La Femme Nue – Elena Stancanelli

La Femme Nue est un roman de l’auteure italienne Elena Stancanelli. Paru chez Stock, ce roman déroutant nous entraîne dans les pas d’Anna, quarantenaire romaine qui perd les pédales lorsque Davide la quitte, après cinq ans de vie commune. Plus que l’infidélité en elle-même, Anne est blessée par le fait que Davide aime une autre femme qu’elle.

Très rapidement, la narratrice, dont nous suivons le quotidien à travers une longue lettre qu’elle adresse à son amie Valentina, sombre dans un état proche de la folie. Elle est de plus en plus obsédée par Davide, et par la femme pour laquelle il est parti.

Elle traque leurs faits et gestes en lisant les messages de Davide, en suivant ses déplacements via son Iphone. Très vite, Anna ne vit plus que par procuration, et en vient à se négliger totalement. Alors qu’elle cesse de s’alimenter, et maigrit de façon spectaculaire, elle couche à droite à gauche, avec des hommes qui ne lui apportent aucun plaisir, et consacre tout son temps à espionner son ex et sa nouvelle amante.

Ce roman est formidablement bien écrit, et c’est le style de l’auteur, à la fois élégant et jamais pompeux, qui nous fait tourner les pages les unes après les autres, avec avidité.

Ma dernière #lecture a une couverture un peu olé olé 😋 #roman

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Le rythme est soutenu, sans longueurs, sans temps morts, et le roman dure juste ce qu’il faut.

Certes, le thème n’a rien de réjouissant, et j’appréhendais d’ailleurs une certaine noirceur, qui généralement me lasse, et fait que je n’ai pas envie de me plonger dans un livre, pour en ressortir plus déprimée qu’avant.

Mais bien que ce récit ne soit pas du tout un feel-good, il reste un livre délicat, qui explore un thème universel, celui de la rupture amoureuse, en pleine époque hyper-connectée qui est la notre. Et il le fait bien.

A lire !

 

L’Homme qui plantait des Arbres – Jean Giono

L’Homme qui plantait des Arbres est une nouvelle écrite en 1953 par Jean Giono. Le narrateur nous présente un berger qu’il aurait rencontré pendant une randonnée, Elzéart Bouffier. Ce Berger vit seul, dans un endroit relativement désert de la Provence. Il accueille le narrateur chez lui, pour lui permettre de se reposer. C’est ainsi que nous entrons dans la demeure bien tenue d’Elzéart Bouffier, et faisons connaissance avec cet homme, dont la passion est de planter des arbres. A partir de glands soigneusement sélectionnés, le Berger plante des chênes, puis des hêtres, des bouleaux… toujours avec beaucoup d’attention et de patience.

Il explique au narrateur que seule une petite partie des arbres plantés pousse, et que certains sont mangés par les rongeurs. Mais qu’importe. Il ne se décourage pas, et continue de planter…

IMG_1895

L’histoire se déroule, toute en poésie et en finesse, et nous découvrons peu à peu que les arbres grandissent, et qu’avec eux, Elzéart Bouffier n’a pas seulement créé une forêt, mais aussi redonné vie à tout un éco-système ! Petit à petit, le village quasi déserté reprend vie, et de nouveaux habitants s’y installent, ramenant la joie après les deux guerres…

IMG_1498

Ce livre m’a énormément plu. Il est très rapide à lire (10-15 minutes environ) mais laisse une empreinte. En effet, on peut longtemps réfléchir à tous les sens cachés de ce récit, qui prend des allures de conte pour adulte.

Le thème est étonnamment actuel, puisque l’on peut trouver des notions de développement durable, d’écologie, mais aussi y voir une métaphore du bonheur. Le Berger travaille à son propre bonheur, comme s’il suivant la maxime de Candide « il faut cultiver son jardin »… et avant tout, en planter les graines !

Le personnage du berger, solitaire et travailleur, nous fait nous interroger sur les valeurs du travail et de la patience. On réalise que ce n’est pas la reconnaissance qu’il pourrait tirer de son travail qui le rend heureux. Pour arriver à faire pousser une forêt, il a dû faire face à la perte de nombreux arbres. Mais ça, rares sont ceux qui en ont conscience, à l’exception du narrateur…

Certaines graines n’ont d’ailleurs jamais poussé, et ce malgré le soin apporté à leur sélection et à leur plantation…

Vraiment, je vous conseille vivement de découvrir cette nouvelle si vous ne l’avez pas encore fait. C’est un coup de cœur, un vrai !

 

Grace Kelly, l’amour et moi – Lucy Holliday

J’avais beaucoup apprécié le personnage de Libby Lomax, dans le roman Audrey Hepburn, la vie et Moi. Alors quand j’ai vu que la suite était proposée sur NetGalley, je n’ai pas hésité, et ai réclamé ma copie numérique… Les éditions Harper Collins ont accédé à ma requête, et je les en remercie, car grâce à elles, j’ai pu à nouveau, passer un excellent moment avec ma copine londonienne !

téléchargement

Dans ce livre, nous retrouvons les personnages déjà présentés dans l’opus précédent. Mais cela ne pose aucun souci de lire ce livre sans avoir lu le précédent, car les deux histoires sont indépendantes, et que les protagonistes nous sont présentés à nouveau.

Libby a rompu avec Dillon, son petit copain au physique de rêve, mais à la cervelle un peu vide, et se retrouve à nouveau célibataire.

Elle travaille à son compte, comme créatrice de bijoux fantaisie. Ce serait le bonheur, si elle ne dépendait pas d’investisseurs un peu… spéciaux. Pour compliquer les choses encore un petit peu plus, Libby a quitté son ancien appartement miteux, et vit dans un grand appart qui appartient à l’un des investisseurs.

Elle est toujours très proche d’Olly, pour qui elle nourrit un amour secret depuis des lustres… et a gardé le contact avec la sœur de ce dernier, l’adorable Nora.

Dans le roman précédent, Libby avait rencontré Bogdan, le fils de son logeur Bogdan (oui les deux s’appellent Bogdan), un moldave haut en couleurs, qui a décidé d’assumer son rêve : devenir coiffeur !

Et bien sûr, Libby a toujours son fameux canapé Chesterfield, une vieillerie qui sent le chien mouillé, et d’où semblent sortir des célébrités décédées… Après Audrey Hepburn, c’est Grace Kelly qui fait son apparition dans le salon de Libby…

*

C’est bien ?

Je ne suis d’habitude pas très friande des livres en plusieurs tomes. J’aime changer d’ambiance en général. Et pourtant, j’avais tellement accroché au personnage de Libby Lomax, que j’ai décidé de tenter le coup et de lire un autre roman de ses aventures, moins de 15 jours après avoir refermé le précédent… C’était risqué.

Et pourtant, j’ai à nouveau eu grand plaisir à suivre notre héroïne, et à partager ses journées riches en rebondissements !

Ce roman est un délice, car il nous apporte tout ce que l’on est en droit d’espérer d’un bon bouquin de chicklit, et même un peu plus : de l’amour bien-entendu, mais aussi de l’amitié, et une bonne grosse dose d’humour. Le personnage de Libby est attachant, car la jeune femme doute d’elle-même, et représente une trentenaire lambda, à laquelle il est facile de s’identifier. Autour d’elles, différents personnages tous plus intéressants les uns que les autres, permettent de tisser des histoires secondaires, qui ajoutent à l’intérêt du roman. On ne s’ennuie jamais !

Pour en revenir à Libby, on est loin de la pimbêche toujours juchée sur 20 centimètres de talons aiguilles, qui ne se préoccupe que de sa manucure et de sortir boire des cocktails colorés avec ses copines. Ce personnage est plutôt incarné par sa sœur, et dans une moindre mesure, par leur mère…

Et puis l’histoire est pimentée par les apparitions toujours savoureuses, de Grace Kelly ! Je dirais que ce personnage est loin d’être central, bien qu’il soit mentionné dans le titre du roman. Mais il apporte incontestablement la touche d’originalité de ce livre.

En conclusion, ce roman est vraiment bon… à savourer au fond de votre lit, ou sur la serviette, dès que le soleil voudra bien montrer le bout de ses rayons !

Allez tous vous faire Enculer – Mathieu Madénian

C’est parce-qu’il intervient ponctuellement dans l’émission de radio de Flavie Flament, on est Fait pour S’Entendre, que j’ai entendu parler de Mathieu Madénian. Sans cela, je dois dire que je ne le connaîtrais pas. A la radio, il semblait marrant et sympathique, donc par curiosité, j’ai décidé de découvrir son livre, sobrement intitulé Allez Tous vous faire Enculer.

Il raconte que l’idée lui est venue en plein délire, pendant des vacances, et qu’il jubilait à l’idée que des gens pourraient énoncer ce titre un poil vulgaire (juste un poil) devant leur libraire.

C’est quoi ce livre ?

Si on se fie à la couverture, sur laquelle l’auteur prend la pose de façon clairement moqueuse, avec ses lunettes à la main, c’est « plus qu’un livre, un cri ».

En réalité, il s’agit d’une liste de 1 000 personnes et attitudes, qui méritent d’aller se faire… oui bon, vous avez compris.

Point de chapitres, des catégories, de fil conducteur, juste une liste, en vrac…

 

Maintenant la question qui fâche : Est-ce que c’est drôle ?

Bouof… honnêtement, il y a quelques points qui m’ont fait sourire, voire légèrement rire, mais dans la globalité, ce livre est bien plat… Je l’ai entamé un soir et l’ai vite mis de côté, préférant me plonger dans un vrai roman. Puis j’ai décidé de le reprendre à l’occasion d’un long trajet en voiture (non, je ne conduisais pas 😉 Ainsi j’ai pu lire certains passages au conducteur. Mais nous n’étions pas morts de rire, loin de là.

Disons donc que cela permet de passer une heure ou deux quand il n’y a rien de mieux à faire… mais cela ne vaut pas forcément les 12,95 €…

Ahah celle-là me plait. I confess 😉

A post shared by Ana (@chiarastory) on

Alors je sais, je peux aller me faire enc… car je n’ai pas d’humour. Eh…

Si malgré tout vous avez envie de découvrir ce livre, il est paru aux éditions First et existe aussi en version numérique.

Une Brève Histoire du Tracteur en Ukraine

C’est la couverture particulièrement jolie aux éditions France Loisir, qui a attiré ma curiosité. J’ai acheté ce livre chez Emmaüs pour 50 centimes. Le prix a aidé aussi au moment du choix !

De quoi cela parle ?

Nikolaï est un octogénaire, veuf depuis peu. Il vit seul, mais reste relativement proche de sa fille cadette, Nadezhda. 

Un jour, il lui annonce qu’il compte se remarier, avec Valentina, une ukrainienne de trente-six ans, qui doit le rejoindre en Grande-Bretagne.

L’ennui, à part l’écart d’âge assez marqué… c’est que Valentina est une blonde à la poitrine opulente, qui semble plus intéressée par le compte en banque de Nikolaï, que par sa conversation…

Nadezhda va donc se rapprocher de sa sœur Vera, avec laquelle elle était en froid depuis la disparition de leur mère, pour tenter d’éloigner l’intruse…

téléchargement

*

Le roman avait l’air prometteur. Son résumé, son titre, cette histoire d’ukrainienne blonde, il y avait du potentiel… Et en effet, dès les premières lignes j’ai bien accroché au récit fait par Nadezhda.

Nous suivons l’évolution de l’histoire entre Valentina et le père, et en parallèle, nous faisons des petits retours en arrière, pour découvrir l’histoire de la famille de Nadezhda et de ses parents. Le tout est intéressant, et nous en profitons pour apprendre au passage, des éléments de l’histoire et de la culture ukrainiennes.

Mais très vite, mon enthousiasme a commencé à retomber.

En effet, l’auteure semble ne pas vouloir se mouiller, et navigue entre deux eaux. Ses personnages n’arrêtent pas de changer d’avis, et ne s’engagent jamais vraiment totalement.

Le tracteur avance, recule, cale, repart… On ne sait pas bien où l’on va et si l’on va quelque part au final…

On a toute une moitié de roman qui ne sert pas à grand chose, à part nous détailler les petites crises entre le père et sa nouvelle femme. C’est franchement lassant.

*

Les secrets de famille exhumés peu à peu laissent penser que l’on va aller vers quelque chose de plus consistant, de plus intéressant, mais non. L’auteur se contente d’évoquer le passé en pointillé, sans vraiment sortir de grosse révélation. Quel dommage !

Et le tracteur dans tout cela ? Un prétexte… il s’agit d’un sujet qui passionne le père, et vient parfois dans le récit, puisque celui-ci rédige un livre sur l’histoire du tracteur dans son pays d’origine. Cela arrive un peu comme un cheveu sur la soupe…

*

 

Je m’attendais à m’amuser un peu plus que cela. Je pensais me lancer dans un roman à la Maudit Karma (de David Safier) et enchaîner les gags. En réalité, l’histoire aurait pu être marrante, mais on finit rapidement par trouver les personnages agaçants, et pas uniquement celui de Valentina…

Ce père qui se laisse ruiner sans bouger le petit doigt, passe encore, mais les filles ne se montrent guère plus vindicatives… Bof. Un roman ni mauvais, ni exceptionnel, vite lu et vite oublié… Je dirais… dispensable. Si vraiment vous n’avez rien d’autre à lire, allez-y, mais sinon vous pourrez trouver mieux !

La Masnà – chronique guest

Une fois n’est pas coutume, c’est ma Mum qui prend le clavier et vous propose son avis sur un roman sorti dernièrement chez Les Escales.

En quelques mots, dans son mail avec la chronique détaillée elle m’écrit :

J’ai eu un peu de mal à m’y retrouver dans les personnages, mais bon après
quelques efforts, on y parvient ; livre bien écrit, histoire intéressante et
petit exercice final pour entretenir les neurones.

la-masna-888435-264-432

Résumé

La Masnà, ou l’enfant, la petiote, raconte l’histoire de trois femmes Italiennes de trois générations successives ;

Emma Bonelli, issue d’une famille très modeste de paysans, épouse en 1935 Génio De Francesi ; Francesi « traduisez Français » parce-que des années plus tôt, deux frères sont partis travailler de l’autre côté de la frontière.

Un héritage familial allié aux gains des deux frères a permis aux Francesi d’acquérir une portion de maison qu’ils agrandiront au fil des décennies. Le fils Génio, dit le boiteux à cause d’une infirmité de naissance et Emma vivront côte à côte sans amour ; le mariage est un arrangement entre les deux familles.

La Masnà, pauvre mais travailleuse, copie de Cendrillon – la beauté en moins – et le fils de famille handicapé et savetier, s’unissent et cohabiteront avec le père Francesi et la belle mère.

Le père cheminot, est un personnage brutal, dédaigneux vis à vis de son fils qu’il considère comme un raté, et incestueux avec sa bru. Il décide de tout et c’est un homme de petite vertu qui mène la vie dure à chacun.

Emma travaille sans relâche, coud, cuisine, astique, jardine, travaille dans les champs. Elle mettra au monde un fils, Mario puis 9 ans plus tard, au grand désespoir de toute la famille, une fille, Luciana.

Luciana, grandit sans effusions aux côtés d’une mère qui n’exprime jamais ses émotions ; seul son frère, Mario a droit à l’attention maternelle. Avec le décès du beau-père puis de la belle-mère, c’est Mario qui devient le nouvel homme de la famille, prend les décisions, lui que sa mère Emma écoute sans broncher, parce-que «Mario a dit».

Je me suis permis de tronquer le résumé fait par ma Mum, car il détaillait toute l’histoire et risquait à mon sens d’entamer le suspens. Même si cette saga familiale n’est pas à proprement parler un roman à suspens, j’imagine qu’il est plus intéressant de la découvrir sans savoir ce qui va se passer à l’avance…

-Mais Mum, moi qui n’ai pas lu ce roman, je ne comprends pas bien… C’est qui la Masnà au final ?

-Et bien les différents personnages féminins sont la gamine, la masnà, chacune à tout de rôle !

La masnà, c’est la soumission de femmes devant des hommes ayant tout pouvoir sur elles : pères, frères, maris, beau-pères, mais plus encore c’est l’absence de place et de reconnaissance faite aux femmes dans la société italienne, presque l’absence d’existence ; des vies entières de labeur et de soumission, à une époque toute proche de la nôtre.

J’ai bien aimé ce livre ; on a un peu de mal à s’y retrouver dans les nombreux personnages et les changements d’époque mais globalement, l’histoire accroche, on veut connaître la suite. Les allusions aux deux guerres et aux crimes nazis-fascistes en 1944 donnent à ce roman toute sa crédibilité même si les personnages sont bien entendus inventés de toute pièce…

 

The Second Chance Cafe

J’ai trouvé ce livre electronique dans les promos Amazon, et je l’ai acheté en raison de son petit prix. Le résumé me tentait assez (oui cela semble logique…) et j’ai bien fait de m’y fier…

Je ne connaissais pas l’auteure et je n’ai pas regardé du tout sa bibliographie avant de cliquer sur « acheter »… j’ai bien fait là encore…

Pourquoi ? Car Alison Kent écrit surtout des romans à l’eau de rose, du genre, ceux dont la couverture montre les abdos d’un cow-boy en méga gros plan, ou un couple enlacé sur fond de coucher de soleil… Ce n’est pas vraiment ma cam…

Et pourtant, The Second Chance Cafe m’a bien plu… Sur la couverture, point de mec musclé ou de nana à moitié dénudée. On voit une jeune femme, qui nous tourne le dos, assise sur une rambarde, en train de regarder au loin…

Ce livre paru en 2013 compte 358 pages, mais se lit très facilement (et pourtant je l’ai lu en anglais).

 

Résumé

Kaylie est une jeune femme de vingt-neuf ans, qui revient à Hope Springs (Mississippi) où elle a été élevée par une famille d’accueil aimante, après avoir vécu un drame familial.

Elle vient d’acheter la maison dans laquelle elle a passé les plus belles années de sa vie, et compte y ouvrir un restaurant, dans lequel elle servira les brownies et autres sucreries que sa mère de substitution l lui a si bien appris à préparer.

Revenir à Hope Springs est aussi une façon pour Kaylie, de renouer avec les épisodes douloureux de son passé. Elle compte rechercher ses parents biologiques et faire la lumière sur les raison de son abandon…

*

16243247

Ce livre m’a beaucoup plu car l’histoire est à la fois belle et crédible. Tout se passe globalement bien pour Kaylie, qui rencontre des gens adorables, tous prêts à l’aider et à devenir ses amis. Pourquoi pas ? Après tout, l’héroïne est plutôt attachante, et on peut comprendre que les habitants de Hop Springs l’apprécient !

L’auteure ne se sent pas forcée de mettre des bâtons dans les roues de son personnage. Dès le départ, le projet de resto est accueilli avec enthousiasme, car il n’y a pas d’offre équivalente à Hope Springs. Les potentiels concurrents ne proposent pas les mêmes plats, et n’ouvrent pas aux mêmes horaires. Tout est merveilleux (encore une fois, pourquoi pas ?).

Bien-sûr, il y a une intrigue amoureuse qui se met en place petit à petit, en parallèle de l’intrigue initiale, qui concerne le passé de Kaylie. Cela se fait petit à petit, et là encore j’ai trouvé la chose crédible.

Les personnages sont tous intéressants, car ils ont chacun des blessures et des mystères, que nous découvrons tout au long du roman.

Le tout s’articule assez bien, et nous tient véritablement en haleine…

En fin de livre, deux rebondissements viennent secouer le lecteur, histoire de lui rappeler que ce n’est pas fini !

*

Cette lecture m’a beaucoup plu… Elle m’a fait sourire, et passer un bon moment avec Kaylie et son entourage. Je vous la recommande tout à fait !