Je Suis l’homme le plus beau du Monde

J’avais adoré le livre Dieu est un Pote à Moi, de Cyril Massarotto. C’est pour cela que lorsque j’ai trouvé un autre roman de cet auteur, je l’ai acheté.

Le narrateur est l’homme le plus beau du monde. C’est officiel, et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, cela ne le réjouit aucunement. Depuis l’enfance, il vit reclus, car l’admiration, pire : fanatisme que les autres lui témoignent, mettent sa vie et celle des ses proches en danger.

Alors qu’il est jeune adulte, l’homme le plus beau du monde se voit proposer de participer à une émission de télé réalité. Il vivra cinq ans enfermé, et chaque année, une photo de lui sera rendue publique, pour entretenir la ferveur du public…

*

L’écriture de Cyril Massarotto sert totalement cette histoire bien ancrée dans notre époque. On découvre un personnage qui s’exprime à la première personne, et nous parle de sa beauté quasiment surnaturelle, qui loin de lui simplifier l’existence, le condamne à vivre à part.

L’histoire se lance rapidement et maintient un bon rythme. On tourne les pages avec l’envie de savoir ce qui va se passer… Et puis, un bon gros rebondissement arrive et relance l’histoire dans une autre direction, jusqu’à un dénouement qui m’a laissée avec une impression un poil mitigée… Ce n’était pas mauvais, mais cela avait un goût de déjà vu.

Toutefois, ce roman m’a globalement plu. Il faut dire que le personnage est attachant, et que la plume de Cyril Massarotto a vraiment un petit quelque chose d’inimitable… Le récit est plein de petites vannes, de passages qui m’ont fait sourire, et mise de bonne humeur. Ce serait dommage de vous priver de cette lecture. 🙂

Allez tous vous faire Enculer – Mathieu Madénian

C’est parce-qu’il intervient ponctuellement dans l’émission de radio de Flavie Flament, on est Fait pour S’Entendre, que j’ai entendu parler de Mathieu Madénian. Sans cela, je dois dire que je ne le connaîtrais pas. A la radio, il semblait marrant et sympathique, donc par curiosité, j’ai décidé de découvrir son livre, sobrement intitulé Allez Tous vous faire Enculer.

Il raconte que l’idée lui est venue en plein délire, pendant des vacances, et qu’il jubilait à l’idée que des gens pourraient énoncer ce titre un poil vulgaire (juste un poil) devant leur libraire.

C’est quoi ce livre ?

Si on se fie à la couverture, sur laquelle l’auteur prend la pose de façon clairement moqueuse, avec ses lunettes à la main, c’est « plus qu’un livre, un cri ».

En réalité, il s’agit d’une liste de 1 000 personnes et attitudes, qui méritent d’aller se faire… oui bon, vous avez compris.

Point de chapitres, des catégories, de fil conducteur, juste une liste, en vrac…

 

Maintenant la question qui fâche : Est-ce que c’est drôle ?

Bouof… honnêtement, il y a quelques points qui m’ont fait sourire, voire légèrement rire, mais dans la globalité, ce livre est bien plat… Je l’ai entamé un soir et l’ai vite mis de côté, préférant me plonger dans un vrai roman. Puis j’ai décidé de le reprendre à l’occasion d’un long trajet en voiture (non, je ne conduisais pas 😉 Ainsi j’ai pu lire certains passages au conducteur. Mais nous n’étions pas morts de rire, loin de là.

Disons donc que cela permet de passer une heure ou deux quand il n’y a rien de mieux à faire… mais cela ne vaut pas forcément les 12,95 €…

View this post on Instagram

Ahah celle-là me plait. I confess 😉

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Alors je sais, je peux aller me faire enc… car je n’ai pas d’humour. Eh…

Si malgré tout vous avez envie de découvrir ce livre, il est paru aux éditions First et existe aussi en version numérique.

Collector – Olivier Bonnard

Lors des dernières Masses Critiques de Babelio, j’ai tenté ma chance et coché quelques ouvrages qui m’attiraient, parmi lesquels Collector, un roman d’Olivier Bonnard, paru chez Actes Sud.

Puisque c’est le résumé officiel qui m’a donné envie de lire ce livre, je vous le donne…

***

collector livre.jpg

***

Des thèmes intéressants…

Un livre sur les années 80, la nostalgie, et le retour en enfance, c’était attirant, d’autant que je suis moi-même une enfant des années 80 ! Bon, je suis un poil plus jeune que Thomas Stang, car je suis née en 1987, alors que si mes calculs sont bons (on nous dit qu’il avait 11 ans en 85), il a vu le jour en 74 !

***

image

Une belle couverture et 316 pages de bonheur…

Le livre en lui-même est super beau. J’ai rangé ma liseuse pour lui faire honneur, et retrouvé le plaisir de tourner les pages papier, même si je dois le dire, avec un livre gros format, on se fatigue le poignet !

Sur la couverture, un gros robot est à l’honneur, probablement le fameux robot transformable japonais qui va changer la vie de notre héros…

Le livre fait 316 pages mais elles sont bien vite avalées car le récit est prenant…

***

A la découverte des toy hunters !

Dès les premières pages, le ton est donné. Thomas Stang se présente, et nous explique sa passion, la collection de jouets vintage. Il nous détaille les pratiques des Toyhunters (les « chasseurs de jouets ») qui n’hésitent pas à claquer plusieurs milliers d’euros dans un jouet vintage, encore sous blister…

IMG_5398 (2).JPG

Une histoire plus profonde qu’il n’y parait…

J’ai eu peur de ne pas accrocher, car je ne suis pas du tout collectionneuse (à part de vernis, mais comme je les utilise et ne les achète pas pour la collec mais bien pour les porter, ce n’est pas comparable :-p).

Mais finalement, l’histoire a un vrai fond, et un joli suspens se met en place…

Car Thomas va découvrir une pièce ultra rare, un robot fabriqué en quelques exemplaires… une sorte de légende, qui s’avère bien réelle… Et ce jouet va changer son existence… le menant jusqu’à Venise pour son enquête…

***

Je m’attendais à un roman gentillet et amusant, qui me rappellerait des souvenirs d’enfance. Mais en réalité, j’ai eu l’agréable surprise de découvrir un livre avec un vrai fond. Cette histoire de collection, vire rapidement au thriller, quand Thomas se retrouve en possession du robot tant convoité. Il est suivi, menacé, ce qui installe une tension intéressante dans le récit.

En plus de cela, nous sommes tenus en haleine par sa quête des autres jouets. En effet, il y a trois robots à réunir pour activer les super pouvoirs promis par le fabriquant. Et bien que notre héros n’y croie pas à 100 %, il sent tout de même un quelque chose chez son robot, et se met en quête des deux autres.

Enfin, le roman explore les motivations des toyhunters, et plus généralement, les mécanismes de la nostalgie.

Il y a quelques réflexions intéressantes… Par exemple :

« On a tort d’être trop heureux, enfant. C’est plus dur, après. »

***

IMG_5388

On a donc un livre très complet. Il nous en apprend plus sur le monde des chasseurs de jouets vintage, nous offre un beau suspens avec une histoire qui a tout du thriller, et nous fait réfléchir sur la nostalgie ! Ce livre est un peu un 3 en 1, et même plus. Il nous offre en bonus une histoire de fesses, avec quelques scènes à la 50 Nuances de Grey !

Je pensais lire un roman dans le style de Timeville, ce livre dans lequel une famille actuelle se retrouve dans les années 80. J’avais été déçue par Timeville, car j’attendais plus d’humour. Et bien en fait, Collector est totalement différent. Il mêle différents genres, et est vraiment très riche. Je parlerais de livre multifacette !

J’avais un doute, mais ce roman m’a énormément plu, et ce même si les souvenirs de Thomas Strang n’étaient pas les miens. Il parle de Grosquick, de Goldorak, ou encore de Jeanne à Serges. Tout cela je n’ai pas vraiment connu, car je suis plus jeune que Strang. Et pourtant, j’ai quand-même dévoré ce roman. Alors j’imagine que pour les lecteurs nés dans les années 70, la lecture sera encore plus délicieuse !

Je vous partage un dernier petit extrait…

IMG_5390 (2)

…et vous quitte en vous recommandant vivement ce livre, qui est pour moi un gros gros coup de cœur ! Le roman se trouve actuellement dans les mains de mon homme, qui viendra peut-être vous livrer sa chronique une fois la lecture terminée !

Merci à Babelio et son opération Masse Critique, pour la superbe découverte !