de lui, dans un film, dans une publicité, ou à la radio.

Et pourtant, ce livre m’a beaucoup plu. Je l’ai trouvé facile d’accès, plaisant à lire, et il m’a donné envie d’écouter Mozart.

Cela tombe bien, car plus du roman, on trouve un CD audio glissé dans la couverture, et qui contient différentes œuvres de Mozart, à écouter en lisant ou à côté. Pour ma part, je suis incapable de lire en musique… en voiture, dans le train, dans le métro oui, mais pas en écoutant de la musique. Donc le CD a fini dans ma voiture, et je l’écoute régulièrement en conduisant. Je dois dire que j’apprécie encore plus après avoir lu ce livre…

 

Une très belle découverte…

Romy – David Lelait Helo

Grâce à un jeu concours organisé par mon émission de radio fétiche (La Curiosité, RTL) j’ai remporté un lot de deux livres, dont la biographie de Romy Schneider par David Lelait Helo.

Ce livre sort 35 ans après la disparition de l’actrice, dans des circonstances qui restent troubles.

J’aime énormément les biographies, au point de lire celles d’artistes dont je ne connais aucune oeuvre. Ce fut le cas pour celle-ci, car je l’avoue, je n’ai à ce jour encore visionné aucun film avec Romy Schneider (non non, pas même Sissi) !

David Lelait Helo, journaliste au magazine Nous Deux, n’en est pas à son coup d’essai, puisque avant de publier Romy, il a déjà écrit de nombreuses biographies, dont la première Evita, Le destin mythique d’Eva Perón, remonte à 1997. Il a aussi écrit sur Maria Callas, Dalida, Vanessa Paradis…

Et après avoir lu Romy, je pense me mettre en quête de ses autres livres, car j’ai beaucoup apprécié son style.

Le biographe retrace les grands événements de la vie de l’artiste, en se faisant oublier. L’on suit le récit, sans voir les minutes filer, tant l’on est captivés par ce destin hors normes.

Il y a beaucoup de sensibilité dans ce livre, et c’est un portrait à la fois délicat et respectueux que dresse son auteur.

Romy.jpg

Même pour moi qui ne connaissais pas du tout Romy Shneider, à part dans les (très) grandes lignes, il a été très facile de me repérer dans ma lecture.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai désormais fort envie de découvrir la filmographie de Romy Schneider, et que je ne commencerai pas par les Sissi ! En effet, j’ignorais que l’actrice les avait tournés plutôt à contre-cœur…

Vous l’aurez deviné je pense, ce livre m’a passionnée. Notez également qu’il contient un rabat de chaque côté de la couverture, incluant des photos de Romy Schneider. Vous pourrez le trouver pour 18 € aux éditions Télémaque.

 

Hello de la Planète Zèbres – Sam. B. Sam

Sur Netgalley, je regardais les dernières parutions, quand mon curseur s’est arrêté sur un titre original : Hello de la Planète Zèbres. La couverture verte représentant un zèbre à lunettes annonçait plutôt un ouvrage à destination des plus jeunes. Mais cela ne m’a pas empêché de cliquer, par curiosité.

hello-a31.jpg

Paru aux éditions LiLys, ce court roman a été écrit par un jeune homme de onze ans, dans le cadre d’un projet scolaire. C’est le premier titre proposé par Lilys dans la collection Génération Z.

Ce livre retrace le quotidien d’un garçon différent, avec des mots simples, qui permettent de s’immerger immédiatement dans l’histoire, pour n’en ressortir qu’après le dernier point !

Sam est différent de ses camarades. Il ne sait pas bien dire pourquoi au juste, au début du livre, mais au fil des jours, il va le découvrir, et mettre des mots sur ce qui le différencie.

J’ai beaucoup aimé lire ce livre, très joliment écrit soit dit en passant, et ai appris également en tournant ses pages.

La lecture est rapide. Disons que vous pouvez lire ce livre en une seule fois. Et pour cela, je le recommande aussi bien aux plus jeunes, qu’aux adultes curieux !